L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

novembre 21, 2015

Humour et poésies comme une arme de riposte massive aux attentats de Paris

L'Université Liberté, un site de réflexions, analyses et de débats avant tout, je m'engage a aucun jugement, bonne lecture, librement vôtre. Je vous convie à lire ce nouveau message. Des commentaires seraient souhaitables, notamment sur les posts référencés: à débattre, réflexions...Merci de vos lectures, et de vos analyses.


N'en soyez point "terrassé"

Daesh qualifie dans son communiqué Paris de "la capitale des abominations et de la perversion". La flatterie ne les mènera nulle part.





Un cultivateur de l'Aveyron a été arrêté par les gendarmes et placé en garde à vue, suite à une conversation téléphonique interceptée, dans laquelle il annonçait à sa femme: "Je pars pour la scierie".
 
Aveyron : arrestation d'un dangereux terroriste présumé 17 janvier 2015 ·
C'est le jeudi 14 Janvier dernier que la DGSI se met en rapport avec la brigade de gendarmerie de Réquista dans l'Aveyron un terroriste présumé se préparerait à partir pour la Syrie faire le  Djihad.

Il n'en faut pas plus au brigadier-chef Jean-Loup Sanaïre pour mettre en place un plan épervier sur le Réquistanais. 

Une opération d'envergure qui a porté ses fruits puisque quelques heures plus tard, sur la D 902 qui relie la commune de Réquista à Cassagnes-Begonhès, le suspect barbu est intercepté au lieu dit Le moulin de Clary.

A bord de son véhicule, une Citroën C15, c'est un vrai arsenal que découvrent les gendarmes ... arme blanche de type couteau Laguiole en corne de vache Aubrac véritable, une hachette à manche fibré bi-matière de marque MacTruchon de chez Brico Pipo, un fusil de chasse a priori bien entretenu, une cartouchière richement fournie de plombs Tunet n°6 ainsi qu'un sac complet d'engrais Monsatanas qui entre, notamment, dans la composition de certaines bombes artisanales. 

Le suspect, Raymond Cubombet, un Réquistanais de 57 ans jusqu'alors inconnu des services de la gendarmerie, est immédiatement placé en garde à vue pour y être interrogé. Ce n'est que 7 heures plus tard qu'il en ressortira libre mais choqué par cette expérience.

Il témoigne : Bon, c'est vrai que cet été, entre le fauchage, l'agnelage tardif et les moissons, raconte-t-il, j'ai pas trop eu le temps de faire du bois... On s'est vite retrouvé à court à la maison avec les températures de ces jours-ci ! Du coup, j'ai appelé mon épouse sur mon Nokia pour lui dire que je partais pour la scierie. Acheter des chutes de bois quoi... C'est moins cher... Je pensais pas me retrouver au trou!

Une bavure qu'ont bien du mal à dissimuler les gendarmes de la petite  bourgade. Le brigadier-chef Sanaïre s'explique: "Dès le début de l'interpellation on a eu des doutes.

Alors qu'on s'attendait à entendre 'Allahou Akbar' comme il est de coutume avec les terroristes, le suspect n'arrêtait pas de répéter 'Diou me damne ! Diou me damne ! à tout bout de champ".  Il a donc fallu que Raymond Cubombet apporte la preuve de ses bonnes intentions pour finalement être mis hors de cause. Bon, c'est vrai que je porte la barbe, reconnaît-il. Mais ça fait 40 ans que je la cultive ! Vous savez, il fait pas chaud l'hiver ici, et la seule fois où je l'ai rasée, ma femme ne m'a plus parlé jusqu'à ce qu'elle repousse...

Après, ils m'ont reproché d'être basané. Moi je veux bien, mais quand on a passé presque 60 ans de sa vie le cul dans un Massey (Note de la rédaction : diminutif pour la marque Massey-Ferguson qui est au tracteur ce que Harley-Dadidson est à la moto) à bronzer derrière un pare-brise, ça tanne la peau vous savez...  Et quand on demande à Raymond de s'expliquer sur les armes retrouvées à l'intérieur de son véhicule, il n'est pas avare d'arguments. Ben, la hachette c'était pour faire du petit bois, c'est plus pratique pour allumer le feu.

L'engrais, c'est pour les champs. Je venais juste d'aller le chercher à la coop. Et le fusil c'était pour tuer un ou deux lièvres cet après-midi mais c'est foutu maintenant.... Ils m'ont coupé la chique avec leur histoire de terroriste... Quant au couteau, c'est traditionnel. Vous connaissez beaucoup d'Aveyronnais qui porte pas de Laguiole sur lui, vous ? En plus ça permet de me couper un bout de saucisse sèche en cas de fringale.

Un bout de saucisse sèche qui a changé le destin de Raymond Cubombet puisque, en menant leurs investigations, les gendarmes ont retrouvé un bout de ladite charcuterie estampillée Serres d'Alban dans un coin de la boîte à gant, le mettant définitivement hors de cause.

La DGSI s'est longuement excusée pour le désagrément occasionné expliquant : "On est un peu tendus en ce moment"....







Le "logeur" de Paris
Quand ils m'ont demandé si j'avais le Coran je leur est dit que oui EDF était passé dans la semaine
"Quand ils m'ont demandé "kalash as-tu ?" avec leurs accents belge j'ai rien capté j'ai répondu 26"
Le logeur de Abaaoud : "Kim m'a dit qu'il venait avec son canon. J'ai cru qu'il parlait de sa femme. Ji si innocent" 














La poésie, une manière de respirer.

Paris 1983







Je marche
de jour comme de nuit
dans Paris
depuis si longtemps déjà
que je me demande
qui habite l'autre
toujours ému de savoir
qu'un poète nommé Villon
l'a fait avant moi
qu'un libérateur comme Bolivar
y a séjourné en dandy
que mon jeune voisin Jean de la rue Masson
a fêté son vingtième anniversaire jusqu'à l'aube
dans un bistro situé en face
d'une petite place faiblement éclairée.
J'aime savoir qu'il existe une ville
où les femmes aiment marcher de nuit
sans s'inquiéter des ombres et aussi parce qu'on y
trouve une station de métro avant la fatigue.
J'aime flâner dans une ville où les quartiers contrastés
fleurissent au bout de nos rêves.
J'aime m'arrêter à la terrasse des cafés pour
observer le ballet des serveurs.
J'aime écouter dans le métro les conversations
des jeunes filles qui racontent la soirée d'avant.
J'aime voir les jambes nues tout le long de l'été.
Cet art de vivre qu'aucune autre ville ne connaît
mieux que Paris.
Et que personne n'a mieux chanté que Villon et Aragon
ou cette jeune fille croisée boulevard Richard-Lenoir
qui s'est exclamée: «Je me suis cassé le talon mais je m'en
fous si c'est à Paris.»
Me voilà dans cette baignoire à lire, cette fois,
Paris est une fête d'Hemingway
tout en me disant qu'elle le sera toujours quoi qu'il arrive.

(Souvenir de Dany Laferrière, Montréal, 16 novembre 2015)









Nous Sommes Paris
The City of Love became
The City of Pain in one night,
As a six-year-old learnt what death meant
When her mother never came home.

Her cry joined the hundreds of others,
And the world shattered from the sound waves.
Every heart grieved for one city
And the 129 lost members of our race.

Let the blood of the fallen
Water the roots of Hope,
So that Paris may blossom into
The City of Love once more.

-LC


I’m sorry for the gunshots, the bullets, the pain. I’m sorry for the blood that won’t wash out with the rain. I’m sorry for the bombs, the explosions, the tears. I’m sorry for those that take pride in our fears. I’m sorry to the world we keep scarring with our hate, I’m sorry for those who think it’s too late. I’m sorry for the chaos, the confusion, the madness. I’m sorry for the mornings stained with fresh sadness. I’m sorry for the terror, the darkness, the night. I’m thankful for all those, who still chase the light. 

#tylerknott #paris



Voici la traduction de ce texte: 
«Ce n’est pas pour Paris que nous devrions prier.
Mais pour le monde. C’est un monde dans lequel Beyrouth, 
qui titube après l’explosion de bombes deux jours avant Paris, 
n’est pas couvert par les médias.
Un monde dans lequel une bombe explose
lors de funérailles à Bagdad
et où aucun statut ne mentionne Bagdad,
Parce qu’aucune personne blanche n’est morte dans cette attaque.
Priez pour le monde
qui accuse la crise des réfugiés d’être responsable des attaques terroristes.
Qui ne prend pas le temps de faire la différence entre l’attaquant 
et la personne qui fuit la même chose que vous. 
Priez pour un monde
où les gens qui traversent des pays pendant des mois,
Avec ce qu’il leur appartient sur le dos, 
apprennent qu’ils n’ont aucune place où aller. 
Priez pour Paris par tous les moyens, 
mais priez plus, 
pour le monde qui ne prie pas 
pour ceux qui n’ont plus de maison à défendre. 
Pour un monde qui partout tombe en ruine,
et pas seulement dans les tours et les cafés qui nous semblent familiers.»
Karuna Ezara Parikh



 Bassem Braiki de Vénissieux


"C'est à nous, musulmans de France, qui prônons les valeurs de la République, qui prônons les valeurs de l'islam, c'est à nous de traquer ces gens-là, et d'en référer aux autorités compétentes"

En savoir plus : http://www.ohmymag.com/attentat-paris/attentats-a-paris-le-cri-de-colere-d-039-un-musulman-sur-facebook-fait-le-buzz_art91289.html
Copyright © Ohmymag
Hommage:






Aucun commentaire: