L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

décembre 24, 2014

Débat : le programme libéral 2017 présenté par DD ! Qu'en pensez-vous ?

L'Université Liberté, un site de réflexions, analyses et de débats avant tout, je m'engage a aucun jugement, bonne lecture, librement vôtre. Je vous convie à lire ce nouveau message. Des commentaires seraient souhaitables, notamment sur les posts référencés: à débattre, réflexions...Merci de vos lectures, et de vos analyses.



Sommaire:

A) - Présentation du projet avec l'Université Libérale

B) - Avant-Projet de Dominique Durand

C) - Profession de foi électorale de 1849 par Frédéric BASTIAT via François-rené Rideau




A) - Voici un projet que soumet Dominique Durand (sans doute PLD) avec l'objectif de trouver une personnalité libérale qui se présenterait lors des présidentielles pour 2017. Le but étant qu'un "libéral"soit présent en présentant ce dit programme. Il y a eu une réunion le 5 septembre sur Paris, il aurait été intéressant d'en avoir un compte rendu...En cours ?

L'UMP et le PS sont mourants et responsables de la faillite actuelle. Présentons un candidat/programme libéral/libertarien en 2017. Remettons l'Etat, les politiciens, les syndicalistes à leurs petites places en 2017.
DD

Qu'en pensez-vous ? 
N'est-ce pas un similaire d'AL, du PLD, voire du Champ Libre ?  
Minarchiste, mais non libertarien ?

Effectivement quand vous lisez ce type de torchon anti libéral, cela fait réfléchir sur le sens que certains emploie le terme "libéralisme, je vous propose de le lire, trop bon, le titre Surenchère libérale dans la course vers 2017 !!

Enfin prenez lecture de cette initiative, que vous pourriez retrouver sur FB notamment sur ce groupe (ici) avec Nicolas Lauri, et surtout sur ce lien-ci.




B) -  Avant-Projet de Dominique Durand

<< Notre programme politique est le suivant (vos commentaires sont les bienvenus pour améliorer ce programme, tant sur le fond que sur la forme).

L'Etat doit :

1 - Protéger les individus, leurs libertés, leurs biens, leur environnement (Police, Justice, Armée, Diplomatie).

2 - Gérer les biens collectifs (routes, réseau d'évacuation des eaux, etc...) comme un syndicat de copropriété.


3 - Assurer un "filet de sécurité" pour empêcher les gens en grandes difficultés de sombrer dans la misère (pas d'Etat providence qui prétend aider tout le monde, qui prétend avoir le droit de redistribuer les richesses, pas d'assistanat, juste une aide financière minimale accordée sous contrôle strict aux gens en grandes difficultés).


ET RIEN DE PLUS !
Autrement dit, 

A - L'Etat ne s'occupera plus :

- Des retraites (mais une période d'extinction du système actuel est à prévoir)
- De l'assurance maladie
- De l'assurance chômage
- Du secteur de la santé (hôpitaux)
- Des crèches, écoles maternelles, écoles élémentaires, collèges, lycées, universités/grandes écoles
- Du logement (vente du parc de HLM et assimilés)
- De radios et de télévisions (privatisation de France Télévision et Radio France)
- Du reste (car j'ai forcément oublié des intrusions de l'Etat-providence dans cette liste)


B - L'Etat ne versera plus aucune subventions à personne (agriculture, entreprises, associations, partis politiques, syndicats, culture, etc...)

C - La législation sera revue/simplifiée en profondeur (pour se conformer autant que possible au droit naturel, la protection des personnes, de leurs libertés et de leurs biens). Le SMIC/code du travail sera ainsi supprimé.

D - Le statut de la fonction publique sera supprimé (garantie de l'emploi, avancement automatique à l'ancienneté, etc...). Des contrats de travail de droit privé seront signés entre l'Etat et ses employés (promotion au mérite).

E - La production, la vente et la consommation des drogues (Canabis, Cocaïne, Héroïne, etc...) seront autorisées. La "guerre contre la drogue" est injuste, inefficace pour aider les toxicomanes à s'en sortir et extrêmement couteuse.

F - La France ne sera plus un Etat centralisé comme aujourd'hui. Chaque commune, département, région mènera sa propre politique et collaborera librement avec les échelons supérieurs. >>


Ce programme est-il selon vous le bon ?
Et sinon, que faut-il améliorer ?

Comment faire campagne pour le candidat libéral/libertarien en 2017 ?
C'est très compliqué. Accrochez vous bien.
1 - Vous faites la promotion des idées libérales/libertariennes comme vous le faites habituellement autour de vous.
2 - MAIS vous dites que nous allons présenter un candidat en 2017 et que nous recherchons des signatures de maires.
C'est compliqué bien sur, ça va bouleverser nos habitudes, mais on va y arriver.

Si vous tapez "candidat libéral 2017" dans Google, nous arrivons en deuxième position !
Partagez cette page sur Facebook. Donnez l'adresse de cette page sur le web (www.facebook.com/candidatliberal2017). Parlez en autour de vous (elle est facile à retrouver grace à Google donc).

Oui, on peut faire campagne même si on n'a pas des millions d'euros de trésorerie :

http://tempsreel.nouvelobs.com/…/financement-de-la-presiden…
Remettons l'Etat à sa place en 2017.

Une très bonne nouvelle. Le PLD réfléchi à présenter un candidat en 2017 (Source : Thierry Tsagalos ) tout comme le mouvement des libertariens (Source : Alain Cremades ). Le collectif Antigone réfléchi certainement également. Pour peu que tout monde ait finalement envie d'y aller, on va faire une super campagne et bien faire avancer nos idées.
A vous de jouer donc.

Par Dominique Durand


 C) - Profession de foi électorale de 1849

À Messieurs Tonnelier, Degos, Bergeron, Camors, Dubroca, Pomède, Fauret, etc.
 
Mes amis, 

Merci pour votre bonne lettre. Le pays peut disposer de moi comme il l'entendra; votre persévérante confiance me sera un encouragement... ou une consolation. 

Vous me dites qu'on me fait passer pour socialiste. Que puis-je répondre? Mes écrits sont là. À la doctrine Louis Blanc n'ai-je pas opposé Propriété et Loi; à la doctrine Considérant, Propriété et Spoliation; à la doctrine Leroux, Justice et Fraternité; à la doctrine Proudhon, Capital et Rente; au comité Mimerel, Protectionnisme et Communisme; au papier-monnaie, Maudit Argent; au manifeste Montagnard, L'État — Je passe ma vie à combattre le socialisme. Il serait bien douloureux pour moi qu'on me rendît cette justice partout, excepté dans le département des Landes. 

On a rapproché mes votes de ceux de l'extrême gauche. Pourquoi n'a-t-on pas signalé aussi les occasions où j'ai voté avec la droite

Mais me direz-vous, comment avez-vous pu vous trouver alternativement dans deux camps si opposés? Je vais m'expliquer. 

Depuis un siècle, les partis prennent beaucoup de noms, beaucoup de prétextes; au fond, il s'agit toujours de la même chose: la lutte des pauvres contre les riches. 

Or, les pauvres demandent plus que ce qui est juste et les riches refusent même ce qui est juste. Si cela continue, la guerre sociale, dont nos pères ont vu le premier acte en 93, dont nous avons le second acte en juin, — cette guerre affreuse et fratricide n'est pas près de finir. Il n'y a de conciliation possible que sur le terrain de la justice, en tout et pour tous. 

Après février, le peuple a mis en avant une foule de prétentions iniques et absurdes, mêlées à des réclamations fondées. Que fallait-il pour conjurer la guerre sociale? Deux choses: 

1° Réfuter comme écrivain, repousser comme législateur les prétentions iniques;
2° Appuyer comme écrivain, admettre comme législateur les réclamations fondées. 

C'est la clef de ma conduite.
Au premier moment de la révolution, les espérances populaires étaient très éxaltées et ne connaissaient pas de limites, même dans notre département; et rappelez-vous qu'on ne me trouva pas assez rouge. C'était bien pis à Paris; les ouvriers étaient organisés, armés, maîtres du terrain, à la merci des plus fougueux démagogues. 

Le début de l'Assemblée nationale dut être une œuvre de résistance. Elle se concentra surtout dans le Comité des finances, composé d'hommes appartenant à la classe riche. Résister aux exigences folles et subversives, repousser l'impôt progressif, le papier-monnaie, l'accaparement de l'industrie privée par l'État, la suspension des dettes nationales, telle fut sa laborieuse tâche. J'y ai pris ma part; et je vous le demande, Citoyens, si j'avais été socialiste, ce comité m'aurait-il appelé huit fois de suite à la vice-présidence? 

Une fois l'œuvre de résistance accomplie, restait à réaliser l'œuvre de réforme, à l'occasion du budget de 1849. Que de taxes mal réparties à modifier! Que d'entraves à supprimer! Car enfin, cette conscription (appelée depuis recrutement), impôt de sept ans de vie, tiré au sort! Ces droits réunis (appelés aujourd'hui contributions indirectes), impôt progressif à rebours, puisqu'il frappe en proportion de la misère; ne sont-ce pas là des griefs fondés de la part du peuple? Après les journées de juin, quand l'anarchie a été vaincue, l'Assemblée nationale a pensé que le temps était venu d'entrer résolument, spontanément, dans cette voie de réparation commandée par l'équité et même par la prudence. 

Le Comité des finances, par sa composition, était moins disposé à cette seconde tâche qu'à la première. De nouveaux éléments s'y étaient introduits par les élections partielles, et l'on y entendait dire à chaque instant: Loin de modifier les taxes, nous serions bien heureux si nous pouvions rétablir les choses absolument comme elles étaient avant février. 

C'est pourquoi l'Assemblée confia à une commission de trentes membres le soin de préparer le budget. Elle chargea une autre commission de mettre l'impôt des boissons en harmonie avec les principes avec les principes de liberté et d'égalité inscrits dans la Constitution. J'ai fait partie des deux; et autant j'avais été ardent à repousser les exigences utopiques, autant je l'ai été à réaliser de justes réformes. 

Il serait trop long de dire comment les bonnes intentions de l'assemblée ont été paralysées. L'histoire le dira. Mais vous pouvez comprendre ma ligne de conduite. Ce qu'on me reproche, c'est précisément ce dont me j'honore. Oui, j'ai voté avec la droite contre la gauche, quand il s'est agi de résister au débordement des fausses idées populaires. Oui, j'ai voté avec la gauche contre la droite, quand les légitimes griefs de la classe pauvre et souffrante ont été méconnus. 

Il se peut que par là, je me sois aliéné les deux partis, et que je reste écrasé au milieu. N'importe. J'ai la conscience d'avoir été fidèle à mes engagements, logique, impartial, juste, prudent, maître de moi-même. Ceux qui m'accusent se sentent, sans doute, la force de mieux faire. S'il en est ainsi, que le pays les nomme à ma place. Je m'efforcerai d'oublier que j'ai perdu sa confiance, en me rappelant que je l'ai obtenue une fois; et ce n'est pas un léger froissement d'amour-propre qui effacera la profonde reconnaissance que je lui dois. 

Je suis, mes chers Compatriotes, votre dévoué. 

Frédéric Bastiat 
Source: Faré (François-rené Rideau) 

71 commentaires:

Stéphane Geyres a dit…

Al Genestine DD nous dit, nous propose que :
" L'Etat doit :

1 - Protéger les individus, leurs libertés, leurs biens, leur environnement (Police, Justice, Armée, Diplomatie).

2 - Gérer les biens collectifs (routes, réseau d'évacuation des eaux, etc...) comme un syndicat de copropriété.

3 - Assurer un "filet de sécurité" pour empêcher les gens en grandes difficultés de sombrer dans la misère (pas d'Etat providence qui prétend aider tout le monde, qui prétend avoir le droit de redistribuer les richesses, pas d'assistanat, juste une aide financière minimale accordée sous contrôle strict aux gens en grandes difficultés)."

Je peux entendre le point 1, même si je considère que ce rôle régalien ne nécessite pas le monopole de l'état, terme fort mal choisi.

Mais les points 2 et surtout le point 3 ne relèvent pas d'un programme libéral, mais d'un programme socialiste.

Normalement dans une société libre, les points 2 et 3 découlent de la mise en oeuvre de la liberté permise par le seul point 1.

Dominique Durand a dit…

Merci pour cet article. Il y a déjà un fil sur le programme dans ce groupe.

Alain Genestine a dit…

sur Université Liberté vous êtes sur tous les fils possibles des sociaux libéraux aux anarcaps....et plus. La pub et les débats ne vous intéressent pas !! Il serait souhaitable de répondre sur ce fil comme sur les autres possibles; un compte rendu de la réunion du 5/9/14 serait aussi sympa, que nous puissions le rajouter. Merci.

Dominique Durand a dit…

>> La pub et les débats ne vous intéressent pas !!

Si si si. Merci encore une fois.

Sinon, je ne suis pas au PLD.

Le 5 septembre 2014, nous étions au max une quinzaine, j'étais le seul réellement motivé pour présenter un candidat/programme en 2017.

Mais on va remettre ça début 2015. Et nous passerons encore une fois au 20 heures de France 2 en direct.

Stéphane Geyres a dit…

Ridicule. Le pire tu vois DD, c'est que tu n'est pas que ridicule. Tu nous rends ridicules.

Dominique Durand a dit…

>> Tu nous rends ridicules.

Mais non, vous vous débrouillez très bien tout seul, je vous assure.

Stef Nah a dit…

On est de moins en moins ridicules, et de plus en plus nombreux.

Dominique Durand a dit…

A t-on seulement jamais été ridicules ?

Stef Nah a dit…

Pour les étatistes probablement...

Stef Nah a dit…

Ils aiment nous prendre pour des fous
Parce qu'ils sont tellement conditionnés...

Dominique Durand a dit…

Ceux qui ont mis le pays en faillite vous voulez dire ?

Stéphane Geyres a dit…

Ils ont mis le pays en faillite parce qu'on leur a demandé de le faire.

Stef Nah a dit…

Demander de le faire, c'est comprendre les conséquences, non?

Stéphane Geyres a dit…

Pas toujours justement. C'est ce qu'on voit avec le programme de DD où les points 2 et 3 n'ont rien de libéral. Par exemple.

Dominique Durand a dit…

2 est libéral
3 c'est indispensable pour faire la transition du système actuel à un Etat minimum libéral rapidement et sans casse.

Avec un tel programme, une chose est certaine : on ne sera plus en faillite.

Stéphane Geyres a dit…

Non DD, 2 n'est pas libéral, non. Et c'est le 3 qui est la cause de notre ruine. Transition, pourquoi faire ? Tu libéralises tout et puis c'est tout. Certains veulent faire comme avant ? Libre à eux, pourvu qu'ils laissent les autres aussi faire comme ils veulent. Basta.

Stef Nah a dit…

@Dominique Durand, il est très bien ton programme. Pourquoi ne pas laisser les libéraux qui ne veulent pas payer d'impôts pour adhérer au filet de sécurité, le faire auprès de sociétés privées?
Idem pour les routes... elles sont payées par l'impôt pour ceux qui adhèrent et par un prix pour les autres libéraux??

Dominique Durand a dit…

>> Et c'est le 3 qui est la cause de notre ruine.

Non, c'est l'Etat-providence la cause de notre ruine, pas une solidarité publique bien faites (contrôlée strictement).

>> Tu libéralises tout et puis c'est tout.

OK. Et les gens qui sont condamnés au chomage depuis des années (RSA, HLM, etc...) et qui n'arriveront pas dans un premier temps à avoir un salaire suffisant pour subvenir à leurs besoins ?

On leur dit quoi ?

Tant pis pour toi ?

C'est comme ça qu'on va faire adhérer les français à notre projet ?

Je ne crois pas.

Stef Nah a dit…

Pourquoi tu dis "on leur dit quoi" ??? Pourquoi tu ne dis pas ils doivent se dire "comment JE vais faire" ?
Si tu rends le code du travail supplétif (au lieu de le supprimer), le filet de sécurité sera un travail pour eux.

Dominique Durand a dit…

>> Pourquoi ne pas laisser les libéraux qui ne veulent pas payer d'impôts pour adhérer au filet de sécurité, le faire auprès de sociétés privées?

Le point 3 est surtout pour la transition (passage du système actuel à un Etat minimum libéral). Sur le long terme, je pense qu'il n'aura plus lieu d'être (solidarité privée seulement). Mais pour que les français acceptent d'y aller, il faut absolument cette garantie.

Quant aux routes et autres équipements collectifs, je trouve ça parfaitement libéral de le faire gérer par l'Etat (Bastiat aussi).

Dominique Durand a dit…

>> Pourquoi tu dis "on leur dit quoi" ??? Pourquoi tu ne dis pas ils doivent se dire "comment JE vais faire" ?

Quelqu'un qui est "assisté"/condamné au chomage par le SMIC/code du travail depuis des années NE POURRA PAS s'assumer du jour au lendemain. C'est la réalité.

Dire à propos de ces gens là : "Ils crèveront la bouche ouverte à moins que la solidarité privée leur vienne en aide" ne me semble pas un projet succeptible d'intéresser les français et je les comprend.

>> Si tu rends le code du travail supplétif (au lieu de le supprimer), le filet de sécurité sera un travail pour eux.

Le code du travail sera supprimé. Le "filet de sécurité" ce sera des aides minimales qui seront accordées si la personne n'arrive pas à s'en sortir avec les revenus de son travail.

J'espère avoir répondu car je ne comprend pas bien votre phrase.

Stef Nah a dit…

vec l'endettement de la France qui continue, la misère qui augmente, c'est la guerre civile qui te fera ta transition, et je doute qu'elle soit plus douce que celle de l'arrivée de Tatcher au pouvoir.

Quant aux routes et autres, tu devrais trouver libéral de ne pas demander à un breton de payer pour le remboursement et l'entretien du viaduc de millau non?
Ma phrase: la justice sociale n'est pas de voler de l'argent à ceux qui se tuent à la tâche. C'est que chacun puisse trouver un travail ou le créer soi-même.

Dominique Durand a dit…

>> Avec l'endettement de la France qui continue, la misère qui augmente, c'est la guerre civile qui te fera ta transition, et je doute qu'elle soit plus douce que celle de l'arrivée de Tatcher au pouvoir.

Présentons nos idées en 2017 pour éviter la guerre civile justement.

>> Quant aux routes et autres, tu devrais trouver libéral de ne pas demander à un breton de payer pour le remboursement et l'entretien du viaduc de millau non?

Absolument. Quand je parle d'Etat dans mon programme, ce n'est pas à l'Etat centralisé actuel que je pense.

La route en bas de chez vous, c'est vous qui la paierez, pas les "bretons".

Stef Nah a dit…

Une panarchie?

Dominique Durand a dit…

>> C'est que chacun puisse trouver un travail ou le créer soi-même.

Chacun pourra trouver un travail ou le créer.

Mais dans un premier temps, tout le monde ne pourra pas en vivre.

D'ou le point 3 pour la transition.

Dominique Durand a dit…

>> Une panarchie?

Non. Autant que je sache, une "panarchie", c'est, sur un territoire donné, chacun choisi librement son gouvernement/Etat (voire n'en choisi pas).

Moi, c'est chaque territoire choisi librement son gouvernement/Etat (voire n'en choisi pas).

Patrick de Casanove a dit…

La libération en 10 mesures
Rendre l’argent !
-L’intégralité des revenus
-Un seul impôt faible et proportionnel

Choisir librement :
-Autonomie des établissements scolaires et universitaires, libre choix des parents
-Libre choix des prestataires de santé,
-Libre choix pour sa retraite par capitalisation
-Liberté de construction sous réserve de ne pas nuire aux voisins et de payer tous les frais, relation contractuelle libre entre propriétaires et locataires,
-Liberté économique, non intervention de l’État dans la vie des entreprise, relation contractuelle libre employeur employé.
-Filet de sécurité pour les plus démunis, chèque éducation, chèque santé etc.

Recentrer la police et la justice sur les atteintes aux biens et aux personnes, renforcement et exécution certaine des peines
Restaurer la puissance militaire de la France

100 heures pour le mettre en place!

Dominique Durand a dit…

Il ne nous reste plus qu'à mettre au propre un tel programme donc et à trouver un candidat.

Guillaume Besset a dit…

Avec un soupçon de fiscalité verte en plus pour moi.

Patrick AUBIN a dit…

Quand je vois "L'Etat doit :", je ne vais pas plus loin, c'est déjà la grossière erreur. Remplacez "Etat" par "Dieu", et vous comprendrez que l'homme n'a pas à être esclave ou servile à un quelconque arbitraire, mais bien souverain ! Un programme libéral commence par avoir un objectif : la liberté individuelle avec la responsabilité individuelle.

François-René Đặng-Vũ Bân Rideau a dit…

https://www.ufm.edu/
Universidad Francisco Marroquín
Nuestra misión es la enseñanza y difusión de los principios éticos, jurídicos y económicos de una...
ufm.edu
La seule réelle université 100% libérale.

Alain Genestine a dit…

Léoni ?

Dominique Durand a dit…

>> Un programme libéral commence par avoir un objectif : la liberté individuelle avec la responsabilité individuelle.

Un programme libéral pour 2017 doit surtout commencer par exister.

Proposez nous le vôtre puisque celui ci ne vous convient pas.

François-René Đặng-Vũ Bân Rideau a dit…

Il y a une université Bruno Léoni?

Alain Genestine a dit…

il me semblait vers 2008, j'avais vu cela, mais je ne parles pas italien, faut que je retrouve le lien
http://www.brunoleoni.it/nextpage.aspx?codice=6890
http://www.brunoleoni.it/nextpage.aspx?codice=8138

Patrick AUBIN a dit…

@Dominique Durand j'y pense ...

Dominique Durand a dit…

>> j'y pense

Tant mieux. C'est dans deux ans 2017.

Patrick AUBIN a dit…

Oui, et alors ?

Dominique Durand a dit…

Il nous faut un programme avant, fut-il imparfait.

Patrick AUBIN a dit…

Laissons les français goûter le socialisme jusqu'au bout : ils aspireront au libéralisme ... naturellement !

Dominique Durand a dit…

Il va falloir les aider à évoluer sinon, on ne sera pas libres de notre vivant.

Alain Cremades a dit…

Je m'en fous qu'ils soient libres de mon vivant ou pas : le soleil ne tourne pas autour de mon petit nombril... La seule chose qui m'intéresse est de proposer un produit politique bien ficelé. Ca prend du temps, de la réflexion, et une organisation/énergie sans failles, parce qu'en face de nous, il y a des gens armés, puissants, dangereux et organisés qui ne se laisseront pas faire.

Sébastien Letocart a dit…

@Dominique Durand, vous ne croyez pas sérieusement que l'€ et l'Union Européenne vont tenir encore pendant des décennies...

Dominique Durand a dit…

>> La seule chose qui m'intéresse est de proposer un produit politique bien ficelé. Ca prend du temps, de la réflexion, et une organisation/énergie sans failles, parce qu'en face de nous, il y a des gens armés, puissants, dangereux et organisés qui ne se laisseront pas faire.

Le but de ce fil est justement de proposer un produit politique bien ficelé (programme pour 2017).
>> vous ne croyez pas sérieusement que l'€ et l'Union Européenne vont tenir encore pendant des décennies

Non en effet, mais je crois que l'offre politique propose de faire encore pire que ça, donc...

Sébastien Letocart a dit…

Quand le marché corrige, il impose la liberté sinon un pays peut devenir assez rapidement la Roumanie sous Ceausescu. Infuser dans ce programme de nombreux éléments inspirés de la Démocratie Directe serait à mon sens très constructif.

Dominique Durand a dit…

>> un pays peut devenir assez rapidement la Roumanie sous Ceausescu.

C'est ce qu'il faut éviter.

Proposer un candidat/programme libéral-libertarien en 2017 me semble un bon moyen de faire progresser nos idées.

Sébastien Letocart a dit…

Je ne vois pas de Margareth Thatcher dans le paysage politique français... Où se cache-t-elle (ou il)?...

Dominique Durand a dit…

>> Je ne vois pas de Margareth Thatcher dans le paysage politique français... Où se cache-t-elle (ou il)?...

Rien à attendre des politiciens français, on est d'accord.

Mais je me dis que l'on pourrait être assez intelligents pour trouver parmi nous un candidat capable de faire le job.

Sébastien Letocart a dit…

Je crois que la France pourra penser à se redresser quand elle aura toucher le fond. Avec Hollande, elle a déjà passé l'épaisseur de la croûte terrestre .

https://www.youtube.com/watch?v=cvCac3dQQ4Q
Flambyss
L'ivresse des pro-frondeurs

Dominique Durand a dit…

Excellent.
Mozinor avait fait aussi des vidéos sur Besancenot tip top.

Sébastien Letocart a dit…

Je crois que, étant donné le contexte actuel, un programme libéral digne de ce nom ne sera pertinent qu'après le grand bordel. Si en 2017 le FN est au pouvoir, ou bien le candidat de l'UMP ou du PS, ça ne changera pas grand chose. L'effondrement de l'UE et de l'€ sont inévitables.
Je suis un fan de Mozinor!
Mozinor for President!

Dominique Durand a dit…

>> un programme libéral digne de ce nom ne sera pertinent qu'après le grand bordel.

Sauf qu'on commence très sérieusement à le toucher du doigt le "grand bordel".
C'est même pas dit que ça tienne jusqu'en 2017, donc...

Vite ! Un programme libéral.

Sébastien Letocart a dit…

Du doigt seulement. Quand on y sera jusqu'au cou (dans la m...), les gens se bougeront enfin le cul. Attendez qu'il n'y ait plus d'allocations de chômage, plus de retraites, que les comptes bancaires soient aspirés... On va bien se marrer!!

Dominique Durand a dit…

Je pense que préparer le terrain ne peut pas faire de mal et que la meilleure façon de préparer le terrain, c'est de présenter un candidat/programme en 2017. Après, c'est à chacun de voir.

Sébastien Letocart a dit…

On parle d'un ultime Quantitative Easing américain en 2016 et d'un méga crach boursier en 2016-2017 (notamment Jim Rickards), emportant sur son passage le Yen, l'€ et à terme le $ US. Ça semble très probable, en effet...
Il faut s'inspirer des discours de Margaret Thatcher. Elle a su convaincre avec des arguments à la fois simples et vrais.

Dominique Durand a dit…

>> On parle d'un ultime Quantitative Easing américain en 2016 et d'un méga crach boursier en 2016-2017 (notamment Jim Rickards), emportant ur son passage le Yen, l'€ et à terme le $ US. Ça semble très probable, en effet...

