L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

janvier 22, 2017

France ou va ton économie ?

Ce site n'est plus sur FB, alors n'hésitez pas à le diffuser au sein de différents groupes, comme sur vos propres murs respectifs. D'avance merci. L'Université Liberté, un site de réflexions, analyses et de débats avant tout, je m'engage a aucun jugement, bonne lecture. Je vous convie à lire ce nouveau message. Des commentaires seraient souhaitables, notamment sur les posts référencés: à débattre, réflexions...Merci de vos lectures, et de vos analyses. 

Librement vôtre - Faisons ensemble la liberté, la Liberté fera le reste. 



Sommaire:

A) Le décrochage économique français : itinéraire et perspectives - Fondation Concorde

B) Le déclin économique de la France - Gilles Saint-Paul - Université des Sciences Sociales, Toulouse

C) La France menacée d’exclusion du G8 d’ici à 2030 : pourquoi le déclin économique français n’est pourtant pas une fatalité - Nicolas Goetzmann - Atlantico




A) Le décrochage économique français : itinéraire et perspectives
 
La situation économique française est actuellement périlleuse : Dette publique atteignant 97% du PIB, balance commerciale déficitaire de 47 milliards d’euros pour l’année 2015, compétitivité faible… 
Comment expliquer ce décrochage ? Et quelles sont les perspectives économiques pour notre pays ?




Notre décrochage économique
Notre trajectoire économique doit  être mise en miroir avec celle de notre voisin allemand, partenaire commercial et rival direct. Le point de rupture se situe entre les années 2000 et 2002, précipité par de mauvaises décisions politiques. En France et en Allemagne, celles-ci ont été diamétralement opposées. La France a mis en place les 35 heures, qui ont fait chuter notre compétitivité en augmentant notre coût du travail de 18% entre 1998 et 2002, quand en Allemagne il n’augmentait que de 11%. Les prélèvements obligatoires ont aussi bondi de 1 point de PIB en France, quand le gouvernement Schröder les a diminué, notamment via la baisse de la fiscalité du capital.
 


Cette baisse de la compétitivité a entrainé une baisse de notre production manufacturière, exposée à la concurrence internationale. Nos parts de marché dans les exportations mondiales se sont effondrées, notre production industrielle étant en chute libre. Pourtant, c’est bien l’industrie même qui devrait être la force de notre économie. C’est grâce à elle qu’un pays peut assurer son pouvoir d’achat extérieur en exportant, elle détermine la croissance par des gains de productivité forts, procure des salaires élevés et permet l’innovation (80% de la dépense en R et D est dans l’industrie).
Durant cette période, nos dépenses publiques ont explosé, venant accentuer notre dette et générer un important effet d’éviction.
 
De faux remèdes : les emplois non-délocalisables.
 
La France, face à sa désindustrialisation s’est lancée dans une création artificielle d’emplois. En 30 ans, 2,5 millions d’emplois  industriels ont été détruits, et 2 millions d’emplois publics ont été créés. Un keynésianisme social a été mis en place, en augmentant les dépenses de prestations sociales. Enfin, une politique volontariste d’emplois de service à basse qualification a été réalisée par les baisses successives des charges sociales sur les bas salaires.
Ces choix ont été guidés par l’utopie d’une alternative à la concurrence internationale : des emplois non-délocalisables. Une illusion dans l’ère du numérique où ces emplois existent dans moins en moins de secteurs, et une destruction d’emploi dans le secteur ouverts à la concurrence internationales, dont l’industrie fait grandement partie. 




Les pouvoirs publics ont négligé notre compétitivité, et accentué notre déficit commercial structurel, générateur d’endettement. Soutenir les secteurs protégés, c’est miser sur des marchés structurellement stagnants du fait d’un pouvoir d’achat contraint par la réduction du déficit, face à des possibilités d’exportation dans des marchés qui grandissent jusqu’à 5% par an.
 
Les perspectives : vers une crise de solvabilité ?
 
En dépensant plus qu’il ne produit, notre pays se trouve dans une situation précaire et fragile : nous finançons nos déficits extérieurs par des emprunts externes. Dans cette situation, nous sommes dans l’obligation de parier sur un maintien des taux d’intérêt bas. Une hausse de 1% des taux coûterait 20 milliards d’euros de plus en charge de la dette inscrit au budget français. Sans changement majeur de notre politique d’endettement public, la dette Française et sa charge les mèneront droit à la faillite. De plus, la France est à la merci d’une envolée du prix du baril de pétrole. Le prix actuel de 50 dollars soulage notre déficit extérieur. Néanmoins la France étant un pays importateur de pétrole, une augmentation du prix du baril à 100 dollars, comme c’était le cas jusqu’en 2014, réduirait notre croissance de 1%, en dégradant considérablement notre balance commerciale.
 
Scénario 1 – évolution dette publique sous condition : croissance = 1,2% et déficit = 0%

 Scénario 2 – évolution de la dette publique sous condition : croissance =2,5% et déficit = 0%



Scénario 3 – évolution de la dette publique sous condition : croissance = 2,5% et déficit = 3%

 

Scénario 4 – évolution de la dette publique sous condition : croissance = 1,2% et déficit = 3% 

On le voit à travers nos projections, l'insolvabilité menace la France. Même si la France connaît un scénario idylique, à savoir une croissance annuelle de 2,5%, un déficit public nul et des taux d'intérêt nuls, notre dette publique en 2030 sera de l'ordre de 65% de son PIB, soit encore 5 points au dessus des critères du Pacte de Sabilité et de Croissance
La trajectoire actuelle de la France, à savoir un déficit à 3% du PIB et une croissance atone de l'ordre de 1,2% fera grimper notre dette publique à 120% de notre PIB si les taux d'intérêt sont nuls. Dans le cas où la France est touchée par une instabilité économique ou politique majeure, les taux d'intérêt sur notre dette pourraient atteindre 5%, ce qui amènerait notre dette publique à 180% de notre PIB à l'horizon 2030, soit le niveau actuel de la Grèce.


Une étude réalisée en collaboration avec le groupe les Républicains du Sénat Sous la direction de Michel ROUSSEAU
Rapporteur : Philippe ANSEL


 
Introduction
Dégradation de la note de notre dette publique qui continue de progresser alors qu’elle reflue dans la zone Euro, risque de sanction par la Commission européenne pour déficit excessif, courbe du chômage qui peine à s’inverser contrairement aux autres pays européens, déficit commercial persistant malgré la baisse du prix de l’énergie, la situation économique française est périlleuse. Notre croissance ne semble en effet bénéficier que marginalement d’une conjoncture économique extraordinairement favorable avec la baisse simultanée du prix de l’énergie, de l’euro et des taux d’intérêt : sans le dopage par ces effets externes, elle serait négative.
Dans ce rapport, nous avons rassemblé de nombreux indicateurs économiques. Leur mise en perspective permet de « dérouler le film » de notre décrochage économique qui s’amorce en 2000. Il s’agit d’une succession de décisions publiques inappropriées et d’erreurs de diagnostic. Notre décrochage économique ne peut d’ailleurs être compris sans considérer les succès de l’Allemagne. Etant premiers partenaires commerciaux, donc rivaux, force est de constater que les mauvais choix de la France ont amplifié les succès de la politique économique allemande et que les choix allemands ont donné plus de poids aux erreurs économiques françaises.
Dans les années 1990, l’Allemagne, confrontée aux difficultés de la réunification, était l’homme malade de l’Europe. C’est le rôle qu’endosse la France en 2016.
Cette mise en perspective permet également d’anticiper les risques de crise financière qui nous menacent si nous persistons dans la voie du décrochage.
Regarder notre situation avec lucidité et comprendre les causes qui nous y ont amené constitue une étape nécessaire pour jeter les bases de notre redressement économique et désamorcer la crise financière qui menace le pays. 

I. L’itinéraire du décrochage économique français
A) Avant 2000
Le financement du modèle social français nécessitait des prélèvements sensiblement plus élevés que dans les autres pays européens. Mais en retour, il jouait un rôle d’amortisseur en cas de récession et ces prélèvements étaient compensés par une forte productivité et quelques avantages comparatifs comme le bas coût de l’électricité fourni par notre parc nucléaire ainsi que par des dévaluations monétaires récurrentes.
La rupture de 2000 : les décisions publiques à l’origine du décrochage économique
Le décrochage économique du pays intervient en 2000 et 2002. Alors que dans la période précédente, les entreprises opérant en France étaient en moyenne plus rentables que leurs homologues européens, à partir de cette période charnière, la tendance s’inverse et ne se rééquilibrera jamais, le déficit de profit entre les entreprises françaises et les autres entreprises européennes culminant à 2 points de PIB en 2003, soit près de 40 milliards d’euros. Elle atteindra un record de 4 points de PIB -80 milliards d’euros- en 2014 suite au choc fiscal. A partir de 2000 et jusqu’à maintenant, il sera toujours plus rentable de développer des activités économiques dans d’autres pays de la zone Euro que la France. Il l’est encore, malgré le CICE avec toujours un déficit de 2 points de PIB pour les profits de nos entreprises. Ainsi, en 2015, la France a été le seul pays européen enregistrant un recul des investissements internationaux. 

Trois causes à ce décrochage en 2000 :
a) L’effet direct des 35 heures qui montent en puissance : à la fin de l’année 2000, 62% des salariés des entreprises de plus de 20 salariés et 8% des entreprises de moins de 20 salariés bénéficient d’un accord de réduction du temps de travail. A partir de 2001, le coût unitaire du travail allemand passe sous le coût français : 

Années
France
Allemagne
1999
23,6
24,0
2000
24,8
25,0
2001
26,0
25,6
2002
27,0
26,2
2003
27,7
26,8
2004
28,5
26,9
2005
29,1
27,1
2006
30,1
27,6
2007
31,1
27,8
2008
31,8
28,4
2009
32,1
29,0
2010
33,1
29,1
2011
34,2
30,1
Source : Natixis 

Le coût du travail français croît de 18% entre 1998 et 2002, de 11% en Allemagne. La tendance ne s’inversera jamais depuis cette date. Cette hausse du coût de la main d’œuvre grèvera la compétitivité des secteurs confrontés à la concurrence mondiale, en particulier l’industrie. En effet, pour contrebalancer l’importance des prélèvements qui pèsent sur elles, les entreprises françaises avaient externalisé un maximum de fonctions. Ainsi la consommation intermédiaire de services par l’industrie représente près de 80% de sa valeur ajoutée. Toute hausse des coûts du travail dans l’ensemble de l’économie impacte les entreprises insérées dans la compétition mondiale avec force. 

b) L’effet indirect des 35 heures
Le financement des allègements de charges sociales octroyés dans le cadre des 35 heures nécessite une hausse des prélèvements qui frappe également les entreprises. Ils s’accroissent de près de 1 point de PIB entre 1999 et 2001 avant d’être remis sous contrôle en 2002. Ce faisant, les entreprises présentes en France subissent un double choc, coût de main d’œuvre et prélèvements, qui dégrade leur position relative par rapport à leurs concurrents européens :
 




Le CICE et le Pacte de responsabilité n’ont amélioré la compétitivité des entreprises qu’à la marge.
Les entreprises françaises subissent toujours un surcroît de prélèvements de l’ordre de 6 points de PIB par rapport à la moyenne des autres entreprises de la zone Euro, 7 points par rapport à l’Allemagne, soit un écart annuel de charges de 140 milliards d’euros à leur détriment.
c) La politique de compétitivité allemande
Alors que la France augmente son coût de travail et les prélèvements sur les entreprises, l’Allemagne mène une politique rigoureusement inverse. Grâce aux lois Schroeder, elle baisse son coût de travail globalement et les prélèvements sur ses entreprises :
-0,9 point de PIB pour l’Allemagne, -0,2 point de PIB pour la France entre 2000 et 2004 (Source : DG Taxation and Customs et Eurostat).
A partir de cette date, on observe une rupture dans la localisation des activités manufacturières. Alors que les entreprises allemandes produisaient volontiers en France, pour des raisons de compétitivité et de coût de l’électricité, elles rapatrient désormais leurs productions sur les sites allemands.
C’est en matière de taxation du capital (entreprise et investisseur) que l’on met en évidence les politiques les plus opposées :
Taux de taxation implicite du capital (Source : Eurostat Taxation Trends 2014)
 



- L’Allemagne qui bénéficiait d’une taxation du capital beaucoup plus faible que la France en 2000, l’a réduite davantage. En réalité, l’Allemagne a réalisé beaucoup plus une opération de TVA « capital » que de TVA « sociale » pour assurer son redressement économique !
- La France a fait financer principalement par la taxation du capital la dérive de sa dépense publique au point d’avoir à l’heure actuelle un niveau de taxation du capital plus de deux fois supérieur à celui de l’Allemagne !
Cette faible taxation du capital a renforcé l’attractivité de l’Allemagne pour les investissements productifs alors que la forte taxation les a dissuadés en France. Seule l’Italie a accompagné la France dans ce mouvement d’augmentation de la taxation du capital, avec un effet similaire au nôtre sur son économie.


B) La conséquence : la fin du développement de la production manufacturière sur le territoire français 

C’est à partir de cette période charnière que les trajectoires des productions manufacturières de la France et de l’Allemagne se dissocient. L’Allemagne tire tout le profit de la croissance mondiale et, de surcroît, se substitue à notre production défaillante : 





La production manufacturière française culmine en 2001 et n’augmente plus depuis :

 
France : production manufacturière et demande intérieure manufacturière (volume, 100 en 1996 : 1) :



La France ne produit pas plus de produits manufacturés qu’en 1996 alors que notre propre consommation de ces biens a augmenté de plus de 60% depuis cette date !
La rupture intervient clairement à cette période charnière : à partir de 2000, nos parts de marché s’effondrent :





Dans les annexes du rapport Gallois, qui a préfiguré le Pacte de responsabilité et le CICE, la France figurait ainsi derrière la Grèce en termes de poids de l’industrie dans la valeur ajoutée :

 
L’industrie dans la valeur ajoutée en 2011 (Source Eurostat)
Année 2011 Source Eurostat- Base NACE rev2
Ratio Industrie dans VA totale
Slovaquie
32,55%
Allemagne
26,21%
Irlande
24,56%
Slovénie
24,50%
Estonie
23,58%
Autriche
22,52%
Finlande
20,92%
Pays-Bas
19,47%
Italie
18,62%
Belgique
17,01%
Portugal
17,01%
Espagne
16,91%
Etats-Unis
16,90%
Royaume-Uni
16,49%
Malte
14,01%
Grèce
13,32%
France
12,55%
Chypre
9,07%
Luxembourg
8,34%

 
Cela n’avait ému outre mesure, ni les médias, ni le monde politique, ni la haute administration, ni le patronat français. L’idée que l’industrie était une activité archaïque prédominait depuis les travaux dHerman Kahn du Hudson Institute réalisés à la demande du gouvernement français en 1972. L’avenir était aux services, à l’entreprise sans usines de Serge Tchuruk (2001), à la banque et à la grande distribution vers lesquels se dirigeaient les meilleurs de nos hauts fonctionnaires. Cette représentation de l’avenir a perduré jusqu’à maintenant et dissuade les jeunes de travailler dans l’industrie, malgré un niveau de salaire élevé.
La production automobile sur le sol français a été divisée par 2 depuis 2000 dans la plus grande indifférence pour un surcoût de production de 150 euros par voiture... que la gouvernance du pays n’a été en mesure de procurer d’une manière ou d’une autre.
Au fil des années, nous avons laissé partir nos fleurons industriels, Péchiney, Arcelor, Alcatel, Lafarge et nous assistons actuellement à l’effondrement de notre filière électrique et nucléaire avec le rachat d’ALSTOM, la faillite d’AREVA et les difficultés d’EDF. La France n’aime pas son appareil productif.
Or, l’industrie reste le moteur des économies développées car :
- Elle assure le pouvoir d’achat extérieur des nations. A travers les exportations, elle donne la capacité d’acheter les biens et ressources qu’on ne trouve pas dans le pays. Pour importer le pétrole, le gaz, les vêtements, nos ordinateurs, smartphones et autres, il faut en effet exporter pour pouvoir en assurer le financement. Les biens industriels représentent près de 70% de tout ce qui s’échange entre tous les pays du monde. Notre désindustrialisation génère un déficit commercial en augmentation constante depuis 2000. Son financement se résout soit par la vente du patrimoine soit par l’endettement. Notre déficit commercial accroît notre endettement public de 2 points de PIB par an, 10 points à la fin d’un quinquennat. Par le biais des exportations, c’est
l’industrie et plus largement les services exportateurs qui financent les secteurs de l’économie protégés de la concurrence internationale.




  • -  Elle est le premier déterminant de la croissance économique d’un pays et de l’emploi. L’industrie génère beaucoup plus de gains de productivité que les services (entre 1996 et 2007, 3,1% contre 0,5%). Ses gains de productivité créent de la croissance par un effet d’offre avec l’augmentation des profits, de l’investissement et des services associés, ainsi qu’un effet de demande par les baisses de prix des biens industriels qui donnent du pouvoir d’achat à tous et augmentent la consommation et l’emploi.
  • -  Elle fixe l’activité économique dans les territoires.
  • -  Elle procure de hauts salaires, 2 fois le SMIC pour le salaire
    moyen dans l’industrie.
  • -  Elle accapare 80% de la R&D.
  • -  Elle constitue un débouché primordial pour les services qui
    représentent 80% de sa valeur ajoutée.
 
Qu’est-ce qu’un pays sans industrie ?
Le dossier remarquablement documenté « Diplômés sans emploi en Afrique » réalisé par Thierry Sylboune Noungou pour Afrique Expansion Mag en donne une illustration :
« L’une des alternatives au chômage est le développement des activités du secteur informel comme secteur de survie. Sur un total de 838 086 travailleurs dénombrés dans les principales villes du Congo par le CNSEE, 60,9 % sont affectés à un employeur désigné sous le terme générique de «ménages». En vérité, cet employeur selon les auteurs de l’étude représente le foyer conjugal ou le secteur informel en tant que travailleur pour compte propre, ainsi que les employés de maison...
.../ Des milliers de jeunes Congolais vivent actuellement de cette débrouillardise que la rue locale a baptisée « les coop » : chargeurs de bus, tenanciers de cabines téléphoniques publiques, vendeurs ou cordonniers ambulants, cireurs de chaussures, répétiteurs de cours...
.../ Finalement, au-delà de l’illusion généralement partagée de création d’emplois, le secteur informel qui paraît comme une alternative au problème du chômage, maintient plutôt une partie importante de la population (notamment les jeunes) dans la pauvreté. »
Les seules ressources financières du Congo proviennent des industries extractives, pour l’essentiel le pétrole qui représente 70 % du revenu national pour 1,5 % des emplois... Sans industrie, il n y aura pas de recettes extérieures permettant de financer les importations dont la population a besoin.
La Grande-Bretagne, elle, réussit à conjuguer les services financiers de la City, le tourisme, et une industrie plus importante que la nôtre...
L’illusion d’une économie faisant l’impasse sur l’industrie hypothèque notre vie économique, sociale et politique :
  • -  Sans industrie, faible croissance potentielle inférieure à 0,5% à l’heure actuelle, donc frustration de la population qui voit son revenu stagner et le chômage perdurer.
  • -  Déficit commercial structurel nourrissant un endettement public en croissance permanente ne pouvant que mener à une crise financière qui aura son versant politique. Stopper la dérive des finances publiques obligera à réduire le pouvoir d’achat par les prélèvements ou la réduction des prestations.
  • -  Désertification des territoires par la désindustrialisation : 298 aires urbaines sur 771 perdent des habitants.
    Toutes les caractéristiques d’une impasse politique produisant systématiquement des alternances.
    Tant que nous n’aurons pas réparé notre moteur industriel, tant que nous n’aurons pas réorienté notre modèle économique vers le marché mondial en rendant à nouveau attractive et rentable la production sur le sol français, nous ne pourrons pas créer d’emplois sans nous endetter, sauf si l’on accepte d’importantes baisses de salaire. Redresser la compétitivité de notre industrie comprise au sens le plus large du terme (logiciel, audiovisuel,...) constitue donc la priorité pour revitaliser l’économie du pays, redresser nos finances publiques, relancer l’emploi et le pouvoir d’achat, financer notre modèle social sans recourir à l’endettement. 

    C) La mauvaise utilisation de l’Euro
    Avant la mise en place de l’Euro, un déficit commercial suscitait l’inquiétude des marchés financiers et se traduisait par une hausse des taux des emprunts de l’Etat français qui obligeait les gouvernements à réagir pour regagner de la compétitivité et rétablir la balance commerciale, par des plans de rigueur comportant souvent un blocage des salaires, comme ont pu le faire Pierre Mauroy et Raymond Barre. Les taux d’intérêt étaient en effet beaucoup plus élevés et plus réactifs

Taux d’intérêt français à 10 ans (hors inflation)
Moyenne années 1980
Moyenne années 1990
Moyenne années 2000
5,5%
4,6%
2,2%



Sans l’Euro, les marchés nous auraient obligés à rétablir notre compétitivité dès 2005 au vu des résultats de notre balance commerciale :







Privé du stimuli des marchés financiers, nous avons éludé la mise en place des politiques correctrices nécessaires. Nous avons mal compris et mal utilisé l’Euro. Nous avons cru qu’il nous débarrasserait de l’impératif de compétitivité, de la contrainte d’équilibre des comptes extérieurs, voire de la rigueur dans la gestion des finances publiques, 3% de déficit public devenant l’objectif et non pas la limite maximale. Nous avons emprunté à loisir, assurés d’être protégés de la hausse des taux par la crédibilité de la BCE et maintenant par ses achats de dettes publiques. La France a ainsi utilisé les bas taux d’intérêt procurés par l’Euro pour accroître son endettement public depuis la mise en place de l’Euro (1999 pour les transactions financières européennes) et financer ses dépenses de fonctionnement publiques au lieu d’en profiter pour développer ses investissements productifs privés : 

Evolution de la dette publique depuis 1995




Mais la régulation par les marchés interviendra, plus tardivement mais aussi plus brutalement. Elle interviendra par une rupture brutale qui sera d’autant plus lourde de conséquences que la France aura accumulé une dette importante. Pour comprendre l’ampleur que pourrait prendre cette régulation par le marché qui mettra en question l’Euro, on peut citer le cas de l’Espagne où le taux de chômage a plus que triplé, lors de la crise de 2007 en passant de 7,7% à 26,9% ou celui de la Grèce où les salariés ont été réduits d’un tiers

D)Les faux remèdes: l’utopie économique des emplois non délocalisables
Bousculée par ses pertes de parts de marché- les fermetures d’usines avec les conséquences pour les services qui en dépendent- la France s’est engagée dans la voie de la création « artificielle » d’emplois, artificielle car dépendant largement des décisions et financements publics :

- Les emplois publics ont ainsi été fortement augmentés en substitution des emplois industriels perdus. La France aura ainsi perdu 2,5 millions d’emplois industriels en 30 ans et créé 2 millions d’emplois publics dans le même temps :





- La mise en place d’une forme de keynésianisme social avec une forte augmentation des dépenses de redistribution destinées à pallier les méfaits des fermetures d’usines mais aussi à faire tourner la machine économique en augmentant la demande des ménages. C’est l’accroissement des dépenses sociales (+ 11 points de PIB depuis 1980) qui constitue la source de notre niveau record de dépenses publiques (+11 points de PIB également depuis 1980) :



La France présente ainsi le plus haut niveau de dépenses sociales des pays de l’OCDE :


 
- Le développement volontariste d’emplois de service à basse qualification via les allégements de charge sur les bas salaires, leur développement s’étant accéléré depuis 2000 :




Derrière ces choix et ces orientations, l’utopie économique d’une alternative à l’économie mondialisée soumise aux lois de concurrence et de la compétitivité en créant des emplois non délocalisables. Cette illusion imprègne une partie notable de responsables politiques, syndicaux et même parfois patronaux :
- Ainsi, à propos de l’économie sociale et solidaire qui constitue un axe fort de la politique du gouvernement et qui représente d’ores et déjà 13,9% des emplois privés : «Il s’agit essentiellement d’emplois non délocalisables, élément important dans le contexte actuel où la désindustrialisation et l’érosion progressive de l’appareil productif français sous la pression de la concurrence internationale dans de nombreux secteurs sont une des préoccupations majeures des Français » : Pascal Terrasse, député, à propos du développement de l’économie sociale et solidaire.
  • -  A l’occasion du premier anniversaire de la loi pour le développement de l’économie sociale et solidaire, le 31 juillet 2015, Martine Pinville, secrétaire d’Etat, a rappelé « l’engagement fort du gouvernement en faveur de cette nouvelle forme d’entreprise pourvoyeuse de plus de 600 000 emplois non délocalisables ».
  • -  Le conseil régional de la région Centre a adopté en 2011 une mesure « pour aider à la création de 10 000 emplois non délocalisables ». Cette mesure a reçu un avis favorable du CESER, aucune voix contre.
  • -  Pour Ségolène Royal, la loi de transition énergétique permettra de « hâter la montée en puissance des énergies renouvelables en créant des emplois non délocalisables ».
    Au total, peu de responsables politiques n’auront pas cédé à la tentation de vanter les emplois non délocalisables, faute d’avoir compris que pouvoir d’achat et emplois non délocalisables étaient antinomiques.
    Cette politique de développement d’emplois non délocalisables relève de multiples illusions :
  • -  Avec le développement d’internet et de la numérisation, il existe de moins en moins de secteurs dont les emplois sont réellement non délocalisables.
  • -  Le financement de politiques volontaristes de développement des emplois non délocalisables induit des prélèvements sur les autres secteurs, en particulier les secteurs confrontés à la concurrence internationale. Les études évaluant l’impact de ces dispositifs en termes de création d’emplois, ignorent les destructions d’emplois dans les autres secteurs par l’impôt et les prélèvements qui se traduisent par une baisse de la consommation et des investissements. Ainsi le mode de financement et de répartition des allègements de charges sur les bas salaires pénalise les entreprises exposées à la concurrence internationale qui profitent moins de ces allègements de charges sur les basses qualifications et les bas salaires car leur niveau de salaire est plus élevé. Par exemple, le salaire moyen à temps complet dans l’industrie est plus du double du SMIC. Comme l’industrie et les entreprises du secteur exposé à la concurrence internationale participent naturellement aux financements de ces baisses de charges par le biais des prélèvements dans le cadre de notre niveau de prélèvement record sur les entreprises, les exonérations de charges sociales sur les bas salaires s’inscrivent dans une logique de transfert financier des secteurs ouverts à la concurrence internationale vers les secteurs protégés de notre économie, avec un effet d’accélération de la destruction des emplois industriels.
- Autre illusion, une transition énergétique créatrice demplois non délocalisables. Selon le rapport « Energies 2050 », elle aboutira à une perte nette d’emplois à l’horizon 2030 comprise entre 140 000 et 200000 suivant les hypothèses de réduction de la production nucléaire dans le mix électrique (50% ou 20%). L’Ademe estime que ces pertes d’emplois en 2030 seraient comprises entre 32 000, dans l’hypothèse du développement de filières françaises de fabrication d’éoliennes et de panneaux photovoltaïques et 85 000, dans le cas d’une diminution rapide de la part du nucléaire. Dans son rapport sur le développement des énergies renouvelables de juillet 2013, la Cour des Comptes évaluait à 21 810 le nombre d’emplois dans la filière solaire et à 10 240 le nombre d’emplois dans la filière éolienne, soit un total de 32 050 emplois pour les énergies renouvelables pour l’année 2012. La CRE évaluait les subventions aux énergies renouvelables à un peu plus de 2 milliards € pour cette même année.
Sans tenir compte des autres formes de subventions, on aboutit à un coût de création d’un emploi dans les énergies renouvelables à 63 000 euros par an.
  • -  En privilégiant de manière volontariste la création d’emplois dans les secteurs protégés, les pouvoirs publics négligent la dimension d’efficacité et de compétitivité de ces services « non délocalisables » avec le risque que leur prix élevé ou leur inefficacité grèvent la compétitivité des secteurs exposés. Ainsi en est-il par exemple du coût du logement qui pèse sur le coût du travail français.
  • -  L’idée que l’emploi pourrait « s’acheter ». Un emploi découle d’un investissement, répond à un besoin, doit être rentable, c’est-à-dire rapporter plus qu’il ne coûte à l’employeur. Dès que l’on s’éloigne de ces fondamentaux économiques, on court le risque d’importants effets pervers. Selon la Cour des comptes, la baisse du taux de TVA pour la restauration coûte 2,6 milliards d’euros au budget de l’Etat pour une création de 6 000 à 9 000 emplois par an, soit un coût par emploi créé compris entre 175 000 et 262 000 euros.
  • -  Et surtout comme nous l’avons souligné précédemment, cette politique de développement des emplois non délocalisables produit un déficit commercial structurel qui ne peut mener qu’à une crise financière. Selon les termes du manuel d’économie d’IUT de Pascal Monier : « les services représentent environ 70% de la valeur ajoutée des pays développés. Une grande partie de ces services n’est pas soumise à la concurrence internationale. Il peut être tentant de chercher à se soustraire de cette concurrence en développant les services domestiques... La limite a trait à la contrainte extérieure qui fait peser un doute quant à son caractère soutenable. Le désengagement du secteur industriel est en effet à l’origine d’un déficit extérieur global chronique : le pays produit des services, qu’il ne vend pas à l’étranger, mais continue de s’approvisionner en biens, produits hors des frontières. Ces déficits font la dette qui finit par peser à terme sur la valeur de la monnaie ».
Pour désamorcer cette crise à venir, la France doit créer des emplois dans les secteurs exportateurs de biens et services, par essence délocalisables. Les responsables politiques vont devoir en faire la pédagogie. Pourtant, les bénéfices d’une telle réorientation sont probablement sous-estimés: soutenir les secteurs protégés de l’économie française via des subventions et des baisses de charges sociales sur les bas salaires, c’est miser sur des marchés structurellement en stagnation du fait d’un pouvoir d’achat contraint par la réduction des déficits publics alors que miser sur l’exportation permettrait de tirer profit de marchés qui s’accroissent de 3 à 5% l’an. 


II. Vers une crise de solvabilité ? 

 A) Liquidité et solvabilité
Dans une crise de liquidités, l’emprunteur est solvable mais peine à trouver temporairement un prêteur.
Dans une crise de solvabilité, l’emprunteur est incapable de rembourser ses dettes. Pour un Etat, il faut distinguer :
  • -  La situation d’insolvabilité budgétaire dans laquelle un pays souffre d’un déficit budgétaire important tout en équilibrant ses comptes extérieurs. C’est le cas du Japon qui cumule au fil des ans un déficit budgétaire très important qu’il parvient à financer par l’épargne nationale sans recourir à des capitaux extérieurs.
  • -  La situation d’insolvabilité extérieure dans laquelle un pays finance ses déficits extérieurs par des emprunts externes.
    La crise des dettes souveraines qui affectent l’Europe depuis 2010 relève de l’insolvabilité extérieure. La perte de confiance des investisseurs internationaux les amène à stopper leurs prêts : c’est le « sudden stop ».
    Ces situations d’insolvabilité extérieure résultent de la particularité de la zone Euro qui conjugue une politique monétaire commune centrale et des politiques budgétaires et fiscales nationales. En cas de perte de compétitivité, les pays périphériques ne pouvant plus procéder à des dévaluations, ont accru leur endettement pour financer le maintien de leur niveau de vie, d’autant plus facilement qu’ils accèdent à des taux d’emprunt bas. Cette perte de compétitivité paraît d’ailleurs provenir en partie des flux de capitaux des pays « forts » (Allemagne, Pays-Bas) qui se sont investis dans les secteurs protégés (logement, immobilier), des pays périphériques alimentant des hausses de coûts et de salaires contribuant à dégrader la compétitivité de ces pays (ce fut particulièrement le cas de l’Espagne).
A l’heure actuelle dans la zone Euro, cinq pays dépensent plus qu’ils ne produisent et se trouvent dans la situation dangereuse d’insolvabilité extérieure qui les rend dépendants des entrées de capitaux pour financer leurs déficits extérieurs :
  • -  La Grèce qui n’échappera pas à une restructuration de sa dette,
  • -  Le Portugal et l’Espagne, malgré l’importance des efforts consentis,
  • -  L’Italie qui ne souffre cependant que d’un déficit extérieur et budgétaire limité,
  • -  La France qui ne parvient qu’à plafonner sa dette grâce à la baisse des taux.
    Ces pays ne parviennent à emprunter à bon compte que grâce à la politique de rachat de dettes souveraines des Etats par la BCE. En contrepartie de cette politique dite de quantitative easing, la BCE demande aux Etats de respecter leurs engagements, en particulier le pacte Europlus, également nommé acte de compétitivité entériné en 2011 qui vise la convergence économique et le renforcement de la compétitivité de la zone Euro :
  • -  Renforcer la compétitivité par des coûts du travail inférieurs aux gains de productivité et en veillant à ce que « les accords salariaux dans la fonction publique viennent soutenir les efforts de compétitivité consentis dans le secteur privé ». Cette orientation vise particulièrement la France qui est le seul pays avec l’Italie où on observe une corrélation positive entre le taux de chômage et le niveau des salaires, ces hausses de salaire constituant une des causes des baisses de parts de marché des entreprises françaises. Les salaires réels augmentent en effet davantage que la productivité malgré la baisse de la rentabilité des entreprises françaises, l’intensification de la concurrence internationale qu’elles affrontent, le chômage

France : salaire réel et productivité par tête (100 en 1998 : 1)


  • -  Promouvoir l’emploi en favorisant la flexisécurité, l’éducation et la formation et en réduisant les charges fiscales sur le travail
  • -  Equilibrer sécurité de l’emploi et flexibilité
  • -  Réformer les systèmes de retraite
  • -  Aboutir à un financement viable des systèmes de santé et des
    prestations sociales
  • -  Attirer des capitaux privés pour financer la croissance
  • -  Stimuler la recherche et l’innovation
  • -  Alléger les contraintes administratives pour les acteurs économiques


B) Le pari français d’un maintien des taux bas...
La France ne respecte que partiellement ses engagements en procédant à des réformes formelles, a minima (réforme territoriale, retraite, flexibilité, etc.), c’est-à-dire qui ne coûtent pas politiquement mais qui ne rapportent pas économiquement. Selon les mots du Président de la République, « elle coche les cases ». Elle ne réduit son déficit que graduellement. Ainsi, selon Natixis (« les déficits publics ne sont réduits que lentement en France, en Espagne, en Italie : est-ce une bonne stratégie ? »), il faudrait 13 ans à la France pour redevenir budgétairement solvable et être en mesure de supporter une hausse des taux. Selon la Cour des comptes (le budget de l’Etat en 2015), « la soutenabilité à long terme des finances de l’Etat continue de se dégrader ».
Au niveau de la dette française, toute hausse de 1% des taux coûte 20 milliards d’euros au budget français aux termes de la maturité de la dette à 7 ans. Dans une situation de doute sur la solvabilité d’un pays, on peut bien sûr connaître des flambées des taux (par exemple plus de 12% pour l’Irlande et le Portugal en juillet 2011, 35% pour la Grèce en janvier 2012). Malgré ce risque, la France parie sur le fait que la BCE ne remontera pas ou ne pourra pas remonter ses taux, au vu du risque que cela représenterait pour la pérennité de l’Euro. La BCE serait donc condamnée à maintenir son quantitative easing de manière quasi perpétuelle.
Or, il faut rappeler que la BCE n’a pu procéder au quantitative easing que par une interprétation extensive, presque spécieuse de sa mission. Elle argue qu’elle ne fait que d’essayer de faire remonter l’inflation à 2% selon les termes de son mandat initial alors que, dans l’esprit des signataires, particulièrement allemands, il s’agissait d’une borne supérieure.
Cette conception extensive de la mission crée déjà de fortes tensions en Allemagne. Les Allemands qui épargnent pour leur retraite pour faire face au reflux démographique du pays auraient déjà perdu 200 milliards d’euros de revenus de leur épargne du fait des taux bas. Selon le ministre des transports CSU, Alexander Dobundt, « la chute des taux crée un fossé béant dans le régime des retraites des citoyens». Or, l’épargne constitue un fondement de la société allemande qui prend encore plus d’importance avec le vieillissement de sa population. Les taux négatifs heurtent profondément l’identité allemande. Cela devient un enjeu politique, Wolfgang Schaüble accusant Mario Draghi « d’être responsable pour moitié » des résultats électoraux du parti de droite radicale AFD.
La politique très accommandante de la BCE est en outre accusée par les Etats les plus « vertueux » de l’Union monétaire européenne (Allemagne, Hollande) de ne pas inciter les Etats à mener les réformes structurelles nécessaires au redressement de leurs finances et à la relance de la compétitivité de leur économie, le pari français donnant de la consistance à cette thèse...
Le renouvellement du mandat de Mario Draghi à la tête de la BCE en 2019 devrait amener une réorientation de la politique monétaire européenne, son successeur devant donner des gages à l’Allemagne. Ce changement de mandat mettra la France en risque.
L’évolution de la situation budgétaire de la France entre 2015 et 2030 selon 4 scénarios différents montre combien la France est en risque : 

Scénario 1 : Une croissance du PIB de 1.2% et un déficit public à 3%




  

