L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

novembre 30, 2014

Franklin D. Roosevelt et ses 4 libertés en 1941 - Qu'en pensez-vous libéraux ?

L'Université Liberté, vous convie à lire ce nouveau message. Des commentaires seraient souhaitables, notamment sur les posts référencés: à débattre, réflexions...Merci de vos lectures, et de vos analyses.


« ... Nous attendons avec impatience un monde fondé sur les quatre libertés humaines essentielles. La première est la liberté de parole et d'expression - partout dans le monde. La deuxième est la liberté pour chacun d’adorer Dieu comme il l'entend - partout dans le monde. La troisième, c’est d’être libéré du besoin (. . .) - partout dans le monde. La quatrième, c’est d'être libéré de la peur (. . .) - partout dans le monde. »

- Franklin D. Roosevelt, le 6 janvier 1941

En 1941, la tyrannie s'était emparée d'une bonne partie du monde. L'Italie fasciste avait annexé l'Éthiopie. Le Japon avait envahi la Chine. L'Allemagne nazie avait conquis la Norvège, le Danemark, la Hollande, la Belgique et la France, et se tenait prête à envahir la Grande-Bretagne.

Le président des États-Unis, Franklin D. Roosevelt, venait de proposer d'envoyer de l'aide à la Grande-Bretagne, mais il savait que beaucoup d’Américains étaient déterminés à ce que leur nation reste à l’écart de ce conflit. M. Roosevelt décida d'expliquer à ses compatriotes et à tous les peuples de la planète pourquoi il fallait résister à l’agression.

Roosevelt présenta sa vision du monde au Congrès et au peuple des États-Unis le 6 janvier 1941. Le président décrivit la menace qui guettait les États-Unis et d'autres nations démocratiques et formula la vision d'un monde pacifique, sûr et démocratique dans lequel les personnes jouiraient des droits fondamentaux de l'homme.

Le discours du président Roosevelt est dit « des quatre libertés », car en ce jour le chef de l’exécutif énonça les droits que la nation défendrait, à savoir la liberté d'expression, la liberté de culte, celle d’être libéré du besoin (freedom from want) et celle d’être libéré de la peur (freedom from fear). Ces libertés, comme Roosevelt le fit remarquer, valaient pour tous les peuples, pas seulement pour les Américains. Il ne s'agissait pas là de « la vision d'un millénaire éloigné ». « C'est, promit-il, l'assise concrète du genre de monde réalisable à notre époque et par notre génération. »

Les nations et les peuples se tourneraient vers les quatre libertés du président Roosevelt pour reconstruire le monde de l’après-guerre. La Déclaration universelle des droits de l'homme, adoptée par les Nations unies en 1948, et d'autres instruments garantissant les libertés fondamentales portent le sceau du discours de Roosevelt.

Aujourd'hui, les Américains continuent de construire le monde qu’envisageait le président Roosevelt. Un monde où toute personne, où qu'elle soit, est libre de parler et de prier, libérée du besoin et de la peur.

« Tout comme notre politique nationale en matière d'affaires intérieures a été fondée sur un respect décent pour les droits et la dignité de tous nos concitoyens, de même notre politique nationale en matière d'affaires étrangères a été fondée sur un respect décent pour les droits et la dignité de toutes les nations, grandes et petites. » 

- Le président Franklin D. Roosevelt, le 6 janvier 1941


Aucun commentaire: