L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

L'UNIVERSITÉ LIBERTÉ

janvier 04, 2015

En catimini l'"Élu"TaxHollande oublie les supers riches à 75% !!

L'Université Liberté, un site de réflexions, analyses et de débats avant tout, je m'engage a aucun jugement, bonne lecture, librement vôtre. Je vous convie à lire ce nouveau message. Des commentaires seraient souhaitables, notamment sur les posts référencés: à débattre, réflexions...Merci de vos lectures, et de vos analyses.




 Sommaire: 

A) - La France enterre en silence sa taxe sur les super riches - ATS (Genève)

B) - Les textes de Contrepoints sur la taxe de 75%




A) - La France enterre en silence sa taxe sur les super riches

La France s'apprête à enterrer sans bruit la «taxe à 75%» sur les très hauts revenus. Cette mesure de François Hollande aura suscité plus de polémiques que rapporté d'argent aux caisses en déficit de l'Etat.

Bonne nouvelle: la taxe à 75% n'était qu'un attrape-nigauds électoraliste que François Hollande essaye de détricoter.

Cette «contribution exceptionnelle de solidarité», promise par M. Hollande dans un meeting de campagne en 2012, vit ses ultimes semaines: les entreprises qui la paient ont jusqu'au 1er février pour verser leur dernier écot.

La disparition de ce prélèvement controversé était programmée de longue date. La taxe était prévue dès le départ pour viser les rémunérations des seules années 2013 et 2014, et ne figurait plus dans le budget 2015.


 Non Non !! Il n'y a qu'environ 13% de sympathisant

Tensions avec Londres
Le Premier ministre Manuel Valls avait lui-même annoncé dès octobre, lors d'un déplacement à Londres, que cet impôt ne serait pas prolongé. Cette confirmation, dans la capitale britannique, revêtait un caractère symbolique: avant même de se concrétiser, la taxe avait suscité des tensions diplomatiques entre Paris et Londres.

En juin 2012, à l'occasion d'un sommet du G20 au Mexique, le Premier ministre conservateur britannique David Cameron, volontiers provocateur, s'était dit prêt à «dérouler le tapis rouge» aux entreprises françaises visées par le projet, au grand agacement de François Hollande alors au pouvoir depuis un mois et demi.

Dans une France à la fiscalité parmi les plus élevées d'Europe, aucun impôt n'a fait couler autant d'encre depuis les années 80 et l'instauration par un autre président socialiste, François Mitterrand, de l'impôt sur la fortune, jamais remis en cause depuis.



Exils fiscaux
Lancée en février 2012 à la surprise générale, le coup politique de la taxe à 75% avait permis à M. Hollande de doper sa campagne présidentielle, alors menacée sur sa gauche par la montée en puissance de Jean-Luc Mélenchon. Maintenue après sa victoire, la promesse avait suscité dans les mois suivants un tir de barrage des milieux d'affaires.

 Gérard Depardieu a quitté la France car il était lassé de payer 87% d'impôts et pour quitter un pays triste qui manque d'énergie.
Il a également l'impression que François Hollande et son gouvernement ne savent pas faire leur métier comme Hollande l'a montré avec sa gestion de la Corrèze.

La polémique s'était enflammée à l'automne 2012 après l'annonce que le milliardaire Bernard Arnault, première fortune de France, avait «sollicité la double nationalité franco-belge». En décembre, Gérard Depardieu claquait la porte en accusant le fisc français de lui prélever 85% de ses revenus et en sollicitant la nationalité russe.
 

Échec pour François Hollande : le Conseil constitutionnel rejette sa taxe démagogique à 75%.

Retoquée fin 2012 par le Conseil constitutionnel, qui avait pointé la menace d'un prélèvement «confiscatoire», la taxe a finalement été validée en décembre 2013 dans une version remaniée, payée par les entreprises sur la part des revenus de leurs salariés excédant le million d'euros, avec un plafond fixé à 5% du chiffre d'affaires.

Parmi ses plus féroces adversaires, les clubs de football professionnel ont bataillé contre elle jusqu'au bout, brandissant même à l'automne 2013 la menace d'une grève des matches. L'initiative avait tourné court, faute de rallier la sympathie du public pour la cause des stars multi-millionnaires.

 Le gouvernement ne sait pas comment sortir du bourbier de la taxe à 75% démagogique de Hollande, mais le mal est fait.

Tournant réformiste du quinquennat
Selon les projections du gouvernement, la «taxe à 75%» aura rapporté en deux ans un peu plus de 400 millions d'euros, un montant quasi anecdotique au regard des milliards du déficit de la France.

Sa non-prolongation coïncide avec le tournant réformiste pris l'an dernier par M. Hollande, avec une politique axée sur l'allègement des charges des entreprises pour relancer l'investissement et l'emploi dans un pays confronté à un chômage record.

Ironie de l'histoire, le symbole de ce virage, l'actuel ministre de l'Economie Emmanuel Macron avait lui-même brocardé en 2012 la taxe à 75% en affirmant qu'elle relevait de «Cuba sans le soleil».
 
Source: ats (La France enterre en silence sa taxe sur les super riches)

Surtaxer la capital, la droite en a rêvé, les socialistes l'ont fait.
Si vous surtaxez les cigarettes, on va moins en consommer, si vous surtaxez le capital, vous aurez moins d'investissement.
Sans capital, pas de travail - Alain Madelin.


B) - Les textes de Contrepoints sur la taxe de 75%

Taxe à 75%

 

4 commentaires:

Bestfriend Centriste Atlantiste a dit…

C'est vrai que l'arrêt de la taxe à 75% passe inaperçu. Le gouvernement s'est bien gardé de communiquer là-dessus, car il ne va pas avouer que c'est complétement inéfficace. L'un des arguments était que cette surtaxe était destinée à aider au désendettement du pays de manière provisoire; et au contraire la dette s'est creusé au même rythme qu'elle se creusait sous Sarkozy au plus fort de la crise.

Flo Sixe a dit…

Causer de taxe à 75% sans s'attaquer aux niches fiscales était parfaitement populiste. Un flat tax 10% exempt de niche ferait par exemple payer Madame L'Oreal plutôt que de la rembourser à hauteur de dizaines de millions par an: http://www.atlantico.fr/.../fisc-devra-rembourser-plus...

Flo Sixe a dit…

Dire que quand je milite pour le flat tax des gens viennent me reprocher d'être à la solde du 1% milliardaire... Frustrant. D'autant plus quand ce sont soit disant des gens "de gauche".

David Jacob Chemla a dit…

Cela prouve que le socialisme c'est du populisme qu'on ne sait peut pas appliquer pour gérer un pays en vrai. Cqfd