Oui, et les gens diront que l'ultranéolibéralisme sauvage a failli et on se tapera Mélenchon.

Il faut préparer le terrain donc.

Sébastien Letocart a dit…

Ils diront ça, mais le réel leur montrera qu'ils font fausse route. L'Allemagne ne fera pas cette erreur. L'Allemagne est beaucoup plus mercantile et libérale que la France, comme nombre d'autres pays européens d'ailleurs (Pays-Bas, Pologne, Estonie et même ma petite Belgique!). Si les français sont trop cons pour comprendre qu'ils ne sont pas le nombril du monde, ils en payeront les conséquences. Mélenchon n'est pas populaire en France. C'est plutôt le FN qui pourrait prendre la main...

Dominique Durand a dit…

Mélenchon ou le FN, peu importe.
Mais on va s'inspirer de Margaret Thatcher, oui, et on va gagner.

Sébastien Letocart a dit…

Cela dit, les mouvements des "bonnets rouges" montrent qu'il y a une autoroute à 5 bandes totalement ouvertes pour les idées libérales en France. Je le répète, trouver un tribun de la trempe de la regrettée Margareth, et les guignols marxistes seront balayés. Le problème, c'est que les médias en France sont marxistes...
Un programme peut également passer par des vidéos éducatives...
https://www.youtube.com/watch?v=xLEOFPAYhX8

C'est tout de même plus instructif que les déboires existentiels de Nabilla, non?

Patrick AUBIN a dit…

Et si on passait notre tour ... Pour mieux laisser les plus débiles comprendre ! A mon avis, il y a peut-être mieux comme vitrine : accepter de participer à la primaire de l'UMP ! On aura beau retourner le problème dans tous les sens, ce sera la meilleure exposition pour un coût faible !

Je ne veux pas passer pour un pessimiste mais plutôt comme un réaliste face aux utopiques qui ne s'imaginent pas le pognon que cela représente à être au premier tour d'une présidentielle et les équipes qu'il faut sur le terrain, ne serait-ce que pour aller chercher les signatures.

Jacques de Guenin a dit…

Dans l'université liberté, Alain Genestine présente le programme de Dominique Durand pour les présidentielles de 2017. Le voici :
" L'Etat doit :

1 - Protéger les individus, leurs libertés, leurs biens, leur environnement (Police, Justice, Armée, Diplomatie).

2 - Gérer les biens collectifs (routes, réseau d'évacuation des eaux, etc...) comme un syndicat de copropriété.

3 - Assurer un "filet de sécurité" pour empêcher les gens en grandes difficultés de sombrer dans la misère (pas d'Etat providence qui prétend aider tout le monde, qui prétend avoir le droit de redistribuer les richesses, pas d'assistanat, juste une aide financière minimale accordée sous contrôle strict aux gens en grandes difficultés)."
Ce programme traduit bien ce qu'a exprimé plusieurs fois Frédéric Bastiat sur le rôle de l'État.
Dans les commentaires, Stephane Geyres fait une critique courte mais virulente de ce programme dont il trouve les points 2 et 3 "ridicules". J'aime bien Stephane Geyres , acteur libéral utile qui a publié le livre "Libres" et sa suite "Libres 2". Je suis même assez proche de lui philosophiquement. Mais ce qu'il ne voit pas, ce que beaucoup de libertariens ne voient pas, c'est qu'un programme authentiquement libertarien non seulement n'a aucune chance dans la France telle qu'elle est, mais passera, lui, pour ridicule pour l'immense majorité des Français. Si l'on veut avoir quelque crédit dans l'opinion, il ne faut pas proposer de passer d'un seul coup de l'État socialiste à l'État libertarien de Stephane. Je n'en veux pour preuve que le score de Stephane dans le Lot.
Certes, un candidat qui épouserait le programme de Dominique Durand ne sera pas plus élu dans la France d'aujourd'hui, mais au moins recueillera-t-il un large intérêt. Il sera considéré comme utopiste, mais pas comme ridicule.

François Guillaumat a dit…

"Dédé" ?
https://www.youtube.com/watch?v=iMS1Vs30DX8

Dominique Durand a dit…

Tout à fait d'accord avec le commentaire de Jacques de Guenin.

Stéphane Geyres a dit…

Merci cher Jacques de Guenin de confirmer que vous m'aimez bien et que nous sommes proches émoticône smile Mais ne croyez pas que je sois tout à fait inconscient. Ma critique de DD et du PLD est très lucide au contraire. Contrairement à eux, je ne vise pas l'immédiateté, mais la liberté. Il vaut mieux ne toucher que 56 personnes, mais ces 56 leur avoir mis bien à l'esprit l'enjeu qui est de dépasser la démocratie, plutôt que d'en toucher 100.000 sans leur faire toucher du doigt cet éclairage fondamental. Car les 56 feront des petits bien éclairés là où les 100.000 ne feront rien avancer, ou si peu.

Dominique Durand a dit…

Contrairement à eux, je ne vise pas l'immédiateté

Je ne vise pas non plus l'immédiateté (mais si on est élu dès 2017, tant mieux bien sur).

Quand à savoir quel degré de radicalité doit avoir le programme pour 2017, on en discute ici :

https://www.facebook.com/groups/programme.liberal.libertarien.2017/

Laurence Lemaire Deroi a dit…

Un programme libertarien, serait ridicule en effet parce qu’il ne peut tout simplement pas exister. Mais alors pour quelle raison gaspiller du temps et de l’énergie pour un programme qui ne serait pas ridicule mais utopiste et qui ne recueillerait que peu ou pas de voix ? Ce serait ridicule aussi.

Et si… nous suivions l’idée de Bertrand Lemennicier ?
Communication à tout va sur la déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, le droit naturel, les lois ? la Constitution etc. etc.

(exemple: les cabanes, yourtes toutes les lois sur la construction qui sont des atteintes aux Ddl'H.. Les lois sur le travail, etc. etc. )

Pour moi, le seul «programme» possible, sérieux, nécessaire, est un programme de «salut», de libération, un programme de défense des droits naturels.
Cette déclaration de 1789 n’est pas parfaite, on le sait, puisque les hommes de l’état l’ont inlassablement bafouée depuis sa création. Toutefois, ce serait peut-être le meilleur chemin possible vers des suppressions de lois, décrets etc.
Comme en Australie : «Ainsi, depuis 2 ans, l’Australie a supprimé 50.000 pages de régulations et règles administratives pesant sur les ENTREPRISES, ce qui représente un équivalent de baisse de charges de 2,5 milliards de dollars par an.»
(Je mets le lien dans le post suivant)

http://lemennicier.bwm-mediasoft.com/article_65_strategie...

Laurence Lemaire Deroi a dit…

http://www.contrepoints.org/.../208104-pourquoi-tant-de...

Dominique Durand a dit…

pour quelle raison gaspiller du temps et de l’énergie pour un programme qui ne serait pas ridicule mais utopiste et qui ne recueillerait que peu ou pas de voix ?

1 - Gallilée était ridicule, Giordano Bruno aussi, etc... Mais ils avaient raison.

2 - Le programme que je défends (et vous aussi j'espère) n'est pas utopiste.

3 - Peu importe le nombre de voix que l'on aura au final, on aura fait autant de publicité que possible à nos idées. C'est aussi ça l'objectif (mais si on fini à l'Elysée aussi, tant mieux).

Laurence Lemaire Deroi a dit…

La liberté ne peut pas être "programmée" par un type ou par une bande.
Ou alors il vous faut un programme qui déconstruit et qui abolit. Et là vous vous fracassez la tête sur la masse qui vit de "l'état" du chômeur au fonctionnaire en passant par le salarié de l'entreprise publique. Les miracles n'existent pas.

Dominique Durand a dit…

Ou alors il vous faut un programme qui déconstruit et qui abolit.

Le programme proposé déconstruit et abolit (nous rend notre liberté).

>> Et là vous vous fracassez la tête sur la masse qui vit de "l'état" du chômeur au fonctionnaire en passant par le salarié de l'entreprise publique.

"La masse qui vit de l'Etat" (bénéficie REELLEMENT de privilèges) est en réalité une minorité.

La masse une fois bien informée ( perdante dans le système actuel) sera en réalité avec nous.

Informons là en exposant nos idées en 2017 (les miracles n'existent pas en effet).

Anonyme a dit…

Article de 2008
"C'est pour ancrer la Ve République dans la tradition républicaine, et rassurer ceux qui redoutaient une dérive bonapartiste du régime, que la loi constitutionnelle du 3 juin 1958 avait imposé au gouvernement du général de Gaulle de garantir dans la nouvelle Constitution les droits essentiels consacrés par la déclaration libérale de 1789 et le préambule social de 1946."

http://www.lefigaro.fr/.../01005-20080524ARTFIG00053...

Mission pour DD: défendre les Droits Naturels tels que décrits dans le préambule de la constitution de 1958
ça ce serait quelque chose de nouveau et de motivant émoticône smile
Liberté, propriété, sûreté, résistance à l’oppression

Art. 2. Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l'oppression.