L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

avril 20, 2015

Votation: L' abstentionnisme qu'en est-il exactement chez les "libéraux" ?

L'Université Liberté, un site de réflexions, analyses et de débats avant tout, je m'engage a aucun jugement, bonne lecture, librement vôtre. Je vous convie à lire ce nouveau message. Des commentaires seraient souhaitables, notamment sur les posts référencés: à débattre, réflexions...Merci de vos lectures, et de vos analyses.

Sommaire:

A) De l'abstention aux élections et du consentement à l’État. par Bertrand Lemennicier - L'abstention aux élections + divers écrits de libéraux sur son site.

B) Lettre ouverte aux abstentionnistes par Jacques Garello sur libres.org - l’ALEPS




  
C)  ABSTENTIONNISTES, LEVEZ-VOUS! par Marc Grunert - CHRONIQUE DE RÉSISTANCE

D) Les causes de l’abstentionnisme électoral par Hamdi Souissi   (Thèse, source: academia.edu) - Canada - Ottawa.

E) Un remède miracle à l’abstentionnisme ? L’optimisme !

F) Vote obligatoire : démocratie ou paternalisme ? -


 
A) De l'abstention aux élections et du consentement à l’État.


Les campagnes de propagande  actuelles pour nous inciter à voter et élire les membres du parlement européen (ou de tout autre parlement, y compris élire  un chef d’État au suffrage universel,  comme en France), méritent d'être examinées d'un peu plus près. Ces campagnes cherchent à culpabiliser les abstentionnistes.
 Écoutez nos hommes politiques: si vous ne votez pas ce sera le déclin, la fin d'une période de paix, car les " partis populistes" vont l'emporter.  Si ces partis l'emportent ce sera la régression sociale et économique, la catastrophe. Si on quitte l'euro, les retraités seront ruinés par l'inflation, comme si les pays de la zone non euro étaient plus en déclin que les autres ou plus inflationnistes que les autres. Tous ces arguments font appel à la peur. Cette rhétorique de la part des hommes politiques est de bonne guerre bien qu'inadmissible de la part de personnages, membres d'un parlement et donc bardés de diplômes. Elle cherche à faire oublier aux citoyens ce que  cache concrètement l'acte de voter.

Ne soyez pas ignorant de ce que signifie pénétrer dans un isoloir, mettre secrètement un bulletin de vote  dans une enveloppe et la glisser dans la fente d'une urne.
Le vote, lors d'une élection, est souvent considéré comme un principe de consentement aux décisions collectives prises au niveau d'un État. Il s'agit d'une fiction pour vous faire croire que vous avez l'obligation de respecter les décisions prises, parce que vous avez volontairement pris part à la décision en votant. Malheureusement l'action de voter ne peut valoir consentement à l’État ou à son régime politique: la démocratie, ce Dieu qui a échoué, pour reprendre le titre célèbre d'un ouvrage de H.H.Hoppe, ni à la décision prise.  En effet, les citoyens ne se font pas connaître individuellement et n'assument pas personnellement la responsabilité de leurs actes en déléguant leur pouvoir à des tiers : les élus. Au contraire, ils désignent, en secret, certains d'entre eux pour user de la contrainte publique en leur nom et pour leur propre bénéfice, tandis qu'eux-mêmes restent cachés aux yeux des autres. Pourquoi cachent-ils leurs opinions? De quoi ont-ils peur?

Nous pouvons nous reporter à la lecture de  Lysander Spooner et de son pamphlet: "No Treason-The Constitution of No Authority" publié en 1870 à Boston. Que nous dit-il?  Le secret et l'anonymat, par définition  interdisent d'affirmer que voter puisse signifier consentir aux obligations issues du vote. L'obéissance à ces obligations repose sur la seule force brute du monopole de la violence accordé temporairement à la faction politique qui aura pris le pouvoir suite à cette élection. Ne nous laissons pas intimider par cette propagande. Les abstentionnistes ont fondamentalement raison de  refuser de voter.  Ce refus de participer à un processus de décisions collectives, qui donne le pouvoir de contraindre une population entière ou une fraction d'entre elle à des obligations auxquelles elle ne consent pas, est parfaitement moral. En effet, l'acte de voter est, de fait, devenu, dans nos démocraties contemporaines, une action "criminelle" au sens où l'électeur, par son vote, sait qu'il va "déléguer" à un homme politique, qu'il soit de droite ou de gauche, mécréant ou religieux,  le pouvoir de commettre en toute impunité des crimes ou des délits au profit de ses électeurs en volant Pierre pour habiller Paul et/ou en empêchant Pierre d'exercer une quantité de droits qui lui sont naturels.

S'abstenir est donc un acte politique qui délégitime le processus politique. Si tous, nous nous abstenions de voter, le parlement européen ne pourra pas siéger faute de députés et donc légiférer. Ce sera forcément un grand pas vers la liberté. Cela obligerait les citoyens à  retrouver leur capacité à vivre d'une manière autonome en affirmant leurs droits imprescriptibles que sont: la liberté, la propriété et la résistance à l'oppression (article II de la déclaration des droits de l'homme de 1789 qui au préambule de notre constitution mais qui ne l'est pas dans la charte européenne des droits de l'homme) en se donnant les moyens privés de faire respecter ces droits.

Il n'est pas inutile de revenir sur les arguments de Lysander Spooner,(1808-1887) ce juriste américain du XIX siècle.  Voter ne  signifie pas un consentement aux obligations issues des urnes, pas plus qu'on ne peut appeler " consentement" l'obéissance des citoyens à un groupe d'hommes armés appelé gouvernement. Cette notion de consentement (ou de contrat social) est une pure abstraction. Or, il est impossible de passer un contrat avec une abstraction, un incorporel ou un non-existant.
 La « démocratie » contemporaine est immorale et contraire à la liberté. Refuser de voter est donc un acte politique que tous les électeurs devraient pratiquer s'ils étaient vertueux. Ce qu'ils ne sont pas.
Reprenons les dix arguments de Lysander Spooner avec un commentaire contemporain.
1 "par la nature même des choses, l'acte de voter ne saurait lier que les personnes mêmes qui votent". 
 
Ceux qui ne votent pas sont des tiers qui ne se sentent pas concernés, sans doute, par les décisions collectives prises par les autres, Or, ils sont dans l'obligation de supporter les conséquences des décisions prises par ceux qui votent. Il y a deux types de perdants: la fraction des électeurs qui ont voté contre ('ils ont jugé mauvaises pour eux, ou pour les autres, les conséquences du programme politique proposé au vote); et ceux qui ne se sentent pas  concernés par l'enjeu de l'élection. Par définition, le jeu électoral est un jeu à somme nulle, voire négative . En particulier, lorsque le programme politique proposé s'avère néfaste pour l'ensemble de la population ou une fraction d'entre elle, ce qui arrive souvent, pour ne pas dire à chaque fois. 

L'abstention, comme l'ignorance des électeurs sur les conséquences attendus du vote, sont interprétées par les économistes comme le résultat d'un comportement purement rationnel de leur part  et non pas comme un jugement de valeur sur la finalité du vote. Le coût d'opportunité de voter et de se renseigner sur les conséquences de son vote, pour soi-même ou pour les autres, excèdent largement les gains attendus. En effet, la probabilité de chaque vote de faire basculer la décision en faveur de celui qui vote est quasi nulle, le gain attendu du vote qui est le produit d'avantages monétaires ou non monétaires espérés du programme politique proposés par le vainqueur des élections est multiplié par cette probabilité. Or une somme aussi grande soit-elle multipliée par zéro fait toujours zéro. Si le coût d'opportunité est positif,  aussi faible , soit-il, l'électeur s'abstient d'aller voter. L'obligation d'aller voter, si la pénalité associée est effectivement appliquée, peut alors inciter les abstentionnistes à se déplacer quitte à voter nul ou blanc. L'obligation d'aller voter ne transforme pas le gain attendu qui est toujours de zéro, il accroît le coût d'opportunité de ne pas allez voter. Ce qui est sanctionné ce n'est pas le manque de civisme de l'électeur mais son arbitrage entre aller voter acte qui est déjà négatif pour lui compte tenu de la valeur de son temps c'est-à-dire du gain qu'il peut obtenir en faisant une autre activité plus rémunératrice en termes de salaire ou de loisirs. L'amende qu'il devra payer taxe paradoxalement l'activité alternative et non pas l'incivisme de l'électeur. L'incitation au civisme passe par une hausse des gains attendus à aller voter. Ce qui est impossible à faire via les gains monétaires.

Le paradoxe n'est donc pas  dans l'abstention mais dans : comment se fait-il qu'il y ait autant  de gens qui votent? Les réponses ad hoc fournies par les économistes font référence: 1) pour l'abstention: soit à l'indifférence (UMPS) entre les deux programmes politiques principaux qui ont des chances de l'emporter, soit à un éloignement idéologique extrême vis-à-vis de ces deux programmes; 2) pour la participation, l'économiste et le politologue font référence soit à la satisfaction obtenue en remplissant son devoir de voter, soit à la prise en compte du comportement des autres électeurs. En effet, si ceux ci ne votent pas, la probabilité de voir la proposition soumise au vote basculer  en faveur de celui qui vote augmente et les gains peuvent alors excéder les coûts. Cette interdépendance stratégique entre les électeurs entre eux expliquent  pourquoi les gens votent dans une proportion non négligeable. Leur objectif est simple: empêcher que les autres emportent les élections. De ce combat entre les électeurs émerge une participation non nulle qui varie selon le type d'élection. Enfin on peut rappeler l'argument de Buchanan et Tullock . Si une seule personne vote ou si  une seule personne décide et que les conséquences de sa décision affectent négativement un grand nombre d'autres personnes (la décision de taxer lourdement les étrangers sur notre territoire qui n'ont pas le droit de voter pour élire un membre du parlement), il y aura une pression des étrangers eux-mêmes pour participer au vote et s'opposer à la décision du "dictateur". Un tel conflit apparaît parce que le principe d'unanimité pour les personnes concernées par la décision n'est pas adopté. Cependant mais avec un principe majoritaire, la dictature d'un seul reste la règle. Dans un vote à la majorité simple, le dictateur est, sous certaines hypothèses, ce que l'on appelle l'électeur médian.


2 "Parmi ceux qui sont autorisés à voter, nombreux sont ceux qui ne votent jamais et  aucun individu ne peut être dit engagé par son vote pour une période plus longue que celle pour laquelle il vote, .. par conséquent, en se fondant sur les votes réellement exprimés, on ne saurait prétendre que, dans la population toute entière , les élus représentent la majorité de ses membres."

On peut rappeler que les jeunes de moins de 18 ans ne peuvent pas voter. Les étrangers vivants sur notre territoire ne sont pas autorisés à voter pour être représentés au parlement français. même s'ils paient des impôts. Si à ces derniers on ajoute les abstentionnistes, les votes blancs et nuls, aucun parti politique  ne dépasse 10% des suffrages de ceux qui sont inscrits sur les listes électorales. Ils ne représentent que des minorités. Ils ne peuvent donc pas se prévaloir du principe majoritaire qui est au fondement de la démocratie contemporaine et prétendre qu'ils représentent les préférences et intérêts  de la population dans sa majorité.
Cette idée fait référence à une vision statistique de la représentativité. Une des solutions souvent proposées pour contrecarrer ce défaut est le vote obligatoire. Une telle proposition, si elle était mise en œuvre et respectée, ne changerait pas fondamentalement la représentativité du parlement. Que 90% des gens vote ou 50% le résultat sera statistiquement le même. Si dans l'échantillon de ceux qui votent il y a la même distribution des préférences et intérêts. Le recensement qui était obligatoire a été supprimé et remplacé par des sondages sur des échantillons représentatifs de la population sans forcer les gens à répondre et on obtient le même résultat qu'avec le recensement.à ce des coûts très bas. On pourrait en faire autant avec les élections.    

3 " En vérité, dans le cas des individus, leur vote réellement exprimé n'est pas à prendre comme une preuve de leur consentement, même au moment où ils l'expriment.. Tout au contraire, il faut considérer que, sans qu'on lui ait même demandé son consentement, l'individu se trouve  de toutes parts entouré par un gouvernement auquel il ne saurait résister; un gouvernement qui, sous peine de châtiments graves,l'oblige à donner son argent et ses services,et à renoncer à exercer quantité de droits qui lui sont naturels. Il voit en outre, que c'est grâce au vote, que d'autres hommes exercent sur lui cette tyrannie...Bref, il se trouve, sans l'avoir voulu dans une situation telle que s'il utilise le vote, il sera peut-être un maître, s'il ne l'utilise pas il sera nécessairement un esclave."  

C'est une situation profondément immorale à laquelle les citoyens font face. On oblige chaque citoyen à s'engager dans une bataille dans laquelle un crime va être commandité par celui qui utilise le vote: violer les droits naturels et imprescriptibles (liberté, propriété et résistance à l'oppression) de certains pour avantager d'autres citoyens politiquement puissants (i.e. capable du nuire et prendre en otage toute ou partie d'une population). Or, en tant que citoyen, nul n'a le droit de commanditer un crime, et en tant qu'élu, nul n'a le droit d'exécuter ce crime commandité par des électeurs! L'acte de voter dans le cadre étatique est devenu, de fait, un substitut à la balle de fusil. C'est une guerre de tous contre tous. Dans cette lutte, les électeurs ne perdent pas nécessairement leur vie, mais ils perdent des opportunités de vivre une autre vie que celle qui va résulter de cette lutte fratricide. Il ne faut pas oublier que derrière le vote se profile l'usage du monopole de la violence pour réaliser les desseins désirés par une fraction (minoritaire) des électeurs. Voter devient donc une activité criminelle. Il est fondamentalement moral de s'y opposer. Ne pas voter, c'est-à-dire refuser de commettre une mauvaise action, est non seulement honorable mais devrait-être la règle. Mais dans un tel système de compétition pour s'emparer du pouvoir politique (donc d'opprimer autrui) pour réaliser ses fins privées ou communautaires, dès qu'une minorité d'électeurs vote, chacun est involontairement engagé dans une bataille où il faut ou être tuer  ou tuer ses adversaires (on vote toujours contre quelqu'un ou contre un programme politique).  Voter devient de la légitime défense de la part de ceux qui ne veulent pas, pour des raisons morales, commanditer une violation des droits naturels de leurs concitoyens à qui ils ne veulent aucun mal. Il est donc difficile de savoir entre ceux qui s'abstiennent et ceux qui votent, par légitime défense, qui consent à quoi, car le vote est anonyme. 
La justification du vote à bulletin secret et à l'anonymat dans l'isoloir (le bulletin de vote n'est pas recevable si vous ne passez pas par l'isoloir) a été conçu pour 
éviter que l'on connaisse l'individu "pivot" ou l'électeur médian, celui qui fait basculer le vote en faveur d'un camp plutôt que d'un autre. En effet, si chaque camp était capable de connaître cet individu, il pourrait être menacé et subir la vengeance du clan perdant pour les dommages qu'il va créer. Il pourrait aussi profiter de cette position pour "vendre"son vote d'une manière ou d'une autre à l'un des deux clans qui convoite le pouvoir pour mettre en œuvre  sa proposition ou son candidat (ce que les universitaires dans les commissions de recrutement connaissent bien et pratiquent  régulièrement, compte tenu du faible nombre de participants à l'élection de leurs collègues. D'où les haines silencieuses et parfois ouvertes qui existent dans ce milieu au demeurant fort sympathique quand on ne cherche pas à s'emparer d'un quelconque pouvoir au sein de cette institution). Exercer une vengeance via l'usage de la force ou de sa menace c'est violer le droit de propriété sur soi ou l'intégrité physique de cet électeur. C'est un acte d'agression qui implique de faire justice. Acheter son vote, en revanche, est un échange volontaire. Cependant, le prix demandé par l'électeur médian, qui met en compétition les deux clans qui s'affrontent, peut être tel qu'il devient le seul bénéficiaire du vote en captant la totalité de la rente que la proposition mise au vote génère. Ce qui annihile l'intérêt du vote majoritaire. Si la constitution imposait que les conséquences de l'adoption d'une proposition ne nuisent à aucun membre de la collectivité (comme dans une copropriété), il faudrait pour la faire passer dédommager les perdants (Principe de Hicks-Kaldor).  On devine tout de suite que plus personne ne serait intéressé à prendre le pouvoir et à utiliser ce moyen pour atteindre ses fins privées ou communautaires, car le coût en serait exorbitant. La encore le vote obligatoire ne change rien à l'affaire, il accroît l'immoralité en forçant les électeurs vertueux (les abstentionnistes) à faire le mal.

4 "Prendre le bien d'un homme sans son accord, puis conclure à son consentement parce qu'il tente en votant, d'empêcher que son bien ne soit utilisé pour lui faire tort, voilà une preuve bien insuffisante  de son consentement"  

L'impôt est normalement une obligation pour tous (manifestement l'impôt sur le revenu ne l'est pas pour tous puisque 17 millions de français en sont exemptés au prétexte que leur revenu n'est pas assez élevé), qu'ils votent ou non. Quand le pouvoir ose diminuer les impôts sur le revenu et se vanter d'avoir diminuer voire annulé cet impôt pour des millions de gens il oublie de préciser que d'autres vont payer plus d'impôts à leur place. Ceux qui votent le font sans doute pour éviter que leur propre argent (ou leur temps) ne soit utilisé contre eux ou à des fins qu'ils jugent profondément immorales (comme de financer par l'impôt les campagnes et les partis politiques qui se déclarent sans vergogne vos ennemis! D'habitude on ne paie pas le voleur pour qu'il vienne vous voler, au contraire on paie des "gens d'armes" pour l'en empêcher). Si ces électeurs avaient pu échapper à l'impôt et "autres usurpations ou tyrannies du gouvernement", ils se seraient abstenus de voter. 


5 " Lors de presque toutes les élections, les suffrages pour la même charge sont dispersés sur divers candidats. Pour ceux qui votent pour le non élu on ne saurait dire à proprement parler qu'ils ont voté pour soutenir ce candidat mais pour  éviter la tyrannie que le candidat élu s'apprête, pensent-ils, à pratiquer à leurs dépens " 

C'est un classique des sondages. En votant contre Hollande, les électeurs ne votent pas pour Sarkozy, en votant pour Sarkozy, ils votent contre Hollande. Chacun vote contre la tyrannie attendue qui sera exercée par celui qui sera élu. Le mandat de Hollande est une excellente illustration de cet argument qui date rappelons le du XIX siècle  époque où  le suffrage n'était pas encore universel!

6 "Quantité de votes vont ordinairement à des candidats qui n'ont aucune chance de l'emporter, on peut raisonnablement supposer que ceux qui vote de la sorte l'on fait avec l'intention spécifique non de soutenir [ les candidats qui ont une chance de l'emporter] mais de voter contre [ eux]". 

Bien que cet argument dépende de la procédure de vote, la dispersion des votes sur des candidats marginaux est aussi une façon de voter blancs ou nuls. Mais aussi une stratégie des partis dominants pour affaiblir leur principal concurrent.

7 "Comme  tous les votes sont exprimés secrètement (par scrutin secret), il n'existe aucun moyen légal de connaître, grâce aux votes, qui vote pour ou qui vote contre, par conséquent le vote n'apporte aucune preuve légale que tel individu particulier soutient [un candidat]. Puisqu'il n'y a aucune preuve légale qu'aucun individu  particulier soutienne [le candidat élu], on ne saurait légalement affirmer qu'il est soutenu par qui que ce soit

Ce qui, en clair, veut dire qu'un candidat élu ne représente que lui même. Une analyse des résultats électoraux peut, par exemple, permettre d'affirmer que Hollande a été élu grâce aux votes non seulement des électeurs de Bayrou qui ont suivi ses consignes de vote (leur nombre n'était pas suffisant) mais aussi des électeurs de l'extrême droite qui se sont reportés au second tour sur son nom violant ainsi une règle habituelle de report de proximité. Mais comme le vote est anonyme, il n'existe aucune preuve légale qu'un individu, en particulier, parmi les électeurs d'extrême droite a pu reporter son vote sur Hollande et non sur Sarkozy.

8 "Comme il n'existe aucune preuve légale des intentions exprimées par le vote de qui que ce soit, nous ne pouvons que les conjecturer"  

En droit et en raison une conjecture (au moyen des sondages d'opinions ou de toute autre méthode plus ou moins sophistiquées) sur qui a voté et pour qui n'est pas une preuve du consentement.

9 "D'aucun homme ne saurait en droit et en raison affirmer qu'il approuve ou soutient [ l'action d'un candidat ou d'un parti ou (d'une constitution dans le cas de Lysander Spooner)] à moins qu'il ne le fasse ouvertement, et d'une manière qui le rende responsable pour les actes de ses agents [les députés ou les hommes politiques qu'il a élu] aussi longtemps que ceux-ci agissent dans les limites du pouvoir qu'il leur a délégué".  

Les hommes politiques comme les bureaucrates sont des irresponsables institutionnels. Ils ne sont pas sanctionnés pour les dommages causés à leurs propres électeurs ou bien à la population sous leur juridiction suite à leurs erreurs politiques et économiques. Ils sont souvent réélus par les électeurs eux-mêmes quand ils ont été condamnés pour corruption. Ce qui en dit long sur les raisons réelles pour lesquelles  nos concitoyens votent. 

10 " Puisque tout vote est secret et puisque tout gouvernement secret est par nécessité une association secrète de voleurs , tyrans et assassins, le fait général que notre gouvernement, dans la pratique, opère par le moyen d'un tel vote prouve seulement qu'il y a parmi nous une association secrète de voleurs, tyrans et assassins, dont le but est de voler asservir et-s'il le faut pour accomplir leur dessein- assassiner le reste de la population

 Les partis politiques du XXième siècle, expression politique d'une fraction des électeurs, ont prouvé, qu'avec la nature profonde des États modernes, les électeurs pouvaient  commanditer et faire exécuter massivement des vols et assassinats sur leurs concitoyens. Depuis l'ère de l'arme nucléaire, de la télévision, d'Internet et de la mondialisation des communications, l'assassinat de masse des populations s'est ralenti, en revanche le vol (impôt et endettement massif) s'est substitué aux "démocides", mais un vol est un vol, cela reste toujours un crime ou un délit sans parler du recel de ces vols et de la fausse monnaie (monopole d'émission de la monnaie sans contrepartie réelle) produite par les hommes d'Etat.
Voter est souvent assimilé à un devoir moral parce qu'il exprime une adhésion à un contrat social. Mais un tel mot-contrat social- est source de confusion lui aussi et pour les mêmes raisons. On ne peut consentir à un contrat avec de parfaits inconnus, pas plus qu'on ne peut donner le nom de contrat social à l'obéissance des citoyens à un groupe d'hommes armés appelé gouvernement. Cette notion de contrat social est une pure abstraction. Or, il est impossible de passer un contrat avec une abstraction, un incorporel ou un non-existant. Il est également difficile de parler de consentement "tacite", sous le fallacieux prétexte que vous n'exercez pas votre droit d'émigrer. Si une femme reproche à son mari ses relations adultères, celui-ci peut toujours lui dire de quitter le foyer ou d'épouser un autre homme. En restant malgré tout au foyer, elle ne consent nullement au comportement déloyal de son époux mais constate simplement qu'il est plus coûteux de divorcer que de partager son époux avec une autre femme.

L'idée que le contrat social qui lie les individus est une forme de contrat non écrit, confond la notion de règle de conduite avec celle de consentement. Lorsque vous roulez à droite au lieu de rouler à gauche, vous ne "consentez" pas à la règle, vous l'adoptez parce que le risque d'avoir un accident grave en roulant à gauche est trop élevé. Tout le monde roule à droite et cette règle se fait respecter d'elle-même.

Il existe en fait trois formes de consentement:
1) les promesses
2)les contrats écrits
3)les contrats non écrits ou tacites

Un immigré, qu'il soit politique ou non, et qui demande la nationalité française promet de respecter les règles en vigueur dans le pays d'accueil : il y consent explicitement. On peut alors parler de consentement par contrat écrit ou par promesse. Mais si vous êtes né sur le territoire français, de parents français, vous obtenez automatiquement la nationalité française. En aucun cas on ne peut parler de consentement.

Prenons l'exemple suivant : lors du conseil d'administration d'une entreprise, le Président fixe la date de la prochaine réunion et demande s'il y a des objections. Aucun des membres du conseil d'administration ne proteste. Le fait de garder le silence a ici valeur de consentement tacite. Qui dit consentement tacite dit possibilité d'objecter !

Plusieurs conditions sont nécessaires à cela:
-les individus doivent avoir connaissance du droit qui leur est donné;
-la limite temporelle avant laquelle ils doivent objecter doit être parfaitement claire;
- les moyens qui leur permettent de le faire doivent pouvoir être facilement employés;
- les conséquences d'un refus éventuel ne doivent pas être dommageables.

Dans la mesure où il s'agit d'un contrat, qu'il soit, ou non, tacite, seuls ceux qui y consentent sont concernés.

Le droit de divorcer d'avec l’État, le droit d'ignorer l'État et de faire sécession font alors partie des règles fondamentales qui le régissent, faute de quoi il ne s'agit pas d'un contrat mais d'assujettissement ou d'esclavage.

Maintenant que nous avons une idée plus précise de ce que peut être un contrat social fondé sur le consentement, il est possible de rejeter aisément cette théorie.

Les individus nés en France ne peuvent, en effet, ni ignorer, ni divorcer, ni objecter au contrat social: ils ne sont donc pas tenus de respecter une quelconque obligation politique. Tel est l'argument du politologue J. Simmons.

Le paradoxe qui en résulte est que seuls les immigrés qui ont obtenu la nationalité française peuvent être considérés comme véritablement français et contraints à des obligations politiques!

Nous avons aussi un guide pour savoir ce qu'il faut faire. Si l'on désire fonder un contrat social sur le consentement, il faut revendiquer un statut "d'homme libre".

C'est-à-dire un statut pour tout être humain qui désire vivre sur un territoire donné en ignorant l’État et l'ensemble des services qu'il prétend offrir. Cela signifie aussi que sur un même territoire les "métèques" puissent assurer leur propre protection sans avoir recours à l’État et donc sans payer d'impôts.Si l’État ne fait pas payer les rues ou les routes aux métèques c'est son problème. Charge à lui de le faire.Sinon les métèques pourront alors créer des routes pour eux si l’État refuse qu'ils circulent sur ses propres routes. Exactement comme l' Etat devra accepter que les métèques aient leur propre défense.

Tout citoyen et a fortiori tout homme politique qui refuse que l'on puisse objecter à l’État  révèle que l'usage qu'il veut faire du monopole de la violence politique au nom de ceux qui l'ont porté au pouvoir n'est pas honnête. Il ne se différencie pas fondamentalement d'un brigand et les hommes politiques dans leur ensemble une bande de brigands organisés comme le suggérait Lysander Spooner.


Vous trouvez que j'exagère et que je suis le seul à faire un tel diagnostic? Vous avez tort.
Le député eurosceptique britannique Godfrey Bloom (UKIP) le 21  novembre 2013 tance vertement ses collègues à la tribune du Parlement européen dans les termes suivants:
"Eh Bien, monsieur le Président. Il me vient une citation du grand philosophe américain Murray Rothbard qui dit: "L'État est une institution de voleurs". A l'extrême. L'imposition est simplement un système dans lequel les politiciens et les bureaucrates volent l'argent de leurs citoyens, pour le dilapider de la plus honteuse des façons. Cet endroit n'est pas une exception. C'est fascinant et je me demande comment vous arrivez à garder votre sérieux en parlant d'évasion fiscale. La Commission ne paient pas d'impôts. Vous n'êtes pas assujettis à l'impôt au même titre que les citoyens. Vous avez toutes sortes d'avantages. Taux d'imposition convertis, plafond d'impôt sur la grande fortune, retraites non imposables. Vous êtes les champions d'Europe de l'évasion fiscale et pourtant vous êtes là assis, à donner des leçons. Mais bon, les gens de l'Union Européenne ont compris le message. Vous allez bientôt vous rendre compte que les eurosceptiques vont se faire de plus en plus nombreux en juin prochain. Et plus grave, quand les gens se seront rendu compte de qui vous êtes, il ne leur faudra pas beaucoup de temps pour prendre cette Chambre d'assaut et vous pendre. Et ils auront raison!."

Les résultats des élections européennes de mai 2014 ne lui donne pas tort. Au grand damne des anti populistes de tous bords, les eurosceptiques se sont fait effectivement plus nombreux et ceux dans presque tous les pays de l'Union Européenne!

Ces critiques du droit de vote ne sortent pas sans une réfection sérieuse sur le concept de démocratie et ses mythes.

La « démocratie » des anciens et celle des modernes


La démocratie, pour certains, se veut « le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple ». Cette vision correspond à ce que l’on appelle la « liberté des anciens ». Comme le rappelle B. Constant {[1] } à propos de la liberté :

Celle-ci consistait à exercer collectivement, mais directement, plusieurs parties de la souveraineté tout entière, à délibérer, sur la place publique, de la guerre et de la paix, à conclure avec les étrangers des traités d’alliance, à voter les lois, à prononcer les jugements, à examiner les comptes, les actes, la gestion des magistrats, à les faire comparaître devant tout un peuple, à les mettre en accusation, à les condamner ou à les absoudre ; mais en même temps que c’était là ce que les anciens nommaient liberté, ils admettaient, comme compatible avec cette liberté collective, l’assujettissement complet de l’individu à l’autorité de l’ensemble.


Dans cette vision des anciens, la démocratie représentative est délibérative et participative. Elle doit simuler la démocratie directe, seule susceptible de réaliser cette conception. À cette vision d’une démocratie délibérative et/ou participative s’oppose une démocratie des « modernes » ou « libérale » dont l’objet est principalement de limiter le pouvoir absolu du Prince ou de ceux qui détiennent le monopole de la force sur un territoire donné, ou de les empêcher d’utiliser ce monopole à leur propre profit ou de ceux qui les ont portés au pouvoir : groupes de pression ou électeurs. Pour l’une des conceptions la démocratie est une fin en soi, pour l’autre elle est un moyen pour atteindre un but : la préservation des libertés individuelles et des droits de propriété.

Démocratie et externalités négatives


La démocratie (représentative ou directe) serait importante dès lors que l’on décide de prendre des décisions qui affectent de manière collective une fraction des citoyens. Supposons que les députés au Parlement votent une loi ou un règlement qui impose un coût à un membre (ou au groupe de membres) et qui bénéficie à un autre membre (ou à un groupe de membres) de la collectivité. Par exemple, les députés décident d’étendre l’impôt sur la fortune à une catégorie particulière de patrimoine — les antiquités et les œuvres d’art —, le produit de cet impôt étant destiné à financer les artistes malchanceux à la retraite. Ceux qui pensent être parmi les bénéficiaires (les artistes malchanceux) anticipent une externalité positive au sens où ils bénéficient d’une action d’autrui sans avoir eu à en supporter les coûts. En revanche, ceux qui pensent être parmi les victimes de cette redistribution (les antiquaires et détenteurs d’œuvres d’art) anticipent une externalité négative. Si les antiquaires et détenteurs d’œuvres d’art ne sont pas représentés ou mal représentés dans ce processus de décision collective, ils vont souffrir de cette externalité négative (fort heureusement pour les antiquaires et les détenteurs d’œuvres d’art, à l’époque où le débat s’est posé, le Premier ministre avait des parents antiquaires). Plus les individus anticipent un dommage élevé par suite d’une externalité négative, lors de décisions collectives prises à la majorité, plus ils ont intérêt à être représentés dans ce processus de décision. Plus ils seront représentés, moins on observera, suppose-t-on, d’externalités négatives.


L’objet même de la démocratie serait donc de minimiser le coût d’opportunité de ces externalités négatives. Or, on peut contester l’idée que la démocratie réduit les externalités négatives. Si chaque groupe de pression cherche à utiliser la contrainte publique pour satisfaire ses intérêts, préférences ou idéologies au détriment des autres groupes de pression, cela contraint les groupes pénalisés à consacrer des ressources et à voter ou à se faire représenter au Parlement pour contrer les autres. Cette guerre de tous contre tous multiplie les externalités négatives au lieu de les réduire. Or, une conception à l’ancienne de la démocratie (la démocratie participative et/ou délibérative), en étendant la sphère des décisions publiques à un grand nombre de décisions qui pourraient être privées, multiplie encore davantage les sources possibles d’externalités négatives.


