L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

octobre 20, 2014

La démocratie serait-elle sauvée par le "populisme" ?

L'Université Libérale, vous convie à lire ce nouveau message. Des commentaires seraient souhaitables, notamment sur les posts référencés: à débattre, réflexions...Merci de vos lectures, et de vos analyses.


Le populisme est une partie intégrante de la démocratie depuis l’époque romaine, écrit le politologue Yascha Mounk dans Foreign Affairs, et sa réapparition est une chose naturelle après “la période prolongée de croissance économique spectaculaire” qui a duré entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et la fin des années 1970. 



Alors que les politiques de l’establishment estiment des phénomènes tels que la victoire des partis eurosceptiques aux élections européennes de mai 2014 résultent de la crise financière qui va cesser avec la reprise économique, Mounk considère qu’une “stagnation du niveau de vie à long terme et les crises d’identité profondes” en sont à l’origine.  

Les citoyens des démocraties occidentales doivent faire face à la fin d’une tendance qui remonte à la révolution industrielle où chaque génération avait un meilleur niveau de vie que la précédente, à une instabilité économique croissante et à une incertitude concernant l’avenir, ce qui fait qu’ils sont “de plus en plus convaincus du fait que l’establishment politique n’a pas tenu ses promesses”. Les “millions d’immigrés” aggravent le sentiment d’insécurité. Au lieu de rester pour des séjours temporaires comme les gouvernements le promettaient, on leur a accordé le droit de demeurer dans leurs pays d’adoption et ils ont commencé à exiger à ce qu’on les accepte comme des membres à part entières de la nation. Dans ce contexte, les populistes profitent du fait qu’ils se désignent eux- mêmes comme les avocats de “la majorité silencieuse”. En “promettant de protéger les intérêts de ceux qui font ‘vraiment’ partie de la nation des minorités avec lesquelles les élites politiques sont censées avoir des connivences”. 

Après une période de prospérité économique au cours de laquelle “l’establishment politique de la plupart des démocraties occidentales a réussi à marginaliser ses rivaux populistes”, la résurgence du populisme peut être considérée comme étant une menace pour la démocratie elle-même. Mais “tous les mouvements populistes ne sont pas forcément mauvais pour la démocratie”, selon Mounk qui précise que les démocraties doivent “faire entendre la voix de ceux qui se sentent biaisés et qui alimentent le populisme tout en convainquant les électeurs du fait que les solutions faciles proposées par les populistes sont voués à l’échec”. 

Sur le plan économique, ceci implique des changements politiques risqués : Surtout en Europe du Sud et de l’Ouest, les hommes politiques vont devoir prendre des mesures très impopulaires, y compris sur la hausse de l’âge de départ à la retraite et sur l’assouplissement de la protection de l’emploi. [...] Mais une nouvelle génération d’hommes politiques ambitieux, comme le premier ministre italien, Matteo Renzi, est de plus en plus soutenue dans ses efforts consistant à mettre en place des réformes économiques douloureuses en permettant aux frustrations populistes de s’exprimer et en se ralliant les électeurs autour de l’objectif de redistribution.  

Rassurer les citoyens sur l’identité nationale menacée posée par l’UE est une tâche encore plus difficile pour les dirigeants européens, ajoute Mounk : Renoncer à l’engagement de long terme d’une “union sans cesse plus étroite” serait un début prometteur. Cette aspiration donne un argument facile aux populistes qui prétendent que les bureaucrates de l’UE ne seront pas rassasiés tant qu’ils n’auront pas démantelé les États-nations. 

En promettant qu’ils ne vont pas dépasser une certaine limite dans le processus d’intégration, les dirigeants européens pourraient s’inoculer contre l’accusation selon laquelle ils ne sont pas favorables à la souveraineté nationale et qu’ils défendent les piliers de l’UE, tels que la libre circulation des biens et des personnes. 


What Was Democracy?


If information technology turns out to have world-historical significance, it is not because of its economic promise, still less because it may facilitate the toppling of dictators. It is because information technology makes plain that the story democracies have told about themselves for more than two centuries has been a bluff.

http://www.thenation.com/


Democracy, as we know it in the modern world, is based on a peculiar compromise. The word to which we pay such homage means the “rule of the people.” But insofar as we can claim to govern ourselves at all, we do so in a remarkably indirect way. Every few years, the citizens of modern democracies make their way to the polls to cast their votes for a limited set of candidates. Once they have acquitted themselves of this duty, their elected representatives take over. In the daily functioning of democracy, the public is marginal.

This is not what democracy once looked like. In ancient Athens, the citizens constituted at most one-fifth of the population—the rest were women, children, resident aliens and slaves. But those Athenians who did count as citizens had a direct voice in matters of justice and war. The idea that a people should meet in public to discuss what to do was not unique to the Greeks—several indigenous societies across the world deliberated in similar ways—but nothing approaching direct democracy has been tried on a mass scale in the modern world.

The American founders were adamant that it could not be otherwise. The body of the people, John Adams declared, “can never act, consult, or reason together, because they cannot march five hundred miles, nor spare the time, nor find a space to meet; and, therefore, the proposition, that they are the best keepers of their own liberties, is not true. They are the worst conceivable; they are no keepers at all.” Adams was dismissing one of the last gasps of the radical republican tradition—the Anti-Federalists, mostly composed of farmers and minor artisans in the colonies. Their arguments for making political life in America as local as possible were trumped by the founders’ superior propaganda and their vision of a republic that would encompass a much larger territory. Since then, for more than 200 years, almost every political thinker has conceded that the constraints of time and space make direct democracy impracticable. Even those who did not share the founders’ contempt for popular rule—Robespierre, Bolívar, Lenin—have acknowledged that representative institutions are unavoidable.

As long as direct democracy was impracticable within the confines of the modern territorial state, the claim that representative institutions constituted the truest form of self-government was just about plausible. But now, in the early twenty-first century, the claim about direct democracy being impossible at the national level and beyond is no longer credible. As the constraints of time and space have eroded, the ubiquitous assumption that we live in a democracy seems very far from reality. The American people may not all fit into Madison Square Garden, but they can assemble on virtual platforms and legislate remotely, if that is what they want. Yet almost no one desires to be that actively political, or to replace representation with more direct political responsibility. Asked to inform themselves about the important political issues of the day, most citizens politely decline. If forced to hold an informed opinion on every law and regulation, many would gladly mount the barricades to defend their right not to rule themselves in such a burdensome manner.

The challenge posed by information technology lies not in the possibility that we might adopt more direct forms of democracy but in the disquieting recognition that we no longer dream of ruling ourselves. The very word “democracy” indicts the political reality of most modern states. It takes a considerable degree of delusion to believe that any modern government has been “by” the people in anything but the most incidental way. In the digital age, the claim that the political participation of the people in decision-making makes democracy a legitimate form of government is only that much hollower. Its sole lingering claim to legitimacy—that it allows the people the regular chance to remove leaders who displease them—is distinctly less inspiring. Democracy was once a comforting fiction. Has it become an uninhabitable one?
 
 BIO:
Yascha Mounk is a PhD Candidate in Harvard University's Government Department, where he is currently a Krupp Foundation Dissertation Completion Fellow at the Center for European Studies.
His primary research interests lie in political theory. They include an interest in the past and future of democratic politics, recent changes to the welfare state, and the influence that a newly resurgent discourse of moral responsibility has on a wide range of distributive and allocative institutions. His dissertation, which Yascha is completing under the supervision of Michael Sandel, Richard Tuck, Nancy Rosenblum, and Eric Beerbohm, is entitled: "The Age of Responsibility: Rethinking the Role of Choice and Personal Responsibility in Non-Ideal Theory."

Yascha was born in Germany to Polish parents and has also lived in England, France and Italy. Before coming to Harvard, he studied at Trinity College, Cambridge, the Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, and Columbia University. While pursuing his PhD, he spent a year at Sciences Po. He speaks fluent English, German, French, Italian and Polish, and has some basic Spanish and Latin.
Next to his scholarly pursuits, Yascha occasionally writes about European and U.S. politics for publications including the New York Times, Die Zeit, and the Wall Street Journal. His first book, about contemporary Germany and German-Jewish relations since 1945, will be published in January by Farrar, Straus & Giroux (FSG). For more information on his book, op-eds and book reviews, please consult his personal website.

