L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

mai 20, 2015

Les grandes tromperies de tous nos socialopithèques (le dossier)

L'Université Liberté, un site de réflexions, analyses et de débats avant tout, je m'engage a aucun jugement, bonne lecture, librement vôtre. Je vous convie à lire ce nouveau message. Des commentaires seraient souhaitables, notamment sur les posts référencés: à débattre, réflexions...Merci de vos lectures, et de vos analyses.

Eh oui, on ne vous dit pas tout, ou alors de grandes tromperies, à vous d'en juger !!

“Lorsque je vois que le gouvernement et les médias tentent de nous entraîner fortement dans l’émotionnel et loin loin du rationnel, j’ai comme un système d’alarme qui sonne… peuple français, on va vous priver du peu de liberté qu’il vous reste !”
Peter Moore



Sommaire :

A) La France, ultra-libérale ou ultra-étatiste ? - Par Cécile Philippe. Institut Molinari

B) Le mythe de l’égalité des revenus - Temba A Nolutshungu - Libre Afrique

C) On nous cache tout… - Posté par voltigeur - les moutons enrages - du texte partiel de Charles Gave d' IdL

D) Sarkozy dénonce les "trois années de tromperie" de Hollande - et «La République ne doit plus reculer» RTL et Le Figaro

E) 5 mensonges d’État plus graves que l’affaire Jouyet-Fillon - Jean-Yves Archer; Jean-Michel Rocchi; Fabrice Epelboin; Jean-Vincent Brisset;  Jean-Bernard Pinatel - Atlantico



F) Voyage au pays du mensonge d’Etat: la France est le seul pays où il n’y a jamais de terroriste islamiste mais seulement des « déséquilibrés » - Christian De Lablatinière pour Europe Israël

G) État et moindre mal de Wikiberal

H) Le mensonge de l’Etat sur l’économie solidaire - Sylvain CHARAT - Contribuables Associés

I) Luxembourg : les mensonges de la presse française - Flavien Tulliez - Contrepoints

J) Hollande ou l’apothéose de l’État-mensonge - Par Serge Federbusch - http://www.delanopolis.fr/

K) Écologie – Pics de pollution : un mensonge d’État - Jean-Luc Moreau - Auto-Moto

L) Divertissement: Le film canadien, le silence d'État, + divers liens

M) Le système étatique de santé, une tromperie politiquement organisée - Ferghane Azihari - http://fazihari.eu/- via aussi sur Contrepoints.





A) La France, ultra-libérale ou ultra-étatiste ? 

Dans son dernier livre, Trop tard pour la France ?, l’économiste Cécile Philippe s’interroge sur la question de la place de l’État dans notre société. Celui-ci en fait-il trop ou pas assez ?

Selon une idée répandue en France, nous vivons l’ère du libéralisme triomphant. Or, les données empiriques indiquent, au contraire, que la tendance marquante des dernières décennies est la montée en puissance de la sphère publique.



Il est vrai qu’au cours des dernières décennies, des changements majeurs ont laissé plus de place aux libertés civiles et économiques, qu’il s’agisse des pays d’Europe de l’Est qui ont vu en 1989 la fin du communisme, des membres de l’Union européenne qui ont joui d’une plus grande liberté de mouvement des biens et des personnes en son sein ou de la Chine et de l’Inde qui s’ouvrent au développement.

Sauf que ces évolutions n’ont aucunement empêché de voir se poursuivre l’augmentation de la taille et de la puissance des États au XXe-début XXIe siècle. En fait, la plupart des gens ont tendance à croire qu’ils vivent dans une société du « tout capitaliste » ou « tout libéral » parce que les termes s’y référant sont régulièrement employés, y compris dans des secteurs qui – loin de se libéraliser ou de se privatiser – continuent sur la voie de l’étatisation (comme le secteur de la santé en France).

Au début du XXe siècle, les dépenses publiques en France ne représentaient qu’un peu plus de 10% du PIB français. Au cours du siècle, le poids relatif de l’État n’a jamais cessé d’augmenter. C’est dans les années 1980 que la barre symbolique des 50% est franchie. Si la croissance de l’État s’est ensuite ralentie, le ratio n’a pas diminué et atteignait un nouveau record en 2013 de 57,1% du PIB.

Or, quand les dépenses publiques représentent plus de la moitié du PIB, est-il légitime de parler de libéralisme ou de capitalisme triomphant ? La dépense publique est financée pour la plus grande partie par le prélèvement d’impôts ou de charges. Cela signifie concrètement que les choix publics se substituent aux choix privés au fur et à mesure que le poids des dépenses publiques augmente.

Le système français offre des prestations spécifiques en échange du prélèvement de certaines charges comme les cotisations sociales. Ainsi, en échange de leur paiement, les individus ont droit à des prestations santé ou retraite. Il n’en demeure pas moins que les individus au sein d’une telle organisation – à la différence d’un système libre – se voient dans l’impossibilité de disposer d’une partie de plus en plus large de leurs revenus tandis que les prestations, dans le meilleur des cas, restent stables et sinon diminuent.

Le citoyen-contribuable peut certes tenter d’orienter la prise de décision collective, par exemple en votant ou en adhérant à un syndicat, mais son influence est diluée. Il n’a plus la possibilité de décider individuellement combien il souhaite allouer globalement au titre des services financés par ses impôts et charges. De même, il ne peut plus imposer ses préférences, en donnant la priorité à un service public ou social plutôt qu’à un autre. Ceci est d’autant plus vrai que l’inflation réglementaire est sans borne. La législation française est en augmentation de sept pour cent par an. Les Français vivent sous l’empire de onze mille lois – dont certaines dépassent les deux cents pages – et de cent trente mille décrets.

Ainsi, au fur et à mesure que le ratio dépense publique/PIB augmente, le mode d’organisation économique de la France s’éloigne d’un mode libre pour se tourner toujours plus vers des prises de décisions publiques plutôt que privées. En ce sens, le XXe et le début du XXIe siècle révèlent un recul spectaculaire du système fondé sur les droits de propriété au profit d’une croissance ininterrompue de la sphère publique. C’est le monde dans lequel vivent les Français depuis les années 1980 et c’est visible à tous les niveaux de notre société puisque nous avons adopté en France une gestion publique de nos risques santé, retraite, chômage et même technologique avec l’inscription en 2005 du principe de précaution dans notre constitution.

De fait, la réalité française est plutôt celle de l’étatisme triomphant et c’est peut-être une des raisons du mal être français face à un monde qui change rapidement. Les structures publiques n’ont pas les capacités d’adaptation nécessaires aux évolutions actuelles. Elles se révèlent incapables de fournir des prestations bon marché, notamment parce qu’elles ont éliminé un élément fondamental au fonctionnement de notre économie : la concurrence.

Depuis des décennies rien n’a empêché la réduction comme peau de chagrin de notre sphère d’autonomie. Il est donc peut-être temps de regarder la réalité et cesser de prendre le libéralisme comme bouc émissaire de l’échec de nos politiques publiques.



 B) Le mythe de l’égalité des revenus

La thèse centrale du livre phare de Thomas Piketty résiste-elle à l’argument proposé par Adedayo Thomas ?

L’ouvrage de Thomas Piketty, Le Capital au XXIe siècle, a ravivé l’idéologie discréditée du socialisme/communisme et ses diverses affirmations, comme l’État développementaliste, le capitalisme d’État, l’État providence et l’État dirigiste. La thèse centrale de l’ouvrage : assurer l’égalité des revenus pour la stabilité socioéconomique et politique en mettant en œuvre la taxe punitive et d’autres mesures politiques qui ciblent les riches. Cette thèse irrationnelle est attrayante pour les décideurs qui prospèrent sur l’impôt.

À cet égard, les mots de Hans F. Sennholz, président de la Fondation pour l’Éducation Économique (Freeman, août 1992) sont remarquables :

« Pour poursuivre l’idéal d’une répartition égale des biens, il faut partir du constat que l’envie et la convoitise compromettent l’harmonie sociale et la paix économique et lutter pour rétablir cette inégalité. Cette lutte devient immorale quand elle repose sur la spoliation.».
Malheureusement, même aux États-Unis, la thèse de Piketty semble avoir acquis un certain crédit. Heureusement, de l’autre côté de l’océan Atlantique, Adedayo Thomas, directeur de l’Organisation pour le développement du Nigeria « African Liberty », a une façon remarquablement simple de détruire l’argument de l’égalité des revenus quasi-socialiste. Le raisonnement de Adedayo est que, si vous donnez à un certain nombre de personnes un montant d’argent de valeur égale, afin qu’ils soient tous sur un pied d’égalité sans aucun différence ou inégalité socio-économique les distinguant, après un certain temps, vous trouverez des écarts criants sur la façon dont ces personnes ont utilisé les sommes égales d’argent que vous leur avez données.

Beaucoup d’entre eux auront utilisé l’argent totalement ou partiellement. Quelques individus l’auront investi pour démarrer une entreprise afin de générer des revenus supérieurs à la somme initiale. D’autres auront investi de l’argent dans des placements sûrs et stables tels que les comptes en banques et les actifs des entreprises. Les banques et les sociétés de financement à leur tour auront utilisé cet argent collecté pour générer des rendements en faveur de leurs investisseurs. En d’autres termes, même si tous les individus avaient commencé sur un pied d’égalité, au fil du temps, les inégalités se seraient développées à travers la recherche de leurs besoins personnels.

L’explication d’Adedayo n’est pas nouvelle. Déjà, il y a des siècles, le philosophe grec Aristote (384 BC – 322 BC) avait averti que : 

« la plus grande inégalité est d’essayer de rendre les choses inégales égales ». 

Sans surprise, le résultat est une conséquence inévitable de la réalité de la nature humaine. Les individus sont différents. Ils sont dotés de compétences différentes et ont des priorités différentes, des préférences et des goûts différents. Certains peuvent être musicalement, artistiquement ou athlétiquement doués et, si la chance leur sourit, ils seraient en mesure de gagner beaucoup plus d’argent que les autres en raison de leurs talents uniques.

Les inégalités sociales et surtout celles du revenu reflètent le fait que les individus sont dotés et pourvus différemment. Il y a de nombreuses façons de créer de la richesse et de travailler à l’amélioration de ses conditions socio-économiques. Pas étonnant alors qu’il y ait autant de résultats différents. Ainsi, Lionel Messi, le joueur de football doué, est devenu un multimillionnaire ; Michael Jackson, a utilisé son don du chant et de la danse pour accumuler une fortune, Muhammad Ali a utilisé ses dons pour pulvériser ses adversaires et gagner des millions. Il y a les nombreux acteurs de Hollywood inégalement dotés qui engrangent des millions. Toutes ces différences auront inévitablement et naturellement entraîné des écarts de revenus que dénoncent Piketty et ses cohortes d’orientation socialiste. Karl Marx doit rire dans sa tombe. Piketty a prescrit exactement ce que Marx a toujours soutenu : « Il n’y a qu’une seule façon de tuer le capitalisme, par des impôts, des impôts et encore plus d’impôts ». Il est choquant que les gens qui utilisent leurs qualités et font des sacrifices personnels pour s’enrichir soient toujours pénalisés. Ce que propose Piketty ne peut pas être mis en œuvre sans nuire à la liberté d’autrui de poursuivre ses objectifs économiques.

« L’égalité devant les règles générales du droit est le seul genre d’égalité favorable à la liberté qui peut être fixée sans détruire la liberté », écrit alors le professeur Walter E Williams dans son livre « Plus de liberté signifie moins de gouvernement » (1999). 

Si vous confisquez les fruits du travail des personnes économiquement productives, vous tuez leur motivation à produire plus. Vous découragez les contributions globales des riches à l’économie et démotivez ceux qui cherchent le progrès. La cause de l’égalité échoue à l’épreuve de la réalité économique.

La doctrine sociale des pays socialistes tentant de niveler les revenus de leurs populations (conformes à l’idéologie marxiste), a engendré les implosions dramatiques de 1989 et l’effondrement du mur de Berlin. Ceux qui proposent ce genre de mesures populistes devraient réfléchir à l’impact de telles propositions qui peuvent paraitre séduisantes au premier abord.

Les mots de la fin seront laissés à l’économiste et lauréat du prix Nobel, le professeur Milton Friedman :

« Une société qui met l’égalité, dans le sens de l’égalité des résultats, devant la liberté, va se retrouver avec ni égalité ni liberté… D’autre part, une société qui fixe la liberté comme premier objectif se retrouvera avec à la fois une plus grande liberté et une plus grande égalité ».

Par Temba A Nolutshungu. http://www.libreafrique.org/
Libre Afrique a été précédé par le projet francophone UnMondeLibre qui visait à fournir des analyses de l’actualité du point de vue de la défense de la liberté. Libre Afrique se concentre désormais sur l’Afrique ou les problématiques qui peuvent y être liées de près ou de loin. Les analyses se reposent sur une vision du monde dans laquelle le rôle civilisateur de la société civile et de la liberté est mis en exergue.




C) On nous cache tout…

Ca! ce n’est pas nouveau, si la majorité des moutons, connaissaient vraiment l’état de notre pays, il y aurait des questions précises de posées et des réponses tout aussi précises de demandées…

Les neuf réalités Economiques que chaque citoyen devrait connaître avant de voter

1. Le poids de l’Etat dans l’Economie Française:
Tous les trimestres, l’INSEE publie la « valeur ajoutée » crée par chaque secteur de l’économie Française. Il est donc trés facile de séparer les secteurs étatisés (administration, Santé, Transports, Education) des autres secteurs dont nous supposons qu’ils sont les secteurs libres.

Il suffit ensuite de calculer le ratio entre le secteur libre (ou quantités et prix sont déterminés par le rapport entre l’offre et la demande) et le secteur administré ou rien de tel ne se produit et ou les quantités et les prix sont déterminés par des décisions politiques ou administratives ,pour se faire une idée du poids de l’Etat dans le système économique.  

2. Croissance structurelle de l’Economie Française.
La croissance structurelle de l’Economie Française, que je définis comme le taux de croissance moyen du PNB en VOLUME sur sept ans ne cesse de baisser depuis 1978.

Depuis 1978, le taux de croissance moyen sur les sept années précédentes est passé de prés de 4 % à un peu plus de 1%, ce qui ne peut s’expliquer ni par la démographie, ni par l’évolution technologique ni par la globalisation, puisque des pays similaires a la France n’ont pas connu une telle évolution (Suède, Canada etc.…) Voir le schéma ici

3. Croissance de l’Etat et croissance économique.
Comme chacun peut le voir, passé un certain point (entre 30 et 40 % du PNB), la hausse du poids de l’Etat dans l’économie déclenche une baisse structurelle du taux de croissance de l’économie sous jacente. Un poids plus élevé de l’Etat, partout et toujours a amené a un ralentissement de la croissance.

J’ai le même graphique sur les USA, la Grande Bretagne, le Japon, le Canada etc.…et les résultats ont les mêmes partout. Je ne dis pas que l’Etat est inutile, je dis que passé un certain point, la croissance de l’Etat devient nuisible, ce qui n’est pas la même chose. Et ce point a été passé en France il y a longtemps.

La raison en est très simple : Dans le secteur de l’économie libre, quand une activité n’a plus de clients solvables, elle disparaît. Rien de tel dans les le secteur public qui continue à gaspiller capital et main d’œuvre. Ces gaspillages entraînent une baisse du taux de croissance structurel. C’est pour cette raison que l’URSS a sauté et que le mur de Berlin est tombé…

La France est à la veille de perdre sa Souveraineté Financière, comme dans les meilleures années de la IV République.La situation interne est catastrophique. Hélas, un malheur n’arrivant jamais seul, la situation externe n’est guère meilleure. La France n’est en effet plus compétitive sur les marchés internationaux.

8. La France n’est plus compétitive
Avant l’Euro, les croissances Françaises et Allemandes étaient similaires.Depuis l’an 2000 et à cause de l’Euro qui empêchait l’ajustement par le taux de change, la production industrielle Française a baissé d’environ 10%, alors que son homologue allemand est monté de plus de 25 %. La réalité se venge… toujours

9. Les Déficits extérieurs Français explosent.
Quand un pays cesse d’être compétitif, d’habitude, sa balance commerciale se détériore.C’est bien ce qui est en train d’arriver à la France depuis l’arrivée de l’Euro.Sans l’Euro, quelque chose d’aussi stupide que les 35 heures auraient du être payé « cash »par une solide dévaluation.

L’Euro a empêché ces ajustements d’avoir lieu et donc notre déficit extérieur ne cesse de se creuser (d’environ un peu moins de 1% du PNB par an).Et encore et toujours, nous finançons ces déficits en ayant recours à l’emprunt.

Aujourd’hui plus de 60 % des dettes émises par l’Etat Français sont détenus par des étrangers, qui donc d’abord nous prêtent de l’argent pour que nous puissions payer nos fonctionnaires et ensuite nous re- prêtent de l’argent pour que ces fonctionnaires puissent acheter des biens produits à l’étranger.

L’Euro est l’outil qui permet aux rentiers Français d’avoir un niveau de vie supérieur à celui qui devrait être le leur. Cette prime au rentier est payée par les entrepreneurs et les travailleurs du secteur privé.Mais cela veut dire en termes simples que le niveau de vie Français d’aujourd’hui n’est pas un niveau de vie gagné, mais bien un niveau de vie emprunté.

C’est ce que les Grecs ont fait pendant les vingt dernières années, et le moins que l’on puisse dire est que le réveil a été dur…



Conclusion: Une bouteille à la mer
Jamais, et je dis bien jamais, la situation économique de notre pays n’a été aussi critique, sans que nous soyons en guerre.De grands malheurs peuvent venir accabler la France et sa population a échéance relativement rapprochée.J’espérais que l’élection Présidentielle serait un moment ou la vérité serait dite aux Français, pour qu’ils puissent voter en connaissance de cause.

Il n’en est rien et je n’ai pas le souvenir d’avoir assisté dans aucun pays en quarante ans d’observations à une campagne aussi médiocre et éloignée des réalités, la classe politique et les media semblant n’avoir qu’un but et un seul : masquer la vérité et ne pas donner au peuple l’information dont il a besoin pour se décider.

Il m’a donc paru nécessaire d’informer un public le plus large possible de la réalité de la situation, dans la mesure de mes moyens bien entendu (fort limités, hélas). Je ne suis pas un homme politique, je n’offre pas de solutions.J’ai juste voulu donner à mes concitoyens les informations dont je pense qu’ils ont besoin pour se déterminer en connaissance de cause.A eux d’analyser les solutions que les candidats proposent, mais pour prendre la bonne décision, ils doivent avoir d’abord connaissance des faits et de la réalité.

Si vous jugez cette démarche intéressante, faites circuler cette analyse de la façon la plus large possible. Envoyez-la à 10 de vos amis, en leur disant de l’envoyer à 10 des leurs et ainsi de suite.Parfois l’Internet permet de casser la censure comme nous l’avons vu récemment dans un certain nombre de pays comme les USA ou les pays arabes.

Charles Gave






D) Sarkozy dénonce les "trois années de tromperie" de Hollande - et «La République ne doit plus reculer»

Le président de l'UMP estime que son successeur à l'Elysée "a déjà battu tous les records en promesses non tenues". "De mémoire de citoyens, jamais la France n'avait été si profondément trompée", ajoute Nicolas Sarkozy pour qui "l'échec le plus flagrant est celui du chômage".

"Le "Moi président, je réduirai le chômage" est devenu "moi président, j'ai assisté impuissant au record du nombre de chômeurs"", raille l'ancien chef de l'Etat, ajoutant que François Hollande "a personnellement contribué à ce désastre par un politique fiscale d'une brutalité sans précédent". "Il a tant promis et au final si peu tenu. Trois années de tromperies. Quel triste anniversaire", résume Nicolas Sarkozy.  RTL

Dans un entretien au Figaro, Nicolas Sarkozy dénonce le bilan de trois années de présidence Hollande et défend les valeurs des Républicains, la nouvelle formation politique appelée à remplacer l'UMP.



François Hollande souffle les trois bougies de son quinquennat. Que lui dites-vous?
Nicolas SARKOZY. - Il a déjà battu tous les records en promesses non tenues. De mémoire de citoyens, jamais la France n'avait été si profondément trompée. L'échec le plus flagrant est celui du chômage: le «moi président je réduirai le chômage» est devenu «moi président j'ai assisté impuissant au record du nombre de chômeurs». Cet échec n'est pas seulement passif puisqu'il a personnellement contribué à ce désastre par une politique fiscale d'une brutalité sans précédent. Il a tant promis et au final si peu tenu. Trois années de tromperies. Quel triste anniversaire.

Pourquoi «Les Républicains»? Il y a beaucoup de scepticisme dans votre camp. N'est-ce pas un critère trop général pour définir un mouvement politique?
Le changement des habitudes suscite toujours une inquiétude. J'ai beaucoup réfléchi à cette problématique. «Les Républicains» portent une promesse et incarneront notre ligne politique. Je ne voulais pas d'acronymes qui sont répétés mécaniquement et finissent par ne plus rien signifier. Nous avons besoin de nous élargir et d'envisager notre champ d'action et de pensée pour les vingt prochaines années. Dans cet esprit, nous ne pouvions nous en tenir aux clivages trop classiques entre la droite et la gauche. Ce clivage n'épuise plus le débat politique. En revanche, qui pourrait affirmer que le besoin n'existe pas d'une rénovation de notre République qui a trop souvent, ces dernières années, donné le sentiment de céder? La République ne doit plus reculer. Les Républicains en feront leur premier combat.




E) 5 mensonges d’État plus graves que l’affaire Jouyet-Fillon

La presse s'est emparée de l'affaire jouyet pour en faire ses choux gras, les partis politiques s'en sont saisis pour se renvoyer dos à dos la responsabilité. Mais cette affaire ne doit pas occulter les autres mensonges d’État, ceux qui ont et auront un impact concret sur la France et les Français... Budget, impôts, encadrement bancaire, vie privée ou coupes budgétaires de l'armée... Les exemples d'actualité ne manquent pas.
L'opposition dénonce l'attitude de Jean-Pierre Jouyet et une "affaire montée de toute pièce par l'Elysée". De son côté, la majorité renvoie la balle à l'UMP. Affaire Fillon ou Jouyet ? D'Etat ou simple péripétie politicienne ?

Si les vrai mensonges d'Etat étaient tout simplement ailleurs, juste sous nos yeux, dans l'actualité ! Les annonces du gouvernement sont en ce sens riches en enseignements...

Des annonces budgétaires pour 2015 aux suppressions de postes dans l'armée, en passant par la baisse des impôts ou la non-création de nouveaux impôts, passage en revue des 5 derniers grands mensonges publics d'Etat.

1 - La sincérité budgétaire, vraiment ?

Jean-Yves Archer : Depuis 40 ans, la fin des Trente Glorieuses a provoqué l'apparition croissante et douloureuse d'un chômage de masse. Dès lors, les Etats européens et particulièrement la France ont recouru au "traitement social du chômage" et à toute une série de dispositifs aidés. Depuis le plan de relance Chirac – Fourcade de 1975 au début du septennat du président François Mitterrand et ses dérapages budgétaires.

Ainsi s'est constituée une dette publique qui est désormais de 2 023 milliards d'euros sans compter les 3 250 milliards de dette dite hors-bilan essentiellement composée d'engagements sur l'avenir (légitimes pensions futures des fonctionnaires, cautions bancaires accordées à l'UNEDIC ou Dexia, etc).

Il y a eu un mensonge collectif par omission car les citoyennes et citoyens n'ont pas vu venir ce fardeau qui est désormais intergénérationnel.

Pour ce mensonge-là, la phrase d'Albert Camus trouve pleinement à s'appliquer :

"La vérité, comme la lumière, aveugle. Le mensonge, au contraire, est un beau crépuscule qui met chaque objet en valeur".

Le beau crépuscule des objets est effectivement le terme qui s'applique au carré de la non-sincérité budgétaire qui a été pratiquée autant par les gouvernements de droite que de gauche.

Premier côté de ce carré : la sous-estimation quasi-systématique et sans vergogne du taux de croissance à retenir pour l'année à venir. Tout le monde connait désormais ce jeu de mistigri qui continue par-delà la jeune existence du HCFP (Haut conseil des finances publiques) qui a estimé que 1% pour 2015 était un taux "optimiste" pour la future croissance du PIB. Effectivement, le FMI escompte 0,7% et les agences de notation et autres sont sur le chiffre de 0,6%.

Deuxième côté du carré de l'insincérité : il vient du corollaire de ce qui précède et concerne la surestimation des recettes. Dans la mesure où le taux effectif de croissance est plus faible que celui voté au terme de l'examen du PLF (projet de loi de finances), les recettes (essentiellement TVA et impôt sur les sociétés) sont moindres. Notre estimation - hélas fondée sur une certaine expérience - indique qu'un manque à gagner de près de 8 milliards est une quantification réaliste en matière de recettes.

Troisième côté du carré : le gouvernement sait fort bien que le chômage va continuer de s'accroître. Dès lors, nous risquons d'enregistrer un apport de plus de 15.000 personnes additionnelles sans emploi par mois. A rapporter des 35.000 qui sortent du système d'indemnisation chômage et relèvent, mois après mois, de la solidarité nationale, donc des budgets sociaux, donc de l'impôt. 2015 verra, du fait de l'ampleur de l'atonie de la croissance et des risques déflationnistes, s'alourdir les budgets sociaux et donc ce volet de la dépense publique. N'en déplaise à la présentation budgétaire qui pense pouvoir rogner 20 milliards de dépenses sur le budget social de notre Nation. Ici, le mensonge est patent mais les décideurs veulent y croire : nous sommes alors en situation de déni et en phase d'illusion. Dans le "Dialogue des carmélites", Georges Bernanos écrit : "Les plus dangereux de nos calculs sont ceux que nous appelons des illusions". Oui, ici, en matière de dépenses, il y a manque objectif et subi de sincérité. Là encore, droite et gauche ont souvent subi et ainsi gommé la hausse tendancielle des charges publiques.

Quatrième côté du carré : en toute quiétude, il concerne le premier poste budgétaire, à savoir la charge de la dette. Evaluée à 46 milliards, (PLF 2014), l'idée qui court au sein de l'exécutif est de considérer que les taux vont être orientés à la baisse et ainsi permettre de desserrer l'étau de plusieurs milliards suite au travail technique remarquable qu'effectue chaque semaine l'Agence France Trésor.

Pour notre part, nous n'apportons aucun justificatif fondé à cette thèse. A l'inverse, nous estimons que la cessation graduelle du QE (quantitative easing) de la politique de la FED va progressivement faire repartir les taux à la hausse. Des personnalités aussi diverses que Philippe Dessertine (par ailleurs membre du HCFP) ou Jean-François Dehecq (Président d'honneur de Sanofi) tablent sur une remontée des taux après l'été 2015. Donc, dans le cadre de ce budget, il nous parait réaliste d'énoncer que la charge de la dette sera supérieure aux prévisions quand bien même le gouvernement a eu le cran, si l'on peut dire, de sortir cet argument de taux lissés (donc contenus) lors de ces entretiens avec Bruxelles et ses 3,6 milliards d'euro d'oral de rattrapage.

En synthèse, surestimation du taux de croissance et donc des recettes, sous-évaluation des dépenses sociales, imprécision de prospective sur les taux obligataires sont des éléments matériels qui constituent le socle du manque de sincérité du budget pour 2015 qui affiche un déficit prévisionnel de 87 mds (contre 82 mds l'année précédente) dont il n'est pas absurde ou noir Soulages d'affirmer qu'il sera plus près du seuil symbolique de 100 milliards d'euros, essentiellement du fait que la crise est toujours vive et présente par-delà la qualité des équipes administratives de Bercy.

François Mitterrand a écrit : "Un physicien affirmera que l'oxygène se raréfie sur les hauteurs. Comparaison n'est pas raison. Le politique, le vrai, celui pour qui l'Histoire exige de grands horizons, ne respire qu'en altitude." (L'Abeille et l'Architecte). Puissent les cimes ne pas priver de souffle le décideur public ultime et à l'inverse lui fournir la respiration requise au redressement d'un solde budgétaire qui ne sera pas à 4,3% du PIB (projet PLF 2015).

2 - Pas de nouvel impôt ou pas de hausse d'impôts ?

Jean-Yves Archer : Dans son entretien télévisé de jeudi dernier, le Chef de l'Etat a pris plusieurs engagements. Il a notamment déclaré qu'il n'y aurait "pas d'impôt supplémentaire". Chaque contribuable s'est senti soulagé par une telle annonce et pourtant la situation est un peu plus confuse qu'il n'y paraît au premier abord.

Ainsi, pas d'impôt supplémentaire, cela signifie au sens propre et littéral : pas de nouvel impôt. Autrement dit, cela n'empêcherait pas de glisser une nouvelle hausse de TVA si les circonstances devaient venir à l'exiger.

Au plan de la lettre, il y a du flou "donc un loup" pour reprendre le mot acide Madame Martine Aubry. Au plan de l'esprit, il y a du mou dans la voilure car l'instabilité fiscale qui caractérise depuis tant d'années notre pays serait, si nous avons bien entendu, définitivement stoppée suite à l'oukase présidentiel.

Entendu ? Mais pas reçu ce message présidentiel si l'on se réfère aux nombreux sondages post-émission qui montrent que l'opinion est ultra-méfiante sur cette annonce.

Il faut dire que le chasse-neige Ayrault ("seul un Français sur dix sera concerné par les hausses d'impôts") a hélas apporté, dans les années récentes, un lourd discrédit à la parole publique désormais plongée dans la poudreuse de la suspicion citoyenne. A skier hors-piste, en godille, on finit avec une popularité en vrille.
Pour notre part, compte-tenu des contraintes budgétaires et, répétons-le, de la crise qui serait un défi pour tout gouvernement au-delà de sa couleur politique, nous ne donnons pas quitus à cette idée de stabilité fiscale. Elle serait déjà difficile en période de belle et bonne croissance, en période de disette budgétaire, elle est tout simplement un corset intenable. D'autant qu'il y aura évolution, ne serait-ce que du fait de la fiscalité écologique.

Sur 112 milliards de fiscalité dite affectée (les taxes non votées par le Parlement pour les différentes Agences), des plafonds ont été fixés mais l'Etat n'a qu'un moyen de cesser cette dérive (stigmatisée par un rapport de la Cour des comptes dès le 4 juillet 2013), c'est l'arme complexe à manier de la rebudgétisation qui est évoquée en page 18 de la synthèse du PLF ("Les règles de gouvernance de la LPFP").

Toujours dans le même document, à imprimatur officielle, il faut relever un point bizarrement passé inaperçu (page 22 du document précité). Un tableau très complet intitulé : "Les principaux éléments de cadrage économique du PLF 2015" reprend les principaux agrégats et variables macroéconomiques.

Une observation mérite d'être portée à l'appréciation du lectorat :  les dépenses de consommation des ménages sont décrites :  0,2% pour 2013, 0,3% pour 2014, et 1,3 % pour 2015.

Cette fois le loup a de grandes dents car chacun conçoit que ce chiffre est assez peu en phase avec les difficultés de pouvoir d'achat qui se répandent comme une marée noire sur la vie de millions de Françaises et de Français.

Alors, découplage de Bercy avec le monde réel ?  Que nenni. En revanche, si la dépense de consommation est ainsi inflatée, "vous" augmentez mécaniquement vos recettes prévisionnelles de TVA.  Oui, le loup sait chasser sur toutes les lignes et n'est ni fou, ni flou. Un rien filou ?  A vous de juger...

Sur ce sujet, le silence a été bien ordonnancé conformément aux préceptes de Fénelon ("Les Aventures de Télémaque") : 

"Quiconque est capable de mentir est indigne d'être compté au rang des hommes, et quiconque ne sait pas se taire est indigne de gouverner".

3 - "Mon véritable adversaire [...] c'est le monde de la finance". Ah bon ?

Jean-Michel Rocchi : Dire "mon ennemi c’est la finance" est une formule vide de sens et démagogique. Tout d’abord on notera la sémantique "la finance" qui est typique de la technique du bouc émissaire, si on veut appeler un chat un chat il aurait mieux valu parler de "l’industrie financière", voire des banques mais alors on touche aux contradictions du système étato-soviétique à la française :
  • Il existe, particulièrement en France, depuis toujours des relations incestueuses entre la haute administration et les banques (de Georges Pompidou à Emmanuel Macron).
  • En son temps certains ont qualifié la loi du 3 janvier 1973 portant réforme de la Banque de France de loi Rothschild. Emmanuel Macron venant de la Finance serait donc l’ennemi de François Hollande ? On perçoit l’absurdité d’un tel propos.
     
  • François Hollande avait évoqué une séparation de l’activité de banque commerciale et de celle de banque d’affaires sur le modèle du Banking Act de l’administration Roosevelt en 1933 (dit Glass-Steagall Act). Du point de vue concret (en dehors de quelques auditions de banquiers par des parlementaires, débats assez pathétiques qui ont tourné à la tragicomédie le résultat est là : il ne s’est rien passé).
     
  • Les banques contribuent via l’impôt sur les sociétés à financer le déficit budgétaire et les représentants de l’Etat ne veulent pas savoir comment les banques gagnent de l’argent (c'est-à-dire le niveau de risque pris) du moment que les impôts rentrent. Les banques savent aussi jouer sur l’arme des emplois créés en négociant un protectionnisme de fait sur le marché bancaire domestique.
     
  • Les grandes banques françaises comme par exemple la Société Générale ont relancé les activités sur les marchés financiers... comme quoi la réduction de la voilure suite à la crise financière n’a pas duré longtemps
     
  • Sur les marchés dérivés les positions spéculatives représentent 90 à 95%, les opérations de couverture le petit montant résiduel. Les Etats ne veulent pas la fin des opérations spéculatives, tout au plus ont il interdit les positions spéculatives des CDS nus (naked CDS).
     
  • L’Etat français aurait pu demander une enquête sur les opérations de Goldman Sachs ayant aidé l’Etat grec à masquer à l’Union européenne son niveau réel d’endettement. Qu’a fait Hollande sur ce sujet ? Rien. Il est vrai que les relations incestueuses existent aussi en Europe, Mario Draghi, l’actuel président de la BCE (qui a réglé la note de l’affaire grecque) est un ancien haut responsable de Goldman Sachs !
     

  Pourquoi c'est grave ?

Les banques dans le monde d’aujourd’hui fonctionnent de la même façon qu’avant la crise, rien n’a véritablement changé.
  • En théorie, l’Union Bancaire serait un mieux en matière de contrôle des banques. En fait, le progrès est essentiellement formel : les tests sur les actifs et les stress test ont été transparents. On peut émettre des réserves : les tests étaient plus centrés sur l’activité de crédit que sur les risques réels de marché. Les scénarii retenus n’étaient pas extrêmes du point de vue économique alors qu’à l’évidence la récession est une possibilité pour la zone euro.
     
  • Le niveau de crédit aux PME et TPE est insuffisant, la rémunération négative des dépôts bancaires auprès de la BCE l’atteste.
     
  • Suite à Bâle III, les Etats occidentaux se sont assuré un financement du déficit budgétaire avec des obligations souveraines pondérées à 0% (le taux sans une des plus grandes escroqueries intellectuelles de la Finance). A l’inverse le capital risque, lui, est pondéré à 100% ce qui s’est traduit par une allocation en baisse de la part des investisseurs institutionnels. 
  •  
    La création de la banque publique (un replâtrage d’institutions déjà existantes) doit pallier l’insuffisance des fonds alloués par le secteur privé. Nous sommes dans un phénomène d’effet d’éviction bien connu du privé par le public. La baisse de l’offre privée étant très inférieure à l’offre publique légèrement en hausse, l’effet sera catastrophique en termes d’emplois créés par des PME-PMI financées par le capital investissement.
     
  • Mettre fin aux chiffres mensongers : alors que les médias se sont alarmés récemment du fait que le seuil psychologique des 2 000 milliards d’euros d’Obligations Assimilées du Trésor - OAT (la dette publique de la France) était atteint, pourtant ce chiffre est faux car il est minoré. 
  •  
    La dette publique comprend en effet pour partie de la dette obligataire indexée : les OAT indexées sur l’inflation française (OATi) et sur l’inflation de la zone euro (OATei), les remboursements à l’échéance seront donc supérieurs au nominal. Le chiffre des 2 000 milliards c’est en nominal. Le montant de la dette indexée est donc minoré, le chiffre de la dette publique est donc faux car sous-estimé. Au-delà de chiffres truqués et non fiables, ne faut-il pas cesser d’émettre des titres très dangereux pour les finances publiques comme les OATi et OATei ?


4 - Un gouvernement protecteur de la vie privée... mais espionné lui-même par la NSA et travaillant main dans la main avec cette dernière

Fabrice Epelboin : L’Etat Français - ainsi que la population française - espionnée par la NSA, sans que cela ne pose de problème à quiconque ? C’est vrai que c’est assez déroutant, et ce ne sont pas les micro-révélations parues dans la presse française qui peuvent apporter quelque éclairage que ce soit. Il faut reconnaître que l’explication est complexe.


Commençons par un peu de géopolitique des réseaux.
Pour espionner un pays tout entier, la méthode la plus efficace consiste à écouter les cables sous-marins qui connectent différents pays au reste de l’internet. Si le pays A est connecté à internet par un cable arrivant au pays B, alors le pays B peut - s’il dispose des technologies nécessaires - espionner le pays A. Un rapide coup d’œil à une carte des réseaux sous-marin montre que - surprise - la France est dans une position de choix dès qu’il s’agit de surveiller l’Afrique de l’ouest, l’Afrique du nord et une large partie du Moyen et du Proche Orient. Une position stratégique, donc, qui permet à la France d’acouter une multitude de pays que les Etats-Unis ne peuvent espionner de la sorte.



De leur coté, les Etats-Unis disposent, grâce à leurs systèmes de surveillance, de quantité d’informations dont les dirigeants français pourraient avoir besoin, que ce soit dans des missions antiterroristes ou dans tout un tas d’autre choses. Les Etats-Unis peuvent ainsi fournir une multitude d’informations à la France, comme celles que ses citoyens laissent sur les services Cloud Américains, tel Facebook ou Google, qui sont sous étroite surveillance, comme l’ont montré les documents fournis par Edward Snowden.

C’est dans ce contexte que se sont conclu les accords Lustre en 2010 - révélés par la presse Allemande en 2014. Ces accords ont été signés dans le cadre d’un élargissement du groupe Echelon à plusieurs autres pays, dont la France, et prévoit que les services de renseignement des deux pays puissent echanger des informations issues de leurs systèmes de surveillance respectifs.

Ainsi, depuis 2010, la France et la NSA travaillent main dans la main à ce qui est censé être une lutte contre le terrorisme. C’est en tout cas de cette façon que la mise en place de ces technologies de surveillance globale ont été “vendues” aux populations, et dans le cas de la France, ça marche très bien, personne ne proteste, ou presque.

De la lutte antiterroriste à la société de la surveillance

Mais ces outils de surveillance globale peuvent faire bien plus que lutter contre le terrorisme, et leur encadrement - si on peut l’appeler ainsi - prévu dans des lois telles que la Loi de Programmation Militaire, n’en limite pas vraiment l’utilisation à la seule lutte contre le terrorisme. A vrai dire, il n’y a pas vraiment d’encadrement. En laissant passer des lois aussi liberticides, les députés Français (et leurs collègues à l’étranger) ont ouvert une boite de Pandore qui devrait reléguer la démocratie à un court moment de l’histoire de l’humanité. Les pays disposant de telles technologies - qui vont de la Big Data à la collecte massive de données personnelles, commencent doucement à avancer vers d’autres usages qui n’ont strictement rien à voir avec le terrorisme.

La Belgique a ainsi initié une chasse aux abus des chômeurs, l’Ausralie fait de même  - en reconnaissant explicitement que ce sont les mêmes outils qui servent à lutter contre le terrorisme et contre la fraude des chomeurs - et la France a récemment approuvé un amendement au sein de la Loi de financement de la Sécurité sociale (LFSS) ouvrant la voie à une chasse similaire.

Evidemment, en pleine affaire des LuxLeaks, qui montrent la complicité du président de la Commission européenne avec une évasion fiscale massive de la part de très nombreuses multinationales, le timing est innoportun, mais dans la mesure où l’ensemble des “partis de gouvernement” en France s’accorde sur la mise en place de la société de la surveillance (et sur l’évasion fiscale des multinationales), ce n’est pas comme si on avait le choix.

La suite consistera à surveiller tout ce qui sera tôt ou tard assimilé à du terrorisme, et les dérives ne manqueront pas d’arriver. Les étudiants qui manifestent, les Zadistes de Notre Dame des Landes ou ceux du barrage de Sivens, l’opposition politique dans son ensemble - si ce n’est déjà fait, car rien n’empêche l’exécutif de le faire dès à présent.

Bien sûr, les premiers à être traqués - après les chômeurs - seront les Français qui prennent quelques libertés avec les aides de l’Etat, les impôts, la sécurité sociale et tout un tas d’autres choses. La triche étant un sport national - à l’image de nos dirigeants politiques - le climat social devrait s’en ressentir au point de devenir exécrable.

Dans un second temps, ce seront tous ceux en mesure de porter atteinte au pouvoir qui seront traqués - journalistes d’investigation, juges, avocats, lanceurs d’alerte - avant de s’attaquer à toute forme d’opposition, ce qui nous amènera à une nouvelle forme de système politique qu’il serait trop rapide de qualifier de dictature tant elle n’aura strictement rien à voir avec les dictatures du passé. Un régime politique que Pierre Bellanger nommait dans un récent article une “quasi démocratie”.

Tout cela pourrait bien sûr prendre un tout autre chemin, si par exemple un tout autre courant politique arrivait au pouvoir par les urnes. Si Marine Le Pen arrivait ainsi au pouvoir, les cibles pourraient ainsi être assez différentes. Ironiquement, c’est la seule possibilité à ce stade pour que la population réalise le danger que fait peser sur la démocratie ces outils de surveillance de masse que nous sommes en train d’installer.

5 - Une toute puissance militaire française, toujours garante de son rayonnement international. Sauf que...

Jean-Vincent Brisset : Il est vrai que la France reste, par rapport à l'immense  majorité des pays, une puissance militaire. Parce qu'elle possède encore, outre une dissuasion nucléaire indépendante et dotée de deux composantes, de vraies capacités, dont celle d'entrer en premier, de mener seule certaines opérations de projection, d'être présente quasiment partout dans le monde, et en particulier sur de très vastes zones où la France est souveraine, loin du territoire métropolitain.

Le "savoir-faire", et pas seulement dans les opérations menées sur le territoire des anciennes colonies, est aussi reconnu. L'enseignement militaire français est aussi considéré comme étant de haut niveau, tout comme les concepts d'emploi et les doctrines.

Mais cette puissance militaire et son rayonnement sont menacés. Certes, le Président de la République s'est personnellement engagé  à "sanctuariser" le budget de la Défense. Mais, très rapidement, on s'aperçoit que cette promesse n'est pas et ne sera pas tenue. On comptabilise en effet dans ce budget des "ressources exceptionnelles", en particulier des ventes de fréquences qui ne pourraient pas être réalisées avant 2017 et d'ensembles immobiliers, qui ont sans doute été surévaluées. Comme l'écrivait la Cour des Comptes, le montant "n'est pas garanti" et le calendrier est "lui aussi incertain".

Mais les problèmes financiers ne s'arrêtent pas là. Les opérations extérieures en cours, au Sahel, en Afrique Centrale et en Irak, mais aussi au Liban coûtent beaucoup plus que ce qui a été budgétisé. La solution retenue consiste donc à reporter certaines dépenses et étaler des programmes. Et aussi à tailler dans les effectifs. Comme vient de le dire le Chef d'Etat-major des Armées, les personnels militaires supportent les deux tiers des suppressions de postes de l'ensemble de l'Etat. Et pour les matériels, on envisage des systèmes de financement par l'industrie par le biais de location de matériels à leurs fabricants qui relèvent de visions à très court terme.

Jean-Bernard Pinatel : La France, sur les plans diplomatique et militaire, disposait jusqu’à présent d’un potentiel  qui devrait placer notre pays dans le top 5 des Etats les plus influents du Monde. Grâce à la volonté du Général de Gaulle, notre pays est une des cinq puissances nucléaires qui disposent d’un arsenal déclaré et, de ce fait, possède un siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU. Cette position lui confère un droit de véto et donc une capacité d’influence considérable sur toutes les décisions de la communauté internationale. Ce "soft power" s’exerce aussi au travers de ses 156 ambassades, de 17 représentations auprès d’organisations internationales et de 98 postes consulaires. Le nombre et la qualité de ses diplomates et de ses structures diplomatiques la place au 4ème rang mondial. Par ailleurs, son passé colonial et  la francophonie offrent à la France un potentiel d’influence considérable à condition de l’utiliser à bon escient. Ainsi, la France a pu réunir à Paris, en décembre 2013, 40 chefs d’Etats africains pour discuter de la sécurité en Afrique.

L’armée française, jusqu’aux dernières réductions d’effectifs et budgétaires, a démontré, tant sur le théâtre afghan qu’en Libye et au Mali, ses capacités opérationnelles et la valeur militaire qui anime ses officiers, ses sous-officiers et ses soldats. Tant par son budget que par ses capacités, elle se classait immédiatement derrière les Etats-Unis, la Chine et la Russie. Les Américains  ont encore récemment témoigné de leur admiration pour la souplesse et la rusticité de nos forces armées. Même avec des effectifs limités, ces qualités leur permettent de faire face à différentes situations opérationnelles et de combattre au sein et avec l'appui des armées et populations locales, tout ce que culturellement l'armée américaine ne sait pas faire.

Mais ce potentiel est érodé année après année par les responsables politiques qui arrivent au pouvoir, ignorants des questions stratégiques et de défense et qui, malgré leurs  dénégations, considèrent le budget de la défense comme une variable d’ajustement.

Pourquoi c'est grave ?

Jean-Vincent Brisset : Au-delà de ces problèmes visibles de manière immédiate et comptable, ce sont les capacités militaires qui sont atteintes dans le court terme et, pire encore, qui sont lourdement hypothéquées pour l'avenir. Tout d'abord, les coupes dans les effectifs et les dissolutions d'unités rendent encore plus difficile la vie de tous les jours des militaires, déjà largement sollicités par les opérations extérieures. Les ratés du système de solde Louvois ont provoqué de gros dégâts et des pertes de confiance dans l'institution. Les promotions ont aussi été limitées, ce qui est particulièrement nocif dans un système qui privilégie l'avancement au mérite. C'est peu de dire que le moral des armées est au plus bas.

Les opérations extérieures posent aussi de graves problèmes d'usure des matériels. Ceux-ci sont utilisés dans des conditions difficiles et parfois abandonnés sur place comme en Afghanistan. Dans un contexte budgétaire aussi restreint, cela pose des problèmes immédiats de disponibilité. Mais, surtout, on hypothèque gravement l'avenir en consommant des potentiels qui ne sont pas extensibles.

Le déroulement des opérations extérieures démontre aussi que, maintenant, la France est en train de perdre sa capacité à agir de manière indépendante. Parce que les achats nécessaires n'ont pas été faits, les forces sont tributaires d'aides extérieures, Etats-Unis, Europe ou location, pour la logistique, les drones, le ravitaillement en vol.

On note aussi que, faute de crédibilité politique en Europe et en raison d'une surestimation surprenante des capacités des forces africaines amies, l'armée française reçoit très peu d'aides sur le terrain. Tant que le tempo de ces opérations se maintiendra au niveau actuel, la situation continuera de s'aggraver même si les capacités à faire beaucoup de choses avec très peu de moyens - qui font l'admiration de nos alliés américains - resteront. Mais la voie actuellement empruntée conduit inéluctablement à une perte de la qualité opérationnelle et amènera à un modèle d'armée "à l'allemande", peu capable d'intervenir hors de ses frontières.

Jean-Bernard Pinatel : Cette tentation a été permanente dans l’Histoire de France. Le comte de Guibert, penseur militaire avertissait Louis XVI, dont la gouvernance ressemble à celle de François Hollande, en ces mots : 

"ce qu'il y a de plus cher et de plus onéreux c'est d'avoir une demi-armée car avec cela on n'est jamais au niveau de sa politique, ni de son rang ni du rôle qu'on doit jouer et toute dépense qui est insuffisante est celle qu'il faut vraiment regretter."

Un rapport de la Cour des comptes[1] révèle que nous n'avons même plus une demi-armée opérationnelle en permanence. Diminution des crédits et des effectifs, vieillissement des matériels : entre 2011 et 2013 le taux de disponibilité des avions et hélicoptères de nos armées (MCO) est passé de 59 à 41% pour l'Armée de l'Air et de 54 à 41% pour l'armée de terre. 

Sur le plan des effectifs, en 10 ans, entre 2009 et 2019, terme de la loi de programmation militaire en cours, l’armée professionnelle aura perdu 80 000 personnes soit le quart de ses effectifs. Enfin, les restrictions financières se traduisent par une paupérisation des unités et la baisse des jours et des moyens de formation et d’entraînement de nos forces.

Il en est de même de l’influence française dans le Monde. Un chef d’Etat doit prendre ses décisions en matière de politique étrangère et de défense avec un seul critère : les intérêts stratégiques et permanents de la France. Au lieu de cela et  sous l’impulsion  de leaders d’opinion comme BHL, l'émotion médiatique a été propulsée au premier rang des facteurs déterminants de la décision stratégique. François Hollande, par des décisions prises sous le coup de l'émotion a pratiquement anéanti  l'influence française au Moyen-Orient et en Russie que nous avions mis des siècles à établir.

Propos recueillis par Franck Michel / sur Twitter
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économiques Archer 58 research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'E.N.A, promotion de 1985, et est titulaire d'un doctorat en Economie à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Jean-Michel Rocchi est professeur affilié de Finance à l’université Paris-Dauphine.
Il est auteur ou co-auteur de plus d’une dizaine d’ouvrages dédié à la finance. Il est notamment l'auteur de Les paradis fiscaux (Sefi, mai 2011) et de plsuieurs ouvrages sur les hedge funds

Fabrice Epelboin est enseignant à Sciences Po et entrepreneur

Le Général de brigade aérienne Jean-Vincent Brisset est directeur de recherche à l’IRIS. Diplômé de l'Ecole supérieure de Guerre aérienne, il a écrit plusieurs ouvrages sur la Chine, et participe à la rubrique défense dans L’Année stratégique. Il est l'auteur de Manuel de l'outil militaire, aux éditions Armand Colin (avril 2012)

Général (2S) et dirigeant d'entreprise, Jean-Bernard Pinatel est un expert reconnu des questions géopolitiques et d'intelligence économique. Il est l'auteur de Carnet de Guerres et de crises, paru aux éditions Lavauzelle en 2014. Il anime aussi le blog : www.geopolitique-géostratégie.fr

[1]La Cour des comptes a rendu public, le 29 septembre 2014, un rapport sur le maintien en condition opérationnelle (MCO) des matériels militaires



F) Voyage au pays du mensonge d’Etat: la France est le seul pays où il n’y a jamais de terroriste islamiste mais seulement des « déséquilibrés »

La France est certainement le pays où le mensonge et la désinformation sont les plus répandus de tout le monde libre. Le mensonge d’Etat est tellement omniprésent qu’on ne trouve plus un seul journaliste pour le remettre en cause et le dénoncer. 

L’affaire de Dijon illustre parfaitement jusqu’où peut aller la manipulation de l’information et la désinformation: Alors que toute de suite après l’attentat à la voiture bélier à Dijon les témoignages indiquaient que le forcené criait « Allah Akbar », ce lundi matin les médias commençaient à dire que « les motivations n’étaient pas établies » et enfin ce soir on nous annonce qu’il ne s’agit pas du tout d’un attentat mais de l’acte d’un déséquilibré…

Ainsi la France devient le seul pays sans terroriste islamiste mais où fleurissent quelques déséquilibrés.

La ficelle est énorme et peu de français peuvent y adhérer. Mais qu’importe la vérité, les journalistes et les grands médias relaient aussitôt ce que l’Etat a décidé de faire gober aux français…

Aucun Watergate ne serait possible en France car il n’y aurait aucun journaliste pour s’y risquer, aucun journaliste n’oserait remettre en cause les dogmes d’Etat ou ceux de la bien-pensance.

Du temps du Général De Gaulle, la télévision était sous tutelle et se devait de relayer l’information issue des ministères. Plus de 40 ans après, les choses n’ont guère changé.

Les divers ministères, notamment l’intérieur et le Quai d’Orsay, instrumentalisent allègrement le mensonge et la désinformation en faisant « filtrer » quelques éléments de l’enquête tout de suite relayés par les médias.

L’AFP, les chaines de France Télévision et Radio France sont les principaux instruments de cette désinformation savamment orchestrée.

Voici pour illustrer quelques exemples de manipulation de l’information, des mensonges d’Etat:
  • Le nuage de Tchernobyl s’est arrêté aux frontières françaises.
  • La fausse mort en direct sur Antenne 2 d’un jeune palestinien, reportage de Charles Enderlin dont le montage a été largement mis en évidence.
  • Les émeutes des banlieues dont tous les médias se sont bien gardés d’en chercher les raisons.
  • Les tentatives pour essayer de trouver des excuses sociales aux attentats perpétrés par Mohamed Merah, occultant au passage les victimes et surtout les motivations antisémites et islamistes.
  • Plus récemment, le silence sur le pillage des cadavres par des « jeunes de banlieue » lors du déraillement du train à Juvisy.
  • Les manifestations violentes de cet été par des islamistes enragés transformés en « colère des jeunes de banlieue »…
La désinformation est tout aussi évidente sur le traitement de l’information en provenance d’Israël et du Moyen Orient:
  • Les médias ont mis l’accent sur le sort des civils à Gaza oubliant au passage les milliers de roquettes tirées par le Hamas, oubliant que les civils étaient pris en otage par le Hamas qui s’en servaient comme bouclier humain.
  • Le nombre de morts lors du conflit de cet été où curieusement on ne trouve aucun islamiste du Hamas mais seulement des victimes « civiles ».
  • Les divers attentats récents à Jérusalem où l’on titrait sur la mort « d’un palestinien abattu par la police » oubliant de dire qu’il s’agissait d’un terroriste qui venait de tuer des civils.
Il serait trop long ici de détailler tous les mensonges de l’AFP repris en coeur par tous les grands médias français mais qui sont instrumentalisés par les divers ministères.

Et quand quelques journalistes, ayant encore à coeur de dire la vérité, osent remettre en cause les mensonges d’Etat et la désinformation ils sont cloués au pilori par les journalistes eux-mêmes au nom d’un corporatisme de pure hypocrisie comme lors de l’affaire Al Dura où le journaliste Enderlin fût même couronné d’un prix journalistique pour son faux reportage.
Clément Weil Raynal en fit les frais pour avoir osé dévoiler le fameux mur des cons.

Eric Zemmour fut condamné pour avoir osé citer un chiffre sur le nombre de musulmans dans les prisons françaises.

Car en France, il est interdit de dire la vérité et encore moins de citer des chiffres sur certains sujets « sensibles » comme le nombre d’immigrés, dont jamais personne ne parle, sur le nombre de musulmans, sur le niveau de délinquance, bref sur tout ce qui pourrait toucher de près ou de loin à l’immigration, à l’Islam, à la délinquance.

Pourtant Martine Aubry, lors des deuxièmes Rencontres de la Ligue Islamique du nord en 208, citait le chiffre de 12 millions de musulmans en France. Elle ne fût jamais condamnée pour avoir affirmé ce chiffre…

De la même façon, on nous sort régulièrement des études pour tenter de démontrer que l’immigration rapporte de l’argent à la France afin de faire douter des divers enquêtes pourtant sérieuses qui mettent en évidence le gouffre financier que représente l’immigration et son cortège d’aides sociales qui plombent nos divers régimes sociaux.

Aujourd’hui, on peut sérieusement s’interroger sur le danger islamiste en France, sur le nombre réel de djihadistes ou de candidats au Djihad qui semblent être minimisés par le gouvernement.

A l’heure de l’internet, des réseaux sociaux, de la diffusion immédiate des information, les français sont de moins en moins dupes de cette désinformation.

Les mensonges d’Etat, les manipulations de l’AFP ne fonctionnent plus comme on a pu le constater cet été alors que les médias matraquaient les français pour soutenir Gaza, ceux-ci ont dit se moquer de Gaza à près de 80% !

Les français ont vu sur tous les écrans les hordes d’excités islamistes brûler et casser à Barbès et à Sarcelles.

Le ministre Cazneuve a eu beau stigmatiser la LDJ à grand renfort journalistique, les français ont vu que c’étaient bien des islamistes enragés qui voulaient s’attaquer à la Synagogue rue de la Roquette.

Alors tenter de minimiser le danger terroriste et islamiste en France en faisant croire qu’il s’agit de déséquilibré qui crie « Allah Akbar » (et non « Dieu est grand » en arabe comme France Info ose le traduire) ne passe plus.

Les français ne sont pas dupes après tant et tant de mensonges et de désinformations: A Dijon ou à Joué-les-Tours tout le monde a reconnu le même mode opératoire que les islamistes qui ont assassiné à Jérusalem en criant de la même façon « Allah Akbar »…

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Christian De Lablatinière pour Europe Israël 
Journaliste québécois - Pro-israélien, pro-atlantiste, pro-occidental - Chrétien.




G) État et moindre mal de Wikiberal

« L'État est un moindre mal »
L'idée est qu'on ne peut de toute façon empêcher le plus fort de prendre le pouvoir et d'imposer sa volonté. La loi du plus fort finit toujours par triompher. Il est donc préférable d'avoir un État que l'on connaît, avec ses défauts, plutôt qu'une dictature ou une absence d'État qui conduirait à une dictature succédant à une période d'anomie. Karl Popper développe ce point de vue qui est partagé par un grand nombre de libéraux :
L’État est un mal nécessaire : ses pouvoirs ne doivent pas être multipliés au-delà de ce qui est nécessaire. On peut appeler ce principe le "rasoir libéral" (par analogie avec le "rasoir d'Occham", le fameux principe selon lequel les entités ne doivent pas être multipliées au-delà de ce qui est nécessaire).
Il est facile de montrer que cet État constituera un danger constant (ce que je me suis permis d’appeler un mal), fût-il nécessaire. Pour que l’État puisse remplir sa fonction, il doit avoir plus de pouvoir qu’aucun individu privé ou aucune organisation publique, et bien que nous puissions créer des institutions qui minimisent le danger que ces pouvoirs puissent être mal utilisés, nous ne pourrons jamais en éliminer le danger complètement. Au contraire, la plupart des citoyens auront à payer en échange de la protection de l’État, non seulement sous la forme de taxes, mais même sous la forme de certaines humiliations, par exemple, lorsqu’ils sont dans les mains de fonctionnaires brutaux. (Karl Popper, Public Opinion and Liberal Principles, 1954)
Ce point de vue est jugé par les anarcho-capitalistes éminemment conservateur. Il conduit à l'acceptation de n'importe quel régime politique en place. Il suppose que la situation actuelle est la meilleure à tous points de vue. Peu importe que l'État accroisse les injustices et impose son arbitraire : l'injustice vaut mieux que le changement. Il y a quelques siècles, on aurait dit que l'esclavage était un moindre mal, et au XXe siècle que le nazisme et le communisme étaient de moindres maux. Un libertarien réactionnaire comme Mencius Moldbug développe ce point de vue en insistant sur l'irréductibilité du pouvoir politique. Le libéralisme conteste ce point de vue conservateur, il est révolutionnaire parce qu'il fait toucher du doigt les injustices instaurées par l'État.
Pour l'anarcho-capitalisme, tout État est toujours injuste, même dans le contexte de la démocratie, dictature de la majorité. De par son mode d'existence, qui repose sur la coercition et la loi du plus fort, l'État n'est pas un moindre mal, il est le mal :
L'existence du mal ne peut jamais justifier l'existence de l’État. Si le mal n'existe pas, l’État est inutile. Si le mal existe, l’État est bien trop dangereux pour qu'on lui permette d'exister. (Stefan Molyneux)
Le réalisme ne consiste donc pas à privilégier une approche modérée du fait politique, mais à « jeter l'éclairage cru et impitoyable de la raison sur le statu quo existant » (Murray Rothbard). Comme l'écrivaient Linda et Morris Tannehill :
L'État n'est pas un mal nécessaire ; il est un mal inutile.
Il est évident cependant que dans une société débarrassée de l'emprise de l'État il y a toujours le risque qu'une organisation surgisse, s'impose par la force, et reconstitue l'équivalent d'un État, comme instrument de pouvoir, en éliminant toute force rivale. La théorie anarchiste suppose (de façon peut-être trop optimiste) qu'une telle organisation serait combattue et mise hors d'état de nuire. « Le prix de la liberté, c'est la vigilance éternelle.» (Thomas Jefferson)
L'anarcho-capitalisme suppose une population gagnée aux idées de liberté et prête à les défendre par les armes s'il le fallait, faute de quoi l'absence d'un État, disposant du monopole de la violence, conduit souvent à la guerre civile (exemple de la Somalie depuis 1991) ou à l'invasion par les États environnants. Pour David Friedman ("Vers une société sans État"), c'est la concurrence entre sociétés de protection (héritières de la fonction régalienne de police/défense) qui évite la réinstauration d'un monopole coercitif de la violence légitime.
Revenir à la FAQ anarcho-capitaliste

Citations

  • Si Hobbes a raison, si l’homme est par nature mauvais, pervers et égoïste, alors ce principe est aussi vrai pour les hommes qui composent et dirigent l’État. (Georges Kaplan, Assoiffés de Pouvoir, Libres ! 100 idées, 100 auteurs)
  • L’État n'est pas, comme certains aiment à le dire, un mal nécessaire ; ce n'est pas un mal, mais un moyen, le seul moyen disponible qui permette une coexistence pacifique des hommes. (Ludwig von Mises, Liberty and Property)
 



H) Le mensonge de l’Etat sur l’économie solidaire


Le principe de redistribution qui gouverne toute l’économie publique en France est fondé sur un principe que l’on peut résumer ainsi : que tous les revenus soient égaux. Effacer autant que faire se peut les différences de revenus entre les français est le but de notre modèle social. 
Les chiffres qui vont suivre sont issus d’un rapport publié en 2011 sur le site de l’Insee sous le titre « La redistribution : état des lieux en 2010 et évolution depuis vingt ans » qui fait partie d’un ensemble intitulé « France : portail social, édition 2011 – Vue d’ensemble, salaires et niveau de vie ». Les données sont très claires sur la réalité de ce système « égalitaire ». Il est d’ailleurs étonnant que ces informations ne soient pas plus largement diffusées pour faire comprendre aux français dans quelle mécanique économique ils trouvent.

Pour être précis, car le sujet est important, les chiffres suivants concernent les prélèvements obligatoires sur les revenus des français et les prestations sociales qui en découlent. Ils sont indiqués dans le tableau intitulé « Montants moyens des prélèvements et prestations par unité de consommation en 2010 ». Ce tableau indique avec précision 3 choses : le revenu avant redistribution, l’argent que l’Etat prélève sur ce revenu, et le montant des prestations qui sont données en retour ou non de ces prélèvements.

Encore un tout petit peu de décryptage technique pour expliquer ces chiffres : la population est divisée en catégorie D et Q. Pour être clair, Q1 représente 20 % des personnes les plus modestes et Q5, 20 % des personnes les plus aisées, chaque Q représentant une tranche de 20% des revenus. Quant à  D1, il représente 10 % des personnes les plus modestes qui sont en Q1 et D10,  10 % des personnes les plus aisées qui sont en Q5. Regardons ce qu’il en est.

D1 : une personne qui gagne 4.332 euros par an, soit 361 euros par mois, est prélevée 217 euros mais reçoit 5.959 euros de prestations sociales en retour. Cette personne touche donc un revenu réel par an de 10.074 euros, soit 839 euros par mois, ce qui fait une augmentation de 132,5% du revenu annuel grâce au travail des autres français.

Q1 : une personne gagnant 7.400 euros par an, soit 616 euros par mois, est prélevée de 440 euros et reçoit 4.332 euros de prestations sociales. Son revenu réel est donc de 11.292 euros, soit 941 euros par mois, ce qui fait une augmentation de 52,6% de son revenu annuel grâce au travail des autres français.

Jusqu’ici, 20% des français ponctionnés est clairement bénéficiaire du système de redistribution. Le modèle social français fonctionne pour cette seule catégorie, même si l’on peut se demander ce que l’on peut faire aujourd’hui avec 900 euros par mois. Voyons ce qu’il en est pour les 80% restant.

Q2 : une personne gagnant 15.489 euros par an, soit 1.290 euros par mois, est prélevée de 1.258 euros et reçoit 1.418 euros de prestations sociales. Son revenu réel est donc de 15.649 euros, soit 1.304 euros par mois, ce qui fait une augmentation de 1% de son revenu annuel. Mais cette augmentation est trop insignifiante pour faire une différence. On se demande quelle est le sens du prélèvement si c’est pour recevoir presque la même somme à 160 euros prêts. De fait, cette population ne bénéficie plus du système de redistribution car il ne fait aucune différence notable dans la vie quotidienne.

Q3 : une personne gagnant 21.191 euros par an, soit 1.765 euros par mois, est prélevée de 2.466 euros et reçoit 1.067 euros de prestations sociales. Son revenu réel est donc de 19.792 euros, soit 1.649 euros par mois. C’est une diminution de 6,6% de son revenu annuel sans compensation.

Q4 : une personne gagnant 28.243 euros par an, soit 2.353 euros par mois, est prélevée de 4.129 euros et reçoit 819 euros de prestations sociales. Son revenu réel est donc de 24.933 euros, soit 2.077 euros par mois. C’est une diminution de 11.7% de son revenu annuel sans compensation.

Q5 : une personne gagnant 53.582 euros par an, soit 4.465 euros par mois, est prélevée de 10.621 euros et reçoit 600 euros de prestations sociales. Son revenu réel est donc de 43.561 euros, soit 3630 euros par mois. C’est une diminution de 18.7% de son revenu annuel sans compensation.

D10 : une personne gagnant 69.654 euros par an, soit 5.804 euros par mois, est prélevée de 15.000 euros et reçoit 616 euros de prestations sociales. Son revenu réel est donc de 55.270 euros, soit 4.605 par mois. C’est une diminution de 20.7% de son revenu annuel sans compensation.

Les chiffres officiels de l’Insee parlent d’eux-mêmes : 80% des français, tous prélevés sans leur accord, ne bénéficient pas du système de redistribution. Au mieux ce système n’apporte rien, au pire il équivaut à une perte d’argent. Voilà la réalité !

C’est exactement l’exemple qui illustre ce que l’économiste Frédéric Bastiat écrivait : « Quand une portion de richesse passe de celui qui l’a acquise, sans son consentement et sans compensation, à celui qui ne l’a pas créée […] je dis qu’il y a atteinte à la Propriété, qu’il y a Spoliation. »

Une spoliation encore plus évidente si l’on regarde la moyenne fournie par le tableau que nous avons décrypté. Le revenu français moyen est de 25.181 euros par an, soit 2.098 euros par mois, sur lequel 3.783 euros sont prélevés par l’Etat qui en redonne 1.647 euros en prestations sociales. Au final, le revenu réel est de 23.045 euros par an, soit 1.920 euros par mois. C’est une diminution de 8,5% du revenu, sans aucune compensation complète. La justice sociale et l’égalité prônées à longueur de discours par nos ministres se soldent très concrètement par une perte d’argent pour 80% des français.

Cette spoliation généralisée, incarnée par le principe de redistribution, est la pierre angulaire du modèle social français. Or, chaque gouvernement, de gauche comme de droite, et en particulier celui de François Hollande, fait de la redistribution la condition sine qua non de la République sociale ainsi que le fondement de l’égalité, de la justice et de la solidarité. Nos politiques s’évertuent à faire croire à des français mal informés, que sans ce système ils seraient malheureux, que l’injustice règnerait et qu’ils seraient floués. Seulement voilà, les chiffres officiels nous montrent exactement le contraire.

Ce mensonge d’Etat doit cesser. Loin de redistribuer les richesses, l’Etat les détruit. Le modèle social français appauvrit jour après jour la nation. Sans prélèvements, 80% des français qui travaillent pourraient bénéficier pleinement de leur revenu, mieux gérer leur argent que ne le font les pouvoirs publics et donner volontairement pour aider ceux qui sont réellement dans le besoin. La conclusion est simple : si l’Etat se retire, le citoyen devient plus riche.

Sylvain CHARAT








I) Luxembourg : les mensonges de la presse française








Par Flavien Tulliez, depuis le Luxembourg.

Malgré la probable futilité de l’exercice, je me sens un devoir de répondre à votre « article » paru dans le numéro 867 pour Le Nouveau Marianne et intitulé « Sortons le délinquant luxembourgeois de l’Europe ! ». Un titre bien accrocheur en effet qui nous laisse déjà présager de ce qui va suivre.

Cet « article » s’appuie sur une lecture erronée du dernier rapport de l’OCDE concernant la coopération fiscale internationale. Ce rapport contient lui-même un certain nombre d’inexactitudes qu’il m’apparaît nécessaire de corriger, ne serait-ce que pour la forme, en tant que Français ayant le privilège de travailler et vivre au Luxembourg.

Vous parlez de « paradis fiscal » ? Pouvez-vous nous définir ces termes ? En ce qui me concerne, je paye plus d’impôts sur le revenu au Luxembourg que je n’en paierais à salaire égal en France. Certes, je paye deux fois moins de charges salariales, soit environ 12,5%, et mon employeur quatre fois moins (environ 11,5%), le tout pour bénéficier d’une meilleure couverture santé et d’un régime de sécurité sociale à l’équilibre. Vous conviendrez avec moi que la France en est loin. Ce n’est en tout cas pas ainsi que je définirais un paradis fiscal. Le taux d’impôt sur les sociétés est à Luxembourg Ville de 28,8%, soit un taux plus élevé (hélas !) que celui du Royaume-Uni et de la Suède, entre autres, et proche de la moyenne de l’OCDE. Il est vrai que nous n’avons pas le bonheur, en tant que contribuables luxembourgeois, de donner plus d’un mois de notre salaire à l’État pour exercer notre droit de propriété (foncière), pourtant consacré dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, partie intégrante du bloc de constitutionnalité français, me suis-je laissé dire. Le secteur financier représente un tiers des recettes de l’État luxembourgeois, on se demande bien comment cela serait possible si les fonds que vous évoquez, auxquels je reviendrai plus tard, ne payaient pas d’impôts comme vous l’affirmez gratuitement.

Il est piquant de s’entendre qualifier de « paradis fiscal » de votre part. Les représentants de la presse française ont en effet perçu près de 2 milliards d’euros d’aides directes de l’État français ou de ses excroissances pour l’année 2011. Si vous suivez l’hyperlien précédent, vous pourrez en outre constater avec moi que les journalistes français que vous êtes bénéficient d’un certain nombre de niches dont le coût pour les contribuables français est évalué à plusieurs dizaines de millions d’euros. Nous aurions apprécié que vous montrassiez la même verve à pourfendre le paradisiaque statut fiscal de vos confrères.

Les fonds d’investissement luxembourgeois que vous dénoncez comme évitant l’impôt n’existent tout simplement pas. En effet, la plupart des fonds s’acquittent d’une taxe d’abonnement dont le taux habituel est fixé à 0,01% de la valeur nette d’inventaire calculée sur une base trimestrielle. Cela peut sembler peu, mais cette taxe représente des recettes considérables pour l’État luxembourgeois qui a fait le choix d’attirer plutôt que d’effrayer les investisseurs, sport dans lequel la France semble exceller dernièrement. Dans le contexte d’une économie mondialisée, il est plus crucial que jamais de maintenir un cadre législatif et fiscal stable et transparent et c’est le chemin dans lequel le Luxembourg a choisi, pragmatiquement, de s’engager. Vous n’apportez strictement aucune preuve que ces fonds d’investissement que vous dénoncez ne s’acquittent pas d’impôt. Par ailleurs, plus de 80% des actifs nets sous gestion, qui atteignaient 2 590 milliards d’euros à fin octobre 2013, sont placés dans des OPCVM (organismes de placement collectif en valeurs mobilières). Ces OPCVM sont couverts par les directives européennes UCITS qui placent des limites très strictes sur les actifs que les fonds marqués de ce label peuvent acquérir et les soumet à un audit annuel de leurs comptes. Le Luxembourg fut d’ailleurs le premier à transposer la première directive UCITS (85/611/CEE) dans son droit national. Depuis, la place financière a développé une expertise indispensable qui, bien plus que la fiscalité avantageuse (mais bien moins qu’ailleurs), explique l’attrait continu du Luxembourg pour les fonds d’investissement malgré la hausse de la pression réglementaire en Union européenne. Ces fonds d’investissement jouent d’ailleurs un rôle de premier plan dans le financement d’infrastructures et la création de valeur pour des investisseurs individuels (particuliers) et pensionnés autour du monde.

Votre affirmation que le Luxembourg est un prédateur fiscal pour la France est sans fondement. Fermer la place financière luxembourgeoise n’aboutirait qu’à ce que les capitaux déménagent à Singapour, mais en aucun cas ils ne reviendraient en France. Ne vaudrait-il donc pas mieux qu’ils restent dans un État fondateur de l’Union européenne qui applique scrupuleusement le droit européen et international, comme le démontre encore la transposition rapide en droit luxembourgeois de la directive AIFMD (Alternative Investment Funds Managers Directive) en juillet 2013, tout en usant de son pouvoir souverain pour créer une fiscalité intelligente et pragmatique ? Comment les investisseurs peuvent-ils hésiter entre une France hostile pilotée par un État qui considère chaque centime gagné par d’autres comme sa propriété et d’autres pays qui ont fait le choix de laisser les gens disposer de la plus grande majorité de la valeur qu’ils créent par leur ingéniosité et industrie ? Quid des niches fiscales françaises ? Elles sont en fait beaucoup plus nombreuses qu’au Luxembourg, supposé paradis fiscal, et contribuent à l’illisibilité totale de l’impôt en France : investissements dans les DOM-TOM, exonérations Malraux, etc.

Sur le secret bancaire, vous faites une fois de plus un raccourci facile. Quoi que l’on pense du secret bancaire en tant que tel, vous insinuez que le Luxembourg ne respectera pas les engagements pris par Jean-Claude Juncker vis-à-vis de la levée du secret bancaire. Or, le nouveau gouvernement mené par Xaviel Bettel vient de réaffirmer la levée du secret bancaire au 1er janvier 2015. Par ailleurs, les non-résidents sont, jusqu’à la levée du secret bancaire, soumis à une retenue à la source de 35% sur le revenu de leurs intérêts perçus au Luxembourg aux termes de la directive épargne (2003/48/CE). À partir du 1er janvier 2015, les non-résidents pourront continuer à bénéficier de la stabilité du secteur bancaire luxembourgeois tout en s’acquittant des taux de leurs pays de résidence, lesquels sont significativement inférieurs à 35% en Belgique comme en France. En fait, vous voyez, la levée du secret bancaire pour les non-résidents est finalement une aubaine pour le Luxembourg. Le rapport de l’OCDE que vous mentionnez épingle l’Administration des Contributions Directes (fisc luxembourgeois) et les banques locales pour leur manque de coopération, notamment concernant les résidents du Luxembourg. En effet, le secret bancaire est un droit consacré pour les résidents du Luxembourg. À ce titre, on se demande quel est le problème soulevé. Les droits européen et international prévoient l’imposition selon la résidence du travailleur et s’emploient à éviter les cas de double taxation. Il est parfaitement logique qu’une personne qui travaille et réside de manière permanente au Luxembourg (comme c’est mon cas) s’acquitte de l’impôt au Grand-Duché. À ce titre, je ne vois pas bien en quoi mes comptes bancaires devraient concerner l’État français. Il me semble encore être propriétaire de ma force de travail et avoir le droit logique, naturel et légitime de pouvoir disposer librement de mon revenu, le secret bancaire ne m’apparaît donc pas substantiellement différent de la discrétion demandée à un médecin ou à un avocat dans le traitement des données de leurs clients. Par ailleurs, le secret bancaire est logique dans le contexte fiscal luxembourgeois puisque chacun s’acquitte de l’impôt sur le revenu sur son salaire par un mécanisme de retenue à la source opéré par l’employeur, de fait, le revenu restant n’est plus l’affaire de l’État.

Fermez donc le Luxembourg, pays qui traite bien mieux la jeunesse française (présente en nombre ici) que la France qui ne peut leur offrir qu’un stage ou le chômage. Fermez le Luxembourg et c’est près de 90 000 frontaliers (et leurs familles) qui se retrouveront sans cet emploi que la France n’a pas été capable de leur offrir. Fermez le Luxembourg, mais croyez moi, la France ne s’en tirera pas mieux pour autant tant qu’elle continuera de ne pas comprendre qu’elle évolue dans un environnement global où les États sont en concurrence pour attirer les capitaux et les talents. Le vrai problème de la France, ce n’est pas l’Allemagne, la Chine ou le Luxembourg comme certains journalistes français le claironnent à longueur de journée, mais bien cette mentalité qui empêche toute remise en cause et autocritique.

Flavien Tulliez est jeune salarié dans le secteur des services financiers à Luxembourg. Libertarien, il est particulièrement intéressé par les questions d'économie, de finance, de réforme fiscale et des retraites.




J) Hollande ou l’apothéose de l’État-mensonge

Comment faire confiance à des dirigeants politiques qui font du mensonge une méthode de gouvernement ?

Avouons quand même que l’anecdote d’un président jurant sur la tête de ses enfants à son ex concubine qu’il ne fait pas venir sa nouvelle conquête à l’Élysée, alors que des photographies démontrent immédiatement le contraire, laisse songeur.

Oui, il faut s’y résoudre, l’actuel président de la République française est un menteur pathologique qui a construit son moi sur la dissimulation. Elle est chez lui un mode de fonctionnement permanent, en politique comme dans sa vie privée. Pas un seul sujet n’échappe à la pratique systématique du double langage : le chômage, les impôts, la diplomatie, les scandales à répétition qui frappent son entourage, le budget, l’Europe, etc.
Le problème est que, de proche en proche, tout l’appareil d’État est gangrené par ce mauvais exemple et qu’il pourrit par la tête.

Prenons les derniers chiffres de la croissance et des déficits publics. Pour tenter de duper une énième fois Bruxelles, Berlin et Francfort, le gouvernement prétend que les choses vont en s’améliorant. En réalité, les recettes des impôts sur le revenu et les sociétés fondent dangereusement et le facteur principal qui contient pour le moment cette dérive est la baisse circonstancielle des taux d’intérêt qui réduit le coût du refinancement de la dette. En 2014, les recettes fiscales nettes seront inférieures de 11,5 milliards aux prévisions de la loi de finances initiale. Sur ce total, plus de la moitié (6,1 milliards) sont imputables à l’impôt sur le revenu, soit un recul de 8% par rapport à l’estimation d’origine. Ce phénomène se produit pour la deuxième année consécutive : l’écart avait atteint près de 5 milliards en 2013. Le problème a donc toutes les apparences d’un fait structurel.

Pour s’en sortir, l’État joue du fusil à un coup (de pompe). Il empoche discrètement une partie du bénéfice de la divine surprise de la baisse des prix de l’énergie en augmentant la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques. Les quelques centaines de millions d’euros qui permettent d’afficher un déficit en très léger recul proviennent justement de cette taxe. Mais, du coup, les consommateurs ne tireront qu’un bénéfice réduit de la nouvelle configuration du marché pétrolier ce qui va limiter l’effet d’entraînement sur l’activité générale.

En réalité, le régime « hollandais » démontre à nouveau son incroyable capacité à détruire de la richesse. Alors que, par un concours de circonstances inenvisageable il y a encore trois mois, la France bénéficie d’une baisse concomitante du prix du brut, des taux d’intérêts et de l’euro, le regain économique qui devrait en résulter fortement et rapidement montre à peine le bout de son nez. Les anticipations des agents sont au gris sombre et nul ne souhaite investir alors que la fiscalité atteint des niveaux spoliatoires.

Le reflux du prix des matières premières et de la rémunération à taux fixe des capitaux a même tendance à convaincre de nombreux épargnants que la solution du bas de laine, sous forme de comptes courants ou assimilés, est aujourd’hui le placement le moins risqué. Dans un environnement déflationniste, ce recul est en effet sans grande conséquence sur la préservation de leur richesse. Comme Russes, Arabes à pétrole et autres exportateurs de matières premières sont aussi des clients de nos industries, notamment de celle du luxe, il n’est pas dit que ces baisses soient d’aussi bonnes nouvelles que cela.

Mais l’essentiel pour Hollande & Co est d’enfumer nos partenaires européens, d’avoir une année de répit en différant encore une fois les réformes vitales pour notre avenir. C’est la même logique qui est à l’œuvre avec la loi Macron de soi-disant libéralisation de l’économie. Les mesures qu’elle contient sont de mini réformettes destinées à distraire l’Union européenne. Cinq dimanches ouvrés en plus dans une dizaine de zones touristiques ne sont certes pas à même de sortir la France de l’ornière. Quant aux projets sur les professions réglementées, ils sont déjà en phase de détricotage.

De faux-semblants en demi-mesures, l’État mécontente tout le monde. Les députés socialistes sont réticents à voter ces quelques jours d’ouverture commerciale supplémentaire. Une action molle et dissimulée finit par provoquer autant de résistance qu’une ferme réforme. Le mensonge généralisé conduit au surplace car il engendre la suspicion partout et affaiblit toute légitimité, y compris aux yeux de ceux qui le colportent.

Par Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne. Serge Federbusch a été successivement magistrat administratif, conseiller commercial en Asie, conseiller du maire du Paris pour l'urbanisme et les transports, directeur général de la Société d'économie mixte du Centre de Paris (Halles). Il est diplômé de l'IEP de Paris, Maître en droit public, titulaire d'un DEA d'Histoire et ancien élève de l'ENA.


K) Écologie – Pics de pollution : un mensonge d’État

La politique anti-voitures prend une telle ampleur dans notre pays que l’État en arrive à mentir, en toute connaissance de cause, sur l’origine des pics de pollution… dans le seul but de faire porter le chapeau à l’automobile. Révélations.

Chaque année se produit le même scénario. Au début du printemps, sous un régime anticyclonique avec des vents modérés de secteur nord, nord-est, la France, et principalement le nord du pays, enregistre des pics de pollution aux particules fines PM10. C’est à chaque fois l’occasion d’un grand battage médiatique et d’une chasse aux sorcières.

Pour les politiques, le coupable est tout désigné. Ils pointent l’automobile du doigt et décrètent des restrictions de circulation (limitation de vitesse, circulation alternée) sous des prétextes fallacieux, en occultant délibérément les explications scientifiques. Avez-vous déjà entendu un spécialiste de la pollution de l’air s’exprimer dans ces circonstances ? Jamais.

Auto Moto les a rencontrés et ce qu’ils nous ont révélé, sous couvert d’anonymat, en dit long sur les couleuvres qu’on nous fait avaler à longueur d’année.

Quelle est la nature des particules ?

C’est la première question qu’on devrait se poser lors des pics de pollution particulaires. Or, en France, un seul laboratoire, l’observatoire atmosphérique SIRTA de Saclay, est en mesure de fournir une analyse détaillée, en temps réel, de la nature des particules et du niveau de pollution ambiante. Le problème ? Ce labo est prié se taire ! Car il enregistre des données sensiblement différentes de celles qui nous sont communiquées.

En 2014, les chiffres de 2015 ayant été verrouillés (!), 51 % des particules en suspension dans l’air étaient constituées de nitrate d’ammonium. Ce composé chimique d’ammoniac et de nitrate est connu pour être à l’origine de l’explosion de l’usine AZF de Toulouse, en 2001. C’est un engrais azoté très prisé des agriculteurs car il combine un effet coup de fouet et une fertilisation retardée. La période d’épandage idéale se situe entre… mars et avril, lorsque le temps devient plus clément, car les pluies diminuent son efficacité.
 
Mais l’ammonitrate, l’autre nom du nitrate d’ammonium, ne se contente pas de pénétrer les sols. Il se vaporise au petit matin et forme de jolis nuages laiteux qui font hurler… la maire de Paris. Vous l’aurez compris, l’essentiel de la pollution particulaire au printemps est d’origine agricole !

Les restrictions de circulation sont-elles utiles ?

A la lumière de ces constatations, on peut se demander à quoi servent les mesures de restriction de circulation mises alors en place lors des pics de pollution aux particules ? La réponse de Jean-Paul Morin, chercheur à l’Inserm, est claire : “Elles ne servent à rien. Du reste, le site PREV’AIR avait prévu la baisse de la pollution enregistrée le 23 mars dès le… 20 mars ! La circulation alternée a donc été mise en place alors qu’on savait que la pollution allait diminuer.”

Un autre haut responsable, qui souhaite rester anonyme, ajoute : “On aurait pu couper la circulation pendant une semaine, ça n’aurait eu aucun effet ! La circulation alternée avec un vent de secteur ouest, comme c’était le cas le lundi 23 mars, a profité aux Autrichiens…”

Comment expliquer, alors, cet acharnement contre l’automobile si elle n’est pas la principale responsable ? La réponse est budgétaire. Chaque fois que les seuils d’alerte sont dépassés, l’Europe impose une amende à la France. Les mesures d’urgence contre l’automobile visent donc à montrer à Bruxelles que l’État est actif, dans l’espoir de voir lever les sanctions…

Que faire ?

C’est bien connu : il vaut mieux prévenir que guérir. Il serait, par exemple, plus efficace de suspendre l’épandage d’engrais dans les champs lorsque les prévisions météorologiques envisagent un régime favorisant les pics particulaires. On pourrait aussi limiter l’usage de l’ammonitrate.

Mais le lobby de l’industrie agroalimentaire est plus puissant que les associations d’automobilistes. De toute manière, aux concentrations observées, le nitrate d’ammonium n’est pas toxique, même en cas d’exposition prolongée. Alors qu’on arrête d’accuser les automobilistes !

Jean-Luc Moreau




L) Divertissement: Le film canadien, le silence d'État, + divers liens



Silences D’etat 2013 Film Complet en Français
Le ministre de la santé, Frédéric Dalème, se suicide un soir à l’Élysée, d'une balle en pleine tête. Pour gérer la communication de cette crise qui risque de faire des vagues dans l'opinion, le président de la République, Jacques Rohmerieu, décide de s'adjoindre les services d'une spécialiste : Claire Ferran.

Confrontée aux spéculations déclenchées par le suicide inexplicable du ministre, médecin
humanitaire venu à la politique sur le tard, et à qui tout semblait réussir, Claire Ferran fait des découvertes troublantes.

Aidée dans ses recherches par Nicolas Malisewski, un journaliste avec qui elle a eu par le passé une relation sentimentale, Claire Ferran va découvrir que Dalème cachait une personnalité plus ambigüe que ne le suggérait son image lisse d'homme politique préféré des Français.

Démêlant avec prudence les fils qui lient le suicide du ministre et une crise humanitaire d'ampleur internationale sévissant en Afrique de l'est, elle verra peu à peu se dessiner derrière toute cette histoire l'ombre de la raison d’État. Et si Frédéric Dalème avait été assassiné?…



Les plus gros mensonges de l’Histoire de France





M) Le système étatique de santé, une tromperie politiquement organisée

Comment se fait-il que le débat national sur le système de santé occulte totalement la question de la démocratisation des soins ?

Le débat bi-partisan sur le système français de santé, « l’un des meilleurs du monde », ne présente aucun intérêt pour démocratiser l’accès aux soins. Il est, en plus de cela, l’outil le plus redoutable pour garantir le sentiment de dépendance des administrés vis-à-vis des administrateurs tout en organisant un vaste dispositif de rentes de situation au profit des corporations pharmaceutico-médicales. L’hypocrisie de l’État tient à ce qu’il organise dans un premier temps la rareté de l’offre sur le marché de la santé au sens large pour la rendre inaccessible et prétend ensuite remédier au problème de l’accessibilité des offres en érigeant un système monopolistique et opaque d’assurance santé. Celui-ci ne sert qu’à accroître le sentiment de dépendance des administrés à l’égard du pouvoir politique tout en subventionnant davantage les corporations en situation de monopole.

Raréfier l’offre sur le marché de la santé
La raréfaction de l’offre sur le marché de la santé est organisée par la mise en place de diverses barrières légales et administratives. Ces barrières peuvent prendre des formes diverses et variées et sont plus ou moins visibles, ce qui rend vaine toute prétention à être exhaustif. Il est cependant possible d’évoquer quatre principales formes de barrière.

L’une d’entre elles est le système des diplômes d’État et du numérus clausus appliqués aux professionnels. Il permet aux politiciens de contrôler en amont leur nombre pour éviter qu’ils soient abondants. On a très souvent défendu ces barrières pour des raisons d’excellence, en particulier pour les médecins, les pharmaciens et les dentistes. C’est oublier d’une part que cet excellence peut et doit être obtenue autrement qu’en restreignant le choix des patients par la violence et que certaines professions dont l’État ne juge pas nécessaire de prolonger la formation au-delà de trois ans (infirmier par exemple) sont soumises au même numérus clausus. La réalité tient à ce que cette restriction ne sert qu’à octroyer des monopoles aux professionnels en place. L’intérêt de cette position est double. Il réside d’un côté dans la possibilité de concentrer l’allocation des fonds de sécurité sociale au profit des prestataires dont les tarifs sont hypocritement encadrés par l’État tout en permettant aux prestataires non encadrés (qui ne voient pas leurs prestations être remboursées) d’imposer des prix prohibitifs.

Vient ensuite un système de numerus clausus cette fois-ci adressé aux infrastructures et autres établissements destinés à abriter les offres de soins. Ce sont les hôpitaux publics et privés, les centres de santé, les pharmacies, les laboratoires, les cabinets au sens large. Tous ces établissements sont soumis à des régimes juridiques contraignants qui visent à empêcher leur abondance. Les hôpitaux publics et privés (à but lucratif ou non) sont par exemple soumis à des limites contrôlées par la toute puissante Agence régionale de santé, laquelle a la possibilité d’octroyer et de refuser des autorisations en fonction des besoins identifiés par un « schéma inter-régional d’organisation sanitaire » (articles L6122-1; L6122-2L1434-7 et L1434-10 du code de la santé publique). Les politiciens semblent considérer qu’une instance bureaucratique est mieux placée que nous pour déterminer nos besoins en matière d’infrastructures médicales. Un autre exemple connu est celui de la pharmacie d’officine. Elle détient le monopole de la distribution des médicaments (article L5125-1 CSP) soi-disant pour protéger des consommateurs sans doute jugés incapables de s’associer pour exercer leur propre contrôle social sur les prestataires. Cela signifie qu’un pharmacien qualifié n’est pas dans la possibilité de distribuer des médicaments ailleurs que dans une officine agréée. Notons au passage que l’ouverture de ces officines est également limitée par un numérus clausus basé sur le nombre d’habitants. Toutes les structures médicales et sanitaires au sens large sont soumises à des restrictions analogues.

La troisième forme de barrière qui mérite d’être mentionnée relève des procédures d’autorisation de mise sur le marché des dispositifs médicaux et des médicaments, lesquelles sont supervisées par des « autorités administratives indépendantes » régulièrement en proie aux conflits d’intérêts. La complexité et la lourdeur de ces procédures engendrent des surcoûts importants et ne présentent aucun intérêt vis-à-vis des impératifs de sécurité des patients. Ce risque doit au contraire être géré par la société civile, laquelle est mieux placée que les instances gouvernementales pour plébisciter ou rejeter un produit médical en fonction du risque, du prix, et des bénéfices potentiels sur la santé. C’est particulièrement vrai pour les techniques qui prétendent défier les maladies mortelles. Cela ne revient pas à nier la nécessité des procédures de contrôle. Seulement, ces procédures doivent être décentralisées et confiées aux composantes de la société civile qui ont intérêt à s’ériger en contre-pouvoirs vis-à-vis des industries médicales et pharmaceutiques : ONG humanitaires, mutuelles, assurances, associations de patients, vendeurs, voire prescripteurs. Sans nier l’importance des mécanismes juridiques de la responsabilité civile (pour réparer les fautes) et ceux de la responsabilité pénale (pour punir les escrocs et les criminels), il faut rappeler que le contrôle social peut prendre plusieurs formes et s’exercer à toutes les étapes de la fabrication et de la distribution des produits. Des ONG comme Cochrane Collaboration peuvent servir d’exemple. Elle inscrit son action dans un but non lucratif afin de participer à l’évaluation des médicaments. Dans un monde sans superviseur bureaucratique, nul doute que les acteurs de l’industrie pharmaceutico-médicale devraient collaborer étroitement avec ce genre d’association pour acquérir la confiance des patients et des professionnels du secteur. Rappelons aussi que la très grande majorité des scandales sanitaires ont été révélés par des acteurs privés (journalistes, scientifiques, associations etc.). Mentionnons enfin le mouvement qui s’articule autour de l’économie collaborative. Il constitue une piste intéressante pour exercer un contrôle coopératif permanent sur les techniques médicales afin de concilier les impératifs de sécurité et d’accessibilité. Autant faut-il cesser d’entraver son développement par le biais du droit de la propriété intellectuelle. C’est la quatrième et dernière forme de barrière notable.

Tout d’abord, l’existence même d’une « propriété intellectuelle » est illégitime. Les idées ne sont pas des biens rares dont l’usage et l’exploitation seraient exclusifs. Consacrer un quelconque monopole à l’exploitation d’une idée ou d’une découverte relève donc d’une démarche liberticide et spoliatrice à l’égard de la société. Cette soi-disant propriété intellectuelle constitue un puissant frein vis-à-vis de la concurrence et corrélativement de l’innovation. Ce manque de concurrence induit une concentration de l’industrie spécialisée dans la fabrication de médicaments et de dispositifs médicaux, laquelle nuit tant à la qualité des biens produits par ces industries qu’à leur démocratisation puisqu’il est aisé pour les acteurs en place d’imposer des prix au-dessus de ceux que nous retrouverions dans un marché concurrentiel. Notons également que la portée de ce scandale va bien au-delà des enjeux sanitaires franco-français en privant de nombreux pays caractérisés par des situations humanitaires difficiles d’une offre de soins abondante et bon marché. C’est pourquoi il est nécessaire de viser l’abolition de la « propriété intellectuelle » pour favoriser l’accessibilité des offres de santé notamment via le développement de techniques médicales collaboratives qui ne demandent qu’à être libérées.1

Un système monopolistique d’assurance santé au service des corporatismes
La raréfaction de l’offre de soins au sens large impacte négativement le marché de la protection sociale (assurances, mutuelles, institutions de prévoyance), d’autant plus quand celui-ci est également dénaturé par de multiples privilèges. Ces marchés étant rendus difficiles d’accès, le pouvoir politique – le même qui précarise les individus en manque de soins par ses multiples interférences – instaure un système de protection sociale prétendument généreux en utilisant discrètement l’argent des travailleurs pour couvrir des frais de santé artificiellement surélevés, ce qui revient indirectement à subventionner les corporations établies tout en suscitant chez les administrés un fort sentiment de dépendance vis-à-vis de l’appareil d’État

Le discours officiel présente en effet le financement de l’assurance maladie comme relevant notamment des cotisations salariales d’un côté et des cotisations dites « patronales » de l’autre, comme le montre le tableau ci-dessous tiré du site de la sécurité sociale.
On remarque ainsi qu’il tend à faire croire que le financement de la protection sociale du travailleur pèse principalement sur l’employeur. Or ceci est tout à fait faux. La réalité tient à ce qu’un employeur répercute inévitablement ces coûts sur le salaire de ses employés. Cela a très bien été expliqué dans plusieurs articles.2 C’est donc bien le travailleur et non l’employeur qui paie la totalité des cotisations, même lorsque le gouvernement tend à faire croire le contraire. Ceci est valable pour tous les droits-créances que le droit social s’attache à mettre en place pour soi-disant obliger l’employeur à financer les « acquis sociaux » de ses employés.

En plus de tromper les travailleurs sur le financement de leur protection sociale, l’État s’érige faussement en vecteur principal d’une « solidarité » qu’il se plaît à dévoyer quand il apparait que ce sont ses interférences qui précarisent les individus en manque de soins. De plus, la véritable solidarité ne peut provenir que de coopérations spontanées. Or il n’y a rien  qu’une association librement constituée ne puisse pas faire au moins aussi bien qu’une administration, y compris lorsque l’action collective se situe dans une perspective solidaire et non lucrative:

Ebola : deux méthodes, deux résultats :


Or si la société civile fait, en matière de solidarité et d’utilité sociale, au moins aussi bien voire mieux que les puissances publiques, y compris dans des situations de crise comme le montre le tableau ci-dessus, il n’y a aucune raison pour qu’elle ne puisse pas exceller de la même manière dans l’organisation du marché des soins en temps normaux. C’est d’autant plus vrai si l’on supprime tous les privilèges qui raréfient les offres de soins. La réalité tient à ce que la « solidarité » étatique profite surtout aux corporatismes politiques et économiques. Corporatismes politiques puisque l’État-providence a été, dès sa conception, un moyen de se substituer aux solidarités spontanées pour conforter le contrôle social des responsables politiques en créant chez les individus un fort sentiment de dépendance vis-à-vis d’un appareil d’État dont le seul objectif est d’entretenir sa légitimité, son pouvoir et sa capacité à servir les corporatismes économiques. Corporatismes économiques puisque les monopoles dans le domaine de la santé permettent de concentrer efficacement des fonds de sécurité sociale qui couvrent des frais artificiellement élevés, ce qui revient à subventionner injustement et excessivement les activités monopolistiques des acteurs établis dans le domaine pharmaceutico-médical.

Excessivement puisque ces monopoles engendrent des dépenses d’assurance santé supérieures à celles que l’on pourrait obtenir dans un marché libre. Ainsi les travailleurs qui financent actuellement cette protection sociale ne sont pas les seuls à se voir inutilement appauvris puisque notre système a pris la fâcheuse habitude de fonctionner sur le dos des générations futures. Les comptes de la sécurité sociale sont en effet structurellement déficitaires et n’ont rien trouvé d’autre que l’endettement pour fonctionner. Et comme l’État n’arrive à pas régler le problème de la dette sociale malgré les augmentations successives des cotisations, il en est maintenant à dégrader la couverture de l’assurance maladie pour laisser le terrain aux couvertures privées qui jouissent elles-aussi de multiples rentes de situation. Nous nous dirigeons ainsi vers un système de santé « à l’américaine » dans lequel les offres médicales et assurantielles sont sur le papier privatisées mais tout en étant largement protégées de la concurrence par de multiples rentes de situation, ce qui a pour effet d’étrangler la plupart des ménages voire de les exclure purement et simplement du circuit médical et sanitaire au sens large. Il est temps de mettre fin à tout cela.

Conclusion
Notre système de santé fonctionne en organisant la rareté des offres en matière de soins, d’assurance et de solidarité. Il contraint les individus à solliciter des biens et des services produits par des acteurs qui jouissent de monopoles injustifiés. Il s’attache ensuite à mettre en place un système d’assurance étatique pour subventionner indirectement les corporations en situation de monopole tout en trompant ses « bénéficiaires » sur son financement grâce à de multiples artifices comptables afin de susciter chez les administrés un fort sentiment de dépendance vis-à-vis de l’appareil d’État. Un système de santé digne de ce nom ferait tout le contraire. Il abolirait toutes les interférences pour favoriser l’abondance d’offres de soins de qualité. Il abolirait tous les obstacles à la constitution de solidarités spontanées et démocratiserait l’accès au marché des assurances pour favoriser l’apparition d’offres avantageuses. Le choix de notre système de santé ne réside donc pas entre l’étatisation d’un côté et le big business de l’autre. Ces deux aspects ne sont en fait que les facettes d’une même pièce. Il réside au contraire entre une industrie à la merci des corporations politico-économiques et un marché entièrement contrôlé par nous-mêmes.

Ferghane Azihari est un partisan de l'anarchisme mutualiste et individualiste membre des Jeunes européens Fédéralistes et du comité de rédaction du Taurillon. Il est également coordinateur de la rédaction du Mouvement des libéraux de gauche.
  • Article librement inspiré de celui de Kevin Carson, The Manufactured debate over Oabamacare, disponible sur le site du Center for a Stateless Society


UNE VÉRITÉ

1 commentaire:

Gilles Falavigna a dit…

Au début du XXe siècle, on mourrait de la tuberculose ou encore de la rage. Les infrastructures de R et D n'existaient pas, etc. Parler de capitalisme triomphant est effectivement une mystification idéologique puisque les états les plus libéraux sont interventionnistes. Bien sûr que les choix publics prévalent sur les choix privés, heureusement! Mais ce n'est qu'une question de choix. C'est comme reprocher à la police de s'occuper de mettre des pv aux automobilistes plutôt que d'être focalisée à 100% sur le grand banditisme. Ce que vous appelez liberté n'est alors que populisme. La vocation organisationnelle de l'état sera toujours de type matricielle, comme toute organisation complexe. De même, toute banque, par exemple, se structure ainsi et une banque symbolise le plus le mode capitaliste. Or, toute banque pourrait réduire son personnel de moitié sans qu'il y ait la moindre incidence sur sa production. C'est la structure matricielle qui produit le plus de revenu malgré tout et c'est démontré par les économies d'échelle rendues possibles. Je me rappelle avoir discuté avec Henri Lepage au début des années 80 à propos de son bouquin "demain le libéralisme" et lui-même le reconnaissait.