Rappelons enfin qu’une entité politique n’est pas une copropriété, ni une ville privée ou une principauté privée. C’est un endroit où s’exerce un monopole territorial de la force, dont l’usage est mis dans les mains d’un petit nombre de personnes : monarques et leurs familles, oligarques, dictateurs, bandes de malfaiteurs organisés ou, comme dans notre démocratie, une petite élite composée d’hommes, plutôt âgés, bardés de diplômes et fonctionnaires ou assimilés[2]. Dans un tel cadre, les externalités négatives peuvent être beaucoup plus graves et illimitées que dans un système de propriété privée, car c’est le propre d’un monopole de la coercition que de pouvoir les rendre illimitées et d’une gravité exceptionnelle si tel est le désir de ceux qui en ont l’usage exclusif, même pour une période déterminée. D’où l’importance de savoir dans quelles mains est mis l’usage de ce monopole.


Démocratie représentative et oligarchie

Les faits démontrent que la démocratie parlementaire ou représentative est dans les mains d’une oligarchie trop encline à développer un esprit de corporation qui l’isole de la nation. Partout où dans des organisations démocratiques on trouve des électeurs et des élus, on constate le pouvoir quasi illimité des élus sur les électeurs, des mandataires sur les mandants, des délégués sur ceux qui délèguent. C’est la loi de l’oligarchie proposée par R. Michels dans la tradition italienne de W. Pareto et G. Mosca.. Le fait que l’on soit contraint de déléguer son autorité ou sa souveraineté à autrui soulève un problème classique de contrôle des performances de ceux à qui on délègue cette autorité. Les parlements dans les régimes démocratiques occidentaux ne sont pas représentatifs de leur population et même des électeurs qui les ont portés au pouvoir.[ [1] 

Le parlement doit-il être représentatif de la population et celle-ci doit-elle être statistique ? 
Une chose est de montrer que le parlement français n'est pas représentatif statistiquement de la population française ou des électeurs en termes de sexe, âge, éducation et catégories socioprofessionnelles,  c’en est une autre que de prouver que cette non représentativité importe. En effet, s’il s’agit de se faire représenter pour une cérémonie ou dans un débat ou dans une assemblée ou pour voter, il s’agit alors d’une délégation d’autorité ou d’un mandat que l’on donne à une autre personne pour prendre une décision à sa place. Mais cette notion est triviale puisque nous sommes dans une démocratie représentative où les citoyens sont censés justement donner un mandat à leurs élus pour les «  représenter » à l’Assemblée Nationale. Cependant un élu, qui le devient par un processus de vote majoritaire, ne représente personne d’autre que lui-même, en dépit de la rhétorique qu’il utilisera, car finalement il aura été élu par une fraction seulement des électeurs  (ceux de la majorité exprimée) et comme l’électeur médian est un anonyme, il ne sait même pas à qui il doit son élection. Cette conception statistique de la représentativité dans nos  démocraties contemporaines peut tout de suite être mise à mal par les trois arguments suivants :


 1) Si la représentativité "parfaite" est bonne pour le fonctionnement d’une démocratie, pourquoi est-il nécessaire d'organiser des élections pour choisir des candidats ? Ces élections sont coûteuses en temps et en argent. Le contribuable d’une manière ou d’une autre  paie les campagnes politiques et finance les partis politiques. Pourquoi ne pas adopter une manière plus simple et moins coûteuse de choisir nos représentants ? Nous pourrions choisir nos représentants en tirant au hasard des gens qui feraient fonction de députés dans un échantillon stratifié de la population française par sexe, âge, catégories socioprofessionnelles, éducation etc. Ce tirage aléatoire mènerait "à la représentativité parfaite". Pourquoi les partisans de la représentativité “parfaite” négligent-ils cette proposition ? N’est-ce pas  exactement ce qu’ils ont à l'esprit en se plaignant de la non-représentativité de leurs députés ? 


 2) Le concept de représentativité repose sur une théorie particulière: le polylogisme ou une forme de déterminisme probabiliste. Les idées et les actions des individus (ici le vote) seraient prédéterminées par des caractéristiques démographiques ou sociales des individus tels le sexe, la position sociale, la génération dans laquelle est né l’individu, le niveau d’éducation etc. Si l’on ne peut pas prédire la façon dont vote une personne appartenant à une classe d’individus, en revanche on pourrait prédire le comportement de vote de la classe des individus- c’est le déterminisme probabiliste ou la probabilité de classe. Cela signifie aussi que la façon de pensée d’un individu (et donc la façon dont il perçoit ses intérêts et idéaux) dépend fondamentalement de ces caractéristiques démographiques ou sociales.


 3) La notion de représentativité est ancrée dans une conception particulière de la démocratie : celle des « anciens » où la démocratie se veut  « le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple ». A cette conception d’une démocratie participative s’oppose une démocratie moderne ou « libérale » dont l’objet est principalement de limiter le pouvoir absolu du Prince .

 Dans cette dernière conception la  notion de représentativité statistique n’a aucun sens. Et si elle en a un, il s’agira de trouver le groupe d’intérêt qui sera le mieux placé pour limiter le pouvoir absolu de ceux à qui on délègue le soin de « dire » quel usage il faut faire du monopole de la force. Par exemple, les gens qui bénéficient d’une subvention ou sont payés par l’État n’auraient pas le droit de vote. Ou bien seuls ceux qui paient un impôt et ne bénéficient d’aucune subvention ni de rémunération de l’État ont le droit de vote et donc d’être représenté au parlement.

 Que reproche-t-on finalement aux hommes politiques lorsque l’on critique leur non représentativité ? Sans doute qu’ils sont trop enclins à développer un esprit de corporation qui les isole de la nation. Le fait que l’on soit contraint de déléguer son autorité ou sa souveraineté à autrui soulève un problème classique de contrôle des performances de ceux à qui on délègue cette autorité. La démocratie représentative affronte ce problème comme beaucoup d’autres organisations complexes telle une entreprise privée.

 Cette séparation entre les électeurs et les hommes politiques, à qui on délègue une parcelle de son autorité ou de sa souveraineté, est plus cruciale encore que celle observée entre les propriétaires ou actionnaires d’une entreprise et ses dirigeants car il s’agit dans le cas particulier de la démocratie de l’usage de la violence légitime sur un territoire.

 Chez les économistes il y a l’idée que le droit de vote est dispersé également dans les mains de millions de gens aux intérêts et croyances très variées et souvent contradictoires. En conséquence, ceux qui votent sont peu incités à discipliner les gérants politiques.

 Ce laxisme dans le contrôle des performances des hommes politiques leur laisse une grande latitude pour poursuivre leurs propres intérêts privés et leurs propres croyances sans trop se soucier des intérêts et croyances de leurs électeurs.

 On assisterait à un échec de la démocratie politique parce qu’il n’existe pas de mécanisme efficace de contrôle de ses représentants contrairement à une entreprise ou une copropriété.




La démocratie n’est pas la liberté


Même si l’on souligne les vices ou les vertus de la démocratie, ce régime politique n’est pas la liberté. Comme le rappelle A. de Tocqueville, la démocratie peut être aussi tyrannique qu’une dictature une fois que les électeurs et leurs représentants décident de taxer, exproprier, réglementer à tort et à travers. La démocratie est une méthode pour choisir ceux qui vont avoir le droit de contrôler le monopole de la coercition. Elle ne détermine pas la moralité de ceux qui nous gouvernent ni celle des décisions qu’ils vont prendre. Au mieux, la démocratie signifie que le gouvernement bénéficie d’un soutien populaire. Mais ce soutien ne garantit en rien que ce gouvernement protège les libertés individuelles. Si les électeurs soutiennent la liberté de la presse, de la parole, de la religion, d’entreprendre sans être taxé ou réglementé, de consommer du tabac ou de la drogue, etc., alors le gouvernement élu respectera sans doute ces libertés. Mais si les électeurs désirent une redistribution des revenus, la spoliation des riches, l’expulsion des étrangers, la conscription des jeunes, la censure sur les idées qui dérangent, la lutte contre les sectes, l’interdiction de fumer ou de consommer de la drogue, un gouvernement démocratiquement élu cherchera à satisfaire ces désirs.


En raison de la définition même de la démocratie, une majorité d’électeurs ne peut voter la fin de la démocratie. On ne peut pas sortir de la démocratie. Comme le fait remarquer M. Rothbard[3], il y a une contradiction intrinsèque, à laquelle on ne peut échapper si l’on conçoit la démocratie comme une participation à des décisions collectives prises à la majorité, entre le principe de la majorité et cette contrainte latérale interdisant de voter la fin de la démocratie. Si une majorité d’électeurs votent la fin de la démocratie pour adopter un régime dictatorial ou monarchique ou un régime politique sans État (gouvernements privés et contractuels locaux), il y a un consentement majoritaire pour adopter cet autre régime. Mais si l’on interdit de mettre fin à ce régime politique par un processus majoritaire, est-on encore dans un régime démocratique au sens du « gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple » ?


Pour comprendre pourquoi la démocratie n’est pas la liberté, il faut faire la distinction entre les droits électoraux et les droits individuels. Les droits électoraux (droit de vote) sont des droits de participer à des élections permettant de décider qui a le droit de gouverner. Ils n’ont jamais garanti que les gouvernants respectent les libertés individuelles, comme l’histoire politique et la démocratie contemporaine le démontrent amplement. C’est normalement le rôle d’un contrat ou d’une constitution que de limiter le pouvoir des gouvernants. Les élus ont pour seul rôle de préserver, pour chaque individu, le droit de vivre, de parler et d’écrire librement, de voyager, de suivre la religion qu’il désire, d’élever ses enfants comme il le pense, de posséder une entreprise et de la gérer comme il l’entend, de se défendre lui-même contre toute oppression y compris celle des élus. C’est pour cette seule raison que sont institués des États parmi les hommes. On retrouve cette thèse parmi les constituants aux États-Unis et en France, qui se défiaient beaucoup de la démocratie majoritaire. L’article 2 de la Déclaration des droits de l’homme du préambule de notre constitution et la déclaration d’indépendance américaine de 1776 expriment très bien cette vision :


Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels imprescriptibles de l’homme ; ces droits sont la liberté, la propriété et la résistance à l’oppression.


Nous tenons les vérités suivantes pour évidentes en elles-mêmes : que tous les hommes sont créés égaux ; qu’ils sont dotés par le Créateur de certains droits inaliénables et que parmi ces Droits figurent la vie, la liberté et la recherche du bonheur. Que pour assurer ces Droits, les États sont institués parmi les hommes, et que la légitimité de leur pouvoir émane du consentement des gouvernés. Que chaque fois qu’une forme de gouvernement devient destructrice de ces fins, c’est le Droit des gens que de le remplacer ou de l’abolir.


Il est impressionnant de voir combien, aujourd’hui, ces deux articles sont bafoués par ceux qui nous gouvernent. Pire, ils ne sont même pas invoqués par les citoyens pour limiter l’expansion du pouvoir et sa concentration dans les mains d’une petite oligarchie tant leur esprit de résistance a été annihilé par la propagande étatique qui nous assène constamment que les élus et les hommes d’État agissent pour notre bien.


 La démocratie n’est pas la paix

Si la démocratie n’est pas la garantie de la liberté, elle n’est pas non plus la garantie de la paix. Si les démocraties ne se font pas la guerre entre elles, en revanche elles font la guerre à des États peu puissants et non démocratiques. Les trois plus grandes puissances impériales du xixe et du xxe siècle — l’Angleterre, la France et les États-Unis — ont toujours fait la guerre à des États plus petits et militairement moins puissants qu’elles et qui ne les menaçaient pas. Or, elles prétendaient (et prétendent toujours) être des démocraties.


On peut rappeler incidemment que, de 1727 à 1982, la France a connu 122 guerres ou conflits armés, internes ou externes, victimes ou agresseurs, intervenant indirectement dans d’autres conflits du côté des victimes ou des agresseurs. Elle se situe au second rang en nombre de conflits après l’Angleterre, qui totalise 146 conflits dans la même période. Sur ces 122 conflits, 37 ont eu lieu à l’intérieur du territoire. Pour 64 conflits sur les 122 répertoriés, l’État français est l’agresseur ou intervient du côté des agresseurs. La France a gagné 36 des conflits dans lesquels elle était l’agresseur[4]. Beaucoup de ces conflits sont coloniaux ou dirigés contre des individus qui se révoltent contre l’État français.


Depuis 1985, l’État français est mêlé à un grand nombre de conflits au nom de la paix et l’armée française intervient dans ses ex-colonies soit au profit du camp au pouvoir (Burundi), soit au profit d’une opposition (Côte d’Ivoire), en forçant des solutions de compromis. Par exemple, en l’an 2000, selon le rapport 2237 de l’Assemblée nationale présenté par le député François Lamy, l’armée française était impliquée pour diverses missions civilo-militaires dans une trentaine de conflits : Liban, République centrafricaine (RCA), Irak, Bosnie-Herzégovine, Kosovo, Timor oriental, Albanie, Macédoine, Golf de Guinée, Cameroun, Tchad, Djibouti, Israël, Égypte, Sahara occidental, Géorgie, Haïti, Koweït, Îles Hanish, etc. Aujourd’hui elle est présente en Côte d’Ivoire, au Gabon, au Sénégal, en Afghanistan, en Arabie Saoudite, au Liban, en Yougoslavie, dans le Pacifique et l’océan Indien. Or, ni les civils en France ni les Français à l’étranger ne sont fondamentalement menacés dans ces conflits. En revanche ils paient l’entretien de tous les militaires sur les théâtres d’opérations extérieurs.


La démocratie, si elle ne garantit pas la paix, serait un instrument pacifique de changement d’équipes au pouvoir. Elle éviterait les dictatures ou les démocraties totalitaires (démocratie à parti unique) et leur cortège de coups d’État ou de révolutions sanglantes. Le bulletin de vote serait un substitut aux balles de fusil. Cet argument est faux pour deux raisons principales, qui ont été exposées par M. Rothbard[5]. D’abord, une dictature peut être renversée par la simple désobéissance civile, qui est un moyen pacifique de se débarrasser d’une équipe au pouvoir. Après tout, la tentative en mai 1968 d’une grève générale avec prise du pouvoir par les syndicats était un moyen pacifique d’expulser les gaullistes du pouvoir. Les révolutions dites de velours à l’Est illustrent cette possibilité. Ensuite, cet argument présuppose qu’une élection démocratique donne le même résultat que si la majorité avait dû combattre par la violence l’équipe au pouvoir. S’il en était ainsi, l’élection démocratique des équipes au pouvoir serait effectivement un substitut à un coup d’État ou à une révolution impliquant une violence physique. Ce n’est évidemment pas le cas. Dans une élection démocratique, comparativement au coup d’État ou à la révolution, ce ne sont pas les mêmes groupes de pression qui s’emparent du pouvoir. La distribution du pouvoir n’est pas la même. Dans un cas, ceux qui n’ont pas peur de ramasser des coups, les « guerriers », ont un avantage décisif dans le combat physique, alors que, dans l’autre cas, ce sont les « intellectuels », capables de manipuler l’opinion, qui ont cet avantage ! Or, pourquoi les « intellectuels » seraient-ils meilleurs que les « guerriers » ? Beaucoup de « guerriers » sont d’honnêtes gens, alors que beaucoup d’intellectuels sont malhonnêtes, et réciproquement. En fait, la démocratie donne un avantage décisif à tous ceux qui sont en position de manipuler et de former les croyances collectives. Pourquoi croyez-vous que les démocraties occidentales dépensent autant d’argent dans l’éducation des citoyens ? Pourquoi y a-t-il aussi peu de démocraties dans le monde ? Justement parce que le bulletin de vote n’est pas un substitut aux balles de fusil. Le combat mené par les islamistes contre les démocraties occidentales devrait faire réfléchir les tenants de la démocratie majoritaire. Est-ce démocratique d’imposer par la force un régime démocratique et d’empêcher par la force de le quitter ?


Une variante de cet argument est liée à l’idée que la démocratie éviterait la guerre civile entre les riches et les pauvres grâce à une redistribution « forcée » des revenus des « riches » vers les pauvres. L’argument se présente sous la forme du sophisme implicite suivant :


                        Si les hommes de l’État redistribuent les revenus des « riches » vers les pauvres, alors les pauvres ne se jetteront pas sur les « riches » et ne voleront pas leurs économies avec sauvagerie.


                        Vous ne voulez pas que les pauvres volent les « riches » avec sauvagerie ?

                        Acceptez donc que l’État social-démocrate redistribue les revenus des « riches » vers les pauvres.


La redistribution des revenus (et des rentes et privilèges) permettrait « d’acheter » la paix sociale. On remarquera plusieurs fautes de raisonnement dans cette argumentation. La première est formelle, elle consiste à affirmer le conséquent de la prémisse principale dans la proposition classificatoire et à affirmer l’antécédent dans la conclusion. Au lieu de faire le contraire. Ensuite, l’argumentation fait appel à l’intimidation ou à la menace pour établir la conclusion. Dans un cas comme dans l’autre, il y a usage de la coercition (on suppose que l’État sera moins sauvage que les pauvres). Que ce soient les pauvres ou l’État qui usent de la violence ou de sa menace, le vol reste un vol. L’État, comme les soi-disant pauvres, en menaçant les « riches », a déjà volé quelque chose dont il n’est pas propriétaire : leur vie. En fait, l’argument est du style : « La bourse ou la vie. » Si vous n’acceptez pas que l’État redistribue votre richesse, alors l’État lâche ses pauvres sur vous ! Les gens qui parlent ainsi, au nom de l’État, vous font croire que les pauvres sont des animaux sauvages mais dressés qu’ils peuvent lâcher sur vous sur commande. Les pauvres sont des êtres humains comme nous qui respectent les droits de propriété et qui ne volent pas le bien d’autrui. Ils sont aussi prudents, car ils savent qu’ils prendront des risques si les riches défendent leur vie et leurs biens les armes à la main.


En fait les démocraties font la guerre à leurs propres citoyens par la spoliation légale (et donc par l’usage de la violence physique via l’oppression fiscale) et par la lutte que les divers groupes de pression se font pour obtenir rentes et privilèges au détriment d’autres groupes politiquement moins puissants.




[1] Constant B. 1819, La liberté des anciens et des modernes, Discours prononcé à l’Athénée Royal

 [3] Rothbard M. 1970, Power and Market, Kansas City, Sheed Andrews and McMeel, Inc.

[4] ORAE, « Report on Major armed conflict, a compendium of interstate and intrastate conflict, 1720 to 1985 ».
[5] Rothbard M. 1970, op. cit. 
Bertrand Lemennicier
Aussi sur son site et lié à ce thème:

  Le mystère de l'obéissance civile
par Bertrand de Jouvenel , chapitre premier de "Du pouvoir" 1942

Du devoir de désobéissance civile 1849
par David Thoreau

Esquisse d'une théorie de la désobeissance civile
Par J.Rawls

Du Droit de résistance et de désobéissance civile
par Alain Laurent

Pour une définition cohérente du principe de consentement
par François Guillaumat

La résistance aux recensements
par Bertrand lemennicier

La théorie contractuelle des gouvernements locaux
par Bertrand lemennicier 



Le vote obligatoire aux élections: un autre pas vers la servitude involontaire.  
 

Ne soyez pas ignorant de ce que signifie pénétrer dans un isoloir, mettre secrètement un bulletin de vote  dans une enveloppe et la glisser dans la fente d'une urne.


Il y a trois facettes à cette question de l'instauration du vote obligatoire. La première concerne  un phénomène statistique: est-ce que obligation de voter donnerait un résultat différent de celui observé quand le vote n'est pas obligatoire? Est-ce que le résultat avec 90% de votants donnerait des résultats différents de ceux obtenus avec 50% de votants? La deuxième concerne la représentativité de nos élus: si la fraction des votes exprimés pour le parti qui emporte les élections est minoritaire, est-ce que l'on peut juger  le gouvernement comme non représentatif des citoyens et donc le considérer comme illégitime? La troisième concerne la démocratie elle même: en quoi cette façon de prendre des décisions collectives est-elle morale? Si voter est immoral, alors forcer quelqu'un à faire quelque chose d'immoral est contraire à la législation produite par la démocratie elle-même. On ne peut pas, normalement, obéir à à des ordres commandités par d'autres qui consistent à tuer ou voler autrui. La loi poursuit non seulement l'exécutant (ici l'homme politique) mais aussi les commanditaires (ici les électeurs). Or, en allant voter, le citoyen commandite de tels actes. On comprend mieux que ces derniers se cachent derrière l'anonymat, c'est-à-dire le secret du vote et les premiers veulent éliminer l'article 2 de la déclaration des droits de l'homme de 1789 au préambule de notre constitution.

"Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels imprescriptibles de l’homme ; ces droits sont la liberté, la propriété et la résistance à l’oppression."






B) Lettre ouverte aux abstentionnistes

Chers amis lecteurs,

Y a-t-il des abstentionnistes parmi vous ? En tous cas il y en a sans doute dans votre entourage, vous les approuvez ou les désavouez. 

Peu importe : en toute conscience nous devons nous interroger sur le premier parti de France, sur cette réalité incontournable : un électeur sur deux ne vote pas. Une réalité qui peut être considérée comme banale, dépourvue de toute signification, difficile à analyser, ou au contraire comme un enjeu important pour l’avenir politique de notre pays. Je voudrais précisément vous persuader que les votes de demain (régionales) et après demain (présidentielles et législatives) pourraient être dominés par les abstentionnistes d’aujourd’hui, pour le meilleur (je le crois) ou pour le pire.

Chers amis abstentionnistes,
Le jour du vote vous étiez au fond de votre lit, terrassés par la grippe, vous avez oublié l’heure ou votre carte d’identité : vous êtes abstentionnistes par accident. Vous n’êtes pas un mauvais citoyen, mais un citoyen empêché. D’ailleurs ne pas voter, est-ce un crime ? Certains veulent rendre le vote obligatoire, comme dans certains pays étrangers, je ne vois pas pourquoi. Voter est un droit et non une obligation, voter est un choix, ne pas voter est un autre choix. Le vote est un droit imprescriptible ; le droit de se déplacer librement n’interdit pas de rester tranquillement chez soi. 

L’abstentionnisme n’est pas un mal français. Aux Etats Unis, pays pourtant tenu habituellement pour démocratique, l’abstention peut atteindre les deux tiers des électeurs dans les consultations nationales. Mon ami le professeur Peter Aranson (Emory Uny) avait avancé sa théorie de « l’ignorance rationnelle ». Voter a un avantage : influencer les décisions. Mais voter a un coût : renoncer à une autre occupation le jour du vote, mais aussi consacrer un laps de temps à s’informer sur les candidats, leurs programmes. Il est rationnel de ne pas voter quand on a le sentiment que le vote ne changera rien à rien, et quand l’information n’est pas fiable. Donc, quand les électeurs potentiels voient toujours les mêmes têtes, les mêmes programmes, les mêmes promesses, ils ne voient pas l’intérêt de se précipiter vers les isoloirs.

Les partisans du vote obligatoire font valoir l’argument de la démocratie : comment l’intérêt général peut-il être connu et légitimé si une élection libre ne vient pas le faire valider par une majorité de citoyens ? James Buchanan (prix Nobel) et Gordon Tullock ont répondu en évoquant « le miracle de l’isoloir » : comment le citoyen moyen, en général guidé par son intérêt personnel (donc égoïste et mesquin, disent les antilibéraux) en vient-il à l’oublier, voire à le sacrifier, pour ne prendre en considération que l’intérêt général ? Il faut donc être lucide : ceux qui votent ont de bonnes raisons personnelles de se prononcer pour ou contre, et ceux qui ne votent pas tout aussi bien. Enfin, le mode de scrutin a aussi son importance : le scrutin majoritaire semble moins représentatif que la proportionnelle totale ou partielle ; quand on est sûr que « son » candidat n’a aucune chance on s’abstient. Mon jeune collègue constitutionaliste, Jean Philippe Feldman, m’a fait remarquer que, s’agissant d’une consultation nationale, la stabilité gouvernementale implique une majorité sans compromis ni coalition – c’est la nature même du parlementarisme, et la décomposition actuelle de la majorité provient de son habit d’Arlequin, les calculs électoraux passant avant les choix de programmes (quand ils existent). Madame Merkel passe de mauvais moments avec la « grande coalition ».

Je sais que certains d’entre vous considèrent l’abstention comme un vote négatif. Vous avez rejeté la vie politique, qui à votre sens tient une place démesurée dans la vie courante, vous savez que votre avenir ne repose pas sur les décisions prises par les assemblées élues. Sans aller jusque là, vous avez rejeté la classe politique, qui vous semble nulle et corrompue. Mais de ce point de vue vous avez aussi pu porter vos suffrages sur des candidats « hors du système ». 

Cela fait beaucoup d’électeurs qui n’ont pas trouvé chaussures à leurs pieds. J’en viens ainsi à ce qui me semble intéressant dans le choix de l’abstention, mais aussi des votes « utiles » ou de « refus ». Ce choix, à mon sens, a été fait par un électeur sur trois – tandis que le gouvernement actuel recueille l’accord positif de moins de 20 % des citoyens.

Ce qui est intéressant, c’est que l’attente de ces Français soit déçue. Il y a une demande potentielle de changement radical, mais elle ne trouve aucune offre politique qui lui réponde. 

Voilà qui est une ouverture remarquable pour le libéralisme français, qui n’a plus aucune expression politique et parlementaire depuis au moins treize ans. Je me dis alors qu’il y a deux possibilités : ou bien un processus endogène conduit certains hommes ou groupes actuels à offrir un programme vraiment libéral et à conquérir les suffrages virtuels, ou bien un processus exogène secrètera un homme ou un groupe en dehors de la classe politique actuelle (tous partis confondus). Vous me jugerez sans doute naïf, mais je suis décidé à travailler dans cette perspective, en m’appuyant sur l’armée de réserve de la société civile. Sinon, je serais résigné à accepter la nième version du socialisme, décliné avec talent par la droite et la gauche depuis un demi-siècle. Et le moment venu je m’abstiendrais.

 par Jacques Garello 




C)  ABSTENTIONNISTES, LEVEZ-VOUS!


Tout un réseau d'intérêts personnels est aujourd'hui entretenu par l'appareil socialiste qui domine la société française. Je ne parle pas des diverses clientèles électorales qui croient obtenir quelque chose par leur marchandage alors que personne n'est capable de savoir s'il est gagnant ou perdant après ce mouvement perpétuel de la redistribution qui tourne à vide. Non, je parle de ceux qui se taillent sur mesure des privilèges, petits et grands, aux frais des contribuables. 

          L'idéologie socialiste imprègne le tissu social depuis longtemps, insidieusement, par la politisation de toutes les activités organisées, qu'elles soient syndicales ou associatives. Maurice Druon a raconté cette histoire vraie dans un livre mémorable, La France aux ordres d'un cadavre (Éditions de Fallois, Paris, 2000). Jean-François Revel a, quant à lui, démontré comment la gauche a su détourner les regards de l'échec retentissant du socialisme et du communisme depuis l'effondrement symbolique du mur de Berlin en accusant le libéralisme d'être en fin de compte la cause de tous les maux (cf. La grande parade, Éditions Plon, Paris, 2000). Aujourd'hui, le phénomène Le Pen est le révélateur de cette mascarade de la gauche. Le destructionnisme socialiste est-il sur le point d'être mis à jour et combattu? De cela il y aurait lieu de se féliciter. Le processus de dé-civilisation cessera lorsque la liberté sera de nouveau la valeur centrale de la société. 
Pour une abstention raisonnée et militante

« Ne laissez pas les autres décider à votre place! » s'exclame la propagande officielle contre l'abstention au vote. Mais le taux record de l'abstention (27,4%) montre qu'une grande partie des Français a choisi au contraire de ne pas décider à la place des autres.

On peut néanmoins regretter qu'il n'y ait pas encore de véritable doctrine « abstentionniste » susceptible de donner plus de signification et à ce mouvement de rejet. Alors pourquoi ne pas pousser un peu la roue?

Déjà les jeunes générations héritent de la lassitude de la politique. Il suffit de la raisonner. En raison de mon métier, je peux assez librement discuter avec des jeunes de 16 à 18 ans. Or spontanément ils expriment, pour la plupart, un rejet du principe même de la politique: le pouvoir et la corruption qu'il engendre, corruption morale ajoutée aux « affaires » dans lesquelles trempe la classe politique.

Si ces jeunes n'étaient pas très tôt politisés par les syndicats lycéens ou par les politiciens qui exploitent leur générosité naturelle en la récupérant pour servir des causes fictives comme « la lutte contre le fascisme » ou la « justice sociale », ils pourraient comprendre que l'essence de la démocratie sociale réside dans la spoliation mutuelle, dans le marchandage incessant des groupes de pression, dans la négation de l'individu libre et propriétaire de sa propre vie. Le projet de devenir un individu libre et complet est un bel idéal. Il serait temps de le promouvoir dans les « systèmes éducatifs ».

L'abstention raisonnée permettrait d'envisager le dépassement de la démocratie en utilisant le chemin du dégoût de la politique. Elle permettrait d'espérer qu'advienne un vrai régime de liberté. Pour cela il faut que la politique soit déconsidérée dans son principe même. Il faut donner une doctrine et un sens à l'abstentionnisme.

L'impasse de la démocratie illimitée


La démocratie devrait être la loi de la majorité encadrée par une Constitution qui préserve les libertés individuelles et les droits de propriété. En fait elle est devenue la loi de la majorité encadrée par une « constitution » révisable et révisée à la demande par la « majorité » (façon de parler puisqu'il ne s'agit JAMAIS de la majorité effective): c'est la démocratie illimitée. Elle correspond à l'accaparement du pouvoir par une clique qui est au-dessus de la loi commune et qui exploite la société civile dans un prétendu « intérêt général ».

La démocratie illimitée c'est la profusion des règlements et des lois de circonstances pour satisfaire les groupes de pression et pour conserver le pouvoir. Le résultat, c'est la logique de l'accroissement de l'État interventionniste. Chaque mesure visant à satisfaire une clientèle appelle une contre-mesure corrective pour satisfaire une clientèle aux intérêts contradictoires de la première. Les impôts augmentent, les citoyens perdent la possession d'eux-mêmes. Ils ne sont plus maîtres chez eux, ni propriétaires de leur personne.

En fait la démocratie est injustifiable à la fois comme une procédure qui consiste à imposer à la minorité la loi de la majorité, et comme fin en soi. Elle est immorale et injuste comme l'a prouvé Hans-Hermann Hoppe dans un texte à méditer: « À bas la démocratie » (voir aussi le dossier de Bertrand Lemennicier: « Les défaillances de la démocratie ».)

« Il faut souligner, écrit Hoppe, que la démocratie est immorale en plus d'être anti-économique. Pour ce qui est du statut moral de la règle majoritaire, il faut faire remarquer qu'elle permet que Dupond et Durand s'acoquinent pour voler Duschmolle; de même, que Duschmolle et Dupond s'entendent pour voler Durand, et encore que Durand et Duschmolle complotent contre Dupond. Ce n'est pas de la "justice", mais une infamie, et bien loin de traiter avec respect les démocrates et la démocratie, il faudrait les juger avec mépris et les bafouer pour leur escroquerie intellectuelle et morale. »

Un régime de liberté


On présente souvent la démocratie comme le seul horizon indépassable de nos sociétés, et cela parce que nous gardons en mémoire la victoire des démocraties contre le nazisme. Mais la dictature sanglante n'est pas la seule alternative à la démocratie. La vie économique nous montre tous les jours que la liberté des échanges permettrait à la société de s'auto-organiser sans violer le droit naturel de l'individu, c'est-à-dire la liberté d'agir à sa guise sans agresser la propriété d'autrui.

À côté de la société politique, où règnent le conflit, la contrainte et la domination de la « majorité », il existe une société de libres contrats, où chacun s'efforce de satisfaire les besoins des autres pour satisfaire les siens. Nous n'avons pas besoin du pouvoir politique. Il engendre, par sa logique d'extension indéfinie, les guerres, les conflits internationaux, mais aussi la pauvreté et le chômage en réfrénant les efforts de productivité et la quête individuelle du bien-être.

À court terme il peut sembler utile de voter le 5 mai prochain. Mais les changements n'auront lieu qu'à la marge et pas forcément vers davantage de liberté. Bien entendu, on pourrait déjà se satisfaire de damer le pion aux socialistes. Mais voter, ne l'oublions pas, c'est approuver moralement le principe même de la loi de la majorité. Certains en appelleront au pragmatisme, mais autant jeter par-dessus bord les principes libertariens. Si chaque fois que cela nous arrange nous dérogeons à nos principes alors ce qui fait la force des libertariens redevient poussière. Cette force est la cohérence intellectuelle si admirablement présente dans l'oeuvre de Murray Rothbard.

L'abstention ou le vote nul militant, expliqué, revendiqué: voilà ce qui me paraît être la meilleure stratégie à long terme pour que la liberté puisse se réaliser par la dépolitisation de la société. Dans la foulée de cet abstentionnisme militant qui discrédite par avance toute volonté de gouverner(1), il faudrait que les libertariens sachent s'organiser comme les gauchistes pour faire pression sur les gouvernements afin que les dépenses publiques diminuent, que les impôts disparaissent et que les privatisations se multiplient.    

1. Voici un modèle de bulletin nul référant à l'article 2 de la déclaration des droits de l'homme de 1789. 

par Marc Grunert




D) Les causes de l’abstentionnisme électoral

 Cliquez ci-dessous pour l'ensemble de la thèse:




CONCLUSION

Le présent travail a tenté de reproduire la démarche suggérée par Michelat et Simon pour comprendre le vote et l'abstention :

« S'interroger sur l'enchaînement complexe des processus qui aboutissent au vote, c'est, dans une large mesure, chercher à élucider le contenu et la forme des relations qu'entretiennent déterminants socio-économiques, organisations symboliques et attitudes et comportements politiques. »
Guy Michelat et Michel Simon, 1985, p.291
 
D'entrée de jeu, il faut accepter qu'il n'y a ici aucune prétention à expliquer de façon incontestable le phénomène de l'abstentionnisme électoral, mais plutôt une tentative de le saisir en partie et d'ouvrir la voie à de futurs questionnements et investigations sur le sujet. L'un des objectifs consiste à définir la relation qui peut exister entre le comportement individuel et la structure sociale. Au fil des lectures et réflexions, une approche semble se distinguer de toutes les autres. Il s'agit de la motivation instrumentale présentée et définie à la fin de la dernière partie. Sans ignorer le contexte, cette approche a le mérite de replacer l'individu au centre du problème en prenant en compte les coûts et bénéfices de l'action individuelle, mais tout en rappelant que ces coûts et bénéfices seront grandement déterminés par le contexte social et la structure institutionnelle. C'est un peu le raisonnement, mais en y ajoutant une autre dimension, que tient Norris lorsqu'il écrit que :

Yet it is well established that even within particular political systems, some groups and individuals remain far more likely to participate than others. Cultural accounts stress that some people choose to vote for largely affective reasons, such as a general sense of civic duty or to express support for a party or cause without any hope of electoral gain, even if other instrumental citizens are motivated by the rational trade off between electoral costs and benefits.  ( Pippa Norris, 2010, p.174.)

Autrement dit, les individus votent pour deux principales raisons. La première est l'adhésion et la croyance dans le système en place. La deuxième repose sur un calcul rationnel. Ces deux raisons finissent par englober presque tous les scénarios de la rationalité expliqués par Boudon en première partie du présent travail. Il faut aussi noter que ces raisons, bien entendu, peuvent également expliquer l'abstentionnisme. Reprenons la première question : 

Quelles sont les principales causes de l'abstentionnisme électoral? 

Les théories instrumentales soutiennent que l'individu vote en fonction du bénéfice qu'il pense pouvoir en retirer. Même s'il fut établi que la rationalité suggérée ici demeure assez relative, dans la mesure où un vote ne sera jamais déterminant, ce qui est important est la perception d'utilité du vote. La question qu'il faut se poser est donc si cette perception d'efficacité est encouragée par la structure en place. Quels sont les coûts réclamés, chiffrés principalement en temps et énergie nécessaires à l'action politique, par cette structure? Donc, si l'on considère que l'abstentionnisme individuel découle d'un choix rationnel, cette décision résulte possiblement de la perception que le cadre politique n'offre pas une réelle opportunité pour exercer une influence politique quelconque et du coup, en récolter les bénéfices : 
« Given the assumption that individuals aim at positive utility functions – meaning that they behave rationally – under these conditions they will draw back to the private sphere because it guarantees greater returns to the investment of scarce resources. » Thomas Zittel et Dieter Fuchs, 2007, p.16.

Avec l'individu comme point de départ, voici que la question qui se pose consiste à savoir si le système démocratique libéral est réceptif aux volontés et aspirations des individus. Au niveau de la rationalité individuelle, la problématique de l'abstention offre une solution, en apparence, très simple. Ou bien le bénéfice lié au fait de voter doit être accru, ou bien ce sont les coûts qui doivent diminuer, pour que le résultat de l'équation B-c soit positif et résulte en un vote, autrement dit que les coûts soient moindres que les bénéfices. L'hypothèse à cette première question était que : 

Les individus participent moins au processus électoral en raison du décalage entre l'idéal démocratique et la pratique démocratique. 

Est-ce que cela se confirme? En grande partie. La démocratie offre de nombreuses promesses non tenues. L'organisme canadien Samara, qui œuvre à revitaliser la participation citoyenne au Canada, a publié en novembre 2012 un rapport intitulé. Qui est le patron? : 
Les perspectives des Canadiens sur leur démocratie. (Samara, http://www.samaracanada.com/docs/default-document-library/sam_quiestlepatron.pdf.)
Selon cette étude, seulement 55% des citoyens sont satisfaits quant au fonctionnement de leur démocratie : 

« Les Canadiens sont particulièrement insatisfaits du rôle joué par les membres du Parlement, et l’une des sources principales de l’insatisfaction canadienne concerne les priorités que se sont données les députés : les Canadiens croient que leurs députés se soucient davantage de bien représenter leur parti que la population. »( Ibid.)

La critique se situe principalement au niveau de l'efficacité, puisque les Canadiens semblent croire encore dans les bienfaits du système politique : 
« Les Canadiens croient fermement que la démocratie est le moyen le plus efficace de protéger la liberté d’expression et l’égalité. Néanmoins, ceux-ci se disent insatisfaits de la façon dont leurs députés les représentent en politique. » ( Ibid.)

46% seulement considèrent que les élus représentent leurs valeurs, 53% qu'ils votent et débattent sur des enjeux d'importance et « [...] seuls 36 % des Canadiens se sont dits satisfaits de la manière dont les députés remplissent leurs fonctions de représentant. » ( Ibid.)

Ce qui ressort ici est que, malgré un attachement aux valeurs démocratiques, les individus, dans des proportions importantes ne se sentent pas représentés. Ce qui ramène un peu à l'hypothèse du décalage entre la démocratie idéale théorique et la démocratie représentative en pratique. Cela constitue une menace à la participation électorale dans la mesure où l'électorat peut se fatiguer de cette situation d'inefficacité où les efforts qu'il met dans la chose politique, qui consistent à s'informer, à débattre, à financer, à s'exprimer et à voter, ne donnent que peu de résultats concrets en termes d'impact sur les enjeux débattus et les décisions qui en découleront. La deuxième question posée au début de ce travail est :

L'abstentionnisme électoral est-il irréversible?

La réponse ici peut constituer un piège. Un phénomène, qu'il soit social, physique, politique, chimique, etc., s'il suit une tendance stable et constante, sans un changement de conditions risque de poursuivre son évolution en conformité avec la courbe en place. Cela veut dire que, dans les conditions actuelles des systèmes politiques en place, le phénomène de l'abstentionnisme électoral ne pourrait aller qu'en s'accentuant, sauf une crise majeure ou d'importantes modifications au niveau de ces conditions. Les crises, qu'elles soient politiques, sociales, économiques ou écologiques
étant presque impossibles à prévoir, l'analyse se concentrera plutôt sur les conditions et leur impact sur les fluctuations de participation. Ces conditions peuvent être divisées en deux principales catégories. Il y a d'abord les différents facteurs liés à la structure institutionnelle : constitution, lois électorales, mode de scrutin, etc. Il y a également une série de facteurs dont le point commun et d'être extérieurs au cadre institutionnel, mais qui définissent le type de société où évolue le phénomène : culture, éducation, médias, âge, revenu, etc. Donc, si l'on considère que la structure sociale et politique constitue un facteur qui modèle les perceptions et les objectifs des individus, il faudra inévitablement insister sur l'éducation citoyenne. Il semble y avoir un consensus, au fil des lectures, quant à l'effet stimulant de l'éducation civique sur la hausse de la participation. Pour Dryzek par exemple, l'éducation est le meilleur des remèdes à l'apathie, à l'ignorance et au désintérêt des citoyens. (
John S. Dryzek et Patrick Dunleavy, 2009, p.209.)

Et les auteurs qui ne sont pas particulièrement attachés à davantage de participation, tels que Samuel Huntington, vont même jusqu'à avertir du « danger » lié à une augmentation de l'éducation civique. (
Robert W. Jackman, 1987, p.419.)
En ce qui concerne les autres facteurs sociaux, peu de solutions pourraient être aussi efficaces. Certes, l'âge, le revenu ou la culture peut faire varier le taux de participation, mais ce ne sont pas des facteurs aussi facilement manipulables que l'éducation. Il reste la question des médias. Les médias représentent un cas particulier et intéressant. Leur effet est difficile à cerner. Ils peuvent à la fois fournir de l'information à l'électorat, comme ils peuvent semer la confusion ou nourrir la lassitude chez l'auditoire. Alors que l'éducation civique ou générale peut être malléable en vue d'atteindre certains objectifs, tenter une stratégie similaire avec les médias risquerait non seulement d'entrer en conflit avec certains principes même de cette démocratie que l'on tenterait de revigorer, mais aussi, surtout à l'heure de l'Internet, de constituer une avenue irréaliste. L'hypothèse qui était proposée pour répondre à cette question était que : 

Le phénomène n'est pas irréversible et pourrait être renversé par les changements institutionnels adéquats. Cette hypothèse peut être rapprochée à la question que posent Zittel et Fuchs : 
« Is there any empirical evidence supporting the claim that participatory engineering can work as a means to increase the level of political participation? » (Thomas Zittel et Dieter Fuchs, 2007, p.2.)
Et il semble bien que oui, puisque les données empiriques démontrant l'impact des changements institutionnels ne manquent pas. Parmi toutes les avenues d' « ingénierie participative », le vote obligatoire représente l'alternative la plus efficace, puisqu'elle pourrait, à elle seule, augmenter la participation de 11% (André Blais et Agnieszka Dobrzynska, 1998, p.247.)
Seulement, une réforme de ce type pourrait constituer un conflit avec la dimension volontariste et les principes de liberté inhérents à l'idéal démocratique. Dans le rapport publié par l'organisme Samara, on remarque le sentiment répandu d'un déficit de représentation. De deux choses, l'une. Ou bien la représentation se doit d'être améliorée ou bien il faudrait y trouver une alternative, dans l'intérêt d'une participation démocratique accrue. Quant à l'amélioration de la représentation, la solution qui semble se dégager est celle de la représentation proportionnelle. La mise en place de la représentation proportionnelle pourrait augmenter la participation  jusqu'à 7% . (André Blais et Roland Kenneth Carty, 1990, p.174.)
Après tout, la représentation proportionnelle permettrait d'augmenter les bénéfices liés à l'action de voter et viendrait éliminer le sentiment du vote gaspillé. Et au-delà même de la participation, et toujours dans une logique d'accroître les bénéfices liés à l'action politique individuelle, la démocratie directe ou participative pourrait être suggérée surtout que la technologie semble ouvrir de nouvelles portes dans cette direction. Plusieurs autres pistes de réformes institutionnelles peuvent être explorées : fréquence des élections, nombre de chambres, vote postal, financement politique, référendums, âge de qualification, etc. Selon Blais, ( André Blais et Agnieszka Dobrzynska, 1998, p.251.) un travail d' « ingénierie participative » efficace pourrait avoir pour conséquence de faire monter les taux de participation électorale autour de 90%. Cependant, ce type d'entreprise implique non seulement davantage de recherches, mais surtout une volonté politique qui devra trouver écho au niveau législatif. Même chez les chercheurs qui s'intéressent à la question de la participation politique, il existe un désaccord quant au caractère souhaitable d'une augmentation de participation citoyenne aux élections. Une augmentation de 40% du taux de participation pourrait entraîner toute une série de conséquences imprévisibles, et il devient alors aisé de comprendre la prudence de certains chercheurs et de la majorité des législateurs des démocraties modernes. L'une de ces conséquences pouvant être une totale révolution quant à la composition de l'échiquier politique. Si l'on remporte une compétition et que la récompense consiste à modeler les règles selon nos désirs, pourquoi mettrions-nous en place des règles qui nous défavoriseraient? Il y a une sorte de conflit d'intérêts inscrit au cœur même de la majorité des démocratiesreprésentatives partisanes. Et du coup, un certain détachement de l'idéal démocratique. Un détachement qui est perçu par l'électorat. Peu importe que ce dernier vote par affection pour la démocratie ou par calcul rationnel (B-c), le résultat sera le même : la désertion lors des jours de scrutin et un abstentionnisme électoral en constante croissance .
 par Hamdi Souissi
E) Un remède miracle à l’abstentionnisme ? L’optimisme !

La participation électorale décline dans les démocraties modernes, en France, en Europe et partout ailleurs dans le monde. Cette tendance, issue d’un désintérêt et d’un désamour croissant pour les mécanismes électoraux, se traduit par des taux d’abstention grimpant : en France, les élections législatives de 1958 enregistraient une participation de 77.18% contre 57.12% en 2012, soit une augmentation de l’abstention de 20 points[1]. Etant donné que la participation est un indicateur de l’implication des citoyens vis-à-vis des institutions et des grands débats collectifs, ces chiffres illustrent clairement la problématique actuelle du déficit démocratique.

Alors, quelles solutions pour pallier ce déclin ?

Un facteur clé semble se dégager. Étudiant à the Australian National University, Troy Cruickshank[2] a mis en évidence la corrélation entre participation électorale et optimisme économique. Selon ses études, la participation électorale peut s’expliquer par les conditions économiques présentes au moment de l’élection.

Troy Cruickshank utilise le critère de la « perception » de la conjoncture économique pour mesurer l’intention de participer au scrutin. L’idée est que plus une personne est optimiste sur l’avenir de l’économie, plus il est probable qu’elle aille voter, et inversement. En prenant l’exemple du Royaume-Uni, Troy Cruickshank démontre que ce mécanisme peut expliquer l’augmentation de la participation entre les élections de 2005 et 2010. En situation de crise – comme celle des subprimes qui a éclatée en 2008 et dont la contagion a été internationale – le refus de voter des électeurs peut s’interpréter logiquement comme une sanction à l’encontre d’un gouvernement ou comme le rejet d’un système politique qui ne répond pas à leurs attentes. Le sursaut de participation que l’on constate toutefois au Royaume-Uni (65.1% de participation en 2010  contre 61.4% en 2005) montre que la croyance et les prévisions fondées sur un sursaut de l’économie encouragent le retour aux urnes. Finalement, si la récession provoque découragement et retrait du processus électoral chez certains électeurs, l’espoir d’une amélioration future de la situation économique favorise les regains de participation.

La solution au problème de l’abstentionnisme résiderait donc dans l’état d’esprit des électeurs. Le fait d’être optimiste sur les perspectives économiques de son pays a un effet positif sur le taux de participation. Une théorie qui se doit encore d’être vérifiée à l’aune des futures échéances électorales… Mais qui montre plus que jamais l’importance d’une économie saine pour une démocratie forte.

Marine Caron

[1] http://www.france-politique.fr/elections-legislatives
[2] Troy Cruickshank, Levels of economic optimism are a key factor in determining voter turnout, LSE, British Politics and Policy, 01.11.14


F) Vote obligatoire : démocratie ou paternalisme ?
C’est la proposition faIte à la fois par le président du Sénat, Gérard Larcher (UMP), et de l’Assemblée nationale, Claude Bartolone : il faut rendre le vote obligatoire.

La question de l’abstention pose un énorme problème pour le politique, car il perd en légitimité. Mais quelle est son origine ? La gronde sociale. Cela fait 40 ans que la France recule petit à petit dans tous les domaines : que cela soit économiquement, diplomatiquement, et sociologiquement, entraînant avec elle les plus démunis dans le fond. Mais cette colère ne vient pas de nulle part. Elle n’est pas soudainement tombée du ciel, et elle ne frappe pas notre pays du jour au lendemain. En revanche, les choses s’accélèrent, et la fracture sociale se caractérise par ce décrochage démocratique.

Aujourd’hui, nous avons adopté un comportement pour le moins étrange. La mode va de pair avec la docilité, face à cette abstention rampante. Nous l’avons tellement accepté dans l’espace public qu’il n’a pas été rare, lors des dernières élections, d’entendre la surprise de certains quant à l’augmentation de quelques pourcentages de la participation. Une hausse suffisante à la classe politique pour qu’elle ne se mette pas en cause de manière profonde. À savoir ce qu’il leur faut pour qu’enfin ils réagissent face à la dégradation du climat en France.

Au lieu de cela, l’Assemblée nationale préfère poursuivre les réformes allant vers un « État-nounou ». À ce niveau, on a bien été servi ces dernières semaines : avec des lois aussi stupides qu’inutiles sur le vapotage, ou encore l’interdiction de la libre mise en service de sodas. Encore et toujours, le dirigisme à la française continue sur la même lignée de ces 70 dernières années en voulant imposer de plus en plus sa morale par la loi, rappelant certains écrits du philosophie Friedrich Von Hayek. Tout cela au nom d’un bien collectif, pour le coup abstrait, sur ces sujets. Bien entendu, dans cette lignée étatique, le vote obligatoire n’échappe absolument pas à la règle.

Des problèmes démocratiques et sociétaux
En premier lieu, on en revient, une fois de plus, sur la question du rôle du politique dans la société. La logique voudrait que le politique n’ait comme fonction, au sein de l’espace public, que la protection de la liberté des individus. Cela passe par l’État de droit, et par une responsabilité fondamentale de l’état, qui est l’information et la protection. Cette idée abandonnée qui concerne la justice, c’est pourtant la France qui l’a introduite dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen :
Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété et la résistance à l’oppression. – Article 2
Cette vision de la société politique est tirée d’auteurs que l’on pourrait qualifier de libéraux, comme John Locke, dans Second Traité du Gouvernement Civil (1690).

Mais depuis le milieu du XXe siècle, il y a eu un glissement. De nos jours, la politique est devenue une profession, car les institutions ont été construites en ce sens. Par conséquent, le politique exerce un pouvoir plus important, surtout dans la vie des citoyens. Désormais, le politique n’a plus besoin du citoyen pour exister, c’est désormais aux individus de le nourrir. La France aujourd’hui s’est transformée en une grande administration de paternalisme, une sorte de deuxième mère qui est là pour vous interdire tout, et surtout n’importe quoi, toujours sous cette infatigable excuse : c’est pour votre bien. Le pire dans cette affaire reste la coercition ; car si vous ne respectez pas ce que vous dit votre père, il vous punit. Dans le cas présent, toute personne refusant d’aller voter se risquerait à un amende. Il semble pourtant que démocratie rime avec liberté, dans certaines conditions, et visiblement, ce n’est pas le cas ici.

Législation, face à la réalité
Cette proposition illustre parfaitement ce mal bien de chez nous. Ce qui est sous-entendu par le vote obligatoire, c’est que si l’abstention existe, ce n’est pas à cause du politique qui n’a pas respecté ses engagements. Mais plutôt, c’est au citoyen qui ne comprend pas quel est son intérêt, et qui doit donc être forcé par la loi pour agir, d’ailleurs il suffit de lire ce que pense Claude Bartolone pour l’observer. C’est donc par le politique que la société doit vivre, c’est par le haut qu’il faut la façonner. Mais une société libre ne saurait se maintenir ainsi à long terme. C’est par les individus, et leur volonté d’innover en interagissant avec autrui, qu’une société se construit. D’une part donc, le politicien est en tort dans l’affaire.
 
D’une autre part, il y a encore cette déresponsabilisation, en éduquant le citoyen, en lui imposant ce qu’il doit faire. Comme si chacun ne savait pas ce qui est bon pour faire vivre la démocratie. L’État prétend pouvoir se mettre à la place de chaque personne, mais cette vision est tronquée depuis bien longtemps, elle est même dangereuse quand ce mode d’action s’effectue de manière plus importante. Ce n’est pas du ressort de l’État de punir le citoyen pour quelque chose dont il n’est pas responsable. Si les corps exécutif et législatif souhaitent continuer sur ce chemin, les individus ont très bien compris que cette vision est de l’ordre du passé. Le vote obligatoire est une mesure coercitive, qui relève bien plus du paternalisme que de la liberté. À nos politiques désormais de bien vouloir apporter de réelles solutions à l’abstention qui, pour rappel, est aussi une opinion politique, et donc, du ressort de la démocratie.

1 commentaire:

Isabelle Marianne a dit…

Je boycott les élections depuis longtemps... Comme vous dites si bien je ne rentre pas dans leur cirque (de la poudre au yx pr se faire élire ,gauche,droite,etc tous des pourris) donc je vais pas voter et je l assume