L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

décembre 20, 2014

American happy new year story !! (french and english)

L'Université Liberté, vous convie à lire ce nouveau message. Des commentaires seraient souhaitables, notamment sur les posts référencés: à débattre, réflexions...Merci de vos lectures, et de vos analyses.


 N-Y
Les fêtes aux États-Unis

Un nouveau départ
Aux États-Unis, le jour de l'An est l'occasion de tourner la page, d'espérer en un avenir meilleur et de prendre de bonnes résolutions.

Les célébrations du 1er janvier commencent en fait la veille, dans la nuit du 31 décembre, avec toutes sortes d'activités : des fêtes, des concerts, des feux d'artifice, etc. Dans beaucoup de villes des États-Unis, la journée du Nouvel An est prétexte à des défilés et à des matchs de football américain entre des équipes universitaires.

Dans certaines communautés, le premier nouveau-né de l'année reçoit des cadeaux, et l’attention des médias. Le Nouvel An lui-même est souvent représenté par l'image d'un bébé qui a pour tout vêtement une couche, un chapeau festif et, sur la poitrine, une banderole indiquant l'année. L'année sortante, elle, « la vieille année », est représentée par l'image d'un vieillard vêtu d'une toge et arborant une longue barbe blanche. Dénommé Father Time, il tient un sablier dans une main et une faux dans l’autre.



Histoire et coutumes
La célébration du jour de l’An dans les cultures occidentales remonte au moins à l’époque romaine lorsque cette journée était consacrée à Janus, le dieu aux deux visages, symbole des transitions et des commencements — un visage tourné vers l’avenir, l’autre vers le passé. Le mois de janvier tire son nom de cette divinité.

De nos jours, aux États-Unis, le 1er janvier demeure un moment de réflexion sur l’année qui vient de s’achever. Les journaux et les émissions télévisées présentent la rétrospective des principaux événements de l’année écoulée et rendent hommage aux célébrités disparues.

Le jour de l’An s’accompagne de toutes sortes de rituels et de superstitions apportés aux États-Unis par les immigrés. Par exemple, les habitants des États du sud pensent que manger des doliques le jour de l’An porte bonheur, une tradition qui prend ses racines en Asie et en Afrique. La dégustation ce jour-là de choux et de choucroute, synonymes de prospérité et de longévité, est une coutume qui nous vient de l’Europe de l’Est.



Les immigrés de diverses nationalités croyaient que les bruits de forte intensité — ceux des pétards ou des coups de feu —chassaient les esprits maléfiques de l’année écoulée et délivraient la population du mal pour l’année à venir. Cette tradition était devenue si populaire auprès des Américains qu’au milieu du XVIIIe siècle certaines localités l’ont interdite pour atténuer le vacarme et le danger. Mais c'est ce même principe qu'on retrouve dans les célébrations d'aujourd'hui, sous la forme de feux d'artifice, de sifflets et de mirlitons.

Le célèbre compte à rebours de minuit sur Times Square, dans la ville de New York, attire tous les ans des milliers de personnes qui viennent admirer la descente de la boule à facettes de cristal à l’heure tant attendue. Cette tradition remonte à 1907.

La foule entonne “Auld Lang Syne” (Ce n’est qu’un au revoir), dont les paroles furent écrites par le poète écossais Robert Burns et mises en musique sur une ancienne mélodie populaire pour accueillir la nouvelle année. Sabler le champagne pour fêter l’occasion est une tradition très répandue. Il est d’usage également d’embrasser un être cher sur le coup de minuit, lors du réveillon de la Saint-Sylvestre.


Depuis 1890, un grand défilé annuel organisé le 1er janvier à Pasadena en Californie, dit « Tournoi du défilé des roses », met en scène des chars décorés avec des millions de fleurs. Il est suivi du match de football universitaire du Rose Bowl, un double spectacle retransmis au petit écran pour le plus grand plaisir des téléspectateurs.

Des traditions adoptées des cultures d’immigrés venus d’Europe, d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine enrichissent les célébrations annuelles du jour de l’An et sont appréciées par tous aux États-Unis.

 DÉPARTEMENT D’ÉTAT DES ÉTATS-UNIS



 Las Végas

U.S. Holidays
New Beginnings

New Year’s Day in the United States is a time for fresh beginnings: hope for a better future and resolutions to improve one’s behavior.
Observed January 1, New Year’s celebrations actually begin the night of December 31 with parties, concerts, fireworks and special events of all kinds. The day is marked in many American towns and cities with parades and U.S.-style football games.
In some communities the first baby to be born on New Year’s Day is honored with gifts and media coverage. The New Year itself is often symbolized by a baby wearing just a diaper, a festive hat and a sash imprinted with the year. In contrast, the concluding “old year” is depicted by illustrations of “Father Time,” an old, white-bearded man in a robe, carrying an hourglass and a scythe.


History and Customs
The celebration of New Year’s Day in Western cultures goes back at least to Roman times, when the day was dedicated to Janus, the two-faced god of transitions and beginnings — one face looks forward and the other backward. January is named for Janus.
In the United States today, the first of January remains a time to reflect on the year just completed. Newspapers and television shows review the main events of the previous year and memorialize famous people who died.
New Year’s Day abounds with rituals and superstitions brought to the United States by immigrants. For example, it is considered good luck to eat black-eyed peas on New Year’s Day in southern states, a tradition with roots in Asia and Africa. Cabbage and sauerkraut, to represent prosperity and long life, are Eastern European contributions to New Year’s dinner.
Immigrants of various nationalities believed that loud noises — firecrackers or gunfire — drive away the bad spirits of the past year and ensure a new year free of evil. “Shooting away bad spirits” became so popular with early Americans that by the mid-1700s some localities banned it to minimize the noise and the danger. But noise to herald the New Year remains ingrained in New Year’s celebrations, in the form of fireworks, whistles and party noisemakers.
New York City famously counts down to the midnight hour in Times Square, where thousands gather to watch a faceted crystal ball drop at the appointed hour. The tradition dates from 1907.
People sing “Auld Lang Syne,” lyrics from Scottish poet Robert Burns set to an old folk tune, to usher in the New Year. It is a widespread custom to toast the New Year with champagne. Another custom is kissing a loved one at the stroke of midnight on New Year’s Eve.
Millions of flowers are used to fabricate parade floats for the Tournament of Roses Parade, staged annually since 1890 in Pasadena, California, on New Year’s Day. The Rose Bowl collegiate football game usually follows the parade. Viewing the parade and game on television is a long-established New Year pastime.
Customs adopted from the diverse immigrant cultures of Europe, Asia, Africa and Latin America enhance annual New Year celebrations, which are enjoyed by all, across the United States.

Aucun commentaire: