L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

décembre 18, 2014

N. Lecaussin et l'ouverture de la "Ponction Publique au privé !!

L'Université Liberté, vous convie à lire ce nouveau message. Des commentaires seraient souhaitables, notamment sur les posts référencés: à débattre, réflexions...Merci de vos lectures, et de vos analyses.







Sommaire:

A) - Pour sauver la fonction publique, il faut louvrir au privé par Nicolas Lecaussin

B) - Fonction publique avec wikibéral

Parmi les pays membres de l'OCDE, la France est probablement le seul à ne pas avoir touché à sa fonction publique. Ni en ce qui concerne ses effectifs, ni pour ce qui est de son statut. La preuve est d'ailleurs donnée par le dernier Rapport (bizarrement, passé inaperçu) sur la fonction publique que vient de réaliser la DGAFP (Direction Générale de l'Administration et de la Fonction Publique). On découvre que le nombre de fonctionnaires (et assimilés) ne cesse d'augmenter en France. Le chiffres s'arrêtent en décembre 2012 et montrent clairement une hausse des effectifs malgré la crise des années 2008-2010. D'après le rapport, environ 5.3 millions de personnes travaillent dans les 3 fonctions publiques: FPE (Fonction publique d'État), FPT (Fonction publique territoriale) et FPH (Fonction publique hospitalière). Cela représente 20 % de l'emploi total en France. Mais à cela il faut rajouter ceux qui travaillent dans les organismes privés à financement public (environ 460 000 personnes) et les agents des entreprises publiques (environ 680 000). On arrive donc à un total de 6.5 millions de personnes travaillant pour l'État, c'est-à-dire 24.5 % de l'emploi total en France!

Alors que la France préfère un État obèse et impuissant, le Royaume-Uni a choisi de le réduire au minimum et de l'ouvrir au privé et à la concurrence. Une façon de le sauver en le rendant plus efficace.

A l'opposé, le Royaume Uni est probablement le pays membre de l'OCDE qui a le plus réformé sa fonction publique ces dernières années. Depuis 2011 le gouvernement britannique dirigée par le Premier ministre David Cameron a mené une série des réformes importantes concernant la fonction publique britannique. Sous l'ancien gouvernement, elle avait une réputation d'être bureaucratique et hiérarchique, trop concentrée sur le processus plutôt que sur le résultat. Elle pesait lourd dans les comptes publics avec sa taille énorme. A son pic en 2009, le secteur public britannique représentait environ 22% de l'emploi total. Le «Civil Service», plus ou moins l'équivalent de la fonction publique d'État en France (la FPE), c'est-à- dire le secteur responsable pour l'administration de l'État, avoisinait les 534.000 de gens en 2009 (contre 2.3 millions en France). Le «Civil Service» est aussi le secteur de la fonction publique qui a subi les plus grands changements: le gouvernement britannique s'est engagé en 2010 à réduire sa taille de 25 % (environ 133.500 personnes) jusqu'en 2015. En outre, le gouvernement a mis en œuvre un gel des salaires pour tout le secteur public pendant 2 ans et après cela il a plafonné la croissance des salaires à 1% pour rester au même niveau que le secteur privé. En fait, le gouvernement a déclaré qu'il a économisé 2.3 milliards de livres (2.9 Mds euros) depuis 2010 seulement parce qu'il paie moins de salaires. Francis Maude, le ministre responsable des réformes, a démontré qu'au total, les coupes dans la fonction publique ont permis d'économiser 14,3 milliards livres (18.03 Mds euros) depuis 2010. Le gouvernement, toutefois, ne visait pas seulement à réduire les coûts mais aussi à dynamiser la fonction publique et particulièrement le «Civil Service». En fait, pour encourager le recrutement extérieur on a fondé en 2011 un «Commercial Recruitment Hub». Depuis sa création, 68 % de tous les postes de haut fonctionnaire ont été pourvus par des gens issus du secteur privés. Et, en avril 2015, tous les postes de haut fonctionnaire seront ouverts au recrutement externe. L'expérience en dehors de la fonction publique sera même nécessaire pour tout haut fonctionnaires. Pour les diplômés récents, il existe le système de «Secondments» dans le cadre duquel la fonction publique finance ses employés pour faire un stage dans le secteur privé! C'est une manière d'habituer le fonctionnaire au monde de l'entreprise et à ses problèmes. Le gouvernement britannique actuel a aussi changé les rémunérations des fonctionnaires. Il existe actuellement le «Civil Service Pay Review» qui s'assure que les salaires des fonctionnaires n'augmentent pas plus vite que ceux du secteur privé. On a aussi encouragé la performance et les résultats. Ces changements signifient que le «Civil Service» est devenu plus une entreprise privé qu'une administration. La création du poste d'un «PDG» du «Civil Service» envoie un message clair à la fonction publique. Le PDG actuel s'appelle John Manzoni ; il est l'ancien PDG de Talisman Energy, une entreprise privée dans le secteur des carburants. Alors que la France préfère un État obèse et impuissant, le Royaume-Uni a choisi de le réduire au minimum et de l'ouvrir au privé et à la concurrence. Une façon de le sauver en le rendant plus efficace.

Par Nicolas Lecaussin, Directeur du développement de l'IREF (Institut de Recherches Économiques et Fiscales).
Emma Toogood, chargée d'Études à l'IREF. 


Directeur du développement de l’IREF, Nicolas Lecaussin est diplômé de Sciences-po Paris, ancien président de l’iFRAP (Institut Français de Recherche sur les Administrations Publiques), fondateur de Entrepreneur Junior et auteur de plusieurs ouvrages sur le capitalisme, l’Etat et les politiques publiques.
Dernier livre : L’obsession antilibérale française


 
Pour sauver la fonction publique, il faut louvrir au privé
Source, journal ou site Internet : Le Figaro Vox économie
Date : 16 décembre 2014

B) - Fonction publique

De Wikiberal
La fonction publique désigne un ensemble de personnes travaillant, sous certaines juridictions ou dans un cadre intergouvernemental, au sein des administrations publiques. Une personne travaillant dans la fonction publique est appelée fonctionnaire.  
Les expressions « fonction publique » et « fonctionnaires » désignent souvent couramment un ensemble plus vaste de personnes travaillant pour des services publics ou d'utilité générale.
La fonction publique est caractérisée par ses privilèges statutaires, que les libéraux dénoncent.
La haute fonction publique, essentiellement issue de l'École nationale d'administration, occupe régulièrement la tête des grandes entreprises françaises et constitue un vecteur privilégié de diffusion du planisme et de la mauvaise gestion publique.
L'École du Choix Public (James McGill Buchanan, William Niskanen et avant eux Jean-Baptiste Say) montre que le fonctionnaire, comme tout individu, est mû par son intérêt propre plutôt que par un indéfinissable "intérêt général". En conséquence, la fonction publique se caractérise par des effets pervers :
  • productivité et rémunération sont déconnectées (nivellement des productivités dû à l'homogénéité des rémunérations) ;
  • sélection adverse (seuls les moins productifs restent dans la fonction publique) ;
  • du fait de l'absence de logique de marché : inefficacité, impossibilité du calcul économique, impossibilité de mesurer la satisfaction de l'usager ; bureaucratie ; irresponsabilité.

Citations

  • La fonction publique, la fonction privée ont toutes deux en vue notre avantage. Mais leurs services diffèrent en ceci, que nous subissons forcément les uns et agréons volontairement les autres ; d'où il suit qu'il n'est raisonnable de ne confier à la première que ce que la seconde ne peut absolument pas accomplir. (Frédéric Bastiat)
  • Ce qu'il ne faut jamais perdre de vue, c'est qu’un fonctionnaire public, en sa qualité de fonctionnaire, ne produit absolument rien ; qu'il n'existe, au contraire, que sur les produits de la classe industrieuse, et qu'il ne peut rien consommer qui n'ait été enlevé aux producteurs. (Charles Comte, Charles Dunoyer, Le Censeur européen, p.29-30, 1817)
  • Il y a toutes sortes de corps d’inspection, dont je me demande bien ce qu’ils inspectent. Si on faisait le recensement de tous les fonctionnaires, service par service, je suis persuadé qu’on en trouverait beaucoup dont personne ne pourrait dire à quoi ils servent. Il y a dans la fonction publique trop d’avantages, trop d’honneurs, trop d’effectifs. (Charles de Gaulle)
  • Les fonctionnaires sont tellement habitués à ne rien faire que lorsqu'ils font grève, ils appellent ça une "journée d'action". (Coluche) (humour)
  • Le fonctionnariat constitue une noblesse républicaine, avec ses grands seigneurs et ses petits nobliaux désargentés. (Faré)
  • Presque partout, en Europe, le souverain domine de deux manières : il mène une partie des citoyens par la crainte de ses agents, et l'autre par l'espérance qu'ils conçoivent de devenir ses agents. (Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique)
  • Le "secteur privé" de l’économie est, en fait, le secteur volontaire ; et le "secteur public" est, en fait, le secteur coercitif. (Henry Hazlitt)

4 commentaires:

Nathan a dit…

C'est assez effrayant de voir ce genre de propos. Nicolas Lecaussin qui semble si important avec tout ces titres, et n'est même pas capable de remettre les causes et conséquences dans un cadre historique, et ne semble voir que ce qui l'arrange de regarder.

Où est dans son discours la grande montée des inégalités en Angleterre? Et celle de la pauvreté? Pourquoi ne fait il aucun lien entre la réduction du service publique et les manifestations qui se passent là bas.

Pourquoi lui qui a pourtant fait science po, ne parle t il pas du fait que ce qui agace depuis toujours le privée, c'est que la sécurité sociale lui échappe complètement de son contrôle monétaire. Pourquoi ne parle t on pas, du fait que le citoyen a réussi avec ce système de sécurité sociale a gérer une partie importante du PIB, et avec succès. Parce que peut importe ce que raconte comme âneries certaines personnes, la sécurité sociale n'a aucun problème et n'en pose aucun au niveau monétaire. On nous parle du trou de la sécu, mais il semble normal d'avoir plus de mal a payer les dépenses publiques quand on fait des ristournes folles aux millionnaires et milliardaires, qu'on allège les entreprises de leur taxes, qu'on vende les services publiques, qu'on laisse des banques privées gérer l'émission monétaire par le crédit, qu'on vote des budgets en déséquilibres pour faire augmenter la dette, et surtout quand on fait passer le remboursement des INTÉRÊTS de la dette comme première dépense de l'état, quitte a payer plusieurs fois cette même dette.

Non franchement, cet article c'est du pur foutage de gueule, de la propagande libérale qui n'est basé que sur des : "si on fait ça, ça ira mieux, si on fait comme eux, on aura les même résultats." "Comment je le sais?" "Parce que les libéraux sont omniscients et n'ont pas besoin de démontrer ce qu'ils disent ou de mener de véritables études sur ce qu'ils avancent. Un peu d'aplomb et de confiance en soi, et le fait de savoir qu'on a toujours raison"

Je te salue, Nicolas Lecaussin, intellectuel de pacotille et je te rappellerai que dans ceux qui ont voulu enfoncer encore plus le peuple quand il était dans la merde, certains ont perdu la tête, fais attention que le vent ne tourne pas.


Pour ce qui est du travail sur l'article, en fait je ne le vois pas. Il ne s'agit juste ici que d'un copié collé du texte de Nicolas, et de wikibéral.
L'auteur ne fait même pas sentir sa présence, si ce n'est tout en bas dans "Publié il y a 2 days ago par Alain Genestine". L'auteur n'a t il aucun point de vue sur le sujet? Ou considère t il que le fait de retranscrire les propos ici exposé sont quelque chose de suffisamment pertinent pour ne pas avoir besoin de commentaire.
En gros, es tu complètement soumis à l'idéologie prôné ici au point que tu considère ton point de vue comme superficiel ou te considères tu comme trop "inférieur" à la personne qui a écrit que pour te permettre d'y aller de ton commentaire? Allez merde, impose toi un peu.

Amicalement

Nathan

Antoinette Jore a dit…

Lololollllll mais c'est bien sûr ! Un énarque (Lecaussin)... Il y a un petit espoir de ce coté. Restons positive.

Alain Genestine a dit…

Bah si avec la néo-ENA ( Espoir National à l' Anarcapie)

Antoinette Jore a dit…

Pas mal !