L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

janvier 03, 2015

Réalité physique et réalisme quantique, notre "Monde" serait-il réel ?

L'Université Liberté, un site de réflexions, analyses et de débats avant tout, je m'engage a aucun jugement, bonne lecture, librement vôtre. Je vous convie à lire ce nouveau message. Des commentaires seraient souhaitables, notamment sur les posts référencés: à débattre, réflexions...Merci de vos lectures, et de vos analyses.

Cinq raisons scientifiques qui prouveraient que le monde dans lequel nous vivons n’est pas réel 
 
Et si le monde dans lequel nous vivons n’était pas réel ? Le domaine de la physique est rempli de paradoxes que les scientifiques n’arrivent pas à éclaircir. C’est d’autant plus vrai lorsque l’on aborde la physique quantique, selon laquelle il serait possible que notre univers ne soit qu’une projection d’un autre. ESM vous révèle les 5 raisons scientifiques qui remettront en question votre vision de la réalité…

   
1. L’univers détient une vitesse maximale
Suivant le réalisme physique : Albert Einstein a déduit que rien ne peut aller plus vite que la lumière se déplaçant dans le vide. Cela a toujours été considéré comme une constante universelle même si le pourquoi n’est pas très clair. Aujourd’hui, la vitesse de la lumière est une constante parce que… c’est une constante et parce que la lumière n’est pas composée de choses simples. Répondre à la question « pourquoi les choses ne peuvent pas aller plus vite » par « parce que », n’est pas très acceptable. La lumière est moins rapide dans le verre ou dans l’eau mais lorsqu’elle se déplace dans le vide, il devient compliqué d’expliquer comment une onde peut vibrer dans rien. Il n’y a aucune base physique pour que la lumière puisse se mouvoir dans le vide spatial.

Selon le réalisme quantique : si notre monde physique est en fait une réalité virtuelle, il est le produit d’un traitement d’informations. Ces renseignements sont définies comme un choix parmi un groupe fini, ce qui veut dire que le traitement qui les modifie est aussi limité. Effectivement, notre monde s’actualise selon un rythme défini. Les processeurs d’un super ordinateur peut s’actualiser 10 millions de milliards de fois par seconde et notre univers le fait des milliards de fois plus vite mais le principe reste le même. Etant donné qu’une image sur un écran est composée de pixels et possède un rythme d’actualisation, notre monde possède une longueur de Planck et un temps de Planck. Dans ce déroulement, la vitesse de la lumière est la plus rapide car le réseau ne peut pas transmettre quoi que ce soit plus vite qu’un pixel par cycle… par exemple.


2. Le temps est malléable

Suivant le réalisme physique : dans le paradoxe des jumeaux d’Einstein, l’un des deux voyageant sur une fusée proche de la vitesse de la lumière revient une année plus tard et retrouve son frère âgé de 80 ans. Aucun des deux ne savait que leur temps de référence s’écoulait différemment mais la vie de l’un d’entre eux est presque terminée alors que l’autre vient de commencer. Cela semble impossible dans notre réalité objective mais le temps ralentit vraiment en ce qui concerne les particules dans les accélérateurs prévus à cet effet. Dans les années 1970, des scientifiques ont envoyé des montres atomiques dans des avions autour du monde pour prouver qu’elles affichaient l’heure plus lentement que celles qui restaient au sol. Mais comment le temps lui-même peut-il être modifié ?

Selon le réalisme quantique : une réalité virtuelle présuppose que le temps l’est aussi et qu’un cycle de traitement d’informations est représenté par une seconde (ou toute autre durée). Tous les passionnés de jeux vidéo savent que lorsque l’ordinateur est occupé, l’écran réagit plus lentement. De la même façon, le temps ralentit en fonction de la vitesse ou lorsque l’on se trouve près de corps très lourds (comme les trous noirs), suggérant que tout ceci est virtuel. Le jumeau sur la fusée n’a vieilli que d’un an car c’est tout ce que le système a pu traiter à cette allure.


3. L’espace se courbe
 
Suivant la réalité physique : si l’on se réfère à la théorie de la relativité d’Einstein, le Soleil garde la Terre en orbite en courbant l’espace autour d’elle. Mais comment l’espace lui-même peut-il se courber ? Par définition, l’espace peut se courber uniquement s’il existe dans un autre espace, ce qui est une régression infinie. Si la matière existe dans un espace vide, il est impossible pour ce vide de bouger (ou se courber).

Selon le réalisme quantique : un ordinateur oisif ne l’est jamais vraiment mais fait tourner un programme de « oisiveté », ce qui pourrait être la même chose pour notre univers. Dans l’effet Casimir, le vide exerce une pression comme celle de deux assiettes plates proches l’une de l’autre. La physique actuelle nous dit que des particules virtuelles apparaissent de nulle part pour créer cet effet mais en réalité quantique, le vide spatial est plein de traitements qui produisent le même effet. L’espace vu comme un réseau d’informations peut présenter un monde en 3 dimensions capable de se courber.



4. L’univers contient  de la matière noire et de l’énergie sombre

Suivant le réalisme physique : la physique actuelle décrit la matière comme nous la voyons, mais l’univers possède aussi 5 fois plus de quelque chose, que l’on appelle matière noire. Il peut être assimilé à un halo autour d’un trou noir situé au centre de notre galaxie qui maintient nos étoiles ensemble de manière plus étroite que ce que le permet leur gravité. Cette matière est invisible à nos yeux et ce n’est pas non plus de l’antimatière puisqu’elle ne possède pas de signature de rayons gamma. Ce n’est pas non plus un trou noir étant donné qu’il n’y existe pas d’effet de lentille gravitationnelle. Cependant, sans elle, les étoiles composant notre galaxie s’éloigneraient dans le chaos le plus total.

Aucune particule connue ne peut expliquer la présence de la matière noire. Des particules théoriques connues sous le nom de particules massives agissant faiblement ont été proposées, mais aucune n’a été réellement trouvée. De plus, 70 % de l’univers est composé d’énergie sombre et la physique ne peut pas l’expliquer non plus. Elle peut être comparée à une sorte de gravité négative, un effet qui se propage à travers l’espace qui repousse les choses et par conséquent participe à l’expansion de l’univers. Sa force n’a jamais réellement changé alors que quelque chose qui s’étend devrait logiquement s’affaiblir. Si cela était une propriété inhérente à l’espace, cela devrait augmenter au fur et à mesure que l’espace s’étend. Actuellement, personne ne sait vraiment ce que c’est.

Selon le réalisme quantique : si l’espace vide est représenté par une transmission d’informations « oisives », ce n’est pas rien, juste quelque chose qui dit que ce n’est rien. Et si cela s’étend, c’est que du nouvel espace est ajouté tout le temps. De nouveaux points de traitements, par définition, reçoivent mais ne renvoient rien pendant leur premier cycle. Ils absorbent mais n’émettent pas, exactement comme l’effet négatif que nous appelons l’énergie sombre. Si du nouvel espace est ajouté de manière constante, l’effet ne changera pas en fonction du temps, donc l’énergie sombre est créée par la création d’espace. Ce modèle attribue également de la matière sombre à la lumière en orbite autour d’un trou noir. Cela est représenté par un halo car la lumière trop proche d’un trou noir est attirée dedans et la lumière plus éloignée peut s’échapper de l’orbite. Le réalisme quantique stipule qu’aucune particule ne sera jamais trouvée pour déchiffrer la matière noire et l’énergie sombre.


5. Le phénomène d’intrication quantique existe

Suivant le réalisme physique : si un atome de césium relâche 2 photons dans des directions opposées, la théorie quantique les « emmêle ». De cette manière, si l’un d’entre eux tournoie vers le haut, l’autre tournoiera vers le bas. Mais si l’un se déplace de manière aléatoire, comment l’autre fait exactement la même chose inversement, à n’importe quelle distance ? D’après Einstein, la découverte qui mesure l’intensité de tournoiement d’un photon et qui définit instantanément le tournoiement de l’autre n’importe où dans l’univers est une action étrange. Le test de ce phénomène a été réalisé à travers l’une des expériences les plus précautionneuses qui soient, considéré comme le test ultime de notre réalité. Encore une fois, la théorie quantique avait raison.

Examiner un photon emmêlé causait le même mouvement de tournoiement au photon opposé, même s’il était trop loin pour qu’un signal se déplaçant à la vitesse de la lumière puisse les connecter. La Nature pourrait conserver ce mouvement en créant un photon vers le haut et un vers le bas dès le début mais c’est apparemment trop compliqué. Elle laisse donc les photons tourner à leur façon, selon leur direction aléatoire et lorsque l’un est mesuré, cela rend l’autre automatiquement opposé, même si c’est impossible physiquement parlant.

Selon le réalisme quantique : deux photons s’emmêlent lorsque leurs programmes respectifs fusionnent pour se rendre vers deux points conjointement. Si l’un des programmes tourne vers le haut et l’autre vers le bas, leur fusion déplace deux pixels, peu importe où ils se trouvent. Cette réallocation de code ignore la distance puisque le processeur n’a pas besoin d’aller sur le pixel pour le modifier, même pour un écran aussi grand que notre univers. Le modèle standard de physique implique 61 particules fondamentales avec une masse et une charge bien définies. Si tout cela était une machine, quelqu’un devrait définir à la main deux douzaines de boutons juste pour l’allumer. Elle nécessiterait également 5 champs invisibles pour faire apparaître 14 particules virtuelles avec 16 charges différentes pour fonctionner. Même après tout cela, le modèle standard ne peut pas expliquer la gravité, la stabilité des protons, l’antimatière, les quarks, la masse des neutrinos ou encore les problèmes liés au caractère aléatoire de la physique quantique. Aucune particule ne peut expliquer l’énergie sombre ou la matière noire qui compose la plupart de notre univers.

Ces réflexions nous ont mis le cerveau en ébullition ! Ces théories scientifiques suggèrent donc qu’il est tout à fait possible que vous soyez actuellement en train de vivre dans un monde virtuel. A la rédaction, certains trouvent ça fascinant tandis que d’autres sont plutôt effrayés par une telle hypothèse. Le mieux est encore de regarder la trilogie Matrix pour digérer tout ça :D. Pensez-vous qu’un jour, les scientifiques pourront percer tous les mystères de notre univers ?

Par Brian Whitworth - Listverse
 

14 commentaires:

Orson Rubén Corvalán Vera a dit…

Merci Al de ton enseignement!! On ne finit jamais d'apprendre!

Thierry Zaonarivelo a dit…

Le réalisme quantique nous apporte des éclairages à nos actuels enigmes.

Daniel Ramirez a dit…

le seul problème est que nulle part la théorie quantique ne dit que "notre monde physique est en fait une réalité virtuelle, il est le produit d’un traitement d’informations".

Pierre Jean Duvivier a dit…

Un livre des bogdanov (on en pense ce qu'on veut c'est autre chose) reprend l'idée qu'avant le Big Bang ou "un commencement de tout", il n'y avait que de l'information...ils ont fait une thèse en physique théorique à Bordeaux sur le sujet. Donc pour eux de l'information naissait notre univers "supposé". Cela boucle un peu l'idée de l'article qui va un peu plus loin en proposant qu'un monde informationel "pur". Quand on fait de la physique des hautes énergies ou/et de la mécanique quantique on étudie beaucoup d'aspects qui défient en faite le sens commun :en mécanique quantique, la probabilité de présence sans déplacement c a d qu'une particule peut être ICI Et LA sans qu'il y ait un déplacement entre le ICI et LA ...et pire elle peut bien être aux 2 endroits en même temps (effet tunnel)...certains essaient d'ailleurs d'unifier la physique quantique et les lois du cosmos (gravitation, relativité générale..) car les 2 apparaissent à priori comme irréconciliable tant leurs concepts sont étrangers. Supposé un monde informationel "pur" rend in fine les lois physiques relatives et sujettes à caution car elles pourraient être modifiées à l'infini par ce même "organe informationnel". Bref....pour avoir fait un peu de cosmologie aussi, beaucoup de théories sont fascinantes comme les univers de type "fractal" c'est à dire qu'on est tous le plus grand ou le plus petit du même univers qui s’emboîte comme des poupées russes....j'ai toujours "rêvé" ou "pensé" que l'univers que nous voyons n'est au final qu'une leurre ...presque comme un miroir de ce qu'on veut y voir d'où l'idée d'infini. L'idée du code à la matrix m'amuse aussi beaucoup.....pourquoi pas. Le souci c'est qu'on n'est pas sorti des questions existentielles : Qui gère le code et dans quel but ?

Cédric Lom a dit…

. ... "Nous n'existons pas, nous pensons exister" Cédric Lom. 1986 ...

Patrick Mikaty a dit…

Oui mais la théorie quantique ne dit pas tout (malgré le fait qu'on lui fait dire tout ...et n'importe quoi). Cet article a le mérite de mettre le doigt sur ce que nous ignorons aujourd'hui...et c'est vertigineux ! Matière sombre, énergie noire, intrication, etc etc...l'information et le parallèle avec l'informatique pour dessiner une piste vers une théorie plus complète (quantique + gravitation) est interessante. Mais la réalité existe vraiment même si aujourd'hui nous ne sommes pas capables de la décrire ..

Aval Douar a dit…

"La physique ne peut expliquer l'énergie sombre" ... mais pour commencer, qu'est-ce que l'énergie ?

Daniel Barthélemy a dit…

Stéphane Lupasco* décrivait l'énergie reliant l'ensemble des particules de l'Univers comme une forme d'affectivité. Aucune d'entre elle n'est en fait indifférente à chacune des autres. (*) Qu'est-ce qu'une structure"" (Ed. de Minuit)

Bruno Marchal a dit…

On a pas besoin de la mécanique quantique. Le bon vieux mécanisme de Descartes est suffisant pour comprendre que la réalité physique est une sorte d'illusion, et aspect d'une réalité plus profonde, et (ce fut ma contribution), on peut dériver la mécanique quantique (sans le collapse de l'onde) de cette constatation, déjà pressentie par les rationalistes mystiques (Platon, les néoplatoniciens, mais aussi des hindouistes et bouddhistes). La réalité physique n'est pas fondamentale: elle émerge du réalisme arithmétique, en fait. Malheureusement beaucoup rajoute le "collapse de l'onde" à la mécanique quantique et font l'erreur, bien analysée par les tantristes Tibétain de pratiquer le matérialisme spirituel (inventé une matière ou ebnerge et lui attribuer des qualités religieuses).

Patrick Mikaty a dit…

réalisme mathématique ? les nombres existent donc en dehors de notre cerveau ? j'ai du mal à vous suivre. Les nombres viennent ...de nos dix doigts. C'est leur seul lien à la réalité. Ainsi en est-il des mathématiques dans leur ensemble...une construction de notre cerveau issue de l'évolution (nos dix doigts et un peu de logique). Et le miracle, c'est que ça colle à la réalité à un degré de précision toujours plus grand au fur et à mesure que les instruments progressent...mais il y a des écueils et ceux sont cités dans l'article.

Eric Companie a dit…

Je pense donc je suis. Celui qui en doute est un fou. Dieu n'existe pas pourtant on tue en son nom. Donc il est. Une bombe atomique simulée dans un ordinateur se comporte comme une bombe bien réelle sauf que lorsqu'elle explose elle ne détruit pas l'ordinateur qui lui donne sa réalité ni ceux qui l'observent. Où est la réalité ?

georges lane a dit…

Tout cela ou presque était méconnu de vous et moi il y a un siècle...

Conclusion: je vous la laisse...

Gregory Bodylski a dit…

Tu m'rassures on ne vit pas la réalité en ce moment !

Guillaume Besset a dit…

Pour retrouver la 'force de vie', rien de mieux que se retrouver en position de danger (face à un extrémiste par ex)
Et si l'amour était la plus forte force de vie ? (qualités relationnelles..)

Importance de la complémentarité des neurosiences
(trop de travail intellectuel déséquilibre le rapport esprit/corps)