Nous pouvons tirer de ces quatre simulations les enseignements suivants :
  • -  Une augmentation des taux d’intérêts coûterait très cher à la France (environ 20 Milliards par an à terme pour une augmentation de 1 point).
  • -  La France doit renouer avec la croissance de long terme pour réduire la part de la dette ramenée au PIB.
    - La France doit simultanément amorcer une politique de désendettement
    Si l’on se penche plus en détail sur ces différents scénarios, nous voyons que le scénario le plus probable aujourd’hui est le scénario 1. Dans ce cas là, une augmentation de taux ferait varier notre dette en 2030 entre 120 % (taux d’emprunt à 0%) et 185% du PIB (taux d’intérêt à 5%, loin d’être improbable cette hypothèse pourrait être précipitée par une crise politique ou l’arrivée au pouvoir d’un parti extrémiste).
    Le scénario le plus favorable serait de réduire notre déficit public à 0% du PIB en espérant une croissance du PIB de 2.5%. Même dans cette conjoncture favorable, et avec des taux d’intérêts à 1%, la France serait encore endettée à hauteur de 71% de son PIB en 2030, soit encore, rappelons-le, 10 points de plus que le niveau imposé par le pacte de stabilité et de croissance européen.
    Si la France peut difficilement aujourd’hui maîtriser ses taux d’intérêt, les seules variables sur lesquelles il convient d’agir sont la croissance et la réduction de l’endettement public, qu’il faut absolument engager. Sans cela, nous nous exposons à une situation dans laquelle la dette de la France deviendra hors de contrôle.
C) La France à la merci d’une remontée des cours du pétrole
Dans ce contexte de tensions et de divergence des politiques menées entre les Etats compétitifs et les Etats endettés de la zone Euro, le prix du pétrole et le régime d’inflation qu’il pourrait déclencher apparaissent comme un puissant facteur occasionnant une réorientation de l’action de la BCE, en particulier après le changement de mandat du président de la BCE.
Selon Natixis, un rebond du prix du pétrole limité à 50 $ en 2016 se traduirait par un niveau d’inflation de 1,7% en 2017 amenant la BCE à mettre un terme à sa politique de rachat d’actifs.
Or, plus que toute autre énergie, le pétrole est soumis à des forces contradictoires qui rendent ses trajectoires en termes de prix et de production particulièrement incertaines :

 

La géologie pousse les prix à la hausse : l’homme ayant exploité les gisements les plus accessibles, nous devons désormais chercher le pétrole toujours plus profondément, sous les océans, dans les sables bitumineux, dans les roches noires, bientôt sous la banquise.
La nouvelle production de pétrole de schiste a brisé ce trend haussier des prix du pétrole, d’abord en amenant de nouvelles ressources qui ont déséquilibré le marché : la production américaine de pétrole a crû de 70% entre 2008 et 2014 permettant aux Etats-Unis de devenir en 2014 le premier producteur mondial (avec 11,6 millions de barils devant l’Arabie Saoudite 11,5 millions de barils et la Russie 10,8 millions de barils). Mais aussi par la réactivité et la flexibilité de ce mode de production.
Une multitude de petits investissements (des milliers de forages terrestres) rapides à mettre en œuvre (quelques semaines) qui se substituent à des méga-projets très longs à mettre en œuvre (jusqu’à dix ans) ; la production devient ainsi manufacturière et il est plus rapide et plus facile d’y incrémenter des progrès technologiques.
Alors que l’Arabie Saoudite espérait asphyxier la production de pétrole de schiste américaine en augmentant sa production, celle-ci s’est maintenue et s’est adaptée en baissant ses coûts avec des plateformes de forage mobiles, des forages multi-puits à longue portée et de la fracturation à étapes multiples si bien que la rentabilisation d’une part de ces productions ne nécessiterait plus qu’un prix de 50 $ par baril.
Toute remontée du prix du pétrole à ces niveaux provoquera une vague de production supplémentaire. Le pétrole de schiste américain devient le pétrole marginal, celui qui permet de répondre à l’augmentation de la demande ; il constitue donc une assurance contre la hausse du prix du brut.
La relance de la production pétrolière iranienne suite à la levée des sanctions va également maintenir temporairement le pétrole à des prix bas.
Il ne faut cependant pas céder à l’euphorie des prix bas du pétrole. Le risque d’un rebond violent est réel pour 3 raisons :
  • -  La production des gisements de pétrole existants baisse de 6,7% par an selon l’AIE.
  • -  Or depuis 2014, les compagnies pétrolières réduisent drastiquement leur budget d’investissement, ce qui pourrait rendre le rebond des prix d’autant plus violent :



- De plus, la demande de pétrole s’accroît entraînée par les prix bas :


 
Le risque d’un rebond violent du prix du pétrole –au-delà de 100 dollars le baril- interviendra lorsque la production de pétrole de schiste américain aura atteint son apogée. Il ne pourra plus jouer alors son rôle de « police d’assurance » pour le prix du pétrole. Le marché enverra un signal prix très élevé pour rentabiliser l’exploitation de nouveaux pétroles marginaux. Selon l’Agence de l’Energie Américaine, le pic du pétrole de schiste américain serait atteint en 2020 dans le scénario de référence :



Or le prix du pétrole a toujours eu un impact déterminant sur la croissance du monde. Quatre des cinq dernières récessions mondiales ont été précédées d’une hausse du prix du pétrole, y compris la crise de 2008 qui a vu le prix du pétrole culminer à 147 dollar le baril. Fait méconnu, le détonateur de la crise des subprimes a été un troisième choc pétrolier aussi violent que les deux précédents. Une hausse du prix du pétrole affecte négativement la production en augmentant le prix des consommations intermédiaires et constitue également un choc de demande en opérant un prélèvement sur les ménages réduisant leur consommation. Ainsi, entre 2004 et 2008, la hausse du prix du pétrole a prélevé 2,5 points de PIB sur l’économie française :





Un prix du pétrole qui doublerait à 100 dollars le baril réduirait le PIB de 1%, détruirait 250 000 emplois à partir de la troisième année et détériorerait la balance commerciale de 2,5 points de PIB rendant la crise de solvabilité extérieure de la France encore plus aiguë.


 

Dans le scénario d’un prix du baril à 120$, le déficit de la balance des biens et services dépassera 3 points de PIB. Son financement endettera le pays encore davantage.
Si cette hypothèse se réalisait, le prochain quinquennat devrait affronter un pic de prix pétrolier qui confrontera l’économie française à la conjugaison de la hausse des taux, de l’inflation, de la hausse du prix de l’énergie dégradant la compétitivité des entreprises et le pouvoir d’achat des ménages et aggravant son insolvabilité extérieure, ce qui plongera le pays et la zone Euro dans une crise difficile à juguler.
Alors que la France bénéficie à l’heure actuelle de tous les vents favorables et qu’elle n’en profite guère pour procéder aux réformes structurelles indispensables pour revenir à la solvabilité extérieure, elle devra affronter simultanément tous les vents contraires. Et ce, dans un contexte de récession mondiale, alors qu’elle sera handicapée par le niveau de sa dette, l’insuffisance de sa compétitivité, le niveau record de prélèvements et d’impôts. Cela pourrait mener au « sudden stop » et placer la France face à un choix cornélien : accepter une mise sous tutelle de ses finances publiques dans le cadre du Mécanisme Européen de Stabilité ou tenter de sortir de l’Euro. 

D) Le risque de crise politique
Alors que l’on pensait que les Français se réconciliaient avec l’économie et les entreprises, il se pourrait que le balancier soit déjà réparti en sens inverse :
  • -  50% des Français soutiennent le mouvement « Nuit debout ».
  • -  70% d’entre eux sont opposés à la loi El Khomri.

Et surtout, faute de pédagogie des médias et des acteurs politiques, il existe un écart abyssal entre la réalité de la situation économique du pays et ses représentations. Une part importante des Français rejettent l’impératif de compétitivité dans le cadre d’une économie ouverte et imputent les difficultés actuelles du pays aux politiques libérales qui seraient menées par François Hollande alors que la France est un des pays les plus socialisés au monde. Sous la présidence de François Hollande, la dépense publique a atteint 57% du PIB, record de l’OCDE.
Les prestations sociales en espèces versées par les administrations (retraites, allocations diverses...), représentent 25,3% du revenu disponible des ménages, les transferts sociaux en nature (école, santé...), en représentant 21,3%. Près de la moitié du revenu des ménages (46,6%) est donc socialisée et provient de la dépense publique.
Après impôts et redistribution sociale, le rapport entre le revenu des 10% les plus élevés et les 10% les plus modestes est réduit à 3,5. Le cumul de l’impôt sur le revenu et de l’ISF peut amener une imposition réelle supérieure au revenu du capital. Selon les termes de François Hollande, la France a le gouvernement le plus à gauche du Monde après celui du Venezuela.
Au-delà de la politique « libérale » du gouvernement actuel, la France serait sous la menace des politiques ultra-libérales prônées par les candidats à la primaire des Républicains. En effet, d’ores et déjà, la convergence des programmes des candidats à la primaire vers la réduction de la dépense publique, la réduction des déficits publics, le rapprochement de la fiscalité du capital avec la moyenne européenne, est présentée par les médias à l’instar du Monde comme «une surenchère libérale ».
Dans ce contexte, on ne peut que craindre que des difficultés économiques de grande ampleur ne renforcent ce courant d’opinion, antinomique des solutions et des remèdes qui doivent être apportées en termes de redressement de notre compétitivité et de réduction de la dépense publique avec une contestation de la rue dont les manifestations violentes contre la loi El Khomri en constituent les prémisses.


Conclusion
Depuis 15 ans, comme ce document le montre, notre pays s’est laissé distancer par ses principaux concurrents en termes de croissance et de création de richesse. Seul notre endettement a permis de développer la dépense publique : embauche de fonctionnaires, nouvelles dépenses sociales (notre pays assume 13% de la dépense sociale mondiale). Notre vrai défi sera de reprendre un cours normal de fonctionnement de notre économie. Nos faiblesses sont désormais connues; les décideurs politiques devront avoir le courage d’inverser la tendance.

Fondation Concorde



B) Le déclin économique de la France


Introduction
Depuis maintenant plusieurs années, hommes politiques, intellectuels et médias sont divisés par une controverse sur le « déclin de la France ». Pour les uns, la France perd graduellement du terrain à cause du poids croissant de l’Etat et de son incapacité à mettre en œuvre des réformes structurelles. Pour les autres, elle reste la cinquième puissance économique mondiale, un exportateur dynamique, un pionnier de la protection sociale et un centre d’excellence pour les technologies avancées. La controverse a été émaillée de polémiques techniques sur l’exactitude de chiffres d’Eurostat qui plaçaient la France au douzième rang de l’Union Européenne en termes de pouvoir d’achat par tête.
Cet article dresse un panorama du déclin. Il affirme que le déclin est réel et ne repose pas sur une erreur statistique : si tel ou tel classement peut être révisé à cause de problèmes de mesure, il n’en reste pas moins qu’au cours des vingt dernières années, le PIB par habitant a cru moins vite en France que dans la plupart des autres pays développés. Cependant, le phénomène est lent et la France joue encore « dans la cour des grands » au sens où son niveau de vie reste comparable à celui des grands pays développés. Nous discutons ensuite les causes potentielles de ce phénomène. Bien qu’il soit difficile de tirer des conclusions définitives, il semblerait que le poids croissant de la fiscalité et de la réglementation du marché du travail, ainsi que l’inefficacité du secteur public, aient joué un rôle important. Et c’est précisément à cause de cette inefficacité que le poids croissant de l’Etat ne semble pas s’être traduit par une compensation suffisante en termes de bien publics et d’indicateurs « sociaux », relativement aux autres pays. 

Mesurer le déclin : le Produit Intérieur Brut
Le PIB (Produit Intérieur Brut) est une mesure de la richesse produite sur le territoire national français, chaque année. Pour que l’on puisse comparer cette grandeur entre pays, il faut la rapporter à une unité de mesure commune. Pour notre propos, on utilisera comme mesure le PIB en parité de pouvoir d’achat, c’est à dire exprimé en termes d’un panier de consommation qui est le même dans chaque pays. Il nous donne une idée du niveau de vie de la population. On pourrait également considérer le PIB en dollars, qui nous donne une idée de la puissance économique du pays. Un pays dont le PIB en dollar par tête est le plus élevé pourra acheter plus de pétrole, plus de lancements de satellite, et plus généralement plus de tout bien homogène et échangeable sur un marché international. La différence entre le PIB en dollar et le PIB en parité de pouvoir d’achat provient essentiellement de différences dans le prix relatif des biens non échangeables. Ainsi, les habitants de Miami peuvent être plus riches en dollars que ceux de Paris, mais plus pauvres en parité de pouvoir d’achat parce que le prix de la coupe de cheveux est plus élevé à Miami qu’à Paris. Malheureusement, les comparaisons de PIB exprimés en dollars courants sont trop sensibles aux fluctuations temporaires du taux de change pour être fiables. Ainsi, nous nous cantonnons aux comparaisons en termes de pouvoir d’achat.
Les graphiques suivants nous donnent l’évolution du classement relatif des divers pays en PIB par tête, exprimé en parité de pouvoir d’achat, en 1970, 1980, 1990 et 2000 :






La France est passée de la onzième place en 1970, à la seizième en 2000. Cependant, la plupart des pays qui nous sont passés devant sont des petits pays, tandis que la Grande- Bretagne et l’Italie, en 2000, connaissaient toujours un pouvoir d’achat par tête inférieur à celui de la France. Notons cependant que les pays qui se trouvent derrière la France comblent l’écart : la France perd également du terrain par rapport à ces pays depuis 1980 : 

Tableau 1 : PIB par tête en parité de pouvoir d’achat rapporté au PIB par tête français, pour les trois plus grands pays européens situés derrière la France.
Une autre manière de voir les choses est de calculer le taux de croissance moyen du PIB par tête. On voit alors qu’entre 1970 et 1980, la France se place au quatorzième rang des pays de l’OCDE, avec un taux de croissance moyen de 3 % ; entre 1980 et 1990, elle tombe 


                           1970         1980        1990        2000

Royaume
Uni
                      88,6           81,3         87,0         90,9 

Italie                    88,1           91,4         94,8         94,0 
Espagne             76,6           72,1         75,3         83,9


au seizième rang, avec 1,9 % de croissance. Entre 1990 et 2000, elle perd encore deux places, avec 1,3 % de croissance, et elle en aurait perdu une de plus sans la réunification de l’Allemande, qui a artificiellement réduit la croissance de celle-ci en-dessous de 0 %. Inversement, les Etats-Unis sont passés de la dix-huitième place au cours des années 1970, à la septième au cours des années 1990, ce qui signifie entre autres qu’au cours de cette décennie, ils ont creusé l’écart avec la France, à un rythme supérieur à un point de PIB par an.



Les comparaisons de taux de croissance sont cependant légèrement trompeuses, parce que l’on s’attend à ce que les pays riches croissent moins vite que les pays pauvres, en vertu de phénomènes de rattrapages—rattrapage technologique ainsi qu’en matière d’accumulation de capital physique et de connaissances. Ce phénomène est bien documenté1, on sait qu’en moyenne un pays peut espérer combler l’écart relatif qui le sépare d’un pays plus riche à un rythme de 2 % par an en moyenne. Nous pouvons utiliser cette propriété pour définir un taux de croissance « normal » au cours d’une décennie, qui, pour chaque pays, est celui qui lui aurait permis de combler l’écart avec les Etats-Unis de 2 % par an en moyenne. La différence entre le taux de croissance qui a réellement prévalu et le taux de croissance normal peut être interprétée comme la performance économique du pays, relativement aux Etats-Unis. Si l’on utilise cet indicateur, on observe une évolution similaire à celle du tableau précédent, mais plus rapide : la France chute de la quatorzième à la dix-huitième place dès 1980, et se maintient à cette place pendant les années 1990. 

1 Voir Barro, Robert J.; Sala-i-Martin, Xavier, “Convergence”, Journal of Political Economy, Volume 100, Issue 2, April 1992, Pages 223-251
 
Ce qui précède suggère que le déclin économique de la France est un phénomène réel, mais lent. Bien qu’en vingt ans, la France soit passée de la neuvième à la seizième place, en termes de pouvoir d’achat moyen, en 2000 elle était toujours devant la Grande Bretagne et l’Italie, pour autant que l’on utilise ces données de l’OCDE. Si l’on prend comme base les taux de croissance observés au cours des années 1990, il ne faudrait pas moins de vingt ans pour que le niveau de vie au Royaume-Uni dépasse celui de la France, et quinze en ce qui concerne l’Espagne.
On notera enfin que les comparaisons de pouvoir d’achat sont sensibles à la méthode utilisée. C’est cette sensibilité qui explique la controverse récente, dans la presse, sur une étude d’Eurostat qui classait la France douzième sur quinze au sein de l’Union Européenne. La question du rang exact de la France est futile. Le fait important est que, au cours des vingt dernières années, le PIB par tête en France a décliné relativement à la plupart des autres pays développés, à l’exception de l’Allemagne, qui a encaissé le choc de la réunification. C’est ce que montre le tableau précédent et ces résultats sont robustes quelles que soient les données utilisées. 

Les composantes du déclin
Une fois constaté le déclin relatif de la France, il reste à l’expliquer. Pour ce faire, il importe de noter que le niveau de bien-être matériel d’un pays dépend de plusieurs facteurs. Les trois principaux déterminants du PIB sont :
  • Le travail, c'est-à-dire la proportion de gens qui travaillent et le nombre d’heures qu’ils travaillent. Plus ces indicateurs sont élevés, plus la quantité de biens produite par tête est élevée.
  • Le capital, c'est-à-dire les machines, les véhicules, l’immobilier, etc. Plus le stock de capital est élevé, plus la quantité produite est élevée.
  • La technologie, qui détermine l’efficacité de l’économie, c'est-à-dire la quantité produite à travail et capital donnés. Ainsi, la productivité sera plus élevée si l’on utilise les technologies les plus avancées. Les machines outil contemporaines ne prennent pas plus de temps à construire, et ne pèsent pas plus lourd, que celle d’il y a cinquante ans, mais permettent de produire beaucoup plus.
    Les macroéconomistes ont développé des techniques comptables permettant de décomposer la performance de croissance d’une économie en la contribution de chacun de ces facteurs. Clairement, on expliquera le déclin différemment suivant que l’un ou l’autre de ces facteurs domine.
    Le travail
    Lorsqu’on se livre à un exercice de ce type, le facteur dont la contribution est la plus importante est l’emploi : qu’il soit mesuré en nombres de travailleurs employés ou en nombre d’heures totales. Le taux d’emploi est défini comme le rapport de la population totale employée sur la population totale âgée de 15 à 64 a ns. Le tableau 3 nous en donne l’évolution depuis 1970 dans le sprincipaux pays de l’OCDE. 



Sur les 21 principaux pays de l’OCDE, la France occupait le dixième rang en 1970 avec un taux d’emploi de 66 %, devant les Etats-Unis où le taux d’emploi n’était que de 62 %. En 2000, la France était tombée à la seizième place avec un taux d’emploi de 61 %, tandis que les Etats-Unis se situaient à la quatrième place avec 74 %. Au cours de cette période, le taux d’emploi a baissé de cinq points en France, ce qui la situe à la vingtième place en termes d’évolution ; l’Espagne est le seul pays où ce même taux a plus baissé.
Si l’on se limite maintenant à l’emploi privé, la France n’était, en 1970, qu’au quinzième rang avec une proportion de 54 % des 15-64 ans employés dans le secteur privé. En 2000, elle était descendue au vingtième rang avec 46 %, ne devançant que l’Italie.
Une des raisons de la mauvaise performance de la France en termes d’emploi est la faible participation des travailleurs âgés. Cela tient en grande partie aux politiques malthusiennes qui découragent l’offre de travail chez ces catégories, telles que la pré-retraite.

Qu’en est-il maintenant de la durée du travail ? Entre 1979 et 2001, celle-ci est passée de 1806 heures par an et par employé en moyenne à seulement 1532. On notera cependant qu’il existe des pays où elle est encore plus faible : la Belgique, le Danemark, l’Allemagne, les Pays-Bas, et la Norvège. Mais, à l’exception de la Belgique, ces pays ont un taux d’emploi plus élevé d’au moins 3 points. Leur désavantage apparent en termes d’heures travaillées par employé s’explique avant tout par le fait que la plupart des emplois supplémentaires existant dans ces pays relativement à la France sont des emplois à temps partiel.
Si on combien enfin l’évolution de la durée du travail avec celle de l’emploi, on trouve que sur la période 1980-2000, le nombre total d’heures travaillées rapportées à la population en âge de travailler a baissé de 16 % en France, qui a la performance la plus mauvaise avec
l’Allemagne. De plus, entre 2000 et 2001, le nombre d’heures travaillées par employé devait encore baisser de près de 4 % sous l’effet de la loi sur les 35 heures, ce qui implique une baisse du nombre total d’heures travaillées de plus de 3 % (compte tenu de la hausse de 0,9 % du taux d’emploi entre 2000 et 2001). Cette évolution est à contraster avec celle des Etats- Unis, dont le taux d’emploi augmente de près de 10 points entre 1980 et 2000, tandis que la durée du travail reste à peut près constante. L’écart entre la France et les Etats-Unis en termes d’heures travaillées s’est donc creusé de près de trente points sur cette période, ce qui à lui seul est plus que suffisant pour expliquer le recul de la France par rapport aux Etats-Unis en termes de PIB par tête. 

Le capital
Les économies européennes, et la France en particulier, connaissaient dans les années 1960 et 1970 des taux d’investissement élevés, tandis que les Etats-Unis et les autres pays anglo-saxons investissaient sensiblement moins que l’Europe. Ainsi, si l’on regarde le classement des taux moyens d’investissement au cours des années soixante, le peloton de queue est constitué de pays anglo-saxons : Nouvelle-Zélande, Irlande, Etats-Unis, Royaume- Uni, et Canada. Les principaux pays d’Europe continentale avaient un taux d’investissement nettement plus élevé que les Etats-Unis. Ils s’élevaient à 22 % du PIB en France, 26,5 % en Allemagne, et 27,5 % en Italie, contre seulement 17,6 % aux Etats-Unis. On notera cependant que dès cette époque, la France n’était pas très bien classée, puisqu’elle occupait la quinzième place.
Ces taux d’investissements étaient exceptionnels. Ils étaient dus au boom économique des années 60 et aux besoins du rattrapage économique et de la reconstruction. Au cours des années 1990, ils avaient baissé à 19,3 % en France, 22,3 % en Allemagne, et 19,1 % en Italie. On aurait pu s’attendre que, sous l’effet de l’accumulation du capital, qui entraîne une baisse de sa rentabilité, l’investissement ait aussi baissé aux Etats-Unis. Or, ceux-ci affichaient un taux d’investissement de 18,1 % légèrement supérieur aux années soixante. Et, dans la seconde moitié des années 1990, le taux d’investissement américain atteignait 19,8 %, ce qui les plaçait devant la France et l’Italie.
Au cours des années 1990, les Etats-Unis ont donc comblé leur retard séculaire en matière d’investissement ; ce phénomène s’ajoute à leur performance supérieure en matière d’emploi. En ce qui concerne la France, sa performance n’est pas très bonne puisqu’elle se place vers la quatorzième ou la quinzième place, mais elle ne s’est pas déterioriée depuis les années 1960, au moins jusqu’en 1995. Depuis lors, on observe un légère réduction du taux d’investissement qui l’a fait dégringoler à la dix-septième place. Mais, contrairement au cas de l’emploi et des heures travaillées, on n’a pas le sentiment d’une dégradation constante de la position relative de la France. Le phénomène le plus significatif est celui de l’élimination de l’écart d’investissement entre les Etats-Unis et l’Europe. Cet écart permettait, pendant les années 60, à l’Europe de rattraper graduellement les Etats-Unis. Depuis 1995, ce phénomène s’est inversé et ce sont les Etats-Unis, bien que déjà plus riches, qui s’enrichissent par rapport à l’Europe. 

La technologie
On peut enfin s’interroger sur l’évolution de la place relative de la France en matière de niveau technologique. La mesure de ce dernier est beaucoup moins simple que celle du PIB par tête. On peut soit recourir à la notion de « productivité totale des facteurs », due à
Solow2, qui consiste à retrancher de la croissance totale la contribution estimée du travail et celle du capital, ce qui donne un résidu que l’on peut interpréter comme étant la contribution à la croissance de l’amélioration des techniques. Mais cette variable est en fait polluée par d’autres phénomènes, tels que les erreurs de mesures dans la qualité de la main-d’œuvre et du capital, les phénomènes de rendements d’échelle croissants et de concurrence imparfaite, et les variations dans l’utilisation des ressources au cours du cycle économique. Alternativement, on peut s’intéresser à des mesures directes de la pénétration d’une technologie donnée, ce qui fournit une « étude de cas » pouvant utilement compléter la statistique globale qu’est la productivité totale des facteurs.
Les données de productivité totale des facteurs produites par l’OCDE ne sont pas défavorables à la France. Comme le montre le graphique suivant, au cours des années 1980, la France se situait au deuxième rang parmi 11 pays. Depuis 1995, la productivité totale des facteurs augmente plus vite aux Etats-Unis qu’en Europe. Mais, au sein de l’Europe, la France est plutôt bien placée. Ainsi, d’après Nicoletti et Scarpetta3, sur la période 1996-2000, le taux de croissance de la productivité totale des facteurs s’établit en France à 1,1 % par an en moyenne, contre 1,3 % aux Etats-Unis et 0,9 % dans l’ensemble de l’Union Européenne.




Ces données peuvent paraître d’autant plus rassurantes que dans le long terme, c’est le niveau des techniques et non l’utilisation du travail ou du capital qui détermine le vrai potentiel de croissance d’une économie. On pourrait donc en conclure que le déclin n’est qu’un phénomène transitoire; ou, dans le pire des cas, qu’une hausse du taux d’emploi et un retour de la durée du travail aux normes internationales suffirait pour l’annuler.
Nous ne voulons pas écarter cette conclusion, mais il est possible d’avoir quelques doutes à son égard. En effet, la réduction de l’emploi et de la durée du travail tend à augmenter mécaniquement la productivité totale des facteurs. En effet, ce sont les emplois et les heures les moins productifs qui sont détruits en priorité ; et il est très difficile de quantifier cet effet pour isoler la vraie croissance du niveau technique. C’est pour cette raison qu’il est probablement injustifié de se réjouir, comme le font beaucoup de détracteurs de la « thèse du déclin », du fait que la productivité horaire du travail soit si élevée en France, en comparaison des autres pays.4 C’est sans doute à cause du phénomène que nous venons de mentionner. Si les Français étaient authentiquement plus productifs que les étrangers, on n’observerait pas de recul de la France en termes de niveau de vie. Et l’on peut parier que si l’on réduisait la durée du travail à 32 heures, la productivité du travail augmenterait encore.
Pour ces raisons, il est intéressant d’utiliser des études plus directes du niveau technologique de la France. L’OCDE publie un certain nombre d’indicateurs concernant aussi bien la Recherche-Développement que la pénétration des nouvelles technologies de l’information. Le tableau qui suit résume le rang de la France en ce qui concerne la pénétration de ces dernières. 

2 « Technical change and the aggregate production function », Review of Economics and Statistics, 1957.  
3 « Regulation, Productivity, and Growth : OECD Evidence », Economic Policy, Avril 2003


Tableau 4 – Les technologies de l’information en France 



La performance est en général très mauvaise. Ainsi, la France se situe au dix- neuvième rang sur vingt-neuf pour le nombre de sites Internet pour 1000 habitants, avec 27,2 sites, ce qui est dix fois plus faible qu’aux Etats-Unis (275,3) et tout juste devant l’Espagne (26,2). La France est derrière la totalité des pays ayant un PIB par tête comparable. De même, en 2000 seuls 27,7 % des ménages avaient un ordinateur, contre 51 % aux Etats-Unis et 65 % au Danemark, ce qui plaçait la France au dix-septième rang sur vingt-et-un, devant le Portugal, la Turquie et le Mexique. Et en 2001, le Portugal avait dépassé la France, avec 39 % des ménages ayant accès à un ordinateur contre 32,2 % en France. La France ne devance certains pays au niveau de PIB comparable que pour un indicateur: la pénétration du haut débit.
D’autres indicateurs, notamment en ce qui concerne la recherche-développement et les brevets, sont moins défavorables, même s’ils n’indiquent pas de progression du rang de la France. Ainsi, en matière de dépenses de recherche-développement rapportées au PIB, la France occupait la septième place des pays de l’OCDE en 1981, et le même rang en 1997. Notons cependant que cet indicateur nous donne les ressources consacrées à la recherche, non les résultats de cette recherche. En matière de déposes de brevets résidants, la France occupait le douzième rang en 1980, et le treizième en 1997. Si la détérioration est peu significative, on notera que le rang de la France en termes de résultats n’est pas comparable à son rang en matière de dépenses, ce qui suggère que ces dépenses sont nettement moins productives qu’ailleurs. En outre, en ce qui concerne les demandes de brevets internationaux, la France a régressé du huitième rang en 1980, au quatorzième en 1997. Enfin, la balance commerciale technologique de la France -- c’est à dire la différence entre les royalties reçues et celles payées – se détériore lentement depuis vingt ans. 

4 Inversement, certains ont vu un facteur positif dans la hausse du « contenu de la croissance » en emploi lors de la baisse du chômage à la fin des années 1990 , alors que cette hausse n’était autre qu’un ralentissement de la croissance de la productivité ! Elle s’explique par le fait que les emplois créés ont été relativement peu productifs ; ce qui n’est pas étonnant puisque les chômeurs sont typiquement moins qualifiés que ceux qui ont un emploi. On ne peut donc à priori ni déplorer, si se féliciter de ce phénomène.

Pour ceux qui doutent de la bonne performance technologique de la France telle que décrite par l’évolution de la productivité totale des facteurs, ces données directes semblent corroborer leur position.

Les causes potentielles
Lorsqu’on est amené à réfléchir sur les causes du déclin relatif de la France, le développement des entraves à l’activité économique vient naturellement à l’esprit. Celles-ci sont de deux natures : d’une part les réglementations qui réduisent la concurrence sur les marchés des biens, du travail et financiers, d’autre part la tendance à la hausse du poids de l’Etat dans l’économie et du taux de prélèvement obligatoires. Lorsque ces ingrédients sont combinés dans des indices composites de liberté économique tels que ceux de la Heritage Foundation5, la France se trouve invariablement très mal classée par rapport aux autres pays développés.
Il n’est pas nécessaire de retracer ici toutes les rigidités économiques, qui sont abondamment documentées dans d’autres publications telles que celles de l’OCDE. Nous résumons simplement les faits et mécanismes économiques les plus saillants. 

Le marché du travail
Les rigidités du marché du travail français sont bien connues : stricte protection de l’emploi, salaire minimum contraignant, indemnités-chômage généreuses.
En 1998, par exemple, la France était classée dix-septième sur vingt-et-un dans l’indicateur OCDE composite de protection de l’emploi6. Les pays où la protection de l’emploi étaient plus stricte qu’en France sont l’Espagne, l’Italie, la Grèce, et le Portugal. En outre, la France est le seul pays de l’OCDE où la sévérité de la protection de l’emploi s’est accrue au cours des années 1990.
Les effets théoriques de la protection de l’emploi sur le chômage sont controversés. Celle-ci réduit effet la création d’emploi mais elle réduit également la destruction d’emplois. En principe, l’effet net sur le chômage peut donc être positif ou négatif. Pourtant, empiriquement, on constate une corrélation positive assez forte entre la protection de l’emploi et le chômage. La France et les pays sus-mentionnés connaissent un chômage élevé. Les pays où la protection de l’emploi est la plus faible sont les Etats-Unis, le Royaume-Uni, le Canada, l’Irlande, la Nouvelle-Zélande, et la Suisse, et ont tous un taux de chômage faible. C’est peut- être que les effets négatifs de la protection de l’emploi sont beaucoup plus forts que ne le suggère l’analyse théorique. D’une part, elle augmente sans ambiguité la durée du chômage. Bien que cela n’implique pas en principe une hausse du niveau du chômage, il est probable que ce dernier augmente également parce que les chômeurs de longue durée deviennent « inemployables ». Ensuite, elle réduit la productivité de l’économie et donc sa capacité à payer des salaires élevés, en empêchant la réallocation du travail vers les emplois les plus productifs. Cet effet tend également à augmenter le chômage, en réduisant les incitations au travail. 

5 Voir http://cf.heritage.org/index/indexoffreedom.cfm
6 Voir Giuseppe Nicoletti, Stefano Scarpetta and Olivier Boylaud, “Summary Indicators Of Product Market Regulation With An Extension To Employment Protection Legislation”,
Economics department working papers no. 226, OCDE. 

Mais ce n’est pas uniquement sur le chômage et sa durée que la protection de l’emploi peut avoir un effet négatif. Dans la mesure où la réallocation de la main d’œuvre vers les nouveaux secteurs est freinée, la croissance de ces secteurs est ralentie, et le niveau technologique de long terme s’en ressent. De plus, la protection de l’emploi crée un biais dans la structure de spécialisation d’un pays. Comme les fluctuations de l’emploi sont coûteuses, celui-ci tend à concentrer son activité économique dans des secteurs peu risqués. On préfèrera produire des biens arrivés à maturité plutôt que des biens récemment inventés et dont les perspectives ne sont pas assurées. La structure de l’innovation s’en ressentira également : on préfèrera améliorer les biens et procédés existants plutôt que d’en introduire de nouveaux. Ce n’est sans doute pas un hasard si les Etats-Unis raflent la majorité des brevets en informatique, biotechnologie, et espace, tandis que l’Europe a le dessus dans des technologies plus mûres comme la construction, les transports, ou la chimie7.
Les autres rigidités du marché du travail ont un effet direct négatif sur l’emploi, et sans doute aucun effet significatif sur la croissance et la productivité. Le salaire minimum détruit les emplois des travailleurs les moins productifs, ce qui tend à augmenter le chômage. Cela augmente également la productivité moyenne du travail mesurée, puisque les emplois restants sont plus productifs que les emplois détruits. Mais cet effet est mécanique et ne traduit pas une amélioration réelle du niveau technologique. La France est un des pays où le salaire minimum est le plus élevé relativement au salaire moyen. La proportion d’employés payés au SMIC est également parmi la plus élevée des pays de l’OCDE. Une étude récente de Laroque et Salanié8 estime qu’une hausse du SMIC de 10 % détruit près de 300.000 emplois de manière permanente. Il est donc légitime de penser que la hausse du niveau du SMIC relativement aux autres revenus a joué un rôle dans la mauvaise performance de la France en matière d’emploi. Entre 1980 et 2002, le PIB nominal par habitant a été multiplié par 2,9. Au cours de la même période, le SMIC horaire augmentait d’un facteur 3,2. Il est donc environ 10 % plus élevé, relativement aux autres revenus, en 2002 qu’en 1980, soit une perte de 300.000 emplois – plus de 10 % du chômage total – d’après les estimations de l’étude précitée9.
En ce qui concerne la générosité de l’indemnisation du chômage, la France se situe dans la moyenne européenne et ne semble pas avoir évolué dans un sens ou dans un autre relativement aux autres pays depuis 1974. Si cette indemnisation explique une partie du chômage, elle ne semble donc pas contribuer au phénomène de déclin relatif.
Signalons pour conclure l’effet néfaste de politiques malthusiennes, telles que la réduction de temps de travail et les encouragements à la pré-retraite (ces derniers se trouvant en contradiction avec l’objectif d’assurer le financement des retraites), et qui reposent sur une vision erronnée du marché du travail d’après laquelle la quantité de travail totale serait fixe et l’on ne pourrait mieux espérer que de la répartir équitablement entre les participants. Une telle vision ignore les mécanismes de base de l’économie et est en contradiction avec l’expérience de pays à marchés flexibles comme les Etats-Unis, qui, au cours des années 1980 et 1990, ont absorbé des millions d’immigrants en créant le nombre correspondant d’emplois. 

7 Voir Gilles Saint-Paul, "Employment protection, innovation, and international specialization'', European Economic Review, 46, 2, 375-395, 2002
8 « Une décomposition du non-emploi en France », Économie et Statistique N° 331, 2000 - 1
9 Ces calculs supposent que la hausse moyenne du PIB par tête nous donne une bonne indication de la hausse du SMIC compatible avec le maintien de l’emploi, étant donnés les gains de productivité. 


Le marché des biens
La réglementation du marché des biens semble avoir un impact important sur la croissance. Empiriquement, Nicoletti et Scarpetta10 trouvent que les pays qui ont connu la plus forte accélération de croissance au cours des années 1990 sont ceux qui ont le plus déréglementé. Leurs indices composites de réglementation impliquent également que la France est un des pays de l’OCDE où celle-ci est la plus contraignante (elle est typiquement classée parmi les trois pays les plus rigides pour la plupart des indicateurs), et aussi que celle- ci est un des pays ayant le moins déréglementé entre 1975 et 1998.
Sur le plan théorique, il n’est pas absolument clair qu’une plus grande concurrence sur le marché des biens favorise la croissance. En effet, la perspective d’obtenir des rentes de monopole peut stimuler l’innovation. Cela étant, si ces rentes de monopoles sont garanties par des brevets, alors une plus grande concurrence est favorable à l’innovation. Par ailleurs, lorsqu’il existe des technologies susceptibles d’être utilisées par tous les secteurs, ce qui est le cas pour les nouvelles technologies de l’information, la croissance sera d’autant plus stimulée que celles-ci sont bon marché. On vient de voir les mauvais résultats de la France en ce qui concerne la diffusion de ces technologies. On sait également que la France est un des pays où le coût d’accès à certaines technologies telles qu’Internet est le plus élevé.
Il est également probable que la réglementation des marchés des biens a un effet négatif sur l’emploi. En enchérissant ceux-ci, elle réduit en effet le pouvoir d’achat du salaire et l’incitation à travailler. Cependant, les avis sont partagés sur l’importance quantitative de cet effet. 

Les marchés financiers
Les marchés financiers jouent un rôle important dans la diversification des risques et la provision de capital aux nouvelles entreprises. Pour cette raison, les économistes pensent que le développement financier a un impact important sur la croissance et l’innovation ; les études empiriques en coupe de pays ont corroboré cette hypothèse11. Dans quelle mesure peut-on affirmer qu’un développement inférieur des marchés financiers ait obéré la croissance en France ?
Il est certain que la disponibilité du capital-risque est beaucoup plus réduite en France et plus généralement en Europe, qu’aux Etats-Unis. Ainsi, le Nouveau Marché, l’équivalent français du NASDAQ a une capitalisation égale à 1,5 % de celle du Premier Marché, tandis que le NASDAQ représente 55 % du NYSE.
Malgré ce problème, la France est un des pays où le développement financier a le plus progressé depuis 1980. La taille de la capitalisation boursière relativement au PIB est en effet passée de 9 % à 117 % au cours de cette période12, ce qui a fait progresser la France de la quatorzième à la huitième place sur dix-neuf pays. Il est donc difficile de prétendre que le sous-développement financier ait contribué au déclin13

10 « Regulation, Productivity, and Growth : OECD Evidence », Economic Policy, Avril 2003
11 King, Robert G.; Levine, Ross, “Finance and Growth: Schumpeter Might Be Right”, Quarterly Journal of Economics, Volume 108, Issue 3, August 1993, Pages 717-737
12 Voir Rajan et Zingales, “The Great Reversals: The Politics of Financial Development in the 20th Century, University of Chicago Graduate School of Business Working Paper, 2002
13 Il existe cependant des travaux qui suggèrent que les pays de droit français souffriraient d’un handicap en matière de gouvernance et de développement financiers relativement aux pays anglo-saxons . Voir La Porta, R., Lopez-de-Silanes, F., Shleifer, A., Vishny, R., 1998. « Law and finance ». Journal of Political Economy 106, 


Le poids de l’Etat
Ce n’est un secret pour personne qu’au fil des ans la France est devenue l’un des pays avec le poids du secteur public et la pression fiscale les plus élevés. De fait, dans ce domaine, elle a quitté une situation comparable à celle des autres pays occidentaux pour se rapprocher des pays scandinaves. Comme le montre le tableau suivant, en 2000 la part de l’emploi public dans l’emploi total se situe à plus de 24 %, soit une augmentation de près de quatre points par rapport à 1980. Elle n’excède 20 % dans aucun pays non Scandinave. Dans le même temps, elle passait de 21 % à 13 % au Royaume-Uni.




Si l’on regarde maintenant la part dans le PIB des dépenses publiques (qui inclut le service de la dette et les dépenses sociales), elle est passée en vingt ans de 41,8 % à 47,8 %, et la France se situe maintenant au vingtième rang de l’OCDE, devant la Belgique, handicapée par une très lourde dette publique, le Danemark, et la Suède.
Une hausse du poids de l’Etat ne signifie pas nécessairement un recul de la productivité et du niveau de vie. Cela dépend de la façon dont l’argent est dépensé. Les dépenses d’éducation et d’infrastructures, voire de santé, peuvent fort bien améliorer la productivité à condition que le secteur public soit géré de manière efficace. Les études empiriques montrent que la rentabilité sociale des investissements publics ainsi que leurs effets sur la croissance sont forts14. On peut donc se réjouir du maintien à niveau de la part du PIB consacrée à l’investissement public, alors qu’elle tend à baisser dans les autres pays ; la France est ainsi passée de la dix-huitième à la dixième place.

1113-1155. Mais cette approche n’explique que des différences permanentes entre pays et non les évolutions au cours du temps. 




Cependant, ces données ne disent rien sur l’efficacité de ces dépenses. Comme on l’a vu dans le cas de la Recherche-Développement (dont une grande partie du financement est public), la France est bien classée en ce qui concerne les dépenses, mais fait nettement moins bien en termes de résultats, si l’on en croit les statistiques sur les brevets. De même, d’après la base de données sur l’éducation de l’OCDE, la France se classait au sixième rang, en 1997, pour la part du PIB consacrée à l’éducation. Cela ne l’a pas empêchée de se classer seulement vingtième au Third International Mathematics and Science Study en 1995 pour les élèves âgés de 13 ans en mathématiques, et vingt-huitième en Sciences, ce qui la place au-dessous de la moyenne de l’OCDE.15
L’efficacité du secteur public est donc un des éléments clés du débat. Plus celle-ci est faible, plus il faut sacrifier une quantité élevée de biens privés pour obtenir une quantité donnée de biens publics. Plus elle est faible, moins il est probable qu’une hausse du poids de l’Etat se traduise par une amélioration de la productivité ou des indicateurs sociaux. 

14 Karras, Georgios, Is Government Investment Underprovided in Europe: Evidence from a Panel of Fifteen Countries”, Economia Internazionale, Volume 50, Issue 2, May 1997, Pages 223-235
15 Voir Gilles Saint-Paul, 2002, « France’s Relative Economic Decline : 1980-2000 »,
http://www.geocities.com/gspaul_8047/inprog/draft1.pdf 

Une importante étude récente de la Banque Centrale Européenne16 a produit des indicateurs synthétiques de productivité du secteur public. Ces indicateurs consistent à agréger des indices de performance de l’économie en matière de fonctionnement de l’administration (bureaucratie, corruption...), de santé, d’éducation, d’infrastructures, et à les rapporter aux dépenses publiques. Le tableau suivant résume, pour l’année 2000, la position relative du secteur public Français relativement aux autres pays, l’ « efficacité relative » étant définie comme le rapport entre la productivité du secteur public français dans le domaine considéré et sa valeur moyenne dans l’OCDE ; un nombre inférieur à 1 indique donc une productivité inférieure à la moyenne.

 

Comme on le constate, la France est au-dessous de la moyenne et dans la seconde moitié du tableau pour chacun de ces quatre indicateurs. Elle est même avant-dernière pour l’efficacité de son administration. D’après ces auteurs, le même niveau global de service public pourrait être garanti avec des dépenses égales à seulement 64 % de leur niveau actuel.
Par ailleurs, le financement des dépenses publiques passe par l’impôt qui est nécessairement distortionnaire. Plus la part de l’Etat est grande, plus les taux marginaux d’imposition sont élevés, et plus les incitations au travail et à l’investissement sont faibles. Daveri et Tabellini17 ont étudié empiriquement ces effets et montrent qu’une hausse de 9 points des prélèvements sur les salaires réduit le taux de croissance de 0,4 points par an, et a un fort effet sur le chômage. On peut donc raisonnablement penser que la hausse de la pression fiscale en France a contribué pour une part non négligeable au phénomène de déclin.
Les efforts faits ces dernières années pour réduire les distorsions liées à l’impôt, tels que l’introduction de la CSG (qui accroît la base fiscale des cotisations sociales), la prime à l’emploi ou les réductions de charges sur les bas salaires sont louables et améliorent l’efficacité économique ; mais il n’en reste pas moins que leurs effets restent faibles par rapport à ceux que pourraient avoir une réduction significative des dépenses publiques. Une réduction d’impôts, ou une ristourne telle que celles qui sont pratiquées avec le RMI ou les indemnités chômage, pour les travailleurs les moins payés doit être financée par une hausse présente ou future des impôts pour d’autres catégories de travailleurs. On ne fait donc que transférer les effets désincitatifs de l’impôt vers ces autres catégories : on remplace une distorsion par une autre parce que cette dernière est plus faible, alors qu’une réduction générale du poids de l’Etat réduirait les distorsions fiscales dans l’ensemble de l’économie.
Existe-t-il une contrepartie sociale ?
Si l’on admet que le recul relatif du niveau de vie en France est du aux interventions étatiques, on peut se demander si ces interventions n’ont pas un impact positif sur la qualité de la vie qui compenserait la baisse, ou plutôt la moindre hausse, du niveau de vie relativement 

16 Antonio Afonso, Ludger Schuknecht, et Vito Tanzi, “Public sector efficiency, an international comparison”, Working Paper No. 242, European Central Bank, 2003.
17 “Unemployment, Growth and Taxation in Industrial Countries”, Economic Policy,
30, 2000, 47-88 

Domaine
Administration
Education
Santé
Infrastructures
Efficacité relative
0,60
0,93
0,89
0,91
Rang (sur 23)
22
13
17
15

aux autres pays. Qu’en est-il de la cohésion sociale, de la santé, de la sécurité ? Les Français ont-ils, grâce à l’Etat, progressé dans ces domaines, au point que cela valait la peine d’y sacrifier quelques points de pourcentages de PIB ? S’il en est ainsi, il y a déclin du pouvoir d’achat matériel, mais progression du bien-être, tel que défini par un indice prenant en compte les « biens publics » : sécurité, santé, cohésion sociale, éducation, etc. Le déclin du PIB par tête ne serait alors que la manifestation des préférences d’une société qui a choisi réduire la provision de biens privés au profit des biens publics.
Cependant, les résultats cités dans la section précédente suggèrent que l’Etat Français est peu efficace dans la production de biens publics. Au moyen de sa fiscalité élevée, la France consacre mécaniquement une part plus grande de son PIB aux biens publics (définis au sens large). Mais à cause du déficit d’efficacité du secteur public, on ne peut en conclure que le niveau de bien public soit une compensation suffisante à la perte de bien-être en termes de biens privés. On l’a vu plus haut dans le cas de l’éducation où le classement de la France dans le domaine des résultats était inférieur à son classement concernant les dépenses. L’étude précitée de la Banque Centrale Européenne fournit, outre les indices d’efficacité déjà discutés, des indicateurs synthétiques de la performance globale du secteur public dans divers domaines. Ces indicateurs nous donnent une idée du niveau de bien public non rapporté aux dépenses. La France est effectivement au-dessus de la moyenne de l’OCDE en ce qui concerne les indicateurs d’éducation, de santé et d’infrastructures. Mais elle n’est que légèrement au-dessus de la moyenne, alors qu’elle est très nettement au-dessus lorsqu’on regarde les dépenses. Ainsi, dans le domaine de l’éducation elle se situe 3 % au-dessus de la moyenne, soit à la huitième place ex-aequo, ce qui est honorable. Elle se situe également à la huitième place ex-aequo pour son niveau de santé, et à la neuvième ex-aequo dans le domaine des infrastructures. Mais elle est à la cinquième en ce qui concerne les dépenses de santé rapportées au PIB. La performance de la France sur ces indicateurs est donc bonne mais son rang est plus mauvais que son rang selon les dépenses correspondantes. En outre, la performance des administrations publiques est faible, à 72 % de la moyenne de l’OCDE, ce qui place la France au vingtième rang, devant la Grèce, le Portugal et l’Italie. Enfin, et c’est là un point crucial, la performance relative de la France en matière de biens publics ne semble pas s’être systématiquement améliorée au cours de la période où son statut économique relatif baissait. Le déclin ne semble donc pas être compensé par une amélioration du niveau de bien public : ce niveau est convenable, bien que produit à un coût excessif, mais il était déjà tout aussi convenable il y a vingt ans. Il semble y avoir cependant une exception de taille : la santé.
Nous allons illustrer ces points au moyen de quelques exemples. 

L’inégalité
On peut se demander si, grâce aux politiques redistributives, la France a mieux réussi à réduire les inégalités (à supposer que cela soit un objectif social désirable) que les pays par rapport auxquels elle a perdu du terrain économiquement. La question est d’autant plus pertinente que l’on observe une stagnation voire une baisse des salaires réels des travailleurs les moins qualifiés entre le début des années 1970 et la fin des années 1990 dans nombre de pays anglo-saxons, notamment les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. La France a-t-elle évité cette déterioration de la distribution des revenus et son recul économique est-il le prix à payer ? Pour répondre à cette question, nous avons regardé18 le taux de croissance du revenu réel des ménages les plus pauvres dans 13 pays dont la France. En effet, on ne peut pas se féliciter d’une baisse des inégalités, si celle-ci est due à la stagnation ou à la régression des revenus des plus riches. On trouve qu’entre 1977 et 1996, en moyenne, le revenu des ménages les plus pauvres a progressé plus rapidement en France qu’en Australie, en Allemagne, en Suède, et au Royaume-Uni. Inversement, il a progressé plus vite qu’en France au Canada, en Finlande, en Italie, aux Pays-Bas, en Norvège, aux Pays-Bas, en Espagne, et aux Etats-Unis. Ces résultats sont à prendre avec précaution étant donné les incertitudes dont sont entachées les statistiques sur l’inégalité. Quoi qu’il en soit, ils suggèrent que si l’on se limite au revenu des plus pauvres, la France perd du terrain par rapport à une majorité de pays. 

18 Voir Gilles Saint-Paul, « France’s relative economic decline », Op. Cit.

La santé
Il y a un domaine où la performance de la France est élevée et semble s’améliorer : celui de la santé. Le tableau suivant donne l’évolution des divers indicateurs : 



On voit que le rang de la France s’est amélioré en ce qui concerne la mortalité infantile et surtout l’espérance de vie des femmes ; il s’est par contre déterioré pour l’espérance de vie des hommes. 

La criminalité
La criminalité est un élément important de l’évaluation des biens publics puisque la sécurité fait partie des fonctions régaliennes de l’Etat. En France elle a augmenté de 4,3 % par an en moyenne entre 1983 et 199619, ce qui a fait passer la France du huitième au dixième rang. Il y a donc une déterioration, mais elle n’est pas brutale. 

Le suicide
Il peut être intéressant de regarder l’évolution du taux de suicide, parce qu’il nous donne une information directe sur l’évolution du bien-être. D’un point de vue économique, ce choix implique que l’individu estime que l’utilité d’être vivant est inférieure à celle d’être mort. Une augmentation générale du bien-être devrait donc se traduire par une baisse des taux de suicide. S’il était vrai que la meilleure provision de biens publics a plus que compensé le recul économique, on devrait observer une baisse du taux de suicide relativement aux autres pays. Or, sur dix-sept pays de l’OCDE, entre 1965 et 1997, la France est passée de la douzième à la quatorzième place du classement (devant l’Autriche, la Finlande, et la Belgique) par taux de suicide croissant, passant de 15 à 19 suicides pour 100.000 habitant20. On notera cependant que le gros de cette hausse a lieu au cours des années 1970, et que le taux reste stable depuis 1980—ce qui suggère un lien potentiel entre la hausse des taux de suicide et celle du chômage. Quoi qu’il en soit, la hausse des dépenses publiques, notamment sociales, depuis 1980, semble avoir été impuissante à réduire les taux de suicides, qui demeurent parmi les plus élevés du monde développé. 

19 Source : United Nations Survey on Crime Trends and the Operations of Criminal Justice Systems, voir Saint- Paul (2002).
20 Voir Saint-Paul, 2002, Op. Cit. 


De ce qui précède, nous concluons que le déclin économique relatif ne semble pas compensé par une hausse des indicateurs sociaux, avec l’exception notable de l’espérance de vie des femmes. Cela est en partie dû au fait que l’efficacité de la France dans la provision de biens publics est nettement inférieure aux autres pays. 

Conclusion
Au terme de cette étude, il serait naturel de se prononcer sur les mesures à prendre pour enrayer le déclin. Il est très probable qu’une réduction des dépenses publiques et donc des impôts relanceraient la machine économique. C’est ce qu’a fait la Grande Bretagne de Margaret Thatcher, ce qui lui a permis de combler la moitié de l’écart par rapport à la France (Tableau 1), voire la totalité selon certaines données. En particulier, la productivité totale des facteurs, qui stagnait dangereusement, s’est fortement améliorée au Royaume Uni dans la foulée des réformes du début des années quatre-vingts.
Cette conclusion, cependant, est naïve au sens où elle ignore que les politiques publiques qui ont contribué au déclin procèdent de choix collectifs. Si les français sont prêts à sacrifier une partie de leur pouvoir d’achat en échange d’une meilleure prise en charge de l’individu par l’Etat-providence, le recul économique n’est que le prix à payer pour ce choix. Et il n’est alors pas pertinent de dénoncer le déclin économique comme pervers ou résultant d’une erreur.
Cependant, un paradoxe est apparu au cours de l’étude qui précède : le secteur public français est, en moyenne, un des moins efficaces parmi les pays développés. C’est sans doute pour cette raison qu’aucune contrepartie significative en termes de biens publics n’est apparue. Et l’on peut se demander pourquoi, si ce n’est par erreur, les Français ont consacré des ressources croissantes à un secteur public aussi improductif. Il nous semble au contraire que le choix d’une large intervention de l’Etat dans la société ne se justifie que si ce dernier est suffisamment productif. Si ce n’est pas le cas, il semble plus raisonnable de limiter le poids de l’Etat et de déléguer dans une large mesure ses fonctions au secteur privé.
Or, jusqu’à présent, ce paradoxe est non résolu : la France ne s’est engagée ni sur la voie de la réforme de l’Etat ni sur celle de la réduction des dépenses publiques.



C) La France menacée d’exclusion du G8 d’ici à 2030 : pourquoi le déclin économique français n’est pourtant pas une fatalité

Selon le "Center for Economics and Business Research", l'inexorable déclin économique de la France conduirait le pays, cinquième puissance économique mondiale, à être dépassé par l'Inde, le Brésil, ou encore la Corée du Sud d'ici à 2030. Pourtant, un tel déclin n'est pas une fatalité et la France dispose de toutes les ressources nécessaires à un véritable redressement.

Selon les projections réalisées par le think-tank britannique CEBR (Center for Economics and Business Research), la France perdrait de nombreuses places au classement économique mondial d'ici à 2030, ce qui pourrait conduire le pays à une exclusion du pays d'instances comme le G8. Ces anticipations sont-elles réalistes ?

Nicolas Goetzmann : Le classement établi par le CEBR se base sur de simples projections de croissance des différentes économies mondiales à échéance longue, en l'espèce 2030.
Et en effet, sur la base des données actuelles, la France, comme l'Italie, subirait une situation de déclassement. De son actuelle position de 6e économie mondiale, la France serait dépassée par l'Inde, la Corée du Sud, et le Brésil.
Il convient également de rappeler que la France était encore 5e économie mondiale il y a encore un an, mais elle a été dépassée par le Royaume Uni depuis lors. Cependant, si l'Inde et le Brésil ont effectivement toutes les chances de dépasser l'économie française au regard du simple facteur démographique (avec des populations qui devraient atteindre 1.5 milliard de personnes en Inde et près de 220 millions au Brésil), la compétition s'annonce beaucoup plus serrée entre la France, le Royaume Uni et la Corée du Sud au cours des prochaines années. Le Royaume Uni et la France ont un nombre d'habitants comparable, et les projections font état d'une population atteignant 70 millions de personnes d'ici 2030 pour chacun. Entre ces deux pays, tout se jouera donc sur la productivité, qui est l'autre déterminant de la croissance après la démographie. Concernant la Corée du Sud, en raison d'une population plus faible, et d'un sévère vieillissement de celle-ci, le pays devra parvenir à un niveau de productivité très élevé pour espérer dépasser la France et le Royaume Uni. (Ou alors une éventuelle réunification). Mais cette prédiction se base surtout sur une médiocrité française durable, ce qui n'est malheureusement pas non plus une hypothèse à exclure.

Concernant l'éviction du G8, il paraît hautement improbable que la France puisse en être victime. C'est plutôt une logique d'extension du G8 aux nouveaux arrivants qui devrait être retenue, en lieu et place d'un remplacement de ses membres sur un simple critère économique.

Quels sont les éléments plaidant en faveur d'une fatalité du déclin français, ou européen ? A l'inverse, quels sont les éléments permettant de croire à une véritable reprise ?

Encore une fois, la croissance est déterminée par deux facteurs, la démographie et la productivité. La France dispose du plus haut niveau de natalité en Europe, ce qui est un précieux avantage dans cette compétition. Cependant, cette natalité est en baisse, et il faudra attendre le mois de janvier prochain et les chiffres de l'INSEE pour en savoir plus sur la tendance actuelle. Evidemment, la persistance d'un contexte de crise et la diminution des aides données aux familles ne sont pas des éléments favorables dans cette perspective. Un renouveau économique pourrait aider à remettre le pays sur les rails de sa forte natalité des années 2000. Globalement, ce facteur semble plus relever de la fatalité, mais des politiques publiques calibrées peuvent quand même contribuer à la marge à une hausse de la natalité.

Concernant l'autre facteur, celui de la productivité, la responsabilité des politiques publiques est totalement engagée. En effet, pour que cette productivité progresse rapidement, c'est l'investissement qui doit être privilégié : la recherche et développement, l'innovation, l'éducation. Et ici, il n'y a pas de mystères. Pour que les entreprises aient envie d'investir, il faut favoriser la compétition, et ce, dans un environnement économique optimal. C’est-à-dire que l'économie française doit être exploitée à son plein potentiel, ce qui est loin d'être le cas depuis 2008.
Plus une économie tourne à plein régime, plus l'intensité de la R&D devient forte, et plus la productivité est soutenue.
De plus, dans un tel environnement, une libéralisation des différents secteurs de l'économie favorisant l'entrée de nouveaux arrivants, permettra d'intensifier encore un tel effort de productivité. La fatalité pour la France, finalement, est d'avoir tout en mains pour devenir la plus grande économie européenne d'ici à 2050, avec le dépassement de l'Allemagne comme horizon.

A partir d'un tel constat, quelles sont les réformes majeures à mettre en œuvre afin de remettre le pays sur la bonne trajectoire ?

Il s'agit de recalibrer le modèle de croissance européen pour permettre la pleine exploitation des ressources économiques du continent, ce qui permettra à la France de sortir son épingle du jeu. Parce que la France dispose du plus enviable potentiel économique européen, mais celui-ci est clairement en friche. Mais la liste des réformes à mener est longue. Une refonte du mandat de la Banque centrale européenne est la mère de toutes les réformes, pour favoriser le plein emploi en Europe. Sur cette base, l'élimination de situation de rentes économiques au niveau national et européen est une priorité pour favoriser l'émergence de nouveaux acteurs. L'idée est que les entreprises doivent se concurrencer sur la base de leur degré d'innovation, et non sur la préservation de situations de rentes, ce qui, encore une fois, permettra une accélération de la productivité et donc la hausse de la croissance du pays.
Concernant les dépenses publiques, ce sont l'éducation et les infrastructures qui doivent être privilégiées. Lorsqu'elles sont bien orientées, de telles dépenses permettent de contribuer largement au développement économique, c’est-à-dire qu'elles soutiennent la croissance, ce qui permet de neutraliser leur éventuel effet négatif sur le niveau d'endettement public du pays. C'est donc un cercle vertueux.
Il est également possible d'imaginer une attaque en règle sur la situation immobilière des centres urbains. L’Ile de France est la zone économique la plus performante en France mais son accès est contraint par un manque d'offre de logements. L'objectif est donc de soutenir la construction afin d'élargir cette offre de logements, et ainsi permettre l'accès aux centres urbains au plus grand nombre, notamment pour y trouver des emplois de meilleure qualité. Encore une fois, la France dispose d'un potentiel immense, la question n'est donc pas de renoncer face à une supposée fatalité du déclin, mais de mettre en place un environnement favorable permettant d'exploiter ses ressources.



3 commentaires:

Patrick Aubin a dit…

Il faut arrêter de croire que c'est le modèle social français qui joue le rôle d'amortisseur...

"financement du modèle social français nécessitait des prélèvements sensiblement plus élevés que dans les autres pays européens. Mais en retour, il jouait un rôle d’amortisseur en cas de récession et ces prélèvements étaient compensés par une forte productivité et quelques avantages comparatifs comme le bas coût de l’électricité fourni par notre parc nucléaire ainsi que par des dévaluations monétaires récurrentes."

En réalité, tant que les politiciens pouvaient créer facilement de l'endettement, on s'imaginait que le fumeux modèle social fonctionnait... mais ce n'était qu'une illusion et la preuve en est que lorsque l'endettement n'est plus supportable, le modèle social n'est pas un amortisseur mais un tape-cul !!!

Pierre-François Chrétien a dit…

et comme l'état s'évertue à empêcher toute initiative, ça ne risque pas de bouger ... sauf que l'Angleterre s'en va et que l'Allemagne ne pourra pas nous financer, avec les retraites de ses salariés, encore bien longtemps et sans aucune espèce d'espoir d'être remboursée. la dessus se greffe la venue de M. Trump, chef d'entreprise, qui vient de prendre solennellement l'engagement de redresser et faire avancer son pays par tous les moyens ... et donc sans plus jeter l'argent par les fenêtres !!! va y avoir du SPORT !!!

Guy Kopp a dit…

Nos fonctionnaires ne pêchent par manque de productivité que parce que nos hiérarchies administratives, bureaucratiques, gouvernementales, centralisatrices en fait - un chef à chaque niveau d'un dossier, s'il y a plusieurs domaines ou parties dans un dossier, autant de chefs à autant de niveaux - exigent leur aval, pour se prémunir de toute erreur, en rendent compte au niveau supérieur qui ou opine ou bloque, en attendant des consignes. Qu'on permette à nos fonctionnaires de travailler - sans que la hiérarchie s'en mêle pour tout et n'importe quoi, et la productivité sera au rendez-vous.

J'ajoute : je ne suis et n'a jamais été fonctionnaire. Ceci dit depuis toujours j'ai été davantage fonctionnel de notre société - alors que j'ai toujours été dans le privé - qu'autonome en elle.