CV Yascha Mounk August 2013120 KB


Populisme

De Wikiberal
 
Le populisme est un courant idéologique critiquant l'élite ou des petits groupes d'intérêts particuliers de la société. Ces groupes trahiraient les intérêts de la plus grande partie de la population ; les populistes proposent donc de retirer l'appareil d'État des mains de cette élite égoïste, voire criminelle, pour le « mettre au service du peuple ». Afin de remédier à cette situation, le leader populiste propose des solutions simplistes, mais ignore complètement les réalités de la société (notamment le fait qu'elles doivent tenir compte des avis parfois contradictoires de la société civile), comme la complexité des situations décrites. Ces solutions sont présentées comme applicables tout de suite et émanent d'une opinion publique présentée comme monolithique.
Les populistes critiquent généralement les milieux d'argent ou une minorité quelconque (ethnique, politique, administrative, etc.), censée avoir accaparé le pouvoir ; ils leur opposent une majorité postulée, qu'ils courtisent. S'ils accèdent au pouvoir, il peut leur arriver de supprimer les formes traditionnelles de la démocratie, au profit d'institutions autoritaires, présentées comme servant plus authentiquement "le peuple".

Histoire

Le mot de populisme se réfère d'abord à un mouvement politique organisé dans la seconde moitié du XIXe siècle aux États-Unis par des agriculteurs confrontés à des tarifs prohibitifs qu'un accès privilégié au domaine public avait permis aux compagnies de chemin de fer de leur imposer. D'autres mouvements, notamment ouvriers, se sont organisés contre des taux d'intérêt qu'ils jugeaient abusifs, sans forcément dénoncer les privilèges de monopole qui permettent de gonfler les marges bancaires. L'égoïsme à courte vue, assorti d'une confusion idéologique, aura empêché ces deux types d'intérêts organisés de s'unir contre la distribution par l'État de privilèges sur le dos des populations.
A la même époque, la Russie connaissait un mouvement politique radical qui visait à instaurer un système d'économie socialiste agraire, le mouvement des Narodniki (dont le mot "populisme" est la traduction littérale). Rapidement interdit par la police, le mouvement devint ensuite une société secrète, recourant fréquemment à la violence et à l'assassinat pour faire entendre ses idées.
Par la suite, dans la foulée des nationalismes, le thème de l'émancipation du peuple a inspiré de nombreux partis politiques dits populistes, qui pouvaient dénoncer d'autres ennemis du peuple.
Le boulangisme, le péronisme, ainsi que le poujadisme sont des mouvements populistes.
On attribue souvent aujourd'hui la qualification de populisme comme synonyme de démagogie ou d'opportunisme politique, surtout vis-à-vis de mouvements d'opposition. Ce qualificatif est inexact, dans le sens ou le discours démagogue est racoleur et mensonger, alors que le populiste peut exprimer des vérités qui déplaisent au pouvoir en place.

Libéraux fréquemment accusés de "populisme"

Citations

  • La réalité du système actuel est qu'il est constitué d'une alliance malsaine entre la grande entreprise démocrate-sociale et des élites des médias qui, par le truchement d'un Etat obèse, privilégient et exaltent une sous-classe parasitaire, laquelle pille et opprime l'ensemble des classes moyennes et travailleuses de l'Amérique. Par conséquent, la bonne stratégie pour les libéraux et les paléoconservateurs est une stratégie de "populisme de droite," c'est-à-dire : exposer et dénoncer cette alliance maudite et inviter à descendre de notre dos cette alliance médiatique entre la social-démocratie et la classe exploiteuse des classes moyennes et travailleuses. (Murray Rothbard, Le populisme de droite, 1992)

  • Ce sont les communistes d'après-guerre qui, les premiers, eurent l'idée d'employer, jusqu'à plus soif, ce qualificatif de façon péjorative pour déconsidérer tout discours non stalinien s'adressant au peuple (trotskiste et titiste compris) et les amalgamer avec le nationalisme réactionnaire et le fascisme. (Jean-François Kahn, l'Hebdo, 04/04/2013)
 
      

Aucun commentaire: