L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

avril 29, 2015

Frédéric Bastiat et les américains, l'oublié des français !

L'Université Liberté, un site de réflexions, analyses et de débats avant tout, je m'engage a aucun jugement, bonne lecture, librement vôtre. Je vous convie à lire ce nouveau message. Des commentaires seraient souhaitables, notamment sur les posts référencés: à débattre, réflexions...Merci de vos lectures, et de vos analyses.

Il serait temps que les différentes gouvernances US puissent relire le libertarien F. Bastiat et de pas se contenter des idées du libéral Keynes, inepte à la situation politico-économique de nos jours, comme de se rappeler de l'histoire, de son fameux "New deal" et des conséquences guerrières de l'époque.




 Sommaire:

A) Bastiat, repère intellectuel de la droite américaine par Michael C. Behrent 

B) Leonard Read, l’éditeur de Frédéric Bastiat aux États-Unis - Damien Theillier - 24hgold

C) Bastiat et les Etats-Unis - Compte rendu du dîner-débat du 5 mai 2007 avec Jean-Claude Paul-Dejean. - Lumières Landaises n° 64.

D) Ce qu’on doit à Frédéric Bastiat, par Roman Bernard - juanasensio.com (Stalker)

E)  Tout sur Frédéric Bastiat - Bastiat.org — Démystificateurs de sophismes économiques depuis 1845. - Un site par François-René Rideau
 
F) Ce que la gauche ne comprend pas chez Bastiat - Par Sheldon Richman, depuis les États-Unis - Contrepoints via Reason.com

G) The Bastiat Society de Wikiberal

H)  Reagan disciple de Bastiat : 100 ans - Damien Theillier -Institut Coppet

I) Frédéric Bastiat de Wikiberal



A) Bastiat, repère intellectuel de la droite américaine

Ironie du sort : alors que beaucoup d’Américains associent spontanément « France » et « socialisme », c’est un auteur français, Frédéric Bastiat, que la droite américaine évoque pour dénoncer l’immoralité des tendances « socialisantes » de leur gouvernement.

La droite américaine n’est pas particulièrement connue, du moins dans sa forme actuelle, pour sa francophilie. Rappelons, par exemple, l’épisode des «  freedom fries », conséquence de la vague d’indignation que la politique irakienne du gouvernement français suscite dans l’opinion américaine, surtout lorsque celle-ci est conservatrice. Ou encore la « méchanceté » que certains républicains attribuaient au candidat démocrate aux élections présidentielles de 2004, le sénateur francophone John Kerry, qui disait-on « ressemblait même à un Français ». Plus récemment, lorsque des militants conservateurs accusent Barack Obama d’être « socialiste », ils sous-entendent qu’il épouse une doctrine anti-américaine, européenne, et, sans doute, un petit peu française par-dessus le marché …

Il semblerait ainsi pour le moins surprenant que la droite américaine actuelle (que l’on pourrait caractériser comme l’amalgame du libéralisme économique et du conservatisme proprement dit), notamment dans cette forme particulièrement virulente qu’est le mouvement anti-gouvernemental des « tea partiers », se réfère à un penseur français pour définir son programme et lui donner un fondement philosophique. Pourtant, c’est le cas : les pourfendeurs américains du « tout État » ont trouvé un champion intellectuel dans l’économiste et publiciste français Frédéric Bastiat.

Bastiat et la droite américaine, une vieille histoire

Bastiat ? Plutôt oublié aujourd’hui en France, il fut un des grands défenseurs du principe du libre échange au dix-neuvième siècle. Né en 1801, il ne se fait une renommée, après s’être essayé aux affaires et à l’agriculture, qu’à partir de 1844, en défendant les idées antiprotectionnistes de Richard Cobden dans un article publié par le Journal des économistes intitulé « De l’influence des tarifs anglais et français sur l’avenir des deux peuples ». Il participe à la fondation d’une association ayant les mêmes buts que Cobden dans sa campagne contre les Corn Laws. Bastiat rédige les Sophismes économiques, dans lequel, à coup de petits textes aussi limpides qu’ironiques, il entreprend de détruire les raisonnements des socialistes et des protectionnistes. Après la révolution de février 1848, il est élu député des Landes. À cette époque, il participe à une célèbre polémique avec Pierre-Joseph Proudhon. Mais après quelques années seulement passées dans la vie publique, il succombe, en 1850, à une tuberculose. Le livre qu’il destinait à être son chef d’œuvre, les Harmonies économiques, reste inachevé.

L’engouement actuel de certains secteurs de la droite américaine pour Bastiat a des racines déjà anciennes. La redécouverte de ses écrits, et leur réédition en vue d’en faire des manifestes libertariens, fait partie de la réaction libérale contre la pensée « collectiviste » (mot qui englobe aussi bien le nazisme, le communisme, le keynésianisme, et le « libéralisme » américain du New Deal) dans la foulée de la deuxième guerre mondiale. Un de ces « apôtres » américains du néolibéralisme fut l’homme d’affaires Leonard Read, qui découvre Bastiat en 1935 grâce à Thomas Nixon Carver, professeur à Harvard. À l’époque, Read anime un petit réseau de libéraux (au sens économique), dont 3000 figurent sur sa liste de distribution. En 1943, il envoie à chacun un petit pamphlet de Bastiat surnommé La loi. C’est sans doute à cette date que commence l’étrange carrière de ce texte comme instrument de propagande du mouvement conservateur américain (rappelons que dans le lexique politique américain, l’épithète « conservateur » est couramment utilisée pour se référer à la doctrine économique qui en France sera décrite comme « libéral »). Read créa en 1946 la Foundation for Economic Education (FEE), ayant pour mission de répandre la bonne parole libre-échangiste et de former intellectuellement une avant-garde libérale et individualiste au milieu du « collectivisme » ambiant. Ludwig von Mises (émigré aux États-Unis) en est un adhérent ; Friedrich Hayek y collabore de même (ce dernier fonda, l’année suivante, une association sœur : la Société du Mont-Pèlerin).

Sous la tutelle de la FEE, Read fait retraduire La loi de Bastiat par un universitaire du nom de Dean Russell. La nouvelle traduction parait en 1950, et devient le bestseller de la fondation : en 1971, elle avait déjà vendu 500 000 exemplaires (cette traduction est toujours disponible sur le site web de la FEE) [1]. Un autre personnage important du mouvement libertarien, le journaliste Henry Hazlitt, publie en 1946 une sorte d’abrégé de la théorie économique, intitulé Economics in one lesson (lui aussi distribué par la FEE), dans lequel il reconnaît sa dette intellectuelle à l’égard de Bastiat, plus spécialement envers son essai Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas. Hazlitt remarque que son propre ouvrage « peut en fait être considéré comme une modernisation, un élargissement et une généralisation de l’approche que l’on trouve dans le pamphlet de Bastiat » [2].

Voici une courte vidéo présentant l'influence de l'économiste français Frédéric Bastiat aux Etats-Unis, et faisant intervenir un étudiant et deux membres du corps professoral de l'Université George Mason.

Renouveau de Bastiat sous Obama

Si donc aujourd’hui le nom et les slogans de Bastiat circulent actuellement dans les mouvements de protestations contre le plan de relance du président Obama (en 2009) ainsi que sa réforme du système de santé (en 2010), c’est seulement parce que ses écrits sont depuis longtemps en circulation, et sont comme canonisés par les milieux libertariens et libre-échangistes. Le 15 avril 2009, lors d’une des premières grandes journées d’action nationales des tea partiers (le jour où les américains doivent déclarer leurs impôts), un professeur d’université prononce un discours à Washington, dans lequel il évoque la mise en garde de Bastiat contre la tendance des gouvernants à pratiquer la « spoliation légale ». Le même jour, en Broward County (Floride), un blogueur raconte avoir vu un manifestant lors d’un « tea party » portant une pancarte étalant le même slogan (« spoliation légale »), expression, rappelle-t-il utilement pour ses lecteurs, « utilisée par Fréderic Bastiat dans son livre de 1849 La loi pour parler des socialistes » (en réalité La Loi fut publiée pour la première fois en 1850).

Plus récemment, sur le site « meetup.com » (qui permet d’organiser en ligne des réunions réelles), un chapitre floridien du « 9-12 Project » (l’association fondée par le journaliste conservateur Glenn Beck qui fait partie de la galaxie des tea partiers) encourage les intéressés à venir discuter de « La loi de Frédéric Bastiat », tout en expliquant que 

« Bastiat […] fut un des plus éloquents champions du concept du droit à la propriété et de libertés individuels émanant du droit naturel (le même concept qui a servi de fondation à la Constitution américaine) »

, que La loi est « une réfutation puissante du Manifeste communiste de Karl Marx » (bien que Bastiat ne cite aucunement ce dernier), et que ce livre est « aussi pertinent aujourd’hui qu’il y a 160 ans ».


Comment expliquer ce « retour à Bastiat » américain ? 
En premier lieu, il s’agit d’une sorte de contrecoup au « retour à Keynes » que l’on a vu à la suite de la crise financière de l’automne 2008, et dont une conséquence politique évidente est le plan de relance adopté peu après l’inauguration de Barack Obama. Pour certains conservateurs, la crise est vécue comme une menace à l’encontre du triomphe aussi bien politique qu’intellectuel du libéralisme et du libre-échangisme depuis les années 1980. Elle est vue comme une opportunité pour les partisans de l’intervention étatique de se réaffirmer. C’est surtout le plan de relance, que les démocrates se mettent à adopter aussitôt après l’inauguration d’Obama le 20 janvier 2009, qui attire la foudre des conservateurs et déclenche la mobilisation anti-gouvernementale qui deviendra le mouvement « Tea Party ». Dès le 22 janvier, l’Investor’s Business Daily (un journal national spécialisant dans les questions économiques, généralement tendant à droite) s’inquiète du fait que la célèbre prophétie de Bill Clinton selon laquelle « l’ère du big government est révolue » est en train de devenir désuète, en citant la définition que propose Bastiat de l’État : « c’est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde » (passage que les amateurs américains de Bastiat citent avec une fréquence particulière) [3].

Ensuite, ce que Bastiat permet de dénoncer, ce n’est pas uniquement le principe même de l’intervention étatique, mais le « solipsisme économique » sur laquelle elle se repose. Pour Bastiat, l’étatisme est la conséquence d’un problème épistémologique, voire phénoménologique : la conviction que les seules conséquences importantes d’une action sont celles qui sont accessibles à la vue. 

Quels apports de Frédéric Bastiat, économiste français, à la science économique ?

Alain Madelin a lancé fin novembre un cycle de conférences intitulé "à la découverte de l'économie" qui a lieu toutes les semaines dans le 17ème arrondissement de Paris. Une conférences sur deux est donnée par lui-même et les autres par des intervenants de renom.

Pour aller plus loin :

http://www.wikiberal.org/wiki/Bastiat
http://www.wikiberal.org/wiki/Vitre_c...
http://www.wikiberal.org/wiki/Protect... 
 
C’est la grande idée de son essai sur Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas. Ainsi, le Pittsburgh Tribune Review (journal régional, plutôt conservateur), commentant le plan de relance, remarque que « l’administration d’Obama est en train d’offrir une leçon préventive de l’incompréhension de principe Bastien du visible et de l’invisible » [4], citant l’exemple des « emplois verts » que le plan propose, mais dont les coûts, selon le journal, risquent à long termes d’être plus importants que les effets stimulateurs, tout en n’étant pas immédiatement perceptibles.

La Vitre cassée

Dans la même lignée, beaucoup évoquent l’analyse que fait Bastiat du solipsisme de la « vitre cassée » (qui parait aussi dans Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas). Bastiat raconte l’anecdote suivante :

 le « terrible fils » du « bon bourgeois Jacques Bonhomme » lui casse un carreau de vitre. Aussitôt, des assistants au drame le consolent ainsi : « À quelque chose malheur est bon. De tels accidents font aller l’industrie. Il faut que tout le monde vive. Que deviendraient les vitriers, si l’on ne cassait jamais de vitres ? » Toutefois, ce constat se fonde uniquement sur ce qui est visible, soit l’argent que M. Bonhomme verse au vitrier. Ce que l’on ne voit pas, c’est que « s’il n’eût pas eu de vitre à remplacer, il eût remplacé, par exemple, ses souliers éculés ou mis un livre de plus dans sa bibliothèque ». 

La force de cet argument réside avant tout dans la manière dont Bastiat l’applique : il se trouve que ce que l’on voit est décidément toujours de l’ordre de l’État ou de la puissance publique. L’erreur distinctive de toute politique économique ayant recours aux moyens de l’État est qu’elle privilégie les effets visibles (les dépenses, l’impôt) en négligeant les effets invisibles (le marché, l’initiative individuelle). Ainsi, concernant les effets apparemment positifs des impôts, 

Bastiat constate : « Vous comparez la nation à une terre desséchée et l’impôt à une pluie féconde. Soit. Mais vous devriez vous demander aussi où sont les sources de cette pluie, et si ce n’est pas précisément l’impôt qui pompe l’humidité du sol et le dessèche ».

Le « broken window fallacy » (l’erreur de la vitre cassée) a joué un rôle essentiel dans la réception américaine de Bastiat. Sur YouTube, on trouve une vidéo dans laquelle John Stossel, journaliste de télévision aux opinions libertariennes, explique l’erreur des vitres cassées avec une étonnante littéralité … La parabole de Bastiat peut même être utilisée à des fins explicitement partisanes. Sur un site conservateur, on trouve le commentaire suivant : 

« Le plan de relance du président Obama a échoué parce qu’il a ignoré l’erreur de la vitre cassée, comme le font tous les projets gouvernementaux pour stimuler l’économie en dépensant. Est évidente dans le plan d’Obama l’idée que le gouvernement peut dépenser l’argent mieux et de manière plus efficace que le secteur privé. Ce qu’Obama et les liberals [au sens américain, c’est-à-dire « ceux de la gauche »] ne comprennent pas, c’est que chaque dollar qu’ils dépensent doit venir de quelque part […] En somme, tout dollar dépensé par le gouvernement en est un que le secteur privé ne dépensera pas ». L’auteur conclut (c’est la raison d’être de son site) que le meilleur disciple actuel de Bastiat n’est autre que… Sarah Palin, l’ancienne colistière de John McCain lors des dernières élections présidentielles, ancien gouverneur de l’Alaska (de 2006 à 2009), et grande héroïne des tea partiers : « Quelque part, Frédéric Bastiat est en train de sourire, tout content qu’il est de savoir que sa philosophie de gouvernement limité est en pleine forme grâce au gouverneur Sarah Palin ».

Procès du « socialisme »

Mais la raison principale pour l’engouement actuel pour Bastiat est à trouver dans sa manière particulière de dénoncer le « socialisme ». Son utilité ne réside pas seulement dans le fait qu’il critique le socialisme, mais dans sa manière même de le définir. Selon Bastiat, l’homme, tout occupé par sa nature à la conservation de son être, est destiné à gagner sa vie de deux façons possibles : 

grâce à son propre travail, ou grâce au travail d’autrui. Les hommes ont une « disposition à vivre et à se développer, quand ils le peuvent, aux dépens les uns des autres » [5]. Par conséquent, la loi et la politique peuvent s’organiser eux aussi selon deux principes différents : la défense de la liberté individuelle (et donc de la propriété), ou la spoliation (c’est-à-dire, le fait de vivre du travail d’autrui). Le premier est évidemment, aux yeux de Bastiat, le régime le plus juste. Mais une fois que la loi n’est plus que la simple organisation des droits individuels, « chaque classe voudra faire la Loi, soit pour se défendre contre la spoliation, soit pour l’organiser aussi à son profit » [6]. La spoliation devient la norme. Le socialisme est la conséquence logique de cette tendance : il est la spoliation décomplexée, la « spoliation légale ».

La rage des tea partiers contre Obama et le « big government » est donc avant tout un cri de colère, un sursaut d’indignation contre un État qui est, à leur vue, de plus en plus spoliateur. Dans une tribune écrite pour la presse de l’église baptiste, au moment des grandes manifestations du 15 avril 2009, Kelly Boggs remarque : 

« L’impôt sur le revenu en Amérique est depuis longtemps un exemple de ce que l’économiste français Frédéric Bastiat surnommait la ‘spoliation légale.’ Selon Bastiat, la spoliation légale a lieu lorsque le gouvernement prend, par la force, ce qu’un citoyen a légitimement gagné pour le donner à un autre ». Il continue : « Lorsqu’un simple citoyen pratique ce que décrit Bastiat, on appelle cela le vol. Quand c’est le gouvernement qui le fait, on l’appelle la redistribution des revenus ».

Ainsi, pour les militants de droite, Bastiat est devenu une sorte de père fondateur honoris causa. Le Tea Party de Boston annonce la création d’un « caucus Bastiat » en expliquant que la « philosophie » de l’économiste français « ressemble à celui de Thomas Jefferson ». D’autres le comparent à James Madison. Pour l’historien, de tels rapprochements ne sont pas sans ironie : si ces représentants du républicanisme américain que sont Jefferson et Madison se méfièrent sans doute des tendances tyranniques de tout pouvoir établi, leurs premières luttes politiques après la promulgation de la constitution en 1789 furent contre Alexander Hamilton et les « fédéralistes » – le parti des grands intérêts financiers. Il n’empêche que les tea partiers voient le fil directeur de l’histoire américaine comme étant une trahison progressive des principes de l’individualisme et d’un gouvernement minime. Un blogueur qui a pris le pseudonyme d’Andrew Mellon (grande figure du libéralisme conservateur des années 1920), écrivant pour le site conservateur « Big Government », constate : « Au fur et à mesure que notre pays vieillit, l’État nous dépouille de nos droits au lieu de les garantir. Le gouvernement s’élargit, alors que l’individu se rétrécit. Alors que la loi était censée nous protéger contre la diminution de l’homme, elle est plutôt utilisée comme moyen de le spolier ». Il poursuit en citant La loi de Bastiat sur le socialisme comme la somme sur toute spoliation légale.

La référence à l’économiste français sert finalement, de manière assez paradoxale, à mettre en évidence le caractère étranger (et donc dangereux) des démocrates et autres « collectivistes ». Le bloggeur libertarien Clay Barham le confirme explicitement lorsqu’il écrit : « Alors que Bastiat disait [dans l’introduction de ses Harmonies économiques ] ‘Tous les intérêts légitimes sont harmoniques,’ les démocrates américains contemporains disent que les intérêts de la communauté sont plus importants que les intérêts de l’individu. Ces deux approches s’opposent. L’un est purement américain, bien que proclamé par un Français, et l’autre est européen, ou du Vieux Monde, bien que proclamé par des Américains ».

Ainsi, bien que ses disciples américains le décrivent le plus souvent comme un « économiste », c’est surtout en tant que moraliste que Bastiat exerce sa puissance d’attraction. Il offre moins une démonstration irréfutable des erreurs du « socialisme » et de l’intervention étatique que des objections de principes, ayant au moins le mérite d’une certaine lucidité. Comme le note l’historien du libéralisme Lucien Jaume, « dans la rhétorique de Bastiat tout phénomène économique ou social reçoit son doublet moral, voire religieux : la marche du progrès est fatale mais l’homme est libre, la concurrence est un fait indestructible, mais elle n’existe qu’en ‘l’absence d’une autorité arbitraire comme juge des échanges’, etc. C’est le passage constant de l’objectif au subjectif, du descriptif au prescriptif qui fait l’originalité de Bastiat … » [7]. Ironie du sort : c’est un auteur français, alors même que beaucoup d’américains associent spontanément « France » et « socialisme », que la droite américaine évoque pour dénoncer l’immoralité des tendances « socialisantes » de leur propre gouvernement.
par Michael C. Behrent




B) Leonard Read, l’éditeur de Frédéric Bastiat aux États-Unis
« Si nous aspirons à un objectif tel que celui de faire avancer la liberté individuelle et le libre marché, nous devons recourir à la méthode du pouvoir d'attraction, c'est-à-dire le contraire absolu de la propagande, de l'endoctrinement et des demi-vérités. » Leonard Read, How to advance liberty.

Né dans le Michigan en 1898, Leonard E. Read devient entrepreneur puis directeur général de la Chambre de commerce de Los Angeles. Son engagement pour la vérité et les principes de la liberté l'amènent à créer la Foundation for Economic Educationen 1946. Pendant 37 ans, il y travaille sans relâche pour promouvoir et faire progresser la liberté. Il est l’un de ceux qui, à un moment crucial de l'histoire américaine, ont participé au réveil des libertés individuelles et à la défense de la propriété privée. Une pierre angulaire de la pensée de Read, c'est que le libre marché est une institution morale, et pas seulement un moyen efficace de production. De là, le profit ne doit être que la conséquence d’un service rendu à la société. Read est l'auteur de 29 livres et d’une centaine d'essais. Sa vie est un témoignage de la puissance des idées.

La Foundation for Economic Education

En 1946, Leonard Read fonde la FEE (Foundation for Economic Education) qu’il préside jusqu’à sa mort. La FEE est l’un des plus vieux think-tank libertariens des États-Unis et se consacre à la diffusion des principes de la liberté. La fondation a été créée au bord de l’Hudson, dans un manoir du XIXe siècle, dans le comté de Westchester au nord de New York.

Dès le début, parmi les nombreux auteurs qui fréquentent la FEE, se trouvent deux jeunes professeurs de l'Université de Chicago : Milton Friedman et George Stigler, qui tous deux allaient plus tard devenir lauréats du prix Nobel en économie. Leonard Read attire à la FEE des gens comme F.A. Harper, Edmund Opitz, Hans et Marie Sennholz, Paul Poirot, Percy et Bettina Greaves, Dean Russell, George Roche, Israël Kirzner, Robert Anderson ou Gary North. 

Le 1er août 1947, il participe à la première réunion de la Société du Mont Pèlerin en Suisse, à l'invitation de Friedrich A. Hayek. En 1956, la FEE reprend la publication d’une revue fondée par A.J. Nock The Freeman : Ideas on Liberty. La FEE joue également un rôle important dans l'édition et la promotion des livres essentiels sur la philosophie de la liberté. Au cours de son histoire, la FEE a publié ou hébergé des conférences données par certains des meilleurs esprits de l'époque, dont Ludwig von Mises, Friedrich A. Hayek, Henry Hazlitt, Milton Friedman, James Buchanan, Vernon Smith, Israel Kirzner, Walter Williams, George Stigler, Frank Chodorov, John Chamberlain, ou William F. Buckley Jr., parmi beaucoup d'autres.

Une stratégie novatrice

La FEE s’est donnée comme mission d’enseigner les « premiers principes » de la liberté : le caractère sacré de la propriété privée, la liberté individuelle, la primauté du droit, le libre marché, et la supériorité morale du choix individuel et de la responsabilité sur la coercition.

Mais la stratégie de Read pour diffuser ses idées est inhabituelle pour l'époque et impensable pour la plupart des think tanks d'aujourd'hui. La FEE n’envoie personne à Washington pour faire pression sur le Congrès. Loin de l'activisme, la fondation est axée exclusivement sur l’enseignement et la pédagogie. Elle organise des séminaires, publie des livres et son magazine The Freeman. Suivant l'exemple d’Albert Jay Nock, Read croit qu'une personne doit se concentrer d'abord sur l'amélioration de la seule partie de la société sur laquelle elle a un véritable contrôle : elle-même. En s’instruisant par l’apprentissage des principes de la liberté, on peut transmettre ces idées à d’autres et peu à peu les propager. La liberté n'est pas quelque chose qui peut être imposée par le haut.

En outre, il ne faut pas se contenter d'informer les gens sur les conséquences négatives de l'ingérence du gouvernement ou souligner les dangers du socialisme. Il faut aussi présenter l’alternative positive du libre marché.

L’approche peut sembler simple mais elle a eu un impact énorme. Des générations d’étudiants américains ont découvert les principes d’une société libre à travers les publications et les séminaires de la FEE.

Leonard Read a toujours été intransigeant dans sa défense de la vérité. Lorsque le juge Howard Pew, un généreux bienfaiteur de la FEE, demande à Read de repenser sa position sur les droits de douane, celui-tient bon. Il va même jusqu'à refuser de publier un article soumis par l'ancien président Herbert Hoover, une connaissance de longue date. En revanche, il permet à Ralph Nader, un activiste de gauche, d’écrire un article critique sur les projets de logement fédéraux.

Frédéric Bastiat

En 1943, Leonard Read demande à Dean Russell de faire une traduction moderne de La Loi, le célèbre pamphlet de Frédéric Bastiat, l’économiste français du XIXe siècle. Puis il l’envoie aux 3 000 membres de son réseau. En 1950, La Loi est la meilleure vente de la fondation. En 1970, près de 500 000 exemplaires sont déjà écoulés.

L’idée principale de Bastiat dans La Loi, c’est de montrer pourquoi et comment la loi est devenue « le champ de bataille de toutes les cupidités », c’est-à-dire une source de privilèges, de rentes de situation et d’arbitraire fiscal. Dès que l’on admet en principe que la loi peut être détournée de sa vraie mission, qu'elle peut violer les propriétés au lieu de les garantir, il s’ensuit nécessairement une lutte des classes, soit pour se défendre contre la spoliation, soit pour l'organiser à son profit.

C’est encore Leonard Read qui emploie le mot libertarien pour la première fois en 1947. Il proposait d’utiliser ce terme pour bien se démarquer des « liberals » qui plaidaient pour l’interventionnisme tout en revendiquant la bannière du libéralisme. Aujourd’hui, le terme « libertarien » recouvre deux sens : un sens radical, équivalent à anarcho-capitalisme (Rothbard) et un sens plus large, équivalent au libéralisme classique avec une défense sans concession de l’État minimal et du libre marché. C’est ce second sens que revendiquait Read à la suite de Mises et de Hayek.

 « Moi, le crayon »

En 1958, Leonard Read écrit dans la revue The Freeman un petit essai devenu très célèbre : I, pencil (« Moi le crayon »). Il commence ainsi : « Je suis un crayon à mine, un crayon ordinaire en bois, familier à tous les garçons et les filles et les adultes qui savent lire et écrire. Il est l'un des objets les plus simples dans la civilisation humaine. Et pourtant pas une seule personne sur cette terre ne sait comment me produire. » Ce texte est une magnifique illustration de la métaphore de la main invisible. Des milliers de personnes qui ne se connaissent pas, qui n’ont pas la même religion ni les mêmes coutumes, réussissent pourtant à se coordonner pour produire cet objet. Leonard Read ajoute « Il y a quelque chose d’encore plus étonnant : c’est l’absence d’un esprit supérieur, de quelqu’un qui dicte ou dirige énergiquement les innombrables actions qui conduisent à son existence. On ne peut pas trouver trace d’une telle personne. À la place, nous trouvons le travail de la Main Invisible. »

Et il conclut : « la leçon que je veux enseigner est la suivante : laissez libres toutes les énergies créatrices. Organisez juste la société pour qu’elle agisse en harmonie avec cette leçon. Que l’appareil légal de la société élimine tous les obstacles du mieux qu’il le peut. Permettez à tous ces savoirs créateurs de se répandre librement. Ayez foi dans les hommes et les femmes libres qui répondent à la main invisible. » (I, Pencil, The Freeman, Decembre 1958. Traduction en français par Hervé de Quengo, Moi, le crayon.)

Milton Friedman, qui a préfacé la brochure de la FEE diffusant ce texte, s’est souvent servi de cette histoire pour expliquer le « miracle » de la coopération humaine dans une économie de marché, notamment dans son livre et documentaire vidéo « Free to Choose ».

Lorsque Leonard E. Read est mort, à l’âge de 84 ans, la FEE a reçu le télégramme suivant du président Ronald Reagan : « Nous partageons votre chagrin à la perte d'un homme animé toute sa vie par le dévouement à nos principes les plus chers. Notre nation et son peuple ont été considérablement enrichis par son dévouement à la cause de la liberté, et les générations à venir puiseront leur inspiration chez Leonard Read. »





C) Bastiat et les Etats-Unis

Bastiat n'est jamais allé aux Etats-Unis, mais il avait une grande curiosité pour ce pays sur lequel il se tenait méthodiquement informé, notamment grâce au journal anglais Globe and traveller, et à La Revue Britannique, auxquels il était abonné. Cette dernière revue donnait la traduction en Français des meilleurs articles parus aux Etats-Unis et en Angleterre. Le décalage d'un ou deux mois qui en résultait était favorable à la réflexion. On se souviendra aussi qu'il avait été pensionnaire à l'école de Sorrèze de 1814 à 1818, école cosmopolite dont le prestige attirait même des étudiants américains. Napoléon 1er avait vendu la Louisiane aux Etats-Unis quelques années auparavant, et beaucoup de jeunes américains de cette région tenaient à parfaire leur éducation en France. Il y avait à Sorrèze, du temps de Bastiat, une trentaine d'étudiants en provenance de la Nouvelle Orléans. 

Bastiat a également été très marqué par le petit opuscule de Benjamin Franklin intitulé La Science du Bonhomme Richard. En 1776, Benjamin Franklin avait réuni dans ce petit volume les meilleurs articles d'un almanach qu'il publiait chaque année sous le nom d'Almanach du pauvre Richard. Ce livre, plein de conseils pratiques, eut un succès prodigieux en France. Il ne connut pas moins de 32 éditions de 1815 à 1850. Bastiat y a sûrement trouvé son sens de la formule et l'art de poser un problème. (Il y a trouvé entre autres la formule qu'il reprendra dans les Harmonies économiques : "C'est lorsque le puits est à sec que l'on connaît la valeur de l'eau").

En 1849, il reçoit à l'Assemblée Nationale une délégation d'américains, qui lui apportent la première traduction en anglais d'une partie des Harmonies économiques.

L'image des Etats-Unis à cette époque
Quelle était à cette époque l'image des Etats-Unis dans l'opinion publique française? D'abord celle d'un régime politique inédit pour une Europe entièrement monarchique : une république, d'autant plus paradoxale que c'était le premier État colonial à être devenu indépendant. Et contrairement aux deux éphémères républiques françaises, elle offrait le spectacle d'une grande stabilité institutionnelle et celui d'une réelle démocratie. Elle était pourvue depuis 1840 du suffrage universel (1848 en France). Le droit syndical y était reconnu depuis 1842 (en France il ne le sera qu'en 1884). La journée de travail de10 heures est généralisée en 1850 (en France elle est encore de 12 heures). 

Dans cette démocratie modèle, il y a cependant un point noir : l'esclavage. Sur 23 millions d'habitants, il y a un peu plus de 3 millions d'esclaves, localisés exclusivement dans les Etats du Sud.

Autre sujet d'intérêt : sur le plan économique, les Etats-Unis offrent un démenti aux théories malthusiennes. Entre 1790 et 1850, on passe de 4 millions d'habitants à un peu plus de 23. En soixante ans, la population a donc été multipliée par 6. En France, pendant la même période, elle a augmenté de 28% et en Angleterre de 34%. Certes, une grande partie de cette croissance était due à l'immigration. Il n'en reste pas moins que d'après Malthus, une telle croissance aurait dû engendrer la pauvreté. Or on estime que la richesse totale de la population en 1790 était de 3,7 milliards de francs, et de 35,7 en 1850. La richesse avait donc cru beaucoup plus rapidement que la population.

Autre originalité, la dilatation géographique. On assiste à l'essor d'un pays qui se construit en utilisant l'espace et en maîtrisant en même temps les moyens de communication. En Europe, par contraste, nous sommes dans un monde fini. Lorsque les Français conquièrent l'Algérie, lorsque les Anglais font la conquête de l'Inde, ils tombent sur une civilisation structurée. Ce n'est pas la métropole qui s'étend.

Une autre différence frappante avec l'Europe est la mobilité des populations, et notamment la mobilité sociale, alors que les sociétés européennes sont figées. Il existe certes des strates sociales, mais elles sont fondées sur la réussite (ou l'échec) économique et le travail, et elles ne sont pas éternelles. 

Le niveau de l'instruction est très élevé. Il y a des écoles partout (en France la loi sur l'instruction primaire obligatoire date de 1832). Il existe enfin un profond sentiment religieux, qui crée une pratique de solidarité malgré l'individualisme ambiant.

La pensée de Bastiat.
Il existe une certaine convergence entre les sources de la formation de la pensée de Bastiat et les jugements qu'il pouvait porter sur les Etats-Unis. Ces sources étaient de trois sortes : 

- ses lectures nous avons cité les périodiques, mais on peut y ajouter la lecture d'auteurs libéraux, comme Destutt de Tracy, très apprécié de Thomas Jefferson, et l'économiste américain Carey; 

- ses expériences agricoles;
- son métier de juge de paix. 

Quelle était cette pensée? Les membres du Cercle Frédéric Bastiat la connaissent bien. Pour Bastiat, l'individu est confronté à des besoins. Pour les satisfaire, il doit vaincre des obstacles par l'effort et la raison. Il obtient ainsi des résultats qu'il s'approprie légitimement. Plus les résultats sont importants, plus ils demandent d'efforts. Mais ces efforts peuvent être diminués par le progrès technique, c'est-à-dire la maîtrise croissante de ce que Bastiat appelle les "dons gratuits de la nature" : la force du vent, celle de l'eau, du charbon, la terre et sa fertilité. Certes ces dons gratuits exigent des investissements pour être mis en ouvre. On dit aussi qu'ils exigent un capital. Ce capital s'obtient au prix d'un travail antérieur. Mais une fois le capital obtenu, la diminution de l'effort est éternelle. 

Bastiat a exprimé ces idées de bien des manières, dont une consiste à dire que l'utilité d'un bien se divise en deux : l'utilité gratuite et l'utilité onéreuse. Le but de l'effort humain est d'augmenter l'utilité gratuite par rapport à l'utilité onéreuse. Celui qui engendre un progrès bénéficie au départ d'un avantage, et ne baissera pas ses prix pour autant. Mais sous l'effet de la concurrence, les prix baisseront et tout le monde bénéficiera du progrès. 

La personnalité ne peut s'épanouir que par la liberté qui va s'appuyer sur la propriété, obtenue par l'effort et la raison. Mais diverses circonstances, invasion, déséquilibre social, omnipotence de l'État, peuvent détruire ce fragile équilibre.
Si la personnalité est niée, nous avons l'esclavage.
Si la liberté est niée, nous avons l'oppression.
Si la propriété n'est pas respectée, nous tombons sur la spoliation.

Les Etats-Unis, confirmation de la pensée de Bastiat.
Bastiat utilise cette grille pour interpréter la Société Américaine.
Pour le Français de l'époque les Etats-Unis étaient un phénomène inouï : on voyait se construire à la fois un État, une nation et une société. Les Etats-Unis apparaissaient comme la terre de tous les possibles. Les européens qui allaient aux Etats-Unis fuyaient soient la misère, soit l'oppression, soit la spoliation. Ils allaient aux Etats-Unis où ils se construisaient eux-mêmes en même temps que la société se construisait. Les socialistes utopiques y trouvaient leur place : Robert Owen émigre aux Etats-Unis et fonde non loin de Boston une société qu'il appelle "The New Harmony". Des dizaines de phalanstères sont créés là bas par des Fouriéristes américains. En 1848, le socialiste Français Etienne Cabet avait écrit un livre intitulé "l'Icarie", décrivant une autre société utopique. Il va aller aux Etats-Unis acheter le terrain pour y construire son utopie. Après Waterloo, des nostalgiques de l'empire partent en Amérique pour défricher des terres et vivre entre eux. Ils construisent une petite ville (aujourd'hui disparue), qu'ils nomment "Aigleville". 

Pour Bastiat les Etats-Unis sont un champ d'observation de l'évolution d'une société. Car on y voit se dérouler de l'Est à l'Ouest l'évolution de la société : à l'Est, on trouve une société urbaine industrialisée. Au fur et à mesure que l'on va vers l'Ouest, on trouve une société de moins en moins structurée, jusqu'au pionniers, et au delà, des nations primitives. Un américain, Turner, disait qu'il existait quatre étapes dans le développement d'une société : le sauvage, le chasseur, l'agriculteur, le citadin. Roger de Fontenay, un disciple de Bastiat disait "la géographie, c'est la projection dans l'espace de ce qui s'est passé dans le temps."

Sympathie et réserves.
Bastiat approuve l'État américain : un État simple et peu coûteux qui intervient le moins possible. Il se limite à assurer la sécurité publique, gérer le domaine public et lever les impôts nécessaires pour accomplir ces deux missions. C'était à l'époque l'État minimum cher aux libéraux. En 1831 il va polémiquer avec le rédacteur en chef de La Revue Britannique qui prétendait que les charges pesant sur le citoyen américain étaient supérieures à celles qui pesaient sur le citoyen français. Il lui démontre qu'il a fait une interprétation erronée des chiffres. Cet épisode confirme la parfaite connaissance qu'avait Bastiat des Etats-Unis.

Malgré toute sa sympathie pour cette civilisation nouvelle, Bastiat y voit deux points noirs: 

- 94% des recettes de l'État proviennent des droits de douane. Il y a là quelque chose qui heurte ses convictions libre-échangistes.
- L'existence de l'esclavage, qui choque profondément Bastiat comme elle choque tous les libéraux. 

Pour tout simplifier, le nord, anti-esclavagiste, est protectionniste, et le sud, esclavagiste, est libre-échangiste.

Il ne se contente pas d'en être navré. Il prévoit qu'un tel déséquilibre engendrera tôt ou tard de graves problèmes, et même s'il n'emploie pas le mot, il craint que cela ne débouche sur une guerre civile.

En conclusion, Bastiat devait beaucoup aux Etats-Unis parce qu'il y voyait la confirmation de ses thèses. Mais il le leur a bien rendu, puisqu'il inspire depuis un siècle et demi, sans discontinuer, les libéraux américains, grâce à qui nous l'avons redécouvert nous-mêmes ces dernières années, après un siècle d'oubli . 




D) Ce qu’on doit à Frédéric Bastiat

On sait depuis Luc et Matthieu que nul n’est prophète en son pays. Méconnu en France, l’économiste libéral Frédéric Bastiat (1801-1850) fut assez prophétique pour inspirer des penseurs aussi illustres que Friedrich Hayek ou Milton Friedman. Ronald Reagan décrivait ce Landais de naissance comme son «économiste préféré». Quant à Margaret Thatcher, elle louait l’«élégance», la «puissance» du message de Frédéric Bastiat, «de tous les temps».

Plus récemment, en janvier 2009, le président tchèque, très libéral et très anti-européiste à la fois, citait, alors que son pays prenait la présidence tournante du Conseil européen, la fameuse satire de Frédéric Bastiat sur les marchands de chandelle, où il faisait demander à ces derniers une interdiction des fenêtres pour faire cesser la concurrence déloyale imposée par… le soleil.

Vaclav Klaus a dû essuyer les sifflets des eurodéputés devant lesquels il s’exprimait. Parmi eux, des Français, dont il y a fort à parier qu’ils découvraient ainsi leur défunt compatriote.

Il se pourrait toutefois que Bastiat soit de retour dans la terre qui l’a vu naître. En 2004 déjà, le livre L’État c’est toi ! remettait la pensée de Bastiat à l’honneur. L’an dernier, les Belles Lettres (cf. couverture) éditaient les pamphlets du publiciste, préfacés par son spécialiste, l’universitaire Michel Leter. Le même Michel Leter, dans la foulée de la création du Centre d’études du libéralisme francophone (Celf), publiait la correspondance de Bastiat avec Victor Calmètes entre 1819 et 1822. Ce mois-ci, enfin, sort le premier des sept volumes de ses œuvres complètes aux éditions Charles Coquelin. Claude-Frédéric Bastiat revient à la mode (1).

Dans l’ordre politique, l’époque ne semble pourtant pas aux politiques reaganienne et thatcherienne, qui s’inspiraient pour partie des préceptes de Frédéric Bastiat. Aux Etats-Unis, le président Barack Obama mène une politique socialisante, tandis que le successeur de Tony Blair au 10, Downing Street, Gordon Brown, se cramponne à l’héritage social-démocrate de son prédécesseur. Inutile de dire que ce n’est guère Nicolas Sarkozy, avec sa politique d’endettement public et de «relance» massifs conseillée par le jacobin Henri Guaino, qui va remettre à l’ordre du jour les principes d’économie politique du pamphlétaire bayonnais.

Les gouvernants français devraient au moins se donner la peine de les lire. Dans une langue d’une clarté, d’une précision et d’un raffinement rarement égalés chez les économistes, Bastiat s’attaque à tous les sophismes socialistes, étatistes et protectionnistes de son temps.

Dans son pamphlet le plus célèbre, Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas, sur lequel se termine le recueil de pamphlets des Belles Lettres, Bastiat, en catholique averti, commence par une parabole : la vitre cassée. Si une vitre est cassée par un mauvais plaisant, il s’en trouvera toujours un autre pour saluer le surcroît d’activité que cela procurera au vitrier, lequel achètera à son tour les services d’un autre artisan, et ainsi de suite. Cette « relance » de l’économie induite par le bris de la vitre, c’est ce qu’on voit. Ce qu’on ne voit pas, cependant, c’est que le propriétaire de la maison vandalisée aurait pu allouer la somme donnée au vitrier à autre chose. Ainsi, il n’y aura pas plus de «relance» de l’économie avec le bris de la vitre que sans. En revanche, il y aura eu une perte nette dans le premier cas : la valeur de la vitre.

Comment une idée si simple, si évidente, peut-elle être méconnue par les politiques qui, dès que l’industrie automobile se porte mal, imaginent des primes de reprise de voiture pour la «relancer» ? Ce qu’on voit, c’est le garnissement des carnets de commande de Renault et de Peugeot. Ce qu’on ne voit pas, c’est le manque à gagner pour d’autres secteurs économiques.
Et ce qu’on ne voit pas non plus, c’est que des autos en parfait état de marche sont détruites.

À partir de cette parabole et de la leçon qu’il convient d’en tirer (l’existence de «coûts cachés»), Bastiat va déconstruire toutes les idées reçues qui ont cours lors de la brève Deuxième République, dominée par les idées socialistes. En sa qualité de parlementaire, Bastiat dénonce par exemple les hommes politiques qui prétendent favoriser l’intérêt général en votant le financement public des théâtres, dont il remarque qu’en sus d’être dotés d’un argent qui aurait pu être alloué à des théâtres privés, si l’on avait osé compter sur le goût des citoyens pour l’art dramatique, ils sont souvent beaucoup moins prisés que ces derniers.

Toute ressemblance avec le financement public de l’«exception culturelle française», si exceptionnelle qu’elle coïncide étrangement avec la mort de la culture française, serait bien sûr purement fortuite. Toute analogie avec le fait que les rares Français encore épris de culture préfèrent le cinéma américain privé au cinéma français public serait également pur hasard.

Dans une note reproduite par les Belles Lettres, Bastiat résume sa pensée ainsi : 

«Si toutes les conséquences d’une action retombaient sur son auteur, notre éducation serait prompte. Mais il n’en est pas ainsi. Quelquefois les bonnes conséquences visibles sont pour nous, et les mauvaises conséquences invisibles sont pour autrui, ce qui nous les rend plus invisibles encore. Il faut alors attendre que la réaction vienne de ceux qui ont à supporter les mauvaises conséquences de l’acte. C’est quelquefois fort long, [et] prolonge le règne de l’erreur.» (2)

Ce qu’on doit à Frédéric Bastiat, c’est donc d’avoir, dans une forme accessible à tous, donné les outils intellectuels pour démasquer tous les sophistes qui veulent faire passer leur désir d’enrichissement et leur volonté de puissance pour des motivations humanistes désintéressées.

Comme disent les journalistes, force est de constater que Bastiat n’a pas vraiment été entendu. Aujourd’hui, ce n’est plus l’émancipation du prolétariat, mais la sauvegarde de la planète qui sert d’alibi moral aux insatiables appétits financiers des escrocs du GIEC.

Dès lors, comment faire entendre raison aux rares décideurs politiques et économiques de bonne volonté ? Comment leur faire comprendre que leurs «plans de relance» et autres « grands emprunts » sont non seulement inefficaces, mais encore néfastes à l’économie ?

La tentation de la défaite superbe n’est pas loin de saisir le nanocosme libéral français. Si Bastiat n’a pas été entendu, c’est qu’il n’y a pas pire sourd que celui qui ne veut pas entendre. Si les préconisations de bon sens de Bastiat ne sont toujours pas appliquées, ce n’est en aucune manière parce que ces préconisations présenteraient un vice interne de fabrication.

Le «compagnon de route du libéralisme», plus soucieux d’efficacité politique que de purisme doctrinal, ne saurait se satisfaire de cette délectation morose des milieux libéraux. Si les idées de Bastiat sont méconnues en France, c’est également parce que la copie est à revoir.

Comme l’avait remarqué Jean-Jacques Rosa (3), la pensée de Bastiat est essentiellement rationaliste. Porté par la foi en la Raison qui animait son époque (et la franc-maçonnerie à laquelle il appartenait, en dépit de sa ferveur catholique), Bastiat croyait, naïvement selon Rosa, qu’il suffirait que les marchands de sophismes soient chassés du Temple de la liberté pour qu’enfin éclate la Vérité libérale. Bastiat méconnaissait du même coup le caractère profondément irrationnel de la nature humaine, qui préfère se laisser séduire par des idées manifestement mortifères que par des idées rationnelles et humanistes. Comment Bastiat, mort prématurément et né assurément trop tôt pour assister à la victoire des totalitarismes au XXe siècle, aurait-il pu expliquer que les islamistes triompheraient des libéraux, dans l’Iran de 1979 ? Que les fantassins de la Régression qu’étaient les bolcheviks ou les SA pourraient défaire sans coup férir leurs adversaires libéraux, humanistes et respectueux des institutions ?

La question est dès lors de savoir comment les idées libérales, dont l’auteur de ces lignes pense qu’elles doivent être réaffirmées, peuvent rencontrer l’adhésion des citoyens français, européens et occidentaux. Leurs préoccupations étant de plus en plus d’ordre identitaire, et la subversion des sociétés occidentales menée au nom de l’islam menaçant directement leurs libertés, il semble qu’il existe une chance historique d’une synthèse victorieuse des idées libérales et conservatrices, pour une double défense de la liberté et de l’identité de l’Occident.

Les libéraux saisiront-ils cette chance, ou préféreront-ils se complaire dans l’impuissance ?


Criticus 

 Notes
(1) Jean-Jacques Rosa, Bastiat : illusions et désillusions libérales, in Commentaire (printemps 2005, Vol. 28, n° 109), pp. 258-260.
(2) Frédéric Bastiat, Pamphlets (Éditions Les Belles Lettres, Bibliothèque classique de la liberté, 2009), p. 395.
(3) Voir article cité.  


 Le son de Liberté


E)  Tout sur Frédéric Bastiat

Sa Vie
Frédéric Bastiat (1801-1850) est un économiste et homme politique français, injustement méconnu en France, quoique reconnu comme étant un auteur de premier plan dans d'autres pays (aux États-Unis notamment).
Pour en savoir plus sur lui, trêve de commentaires redondants; je vous invite à lire sa biographie et ses œuvres, librement disponibles ci-dessous.
Documents biographiques:

Son Œuvre
Toutes ne sont pas encore transcrites en texte électronique, mais la Bibliothèque Nationale de France a publié en octobre 2002 des photographies numériques de l'ensemble des six premiers volumes de des œuvres complètes de Frédéric Bastiat. Cherchez par auteur Bastiat sur le site gallica.bnf.fr, et régalez-vous avec les fichiers images TIFF ou PDF. Il ne manque que le septième volume, composé de petits textes inédits collectés après la première édition des œuvres complètes (mais nous disposons d'une copie scannée de ce volume grâce à Alexandre Mandy). Grâce à ces photographies, il est plus facile que jamais de participer à la numérisation de ces chefs d'œuvres — rejoignez-nous!
Je me propose en effet d'héberger ici l'intégrale des œuvres de Bastiat, au fur et à mesure qu'elles seront transcrites en texte électronique, par moi ou par autrui (oui, je veux parler de vous, là, qui me lisez maintenant; rendez-vous sur notre page « numérisation » pour participer).
J'ai édité avec soin les textes suivants, extraits de ses œuvres complètes, pour leur publication électronique (voir cependant cet avertissement). J'ai abandonné ma tentative initiale d'ordre chronologique pour reprendre la classification choisie par le Cercle Frédéric Bastiat. (Pour l'ordre chronologique, voir l'édition Leter.)
Je donne [entre crochets] des pointeurs vers des traductions ou versions différentes des mêmes textes, que j'ai trouvées sur l'Internet, annotés par le code ISO de la langue desdites versions. Je ne suis ni l'auteur ni l'éditeur de ces traductions, dont je ne garantis pas la qualité. Sauf indication contraire, je ne suis pas l'hôte de ces textes traduits non plus; mais par crainte de les voir disparaître de l'internet (comme cela est arrivé dans le passé), je garde une copie locale de certaines de ces traductions (lien vers Bastiat.org), mais pas de toutes.
  • Indice 1: les textes les plus populaires sont aussi les plus traduits et les plus republiés; si vous êtes pressés, prenez les en priorité.
  • Indice 2: Bastiat est un bon guide de l'Internet; les sites qui publient des textes de Bastiat publient aussi de fort intéressantes informations, aussi, jouez sur les URLs.
  • Indice 3: les copies de « La Loi » en anglais sont si nombreuses, et se multiplient si vite, qu'il est impossible de toutes les lister.
  • Indice 4: pour des sélections d'œuvres de Bastiat plus proéminentes, voir aussi les éditions papier existantes.
  • Indice 5: la plupart des textes de Bastiat non disponibles ici ont été déjà scannés par la BNF; vous pouvez donc les lire tout de même.
Il existe sur la Toile quelques extraits intéressants d'œuvres de Bastiat. Ci-dessous ceux que j'ai trouvés (veuillez m'envoyer les adresses de ceux que je n'aurais pas trouvé):

Iconographie
Il semble qu'il existe essentiellement deux portraits originaux de Bastiat disponibles numériquement, dont diverses variantes sont trouvables sur la Toile. Voici des sites proposant des portraits de Bastiat (et copies locales de certaines images):

Frédéric Bastiat sur la Toile
Je suis toujours à la recherche de bonnes pages sur Frédéric Bastiat disponibles sur la Toile. La plupart des innombrables pages sur Bastiat que révèle une recherche ouèbe sont sans intérêt, ou ne renferment qu'une enième copie de La Loi ou un autre essai. Cependant, certaines pages apportent vraiment des informations originales sur Bastiat, ou relient son œuvre au reste de la tradition libérale. J'ai à plusieurs reprises passé un certain temps à éplucher le ouèbe pour l'écrémer avant de compiler la liste suivante. Si vous repérez sur la toile d'autres documents électroniques intéressants sur Bastiat dites-le moi en précisant l'URL.
Les pages suivantes sortent nettement du lot, et apportent sur Bastiat des informations notables:
Les pages suivantes, sans apporter d'information nouvelle sur Bastiat lui-même par rapport à ce qui précède, présentent néanmoins un intérêt de par les liens qu'elles tissent:

Éditions imprimées
Si vous appréciez cet auteur, vous pouvez aussi tenter de vous procurer des exemplaires imprimés de ses œuvres.
Michel Leter est en train de rééditer les œuvres complètes de Frédéric Bastiat, dans l'ordre chronologique, et avec de nouveaux commentaires. 464 volumes en tout, 12 volumes par an, sur 38 ans (!). Abonnement: 380 FRF pour 12 volumes. Les textes publiés sont aussi librement disponibles sur l'Internet, aussi vous enjoins-je à encourager cette action en vous abonnant. L'édition prend cependant du retard, 3 volumes seulement étant présentement sortis la première année.
À part ces œuvres complètes en cours de lente réédition, les seules éditions papier commercialement disponibles d'œuvres de Bastiat dans leur version française originale sont les suivantes:
  • Chez Romillat, « Ce qu'on voit et ce qu'on ne voit pas », Choix de sophismes et de pamphlets économiques, Frédéric Bastiat, 255 pages, format poche 11 x 18 broché, Paris, janvier 1994, ISBN 2-87894-004-0, Prix: 10 EUR.





  • Contient les Harmonies Économiques, dans leur édition originale de 1851. Cette édition est essentiellement identique quant à son contenu au tome VI de l'édition Guillaumin de 1854 des Œuvres Complètes de F.B.
Ces éditions sont difficiles à trouver, à moins de les commander chez l'éditeur, directement ou via un détaillant. Quelques soient leurs qualités, elles sont partielles, et chacune possède à la fois de nombreux textes communs avec les autres, ce qui décourage d'en acquérir plusieurs, et aussi de nombreux textes intéressants que n'ont pas les autres, ce qui fait regretter de ne pas les avoir. Il existe aussi des éditions anciennes voire originales, disponibles à prix d'or et en fort peu d'exemplaires auprès d'antiquaires spécialisés (i.e. autour de FRF 3500 chez un libraire antiquaire parisien pour les Œuvres Complètes édition in-4, ou FRF 6800 pour une édition in-8, estimations téléphoniques en juillet 2000). Cela dit, s'il y a un texte en particulier qui vous intéresse dans l'édition originale Guillaumin, je me ferai un plaisir de le scanner pour vous à partir de mon exemplaire chèrement acquis de ladite édition.
Quant au fonds publiquement disponible (en 1997), il n'y a qu'un seul exemplaire d'une seule de ces éditions (la Romillat, riche en coquilles, quoique censément conforme à l'édition de 1854 d'où ces coquilles ont été photographiquement copiées), dans l'ensemble des bibliothèques municipales parisiennes; dans celles de Nice, il n'y a aussi qu'un unique exemplaire, de la même édition, qui est consultable, mais non pas empruntable. Je doute que la situation soit meilleure dans les autres villes de France (merci de me détromper). (On me signale que la bibliothèque de Montpellier possède les œuvres complètes, consultables hors prêt.)
Si vous préférez la langue anglaise (ce dont je doute, puisque vous lisez cette phrase), vous pouvez aisément vous procurer des exemplaires sur papier de traductions de ses œuvres, en les commandant sur chez l'éditeur libertarien Laissez-Faire Books, voire directement auprès de la FEE qui a produit la traduction moderne de Bastiat, ou chez votre votre libraire électronique habituel.
Le besoin d'une édition électronique en français des œuvres de Bastiat est donc fort pressant, et je me propose d'héberger ici toutes les œuvres de Bastiat qui me parviendront (et de pointer vers les traductions dont on me donnera l'adresse). Si vous souhaitez participer, rendez-vous sur notre page « numérisation ».
Voir notre page en anglais pour les éditions en langue anglaise, bien plus fournies, y compris une réédition sur microfiches des traductions originales! Je n'ai pas d'information particulière sur les nombreuses éditions en d'autres langues d'œuvres de Bastiat.
Non pas de Bastiat, mais sur Bastiat, voir les bibliographies sur Bastiat.net, en français et en anglais.

Quelques pointeurs
Si vous avez apprécié l'œuvre de Frédéric Bastiat, peut-être serez-vous intéressés par les pages suivantes:

Bastiat.orgLe Libéralisme, le vraiUn site par François-René Rideau
 
 


 Sheldon Richman

F) Ce que la gauche ne comprend pas chez Bastiat 

Matthew Yglesias, éditorialiste de slate.com nous fournit encore un exemple de gauchisme vulgaire, sur Frédéric Bastiat cette fois.

Il est toujours bon de voir Frédéric Bastiat débattu hors des milieux libéraux, parce que même quand ses vues sont mal retranscrites, la simple mention de son nom peut amener des lecteurs curieux à aller voir d’eux-mêmes de quoi il retourne. Ça ne peut pas faire de mal !
Donc un grand merci à Matthew Yglesias qui a écrit la semaine dernière pour Slate.com :
Le prétendu sophisme de la fenêtre brisée implique simplement de supposer qu’il n’existe jamais de ressources inoccupées ni d’écart de production. Dans ce contexte, oui, c’est une description vivante et intuitive de l’effet d’éviction. Mais ça ne réfute pas les arguments keynésien ou monétariste au sujet de la pertinence d’une relance pendant une récession induite par des chocs nominaux ; ça implique de supposer que de telles récessions ne peuvent pas arriver alors que c’est pourtant le cas. Pour défendre Bastiat, au moment où il écrivait, le cycle économique industriel moderne était une chose toute nouvelle, et la grande majorité des hauts et bas économiques était causée par des choses comme le mauvais temps, ce qui constitue en effet une considération décisive dans une économie agricole, comme on peut le voir aujourd’hui sur le marché des options sur le maïs. Mais les gens de 2012 qui flanquent sur la table un vieux livre qui ne répond pas aux problèmes modernes n’ont aucune excuse quand ils sont déconcertés de ne pas convaincre leurs interlocuteurs.
Yglesias suppose que Bastiat a simplement fait certaines suppositions quant au fonctionnement des marchés, mais Yglesias ne démontre pas que c’est bien le cas ; et il ne le pourrait pas. Bastiat n’était-il pas familier de Jean-Baptiste Say ? Lord Keynes et ses fans peuvent bien penser qu’il a réfuté la Loi de Say, mais à dire vrai, il leur a fallu l’énoncer incorrectement en premier lieu. Ce n’est pas tant que « l’offre crée sa propre demande », mais plutôt que l’offre est la demande. On produit un bien soit pour le consommer directement, soit, plus fréquemment, pour l’échanger contre un autre bien. L’offre et la demande sont les deux côtés de la même pièce, ce qui me fait penser que la loi de Say est valable aussi bien dans une économie de troc que dans une économie monétarisée, quand elle est libre, ce qui n’est pas le cas de la situation corporatiste dans laquelle nous sommes actuellement.

La structure temporelle
Il est vrai, on pourrait vendre un bien sans dépenser l’argent reçu en échange. Mais ça ne mènerait à une ressource inoccupée que si l’économie ne consistait pas en une structure temporelle de la production coordonnée par les taux d’intérêt. En d’autres termes, l’argent non dépensé est épargné, et disponible pour être investi (c’est-à-dire, payer des biens de production et des salaires, qui seront dépensés dans des biens de production) à des étapes potentiellement éloignées du niveau des biens de consommation ; c’est-à-dire un investissement à long terme dans une production destinée à une consommation future. Comme le formule le macro-économiste Roger Garrison, de l’école autrichienne, les gens épargnent pour quelque chose.

Étant donné notre soif insatiable de biens, dans un marché libre un embouteillage généralisé ne pourrait pas arriver ; si les prix étaient libres de fluctuer en réponse au changement des conditions ou à des erreurs entrepreneuriales, le prix des biens abondants face à leur demande chuterait, et le prix des biens rares face à leur demande augmenterait. Les entrepreneurs ajusteraient alors leurs plans, mais puisque le changement est la règle, le marché n’atteindrait jamais un état de repos. La loi de Say parle d’un processus libre à travers le temps, pas d’un équilibre général.

Yglesias est-il vraiment sérieux quand il écrit que la position de Bastiat « implique de supposer que de telles récessions ne peuvent pas arriver alors que c’est pourtant le cas » ? C’est Yglesias qui suppose ce qui doit être démontré : en l’occurrence, que le cycle économique est une caractéristique naturelle d’un marché libre, plutôt que la conséquence de ce que l’État se mêle de façon corporatiste aux affaires relatives à la monnaie, à la banque et aux taux d’intérêts.

Le gauchisme vulgaire
Yglesias nous fournit le dernier exemple en date de « gauchisme vulgaire », comme l’appelle Kevin Carson. Il s’agit d’attribuer au marché libre les maux de son antithèse, le corporatisme, par exemple le pouvoir des grandes entreprises, les récessions, le chômage structurel de long terme, l’exploitation des travailleurs, et j’en passe. Les keynésiens regardent autour d’eux, voient du chômage et des ressources inemployées, et en concluent (parfois encouragés par les libéraux eux-mêmes) que, comme le « marché libre » permet à ces problèmes d’apparaître et ne semble rien faire pour les résoudre, la relance publique doit prendre le relais.

C’est un peu comme arriver au milieu d’une séance de cinéma en pensant comprendre l’intrigue. Oui, il y a indubitablement des travailleurs inemployés et des ressources inexploitées aujourd’hui. Mais cette simple observation ne nous apprend rien sur pourquoi elles sont inemployées. Ludwig von Mises et Friedrich Hayek, soutenus par ceux qui ont disséqué le corporatisme, en ont fourni une explication. Les critiques sont les bienvenues, mais personne ne peut prétendre que cette explication n’existe pas.

Le cycle économique
Comme l’expliquent les économistes de l’école autrichienne, les politiques inflationnistes des banques centrales qui abaissent artificiellement les taux d’intérêt encouragent des activités de production à plus long terme que ce qui aurait été fait autrement, compte tenu du niveau réel de l’épargne. Quand la surexpansion prend fin, les ressources physiques et humaines mal investies apparaissent en plein jour. Le travail, les machines et le terrain qui ont été attirés vers des productions qui ne correspondent pas à une vraie demande des consommateurs doivent à présent être réalloués. L’économie déformée doit pouvoir reprendre une structure plus appropriée. Mais pour cela, il faut des entrepreneurs qui prennent des risques, du temps et de l’argent (sous forme d’épargne). Pour que la correction se passe rapidement et avec le moins de difficultés possibles, l’État doit dégager le chemin. Et en particulier, il ne doit pas maintenir les taux d’intérêt artificiellement bas (ce qui décourage l’épargne) ou créer de l’incertitude pour ce qui est des réglementations et des impôts à venir. Le monde est déjà assez incertain ; dans la mesure où l’action de l’État augmente l’incertitude sur la réglementation et l’imposition, les investisseurs seraient alors encouragés à faire du sur-place et à ne pas faire de grands mouvements. Ce qui empêche l’effort pourtant nécessaire pour réaligner le travail et les ressources avec ce que les consommateurs veulent (ou voudront dans l’avenir).

Les dépenses publiques peuvent stimuler l’usage des ressources inutilisées, mais ça ne suffit pas. En fait, il vaudrait mieux qu’il n’utilise pas du tout ces ressources, qui, après tout, sont rares. Nous voulons qu’elles soient utilisées pour des choses que les consommateurs demandent. Les politiciens, dont les décisions ne subissent pas la sanction du marché, sont complètement désemparés pour le faire.

Donc, contre ce que pense Yglesias, quand un admirateur de Bastiat voit dans les dépenses publiques de « relance » le sophisme de la fenêtre cassée, son raisonnement repose sur des bases plus que solides. Chaque centime que l’État dépense, qu’il soit acquis par l’impôt ou par l’emprunt, est un centime que quelqu’un, dans le secteur privé, ne dépensera pas. Si les gens attendent encore pour dépenser, ce qui n’est pourtant pas le cas en ce moment, nous devons nous intéresser aux interventions publiques précédentes qui ont abouti à cette situation, et abroger ces politiques corporatistes, anti-marché, ces réglementations et ces impôts.


Par Sheldon Richman, depuis les États-Unis.
Paru sur Reason.com le 26.08.2012 sous le titre When Liberals Misread Bastiat.
Traduction : Benjamin Guyot pour Contrepoints.

Les derniers articles de Contrepoints sur Frédéric Bastiat




G) The Bastiat Society de Wikiberal

La Société Bastiat (The Bastiat Society) est une association qui fut créé en 2004, à Charleston, aux Etats-Unis par Walter LeCroy et Ben Rast. Elle a commencé son activité en organisant des conférences sur les thèmes de la mondialisation et du libre-échange avec des orateurs libéraux prestigieux : Tom Palmer, Leon Louw, Julian Morris et Donald Boudreaux. Puis, l'organisation s'est structurée et s'est renforcée par des réunions mensuelles avec des conférenciers tous autant sérieux et honorables comme Peter Boettke, William H. Mellor, Yuri N. Maltsev, Terry L. Anderson, Virgil Storr, John C. Goodman, Gabriel Calzada, John Allison, Deirdre McCloskey, Robert Bradley, David Nott, Yaron Brook, Tara Smith, Jo Kwong, John Blundell, Tyler Watts, David Hart, Nick Gillepsie, Matt Welch, John Stossel, Daniel J. Mitchell, Gary Johnson, Virginia Postrel, Bruce Yandle, Lawrence Reed, Mark Thornton, Thomas DiLorenzo, George C. Leef, Marty Zupan, Matt Kibbe, Russell Sobel, Richard Ebeling, Max Borders, Russell Roberts... A partir de 2005, l'association a souhaité touché les hommes et les femmes d'affaires en initiant des conférences ciblant leurs préoccupations.
The Bastiat Society promeut l'idée que le monde se porte mieux parce le commerce crée de la richesse pour tout le monde ainsi que la paix entre les peuples. Sa mission est de donner, à ceux qui créent de la richesse et de l'emploi, les outils dont ils ont besoin pour les défendre. Les arguments de la Société Bastiat s'énoncent simplement :
  • Le commerce est une activité humaine fondamentale et vertueuse
  • Le commerce crée de la richesse de façon pacifique et profitable
  • La richesse rend le monde meilleur
Si les personnes qui bénéficient le plus du capitalisme, c'est à dire les créateurs de richesse, ne comprennent pas l'institution intellectuelle et culturelle qui permet la réalisation du commerce, quelle chance ont-ils de résister à une série régulière d'attaques de la part des intellectuels hostiles, des populistes ignorants, des collectivistes idéologues et des extrémistes religieux aveuglés qui désirent tous faire mourir le capitalisme et l'indépendance de l'individu ? C'est pourquoi, la société Bastiat souhaite éduquer les autres créateurs de richesse sur leur droit à une suprématie morale, et les aider à comprendre les institutions intellectuelles et culturelles qui sont nécessaires à la réussite individuelle. La devise de l'association est : « Ceux qui travaillent dans la liberté doivent savoir comment fonctionne la liberté ».
Depuis 2011, l'association cherche à se développer à l'intérieur des Etats-Unis et à l'étranger en développant des filiales ou à se rattachant à des organisations libérales déjà existantes.

Comité directeur

  • Walter LeCroy : Président
  • Ben A. Rast : Co-Fondateur (The Rast Group)
  • David Albenberg : Secrétaire (MD, Access Healthcare
  • Robert Parsons : Trésorier (Mashburn Construction)
  • Claire Kittle : (Talent Market)
  • Surse Pierpoint : (Colon Import and Export)
  • Leo Rota : (DuPont)
  • Joe Woodford : (Woodford Manufacturing)

Conseil consultatif




H)  Reagan disciple de Bastiat : 100 ans
 
Léonard Liggio Professeur à l’Université George Mason de Virginie (USA) écrivait dans une édition américaine de « La Loi » de Bastiat :
« Lorsqu’on lit les discours de Reagan écrits par lui, ou ses réponses spontanées lors des conférences de presse, l’influence de Bastiat apparait en effet clairement. »
Voici ce qu’écrivait encore Leonard Liggio :

BASTIAT a toujours eu une grande influence aux Etats Unis. D’abord parce qu’il était Français, et les Américains ont dès la fin du XVIII° siècle apprécié la pensée libérale française. Beaucoup d’entre eux, émigrés huguenots ou rescapés de la Révolution, lisaient le français, d’autres avaient plus de sympathie pour ce qui venait de France, le pays qui avait combattu pour l’Indépendance, que d’Angleterre. Ainsi Jean Baptiste Say, Destutt de Tracy, ont-ils été lus et traduits en Amérique très vite. Bastiat lui-même a vu ses Harmonies traduites très tôt par McCodd, et ce sera pendant longtemps la seule édition des œuvres de l’économiste français circulant Outre-Atlantique, passant d’ailleurs d’Amérique du Nord à l’Amérique du Sud.

Avec le XX° siècle la connaissance et la popularité de Bastiat ont disparu. Il faut attendre la fin de la deuxième guerre mondiale pour voir un intérêt nouveau renaître pour les idées de la liberté, si dramatiquement oubliées avec Roosevelt et les régimes totalitaires en Europe. Un des artisans de ce renouveau sera Ludwig von Mises, un de ces nombreux intellectuels européens ayant fui l’Europe en passant par l’Espagne et le Portugal pour rejoindre le continent de la liberté. Installé à New York, MISES organisa des séminaires qui attirèrent des esprits remarquables : George Stigler, Milton Friedman, tous deux futurs prix Nobel, Israël Kirzner, mais aussi des journalistes comme Henry Hazlitt. David Harper et George Morley firent partie des habitués de ces séminaires. Un des participants a été Leonard Reed, chef d’une entreprise importante de brasserie, qui devient Président de la Chambre de Commerce de Los Angeles. Hazlitt, chroniqueur économique du New York Times, et Leonard Reed, veulent faire connaître la pensée de MISES, et amener les Américains à connaître les principes de fonctionnement du marché. Ils créent non loin de New York, à Irvington on Hudson, la FEE, et intéressent un grand nombre de compagnies américaines à leurs publications. C’est aussi le moment (1947) où Hayek crée la Société du Mont Pèlerin : il y a un sommet de la pensée libéral en Amérique à cette période. Hazlitt fait connaître à Leonard Reed les pamphlets de Bastiat, La Loi, et L’Etat.

Une des compagnies qui suit les programmes de FEE est la General Electric, implantée à Los Angeles. Elle veut motiver ses cadres, leur faire comprendre la philosophie du marché et de la concurrence. Le vice président de GE s’adresse à Ronald Reagan pour animer ces discussions sur la libre entreprise et le marché. Dans les documents remis à Reagan pour préparer son travail figurent les pamphlets de Bastiat.

C’est une immense découverte pour Reagan, il ne cessera désormais de se référer aux idées du grand économiste français, notamment sur le caractère spoliateur de l’impôt et le caractère bienfaisant de la propriété. GE obtient des résultats remarquables grâce aux séminaires et engage Reagan à se présenter aux élections de gouverneur de la Californie. Contre toute attente, Reagan est élu. Commence alors pour lui une véritable croisade libérale. Dans ses discours les thèmes et les textes de Bastiat apparaissent toujours. Cela changera quelque peu quand il sera à la Maison Blanche car ses discours seront souvent faits par d’autres, mais dans les conférences de presse et en direct, Reagan demeurera toujours un fervent disciple de Bastiat. »


Pour le souvenir, écoutons un extrait du discours d’investiture de Reagan à la présidence des Etats-Unis il y a tout juste 30 ans, le 20 janvier 1981 :

«In this present crisis, government is not the solution to our problem; government is the problem.»
« Dans cette crise actuelle, l’Etat n’est pas la solution à notre problème ; l’Etat est le problème. De temps en temps nous avons été tentés de croire que la société est devenue trop complexe pour être contrôlée par la discipline de chacun, que le gouvernement par une élite était supérieur au gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. Et bien, si personne parmi nous n’est capable de se gouverner lui-même, alors qui parmi nous a la capacité d’en gouverner un autre ?« 





I) Frédéric Bastiat de Wikiberal

Frédéric Bastiat (30 juin 1801 - 24 décembre 1850) est un économiste libéral français.
Économiste et pamphlétaire, élu député des Landes en 1848, il n'a de cesse de combattre le protectionnisme et le socialisme, et de promouvoir le libre-échange et les droits de l'individu. Il a été la figure centrale de l'école de Paris

Écrivain au style direct, ses écrits (articles ou pamphlets) manient les comparaisons pédagogiques et les fables satiriques, et visent à débusquer les principaux mythes ou sophismes entretenus autour de l'État (la grande fiction à travers laquelle tout le monde s'efforce de vivre aux dépens de tout le monde), du socialisme (la spoliation légale), de la richesse (le profit de l'un est le profit de l'autre), de la solidarité (il m'est tout à fait impossible de concevoir la Fraternité légalement forcée, sans que la Liberté soit légalement détruite, et la Justice légalement foulée aux pieds), de l'impôt, de l'interventionnisme, du machinisme, etc. 

La satire de Bastiat la plus célèbre (qui vise le protectionnisme) est sa pétition au Parlement français de la part des fabricants de chandelles [1], qui demandent à être protégés « de la compétition ruineuse d'un rival étranger » (qui s'avère finalement être le soleil !). Cette pétition s'achève par la demande d'une « loi qui ordonne la fermeture de toutes fenêtres, lucarnes, (...) par lesquelles la lumière du soleil a coutume de pénétrer dans les maisons ». 

En matière économique, il insiste souvent sur la distinction entre ce qu'on voit et ce qu'on ne voit pas (on parlerait aujourd'hui des coûts cachés). Ce thème, élargi pour critiquer l'activité interventionniste de l'État, est développé à l'origine dans sa parabole de la vitre cassée. L'argent dépensé pour réparer une fenêtre cassée apportera du travail au réparateur ; ce dernier pourra augmenter ses dépenses, ce qui produira plus d'affaires pour d'autres. Ce qu'on ne voit pas ici, c'est comment l'argent aurait été dépensé si la fenêtre n'avait pas été cassée. La fenêtre cassée a seulement détourné de l'argent vers d'autres dépenses. Selon Bastiat, l'État agit continuellement de la sorte en prenant aux plus actifs pour subventionner des groupes d'intérêt, des associations corporatistes ou assister les inactifs. 

L'accent qu'il met sur le rôle économique de l'individu consommateur en fait un précurseur d'économistes du XXe siècle tels que Ludwig von Mises, Friedrich Hayek ou Pascal Salin. Ronald Reagan a dit de lui qu'il était son économiste préféré. 

Il a été redécouvert en France par Gilbert Fournier.

 

1 commentaire:

Dominique Durand a dit…

https://www.facebook.com/events/630377790426350/
Participer
BASTIAT'S BIRTHDAY PARTY 2015 ! ( Paris )
mardi 30 juin, 19:00
Rue Frederic Bastiat, à Paris
39 personnes y participent