L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

décembre 26, 2014

Rapport fin 2014: Evaluation de la convention tripartite Etat-UNEDIC-Pôle Emploi 2012-2014

L'Université Liberté, un site de réflexions, analyses et de débats avant tout, je m'engage a aucun jugement, bonne lecture, librement vôtre. Je vous convie à lire ce nouveau message. Des commentaires seraient souhaitables, notamment sur les posts référencés: à débattre, réflexions...Merci de vos lectures, et de vos analyses.

MISSION D’ÉVALUATION DE LA CONVENTION TRIPARTITE 
ÉTAT-UNEDIC-PÔLE EMPLOI 2012-2014

 
- NOVEMBRE 2014 -



Par lettre du 29 avril 2014, le ministre des finances et des comptes publics et le ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social ont missionné les inspections générales des finances et des affaires sociales afin de conduire une évaluation de la convention tripartite État – UNEDIC – Pôle emploi 2012-2014. 

Conformément à l’article L. 5312 du code du travail, une convention pluriannuelle est en effet conclue entre l’État, l’organisme gestionnaire du régime d’assurance chômage et Pôle emploi afin de définir les objectifs assignés à l’opérateur au regard de la situation de l’emploi et au vu des moyens prévisionnels qui lui sont alloués. L’actuelle convention, portant sur la période 2012-2014, prévoyait qu’une mission conjointe confiée à l’inspection générale des affaires sociales et à l’inspection générale des finances permette d’en évaluer la bonne mise en œuvre en prévision de la négociation de la convention suivante. 

Le conseil d’administration de Pôle emploi a décliné la convention tripartite en interne au sein d’un projet stratégique intitulé « Pôle emploi 2015 » adopté en juin 2012.
Il était demandé plus particulièrement à la mission :
  • d’analyser les offres de services, tant à l’intention des demandeurs d’emploi que des entreprises, qui ont été largement renouvelées depuis la signature de la convention dans une logique de différenciation ; 

  • de s’assurer de la bonne continuité de l’activité d’indemnisation ; 

  • de s’intéresser à la logique de rapprochement effectif de Pôle emploi des usagers et des territoires, historiquement caractérisée par la conclusion de nombreux partenariats, plus ou moins effectifs, et récemment marquée par un mouvement de déconcentration des responsabilités ; 

  • de s’assurer de la réalité des redéploiements de moyens internes au bénéfice de la production de services ; 

  • de vérifier la qualité du pilotage de la convention tripartite. Afin de mener à bien ses investigations, la mission a rencontré de nombreux interlocuteurs : l’ensemble des services intéressés de la direction générale de l’opérateur, les directions d’administration centrale compétentes en matière de tutelle

     – délégation générale à l’emploi et à la formation professionnelle (DGEFP), direction de l’animation, de la recherche et des études statistiques (DARES), direction du budget

     – ainsi que la gouvernance de l’UNEDIC. Des entretiens ont également été organisés avec la quasi-totalité des administrateurs, non État, de Pôle emploi. 

    Outre des visites en Ile-de-France, la mission a conduit des investigations approfondies dans trois régions pour juger de la mise en œuvre de la convention tripartite et de sa déclinaison à travers le plan stratégique Pôle emploi 2015 : Nord-Pas de Calais, Centre et Provence-Alpes- Côte d’Azur. Lors de ces déplacements, la mission s’est intéressée non seulement aux différents échelons territoriaux de Pôle emploi – directions régionales, directions territoriales, agences – mais également à l’ensemble des acteurs avec lesquels Pôle emploi interagit : services de l’État, instances paritaires régionales, collectivités locales (conseils régionaux et généraux), co-traitants (missions locales et cap emploi) et entreprises.

Dans un contexte marqué par une augmentation continue de la demande d’emploi, Pôle emploi a continué d’accueillir et d’indemniser les demandeurs d’emploi dans des conditions satisfaisantes tout en rééquilibrant ses comptes 

L’augmentation importante – 19,5 % pour la demande d’emploi fin de mois de catégorie A – et continue du nombre de demandeurs d’emplois depuis janvier 2012, date de la signature de la convention tripartite, n’a pas dégradé les performances de Pôle emploi en matière d’accueil et d’indemnisation, qui ont même progressé. Les moyens supplémentaires alloués par l’État, avec le renfort de 4 000 agents non prévu dans la convention tripartite, y auront contribué. 

Au-delà de la poursuite de la mise en œuvre d’un schéma immobilier qui conduit 96 % du public concerné à se trouver à moins de 30 minutes d’un site de référence – soit 16 points au- dessus de l’objectif – Pôle emploi reçoit aujourd’hui 96,7 % des demandeurs d’emploi en entretien d’inscription et de diagnostic (EID) en moins de dix jours, pour une cible de 85 %, et prend les décisions concernant l’indemnisation dans les délais impartis pour 90,2 % des demandeurs d’emploi, un taux en progression de 1,3 point par rapport au niveau de 2012, mais en-deçà de la cible (93 %). 

Ce contexte n’a par ailleurs pas empêché Pôle emploi de rétablir ses finances, notamment grâce à l’accroissement des ressources allouées par ses deux principaux financeurs, État et Unédic, ainsi qu’à des efforts internes de maîtrise des dépenses. Un excédent significatif a été enregistré dès l’exercice 2013, alors que la convention avait fixé à 2014 le retour à l’équilibre. Sur la base du budget prévisionnel 2014, l’opérateur devrait afficher, sur la période 2012- 2014, un déficit cumulé de 19,6 M€ – intégrant un prélèvement sur fonds de roulement de 50 M€ pour co-financer le plan « 100 000 formations » – contre un déficit cumulé de 390,4 M€. L’arrêté des comptes au 30 juin 2014 montre par ailleurs que le résultat final pourrait être meilleur que les projections du budget prévisionnel, dans l’hypothèse où, contrairement aux années 2012 et 2013, des provisions non anticipées ne seraient pas inscrites en fin d’exercice. 

Le maintien à l’équilibre des comptes de Pôle emploi au cours des prochaines années nécessitera cependant des efforts de rigueur accrus, notamment sur des postes qui ont connu de fortes progressions au cours de l’actuelle convention tripartite, au premier rang desquels l’immobilier et les dépenses de personnel. 


En parallèle au retour à l’équilibre de ses comptes, Pôle emploi sera enfin parvenu à redéployer une partie de ses moyens vers le suivi et l’accompagnement des demandeurs d’emploi. Le résultat final de ces redéploiements à fin 2014 est toutefois difficile à quantifier précisément. En effet, s’agissant de l’objectif de redéploiement de 600 ETP depuis les fonctions supports, si la cible intermédiaire à fin 2013 a été dépassée, l’absence d’information sur les résultats obtenus au 30 juin 2014 ne permet pas de se forger une opinion sur l’atteinte de l’objectif final et montre des problèmes de fiabilité dans la collecte des données pertinentes. 

L’indicateur lié à la progression du temps consacré à l’activité de suivi et d’accompagnement a également connu des problèmes de fiabilité. Dans l’hypothèse où ceux-ci seraient définitivement résolus, la situation à la mi-2014 montre à la fois l’importance des efforts déjà réalisés, avec 3 000 ETPT supplémentaires dégagés, une forte variabilité mensuelle et un reste à accomplir qui nécessitera, pour tendre vers l’objectif, la mobilisation d’autres mesures que celles initialement envisagées. 

Pôle emploi, comme l’y engageait la convention tripartite, a par ailleurs profondément remodelé ses offres de services, qui ne sont toutefois pas arrivées à maturité 

La convention tripartite 2012-2014 introduisait des changements significatifs dans les différentes offres de services de l’opérateur, notamment vis-à-vis des demandeurs d’emploi ou des entreprises, autour d’une logique de personnalisation. Cette logique a été reprise dans le plan stratégique « Pôle emploi 2015 » autour de l’axiome « faire plus pour ceux qui en ont le plus besoin ». 

S’agissant de la logique de territorialisation et de déconcentration des responsabilités
rendue nécessaire par la plus grande autonomie accordée aux agences et aux conseillers pour mieux personnaliser leurs services, la mission a pris note du déploiement de nombreux outils : diagnostic territorial, fongibilité des dépenses d’intervention, réserve budgétaire pour le financement de projets territoriaux innovants. De manière non surprenante compte tenu de leur caractère récent et de l’impact d’autres réformes, la mission a toutefois constaté que ces dispositifs, bien accueillis sur le terrain, ne sont pas encore pleinement mobilisés : les diagnostics territoriaux sont inégaux, le calendrier 2014 du dialogue de performance n’a pas permis une bonne déclinaison des objectifs, la structure des dépenses d’intervention n’a guère évolué et le nombre de projets innovants retenus au 30 juin 2014 était limité. 

S’agissant de l’accompagnement des demandeurs d’emploi, la mission a relevé l’investissement important de l’opérateur, de la direction générale jusqu’aux conseillers dans les agences, pour la mise en œuvre courant 2013 des trois nouvelles modalités d’accompagnement (le suivi, l’accompagnement guidé et l’accompagnement renforcé). La nouvelle offre de services ne semble toutefois pas être arrivée à maturité, à en juger notamment par la poursuite du rééquilibrage entre les différents portefeuilles, le cloisonnement des modes d’accompagnement, le faible recours à l’approche multicanal, la lente montée en puissance des jalons dits personnalisés ou la diminution de l’intensité de l’accompagnement au fur et à mesure de l’augmentation de l’ancienneté au chômage. De manière générale, la mission s’interroge sur le degré d’autonomie accordé aux agents. Si celle-ci constitue une avancée certaine, elle ne doit pas se traduire par une perte de repères et une compréhension hétérogène du contenu de l’offre de services. 


S’agissant de la relation aux entreprises, qui mobilise des moyens décroissants – 11 % des coûts complets, incluant la gestion des mesures gouvernementales, la mission a pu constater que la nouvelle offre de services a connu un début de déploiement compliqué, du fait notamment d’une date de lancement – avant les vacances d’été 2013 – non optimale. Le déploiement n’est par ailleurs pas achevé, plus particulièrement concernant son volet « prospection ». Dans ces conditions, il n’est pas étonnant de constater, sur le terrain, un déficit d’appropriation par les agents d’une démarche visant à développer le conseil en recrutement et à apporter un appui renforcé aux entreprises les moins outillées pour réussir leurs opérations de recrutement. Par ailleurs, le chantier lié à la transparence du marché du travail fait l’objet d’une montée en charge progressive. En juin 2014, 16 partenariats sur les 50 attendus pour fin 2014 avaient été signés. 

S’agissant des partenariats, et même si des marges de progrès demeurent, la mission a été favorablement impressionnée par la démarche engagée avec certains conseils généraux autour de « l’accompagnement global », qui constitue une quatrième modalité d’accompagnement. L’attention apportée à cette nouvelle formule tranche avec la persistance de difficultés anciennes pour d’autres partenariats, notamment la co-traitance avec les missions locales ou les Cap emploi. Il serait souhaitable que la logique à l’œuvre en matière d’accompagnement global – avec la reconnaissance explicite de la complémentarité offerte par le partenaire – et l’énergie déployée pour surmonter les obstacles, par exemple en matière de systèmes d’information, puissent irriguer à l’avenir l’ensemble des partenariats de Pôle emploi. 

❸ Les objectifs et indicateurs inscrits dans la convention ne sont pas atteints pour plus de la moitié d’entre eux 

Au-delà des objectifs et indicateurs susmentionnés concernant l’accueil, l’indemnisation et les moyens, la convention tripartite fixait treize autres objectifs assortis d’indicateurs, concernant quasi-exclusivement l’accompagnement des demandeurs d’emploi et la relation aux entreprises. Plusieurs constats s’imposent. 

Tout d’abord, la quasi-totalité des indicateurs (quinze sur dix-sept) a connu des évolutions, que ce soit dans le mode de calcul, le mode de suivi, le périmètre retenu ou la cible choisie. Si la convention tripartite prévoyait la possibilité de telles révisions – notamment pour tenir compte de l’évolution de la conjoncture économique – ces modifications entraînent des ruptures de série compliquant la lecture qu’on peut en faire et les enseignements qui peuvent en être tirés. La mission a par ailleurs été surprise que les indicateurs n’aient pas été audités en tant que tels par la direction générale de Pôle emploi pendant la durée de la convention. 

En outre, rares sont les objectifs et indicateurs qui reflètent directement les nouvelles offres de services et celles-ci sont souvent trop récentes pour avoir un impact qui puisse être traduit dans les indicateurs. 

Enfin, les niveaux atteints par les indicateurs sont contrastés. Même si les tendances affichées sont parfois positives, aucune des cibles – même révisées pour tenir compte de la dégradation de la conjoncture – assignées en matière d’accompagnement des demandeurs d’emploi et de retour à l’emploi n’est atteinte, avec des résultats particulièrement préoccupants concernant les demandeurs d’emploi de longue durée. S’agissant de la relation aux entreprises, si trois des cibles sont atteintes, les changements de périmètre jouent un rôle non négligeable dans l’évolution des indicateurs concernés. Les cibles ne sont en outre pas atteintes pour les deux indicateurs liés à l’activité d’indemnisation. 




❹ Dans ces conditions, la mission considère que la prochaine convention tripartite devrait s’inscrire dans une double logique d’approfondissement des offres de services et d’exigences renforcées en termes de résultats 

La mise en œuvre récente, voire inachevée, des principales offres de services ne permet pas, faute de recul suffisant, d’en évaluer concrètement et précisément la valeur ajoutée. Dès lors, et dans l’hypothèse où les signataires de la convention continuent d’adhérer à une démarche de personnalisation, la prochaine convention devra s’inscrire dans une logique d’approfondissement, donnant ainsi du temps aux nouvelles offres de service pour faire la démonstration de leur efficacité. 

Des évolutions seront toutefois à apporter pour répondre aux difficultés rencontrées sur le terrain, avec notamment un renforcement du volet « diagnostic » de l’EID, une réforme des jalons obligatoires des 4ème et 9ème mois, un cadrage renforcé du contenu des différentes modalités d’accompagnement des demandeurs d’emploi ainsi qu’une fluidité accrue entre celles-ci, une professionnalisation de la relation aux entreprises – dans la lignée de l’expérimentation récemment menée sur les conseillers dédiés aux entreprises –, une attention accordée à l’ensemble des partenariats aussi importante que celle dévolue à l’accompagnement global ou des progrès sur l’articulation des systèmes d’information de Pôle emploi avec ceux de ses partenaires. 

Au-delà de ces aménagements, la prochaine convention tripartite devra être conçue pour pouvoir s’assurer, à la fin de la période qu’elle couvrira, de la réelle valeur ajoutée des nouvelles offres de services ainsi que des organisations retenues. Cela implique de continuer à s’appuyer sur un nombre limité d’objectifs et d’indicateurs – le niveau actuel paraît pertinent – davantage orientés vers les résultats qu’aujourd’hui, qu’il convient de stabiliser le plus rapidement possible et qui devraient pouvoir être déclinés, dans leur très grande part, jusqu’aux agences. Plusieurs propositions d’évolution par rapport au dispositif actuel sont avancées dans le rapport. Enfin, certains domaines non couverts par des objectifs ou des indicateurs gagneraient à l’être (partenariats, qualité de l’accueil, déploiement du volet prospection de l’offre de services aux entreprises). 

Parallèlement, la mission préconise certaines évolutions relatives à la gouvernance de la convention tripartite, notamment un allongement de sa durée à quatre ou cinq ans, un allègement de sa comitologie avec la fusion du comité de suivi et du comité des directeurs, ainsi que la participation, à titre expérimental, du directeur général de l’UNEDIC en tant qu’observateur au conseil d’administration de Pôle emploi. 







CONCLUSION

Après une première convention largement marquée par les opérations liées à la fusion des anciens réseaux ANPE et ASSEDIC et la création de l’opérateur, la convention tripartite État – UNEDIC – Pôle emploi 2012-2014 avait pour principal objectif de cadrer le positionnement de Pôle emploi en régime a priori stabilisé, qui devait s’appuyer sur des offres de services largement renouvelées. 


Même si ce qui est présenté comme des ruptures peut parfois s’analyser comme une continuité ou comme le retour à des pratiques antérieures, il n’en demeure pas moins que Pôle emploi s’est engagé depuis la signature de l’actuelle convention tripartite dans d’importantes transformations. La mission a pu constater, notamment lors de ses visites de terrain, le degré de mobilisation des personnels et entendre, de la part de nombre des interlocuteurs extérieurs rencontrés, un niveau de satisfaction quant à leurs relations avec l’opérateur plus élevé que celui qui pouvait prévaloir il y a quelques années. 


Pour autant, force est de constater que les progrès réalisés ne se reflètent pas véritablement dans les indicateurs de la convention tripartite. Plusieurs raisons peuvent en partie expliquer ce constat. Le nombre de demandeurs d’emploi n’a tout d’abord pas cessé d’augmenter depuis la signature de la convention, conduisant Pôle emploi à consacrer une grande partie de ses forces à l’accueil et à l’indemnisation des demandeurs d’emploi, au détriment d’autres activités comme la relation aux entreprises. Par ailleurs, les délais – que la mission ne met pas en cause – nécessaires au déploiement des nouvelles offres de services font que celles-ci ne sont pas toujours arrivées à maturité à la date de rédaction du présent rapport et sont trop récentes pour que leur impact puisse se lire dans les indicateurs. 


Ces résultats témoignent toutefois également des progrès qui restent à faire pour mieux accompagner les demandeurs d’emplois et faciliter leur retour à l’emploi. Pour ce faire, Pôle emploi doit notamment progresser dans le diagnostic individuel qu’il fait en matière de retour à l’emploi de chaque demandeur, davantage différencier – dans la pratique – l’accompagnement des demandeurs d’emploi, professionnaliser sa relation aux entreprises et reconnaître la valeur ajoutée que peuvent apporter ses différents partenaires – comme il a récemment décidé de le faire avec les conseils généraux dans le cadre de la démarche d’accompagnement global.


Dans ces conditions, la mission considère que la prochaine convention doit largement s’inscrire dans une logique d’approfondissement de l’actuelle. Il convient de s’assurer d’une meilleure maîtrise par les agents, aidés par leur management, des nouveaux concepts et outils sans modifier les nouveaux repères auxquels les demandeurs d’emploi et les entreprises commencent à s’habituer. Cette phase d’approfondissement ne doit toutefois pas s’analyser comme une pause après une période de forte transformation, mais bien comme une nouvelle étape où les changements opérés devront se traduire par des résultats. 

pour plus de détail veuillez cliquer ici: Télécharger 

Établi par




JEAN-PHILIPPE DE SAINT MARTIN INSPECTEUR DES FINANCES
LAURE DELTOUR-BECQ INSPECTRICE DES FINANCES
CAMILLE HERODY INSPECTRICE DES FINANCES

PATRICE BOREL INSPECTEUR GÉNÉRAL DES AFFAIRES SOCIALES
STEPHANIE FILLION INSPECTRICE DES AFFAIRES SOCIALES
AVEC LE CONCOURS DE THIERRY BRETON INSPECTEUR DES AFFAIRES SOCIALES

Source: Inspection générale des finances N° 2014-M-046-02;

               Inspection générale des affaires sociales 2014-063R



Tableau 1 : Comptes de résultat 2011-2014 simplifiés (en M€) 

                                                                 2011 (Rappel)     2012      2013     2014 (Prév)
Produits d’exploitation                                                 4 777,0          4 910,5   5 085,0     5 096,7
dont subvention État                                                       1 360,0         1 411,7    1 469,0    1 507,0
dont contribution UNEDIC                                            2 965,7         3 024,9    3 137,8    3 187,1
Charges d’exploitation                                                 4 864,7         4 966,1    5 020,1    5 126,8
Charges d’intervention                                                     877,3             888,7       836,7       906,4
Charges de personnel                                                     2 912,2         2 949,8     3 043,9   3 145,4
Charges immobilières                                                       309,2            314,4        331,5       353,6
Frais de gestion                                                                   10,3             44,6          48,9          54,6
Autres charges de fonctionnement                                   615,1            565,6        516,4        527,3
Dotations aux amortissements et provisions                    140,7            219           242,6        139,5
Résultat d’exploitation                                                    -87,7           -55,6           64,9         -30,1
Résultat financier et exceptionnel                                      2                -2                3,2
Résultat                                                                            -85,7           -57,6           68,1         -30,1
Source : Pôle emploi Documents budgétaires 






Il convient par ailleurs de souligner que le déficit prévu pour 2014 s’explique largement par la décision de prélever 50 M€ sur le fonds de roulement de Pôle emploi pour cofinancer le plan « 100 000 formations ». Sans cela, le résultat prévisionnel aurait été positif.





Tableau récapitulatif des recommandations de la mission


Numéro
Libellé
Accueil des demandeurs d’emploi
1
Développer les indicateurs de pilotage relatifs à la qualité de service délivrée à l’accueil
Indemnisation
2
La mise en œuvre d’une nouvelle convention d’assurance chômage doit s’accompagner d’un effort de communication pédagogique préalable visant à faciliter l’appropriation des nouvelles règles avant que celles-ci n’entrent vigueur
3
Dans l’hypothèse où il serait maintenu, mettre le libellé de l’ICT 7 en cohérence avec sa définition
4
Fixer comme objectif de notifier, via l’espace personnel du demandeur d’emploi, la prise en charge le jour de l’EID
5
Aligner les objectifs fixés à Pôle emploi sur ceux des services publics comparables en matière de qualité de l’information délivrée
6
Dès réception d’une DPAE, inviter systématiquement le demandeur d’emploi à confirmer l’embauche et à mettre à jour sa situation administrative
7
Établir une convention de partenariat avec la Chancellerie et systématiser les partenariats avec les parquets. Établir une stratégie nationale de mise en œuvre des sanctions administratives et veiller à sa déclinaison territoriale
Accompagnement des demandeurs d’emploi
8
Faire de la fluidité entre modalités d’accompagnement un axe de l’approfondissement de la démarche de différenciation dans le cadre de la prochaine convention tripartite. En application de cette orientation, formaliser une procédure visant à encadrer et faciliter les changements de modalités pour les demandeurs d’emploi à toutes les étapes de leur accompagnement
9
Examiner l’opportunité d’instaurer une borne temporelle au sein du mode suivi, consistant à limiter la durée de l’accompagnement au sein de cette modalité
10
Afin d’aboutir à une différenciation plus effective et à une appropriation accrue de la démarche, renforcer le rôle de l’équipe locale de direction (en particulier celui des responsables d’équipe) dans le sens d’un suivi accru de l’activité des conseillers concernant la gestion de leur portefeuille, contrepartie de leur autonomie
11
Afin de pallier les inégalités territoriales constatées et fixer des repères dans l’organisation du travail des conseillers, encadrer l’autonomie des agences dans la gestion de la différenciation en définissant plus précisément au niveau national le contenu de chaque modalité d’accompagnement, permettant ensuite au niveau local de déterminer des ciblages pertinents en termes de publics, sur la base des caractéristiques des bassins d’emploi
12
Dans la perspective de la prochaine convention tripartite, conserver l’indicateur mesurant le taux de satisfaction des demandeurs d’emploi concernant l’adaptation de l’offre de services de Pôle emploi à leurs besoins tout en prévoyant les ajustements suivants :
  •   prévoir une décomposition de l’indicateur par modalité d’accompagnement ;
  •   fixer une cible plus ambitieuse ;
  •   examiner la faisabilité et l’opportunité de créer un outil unique de mesure de la satisfaction des demandeurs d’emploi, permettant une déclinaison territoriale plus fine de l’indicateur
13
Dans la perspective de la prochaine convention tripartite, ne pas reconduire les actuels
Numéro
Libellé
indicateurs n°1 et n°1 BIS. Construire un nouvel indicateur, plus simple et utilisable sur le terrain. A terme, prévoir une décomposition de l’indicateur par modalité d’accompagnement.
14
Compte tenu des enjeux prégnants du chômage de longue durée et de la situation préoccupante observée au titre du bilan de l’actuelle convention tripartite :
  •   reconduire dans la prochaine convention les indicateurs relatifs à la part des demandeurs d’emploi encore inscrits sur les listes de Pôle emploi douze mois après leur inscription, notamment les jeunes de moins de 25 ans et les séniors de 50 ans et plus ;
  •   reconduire dans la prochaine convention l’indicateur relatif au nombre de demandeurs d’emploi ayant une durée d’inscription cumulée de plus de 21 mois en catégorie A au cours des 24 derniers mois ;
  •   ventiler cet indicateur par modalités d’accompagnement afin d’apprécier la proportion de demandeurs d’emploi concernés par la récurrence au chômage dans chaque mode et mesurer l’impact de la nouvelle offre de services sur les résultats
15
Dans la perspective de la prochaine convention tripartite, examiner l’opportunité de remplacer l’indicateur de l’actuelle convention mesurant le taux de sortie vers l’emploi durable six mois après toute formation prescrite par Pôle emploi en raison de ses limites méthodologiques
16
Clarifier le système de codification des entretiens réalisés entre l’EID et le premier jalon obligatoire afin de déterminer précisément si ceux-ci relèvent de la catégorie entretien personnalisé (EDP) ou entretien obligatoire (EDS)
17
Dans la perspective de la prochaine convention tripartite, traiter le sujet de la réforme des jalons obligatoires afin d’améliorer l’accompagnement des demandeurs d’emploi
18
Tout en maintenant inchangée la durée de l’EID, alléger son contenu afin de réduire les actes métiers réalisés par le conseiller et renforcer ainsi le temps consacré à l’élaboration du diagnostic et à l’affectation du demandeur d’emploi dans un mode d’accompagnement
Relations aux entreprises
19
Veiller au déploiement de l’offre de services aux entreprises dans toutes ses composantes (traitement de l’offre et prospection)
20
Renforcer le pilotage de la relation aux entreprises afin de consolider son appropriation par les conseillers
21
Engager une réflexion concernant la création d’un objectif et d’un indicateur liés à la prospection
22
Abandonner lors de la prochaine convention l’indicateur ICT 12
23
Au regard des résultats de l’expérimentation « services dédiés aux très petites entreprises », une réflexion pourrait être engagée quant à une meilleure articulation de la relation aux entreprises entre les TPE et les grandes entreprises
24
Veiller à l’amélioration de la disponibilité et de la réactivité des agences et des conseillers auprès des entreprises
25
Actualiser et adapter le ROME aux nouveaux métiers de l’entreprise et développer une approche par les compétences
26
Favoriser la professionnalisation de la relation aux entreprises
Territorialisation et partenariats
27
Mettre en place :
  •   la fixation d’indicateurs, dans le cadre des accords nationaux et locaux entre Pôle emploi et ses partenaires, en nombre réduit mais robustes permettant de traiter le volet qualitatif des actions co-construites et les résultats concrets des actions menées ;
  •   une évaluation des partenariats entre Pôle emploi et ses principaux partenaires, au niveau national et à chaque échelon du territoire, dans le cadre des nouvelles instances nationales et régionales créés par la loi ;
Numéro
Libellé
une capitalisation pour l’ensemble des réseaux concernés par des plans d’action partagés avec l’opérateur et la diffusion partagée des pratiques réussies et leurs méthodes
28
Pôle emploi doit respecter ses engagements, liés à l’accord-cadre entre lui, l’État et le CNML, dans leur déclinaison au niveau local en termes de nombre d’agents affectés. Dans ce cadre, il convient :
  •   de repréciser le statut, le rôle et le contenu « métiers » de ces agents ;
  •   de réexaminer à intervalle régulier le contenu précis des missions pour les postes affectés, sur la base d’un bilan des activités et d’une évaluation partagée, permettant aux agents concernés de chaque réseau d’être au clair et sécurisé dans leurs activités et leur collaboration.
    En cas de difficultés pour pourvoir les postes, Pôle emploi doit définir d’autres processus de collaboration partagé, qui se substitueraient aux agents affectés, avec les mêmes préoccupations de bilans réguliers et d’évaluations partagées
29
Un état précis, partagé avec le CNML, des effectifs réels présents sur chacun des territoires, et/ou des scénarios alternatifs construits sur certains territoires, serait souhaitable pour examiner les difficultés diagnostiquées et les réponses qui pourront être apportées dans l’intérêt de la cotraitance et du partenariat renforcé
30
La mission considère que l’élaboration d’un diagnostic pluriannuel partagé entre les deux réseaux et de plans d’action pluriannuels et actualisés régulièrement, doivent rester une cible pour l’avenir
31
S’agissant de la définition et de la mise en œuvre de plans d’actions, les futurs accords- cadres, au niveau régional et local, devront mieux définir les champs et le contenu du « partenariat renforcé », à la fois pour les enjeux de la cotraitance proprement dite et pour la vision stratégique et opérationnel du développement plus large du partenariat (partage des objectifs poursuivis, moyens mis en œuvre par chaque partenaire, critères d’évaluation qui seront appliqués chaque année ou en pluriannuel pour certaines actions)
32
Progressersur la connaissance mutuelle, entre les deux réseaux, de leurs offres de services, de leurs prestations, et des conditions de leur mobilisation ainsi que sur leur articulation et leur complémentarité sur les territoires
33
Au regard de la gravité de la situation en termes de chômage des jeunes, il est urgent de dépasser les positionnements de concurrence et d’améliorer la gestion des relations à l’entreprise, au plan régional et local, notamment par des plans d’action coordonnés tournés vers les entreprises (recueil et partage des offres et des informations sur les entreprises, amélioration des outils communs d’information des offres de service en direction des entreprises...)
34
Dresser un point d’étape précis, et partagée entre l’État, le CNML et Pôle emploi, de l’état d’avancée de chacun des points de la feuille de route, près de deux ans plus tard, et inscrire les travaux restant à finaliser, et leur calendrier, dans la partie de la convention tripartite consacré au partenariat
35
Pôle emploi doit définir les conditions à réunir pour monter en compétence s’agissant de l’orientation des demandeurs d’emplois. Cela concerne les compétences de ses équipes, les ressources humaines qui pourront y être réellement consacrées, et la place de cette prestation dans le cadre de l’EID, compte tenu notamment des analyses du présent rapport relatif à celui-ci. L’offre que l’opérateur construira sur cet enjeu devra intégrer une part d’adaptabilité pour les équipes locales dans leur partenariat avec les autres acteurs de l’orientation et, en premier lieu, les régions
36
Pôle emploi doit définir une stratégie partenariale en direction des acteurs de l’insertion s’agissant du suivi des demandeurs d’emploi pour lesquels il est essentiel d’identifier et de traiter les freins périphériques à l’emploi, et de préciser les spécificités respectives de l’accompagnement global et de l’accompagnement social
37
Le poids central et structurant de l’opérateur en termes de systèmes d’information rend nécessaire la mise en place d’une veille organisée et partagée avec ses partenaires, au niveau national comme sur les territoires, s’agissant, de donner de la visibilité sur
Numéro
Libellé
l’avancée des chantiers, des engagements en termes de calendrier de mise en œuvre, de l’évaluation de ces outils et des évolutions permanentes qu’ils supposeront à l’avenir, notamment pour ouvrir le cas échéant des accès complémentaires en fonction de l’évolution des besoins et du rôle des différents acteurs
Moyens
38
La prochaine convention tripartite devra inviter Pôle emploi à conduire une réflexion sur la densité de son réseau
39
Compte tenu de leur poids croissant dans le budget de fonctionnement de Pôle emploi, il conviendrait de s’assurer que les frais de gestion acquittés correspondent au juste coût des dépenses engagées par les organismes concernés et que leur tarification est justifiée par des éléments de comptabilité analytique
40
La mission encourage Pôle emploi à s’assurer, à la fin du premier trimestre 2015, que les postes annoncés comme supprimés à la fin de l’année 2014 n’ont pas été recréés quelques semaines plus tard
41
Au-delà de cette ultime vérification, la mission considère qu’il n’est a priori pas pertinent de reconduire un objectif spécifique aux fonctions supports et donc un indicateur associé dans la prochaine convention
42
Dans l’hypothèse où un nouvel objectif serait déterminé en matière de temps supplémentaire dégagé au profit des activités de suivi et d’accompagnement des demandeurs d’emploi et où l’indicateur associé serait suivi via RDVA, calculer et préciser la marge d’erreur attachée à ce mode de suivi
Pilotage de la convention
43
Prévoir une quinzaine d’indicateurs dans la prochaine convention tripartite, dans la continuité de l’actuelle convention
44
Dans la perspective de la prochaine convention tripartite, stabiliser les indicateurs dans les meilleurs délais, au plus tard avant la fin du premier trimestre 2015
45
Réaliser des audits sur les indicateurs de la prochaine convention tripartite
46
Fusionner le comité de suivi et le comité des directeurs
47
Confier au directeur général de l’UNEDIC un rôle d’observateur au sein du conseil d’administration de Pôle emploi
48
Allonger la durée de la convention tripartite à quatre ou cinq ans

1 commentaire:

Jean-Pierre Bonmartin a dit…

C'est triste une telle désinformation !