L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

juin 20, 2015

Ce que vos enfants n’apprendront jamais de leurs professeurs

L'Université Liberté, un site de réflexions, analyses et de débats avant tout, je m'engage a aucun jugement, bonne lecture, librement vôtre. Je vous convie à lire ce nouveau message. Des commentaires seraient souhaitables, notamment sur les posts référencés: à débattre, réflexions...Merci de vos lectures, et de vos analyses.



Occultée depuis 1940, cette tradition de la pensée française
est la seule solution pour sortir la France de la crise politique et morale.
Ce que vos enfants n’apprendront jamais de leurs professeurs
Découvrez notre proposition pour développer
le contre-pouvoir culturel à l’enseignement public




Note: votre réponse à ce message est vivement attendue. En effet, seule votre participation  permettra au projet d'aboutir. S'il vous plait, lisez ce message maintenant.


                            Petite présentation de l'Institut Coppet par son président Damien Theillier
*
Chère amie, cher ami,
Nul ne peut nier l'évidence:

L’enseignement public, dominé par les idéologues, n’a plus pour but d’instruire vos enfants…  mais de justifier des actions de l’État.
Lire, Écrire, Compter, Réfléchir ne sont plus la priorité des "pédagogues" des ESPE (les IUFM sous un nouveau nom). Au contraire, leurs manigances n'ont qu'un seul but: embrigader des citoyens dociles, qui ne réfléchissent pas trop.
La réforme de l’Éducation Nationale portée par Najat Vallaud-Belkacem nous rapproche encore un peu plus du point de non-retour. L'excellence y est bannie au nom de l'égalitarisme.
L'Université n'est pas épargnée. Depuis mai 68, l'extrême-gauche règne en maitre dans l'enseignement supérieur. Certains professeurs vivent sous une menace inquisitrice permanente, comme Galilée en son temps.

Ils ont même fait interner de force l'économiste Jean-Louis Caccomo pendant deux ans ! Son crime ? Mal penser selon les critères de la doxa établie.
Je sais que votre niveau d’éducation et de culture générale vous place au-dessus de la majorité. Par conséquent, vous n’aurez aucun mal à rétablir les quatre vérités auprès de vos enfants et petits-enfants.
Mais songez un instant à tous ceux qui n’ont pas eu votre chance; ceux qui n'ont pas votre indépendance d'esprit; ceux qui tombent dans les pièges de la communication politique.

Les enfants, quel que soit leur milieu social, méritent-ils de subir la propagande des idéologues, sans pouvoir faire la part des choses ?
Si vous êtes comme moi, cette situation vous déchire le coeur.
Comme vous, je ne peux pas rester sans rien faire. De fait, il est urgent de constituer un contre-pouvoir à la pensée unique.
Acceptez-vous de m'aider ?
Votre aide est essentielle. Si je ne devais vous fournir qu'une seule raison pour laquelle vous devez vous impliquer pour nos enfants, ce serait celle-ci:
Ces jeunes formatés par l'enseignement politisé ont toute une vie devant eux. Et pourtant, nous avons laissé les idéologues leur forger de véritables chaines mentales.

Nous avons le devoir de les libérer de ces carcans, sains et saufs.
 *
La crise politique et morale, une conséquence de l'abandon de l'éducation aux idéologues
*
Je m'interroge.
Quels sont les savoirs les plus menacés par la propagande ?
Allons plus loin.
« ... Et si la méconnaissance organisée des sciences humaines était la source de la crise politique, morale, et économique que traverse ce pays ?  »
Pensez-y. Vous savez, un certain nombre de savoirs sont interdits d’enseignement en France. De même, le pluralisme des idées est proscrit à l’université, tout comme dans les médias.
Rappelez-vous lorsque l'économiste Pascal Salin a été nommé président du jury de l’agrégation de sciences économiques en 2004.
Une véritable campagne de haine a été orchestrée par les syndicats gauchistes pour censurer le jury, relayée par une presse complaisante.

Le fait est que tout savoir enseigné en sciences humaines sert à justifier l'intervention de l’État dans nos vies.
Vous pensez peut-être que j’exagère.
Alors, voyez par vous-même. Commençons par...
 *
L'enseignement de l'économie, entre interventionnisme et planisme

*
L’enseignement est au mieux keynésianiste, au pire marxiste. En France, la science économique est dominée par une mentalité d’ingénieur planificateur, hostile aux initiatives individuelles.
En effet, le marché est jugé inefficace. Il nécessite des corrections planifiées, centralisées, dirigées par l’Etat.
Comme ces corrections du marché entraînent des injustices sociales flagrantes – du chômage, des destructions d’entreprises -, l’Etat doit ensuite corriger les injustices sociales issues de son intervention.
 *
L'enseignement du droit, la puissance de l’État exacerbée

*
La France possède une tradition étonnante : les juristes ont créé un droit d’exception pour protéger l’individu des actions de l’Etat.
Ce dernier possède un fort pouvoir de coercition – il est donc impossible de mettre le citoyen au même niveau que l’Etat sans créer une inégalité de traitement.
Cette observation a mené à la création du droit administratif. Mais cette conception protectrice du droit des individus s’est érodée au fil du 20ème siècle.
Le Conseil d’Etat, autrefois garant de la protection du citoyen français, est devenu la chambre d’enregistrement de services publics toujours plus nombreux.
 *
L'enseignement de la philosophie, le relativisme élevé en religion républicaine

*
L’enseignement de la philosophie au sein de l’école républicaine est marqué par un double héritage : celui de Rousseau, et celui du positivisme.
C’est d’abord l’idée rousseauiste que seul le politique est capable de réguler la société.
C’est ensuite l’idée positiviste que le vrai et le bien ne sont pas des réalités objectives, accessibles à la raison, mais de pures constructions historiques et culturelles. Autrement dit, du pur relativisme.
 *
L'enseignement des sciences sociales, la collectivité, raison d'être de l'individu

*
Les sciences sociales sont imprégnées d’un paradigme holiste contestable. Bourdieu, sociologue contesté hors de nos frontières, règne en maître.
Selon lui, les phénomènes sociaux sont déterminés par la structure sociale – sans jamais prendre en compte les valeurs personnelles et la rationalité de chaque individu.
Le groupe prime sur l’humain – idéologie qui a permis de justifier de nombreuses dictatures dans l’Histoire.
 *
Et qu'en est-il des grands penseurs français ? Célèbres dans le monde... inconnus chez nous.
*
Ce n’est pas tout.
Si vous avez reçu ce message, c'est que vous vous intéressez à la tradition intellectuelle française. Vous savez que le choix personnel des individus était au centre de notre conception traditionnelle.
Ce pan entier de l'intellect français, admiré dans le monde entier, est occulté.
Cherchez l'erreur: les grands penseurs français, comme Turgot, Jean-Baptiste Say, Frédéric Bastiat, ou même Jacques Rueff ne sont pas au programme dans notre propre pays !
Que pouvez-vous en conclure ?

L’enseignement public propose d’étudier l’Homme… en laissant de côté l’Homme ! Le Collectif - la République - prime sur le citoyen, coûte que coûte.
Et cela dure... depuis 1940. En effet, l'idéal de la Liberté a été enterré sous Pétain... et est restée six pieds sous terre à la Libération.
Pour autant, tout n'est pas perdu.
Pour preuve, certains professeurs et maîtres de conférences s’élèvent contre cette pensée unique depuis des années. En toute discrétion, ils tentent d'instruire la jeunesse autant qu'ils peuvent.

Ils résistent à la pensée unique, autant que possible.
C'est pourquoi, en partenariat avec l'Institut Coppet, ces défenseurs de la tradition française lancent aujourd'hui l’École de la Liberté.


*
Découvrez l’École de la Liberté, le contre-pouvoir culturel à l'enseignement public
*
L'économiste F.A. Hayek (Prix Nobel 1974) le disait il y a quelques décennies:
"Nous avons le devoir d'éduquer et de former une armée de défenseurs de la Liberté".
L'Institut Coppet veut donc promouvoir une offre alternative d'enseignement qui replace l'individu au centre de l'équation.
Depuis 2010, nous nous battons pour faire connaître les grands économistes français; de Bastiat à Molinari, en passant par Turgot et Say.
Aujourd'hui, nous proposons d'aller au bout de cette logique. Comment ? En rétablissant l'enseignement des sciences humaines selon la tradition française.
Permettez-moi d'apporter une précision.
Ce projet n'est pas une université. Cela poserait de trop lourdes contraintes matérielles. Les locaux ne peuvent pas être adaptés à une demande fluctuante. De plus, les étudiants les plus éloignés ne pourraient pas forcément assister aux cours.
En conséquence, la technologie vient à notre secours. L’École de la Liberté est une nouvelle plate-forme MOOC (pour Massive Open Online Courses). Ces cours en ligne ouverts à tous permettent à chaque étudiant d'y accéder  depuis chez eux.
Voyez cela comme une université libre en ligne - disponible depuis chez vous, grâce à Internet.
Cette révolution des cours en ligne est d'ailleurs utilisée par les Universités américaines les plus prestigieuses, telles que Stanford, Northwestern, Wharton ou Yale.
Ce format de cours mise sur deux éléments: le travail personnel et l'interactivité avec les élèves.
Les auditeurs suivent les cours en vidéos; ils peuvent interroger et débattre avec leurs professeurs sur un forum privé; ils rendent régulièrement des travaux dirigés; et en fin de cycle, ils passent des examens pour valider les acquis.
En outre, une université traditionnelle dispose d'une bibliothèque. Celle-ci contient les livres nécessaires pour approfondir les cours.


Dans cette logique, l’École de la Liberté se divise en 3 parties:
  • La vidéothèque. Vous pourrez y regarder de courtes vidéos pédagogiques, des enregistrements de conférences et des documentaires.Ces vidéos vous permettront de découvrir ou d'approfondir des pans de la pensée libérale et de ses applications. *
  • La bibliothèque. Le contenu disponible dans cette bibliothèque en ligne comprend autant des transcriptions de conférences, des livres ou des articles de recherche. *
  • Le campus. Voilà le cœur de l’École de la Liberté. Les auditeurs pourront y regarder les cours et interagir avec les enseignants.
*



Une pédagogie inspirée des universités américaines
*
Parlons du Campus.
Il s'organise autour de trois outils, mis à la disposition des auditeurs, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7:
  • De véritables cours qui s'étendent sur un semestre. 5 matières sont au programme: Philosophie morale et politique, économie, droit, histoire des idées politiques, sciences politiques.
Chaque matière bénéficie de 4 heures de cours par trimestre. Ces cours sont segmentés en séances de 9 à 15 minutes, pour être regardés facilement depuis un ordinateur.
Par ailleurs, chaque matière bénéficie de deux cours: un cours d'introduction et un cours de spécialisation, plus avancé.
  • Des vidéos pédagogiques courtes, réalisées par des professionnels - économistes, juristes, philosophes. Elles traitent d'un sujet ponctuel en particulier et sont conçues comme des compléments au cours.
  • Enfin, des interviews d'entrepreneurs et d'acteurs de la société civile permettent à l'auditeur de relier théorie et pratique.
Quid des professeurs ?


*
Les professeurs qui défendent un autre enseignement
  *
*
  • Pascal Salin est économiste et philosophe, professeur émérite à l’Université Paris-IX Dauphine. Il fut président de la Société du Mont-Pèlerin entre 1994 et 1996. Au sein de l’École de la Liberté, il occupe le poste de président du Comité d’Honneur.
  • Gabriel Gimenez-Roche est professeur associé d’économie à ESC Troyes. Il est aussi maître de conférences à Sciences Po Paris. Vous le retrouverez dans le cours sur les Principes de l’Économie de Marché.
  • Emmanuel Martin, docteur es sciences économiques, dirige l’Institute for Economic Studies – Europe. Son Think Tank est spécialisé dans l’éducation économique. Son cours ? Les moteurs du développement économique.
  • Serge Schweitzer est maître de conférences en science économique à l’Université Aix-Marseille. Il dirige la Licence Droit / Analyse Économique de l’ICES. Il enseignera l'Histoire des Idées Économiques.
  • Aurélien Portuèse est avocat à la cour, ancien maître de conférences à l’Université de Westminster (Londres) et à Sciences Po Paris. Vous le retrouverez  en Fondements juridiques et économiques de la Propriété.
  • Jean-Philippe Feldman est avocat à la cour de Paris, professeur agrégé des Facultés de Droit, et maître de conférences à Sciences po Paris. Son cours ? Droits et Libertés Comparés: philosophie des Droits de l'Homme et des Révolutions.
  • Corentin de Salle est professeur à l’Université Libre de Bruxelles. Titulaire d’un doctorat en philosophie, il est conseiller à la présidence du parti belge MR. Il enseignera la Tradition de la Liberté: splendeurs et misères du capitalisme.
  • Marian Eabrasu est professeur d’économie et d’éthique à l’ESC Troyes. Il a été chercheur associé à plusieurs think tanks, dont le Ludwig von Mises Institute. Son cours ? Philosophie morale et politique.
  • Damien Theillier est professeur de philosophie, diplômé de la Sorbonne. Président de l’Institut Coppet, il a co-écrit le Dictionnaire du Libéralisme. Il enseignera, non pas la philosophie, mais l’Économie Politique du Laissez-Faire.
  • François Facchini est professeur agrégé d’économie des Universités ( Paris I Panthéon-Sorbonne, Paris-Sud XI et la Faculté Jean Monnet). Vous le retrouverez en Introduction à l’Analyse des Choix Publics.
  • Loïc Floury est titulaire d’un M2 Droit des Affaires de l’ICES. Il est co-auteur avec Serge Schweitzer du livre Théorie de la Révolte Fiscale. Son cours pour l’École de la Liberté: l’Analyse Économique du Droit.
 *

Ce projet ne pourra se faire sans vous !
*
Le projet est prêt sur le papier.

Voici où nous en sommes aujourd'hui:
  • Les professeurs ont écrit leurs cours.
  • La vidéothèque et la bibliothèque virtuelle ont été assemblées.
  • Les Éditions de l’Institut Coppet publient déjà les livres fondamentaux qui sont au programme des professeurs.
  • En outre, une première version du site web a été créée.


Que reste-t-il à faire ?
Développer le moteur de recherche de la bibliothèque et de la vidéothèque. Enregistrer les cours des professeurs, les éditer et les mettre en ligne sur le campus de l’École de la Liberté.
Pour cela, nous avons besoin de vous.
Ces dépenses ont été évaluées à 15 000€. Sont compris :
  • La rémunération des professeurs.
  • Le tournage des cours par des professionnels.
  • L’édition et la mise en ligne des MOOC.
  • L’administration du site, et ses frais de fonctionnement pendant un an.
Votre don de 10, 20, 50, et même 100€ permettra de mettre en place le projet. Vous pouvez même décider de donner plus, si vous le pouvez.
Puis-je compter sur vous ?

En outre, si vous le souhaitez, votre nom sera immortalisé sur le site Internet de l’École de la Liberté, sur la page des Bienfaiteurs. Ainsi, vous serez associé à la renaissance de la tradition intellectuelle française pour la postérité.
Êtes-vous prêt à donner une autre éducation à nos enfants ?
Pour se faire, c’est très simple, vous pouvez :
  • Cliquez sur le bouton « Oui ! Je fais un don » ci-dessous, et suivre les indications pas à pas. Vous serez redirigé vers un formulaire Paypal, sécurisé, pour enregistrer votre don.
  • Si vous le souhaitez, vous pouvez également décider de donner par chèque. Dans ce cas, il vous suffit d’envoyer votre don, libellé à l’ordre de l’Institut Coppet, à l’adresse suivante :



Institut Coppet – 26, rue de la Bienfaisance, 75008 Paris
Puis-je espérer votre aide ?
Je compte sur vous,
Merci d’avance !

Pour l’Institut Coppet, Damien Theillier, Président

PS : J’ai bien conscience que ce message peut vous paraître très intellectuel. A l’heure où de plus en plus de Français doivent faire les comptes au 10 du mois, une telle considération peut vous sembler bien superficielle.
Pourtant, je vous prie de me croire, la France ne se relèvera pas sans une révolution d'ordre culturel. Tant que l’enseignement sera l’instrument pour formater les jeunes générations, la situation continuera à empirer.
En clair, il y aura davantage de chômeurs ; de pauvres ; de situations dramatiques, et d’individus broyés par les décisions de l’État.
La réinformation est nécessaire – surtout dans le domaine des sciences humaines. Et nous ne pourrons pas le faire sans vous. Alors s’il vous plait, considérez ma demande ; participez selon ce que vous pouvez.
Il ne fait aucun doute que, sans votre réaction, et celles d’esprits libres comme vous, il n’y aura aucun changement – et la France continuera sa route vers le tiers-monde.

Aucun commentaire: